PATRIMOINE/La famille Faussemagne, une aventure industrielle dans le quartier du Prado à Lyon

Peu de choses subsistent aujourd’hui des établissements Faussemagne, importante fabrique d’huiles, de savons et de mastics implantée dans le quartier du Prado dans la deuxième moitié du 19e siècle. L’unique vestige, révélé par l’inventaire topographique du secteur Saint-André, est l’immeuble faisant l’angle de l’avenue Jean-Jaurès et de la rue du Père-Chevrier.

Immeuble Faussemagne, 60 avenue Jean-Jaurès. Photo F. Trabouillet, 2019 – Région Auvergne-Rhône-Alpes.

L’édifice attire l’attention par son gabarit modeste à l’égard des constructions voisines et par son décor figuré, peu commun dans ce secteur. Il témoigne d’une aventure industrielle et familiale, qui illustre sur trois générations l’histoire industrielle lyonnaise.

Jean-Marie Faussemagne (1800-1868), le père. La première génération des manufactures chimiques de la rive gauche.

La trajectoire du père de famille, Jean-Marie Faussemagne, est emblématique des balbutiements de l’industrie chimique lyonnaise. Fils de charpentier, né à Villié dans le Beaujolais en 1800, il s’installe à Lyon dans sa jeunesse. Il travaille d’abord comme teinturier, principale activité chimique sollicitée par la relance de l’industrie de la soie. En 1829, il épouse une ouvrière en soie originaire de l’est lyonnais. 

Peut-être a-t-il pu suivre l’enseignement de l’école de la Martinière, qui ouvre en 1826 un cours de chimie appliquée à la teinture des soies, à moins qu’il ne se soit formé empiriquement. Son activité évolue dans les années 1840 vers la production de colles extraites des os de bovins ou des arêtes de poissons. Cette filière a une ascendance commune avec celle de la teinturerie, puisque le dégraissage des os produit la gélatine alors que leur calcination produit le colorant appelé noir animal. 

D’abord installé rue Tupin, Jean-Marie Faussemagne acquiert en 1853 une importante parcelle de pré et une maison de belle facture récemment construite à la Guillotière.

La maison de Jean-Marie Faussemagne, 49 rue d’Anvers. Photo F. Trabouillet, 2018 – Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le secteur du Prado est alors un quartier neuf où les industries pouvaient facilement se développer. Il suit ainsi la migration des activités de teinture, longtemps concentrées le long de la Saône, qui se délocalisent en rive gauche autour de 1850. 

François Faussemagne (1832-1918), le fils. Un industriel brillant dans une production de pointe.

Jean-Marie Faussemagne semble avoir préparé soigneusement la transmission de l’entreprise à son fils François. Sans doute formé aux sciences grâce au développement précoce de l’enseignement technique à Lyon, il se désigne comme « chimiste » dans les actes officiels. En 1857, il épouse une jeune femme d’ascendance alsacienne, issue du milieu de la brasserie et du houblon. La même année, à l’âge de 25 ans, il prend la succession de son père à la tête de l’entreprise qui devient dès lors la « Maison François Faussemagne ». 

La progression et le développement continu de l’entreprise au cours de la seconde moitié du siècle sont jalonnés par une impressionnante série de récompenses acquises dans différentes expositions, rappelées sur le papier à en-tête de l’entreprise.

Papier à en-tête de la Maison Faussemagne, vers 1900. Collection particulière.

La Maison Faussemagne occupe une position reconnue dans le domaine de la chimie des corps gras : elle produit toujours des colles et des mastics, hérités de la spécialité paternelle, mais surtout des huiles de qualité pour la lubrification des machines et pour l’éclairage, et des savons pour le lessivage et le blanchissage industriel essentiellement. Son positionnement industriel repose sur l’association judicieuse de ces productions, qui permet d’employer à la production de savons les sous-produits issus du raffinage des graisses. 

Fournisseur attitré des chemins de fer français, de la Marine et des arsenaux, Faussemagne est apprécié des industriels lyonnais mais exporte également ses produits à l’étranger et en Algérie. En 1894, il est membre du jury de l’Exposition de Lyon, son entreprise étant placée hors concours. Il est cette même année élu à la Chambre du Syndicat commercial et industriel de Lyon. A cette date, il n’existe que cinq savonneries notables à Lyon. On peut estimer que la Maison Faussemagne pouvait employer une vingtaine d’ouvriers, de même que ses principaux concurrents Condat, Merlet et Naguet.

L’usine du Prado, 1885-1895

Quatre hangars sont construits successivement entre 1871 et 1882. Mais le développement urbain du quartier à la fin du 19e siècle contraint l’industriel à réorganiser ses installations. Le prolongement de l’avenue de Saxe, décidé en 1865, n’est réalisé qu’à la fin du 19e siècle. Au même moment, la création du quartier des Universités entraîne également l’élargissement des rues Dumoulin et Saint-Jérôme, qui traversent les usines. 

Une première campagne de modernisation est conduite en 1885, sous la direction de l’architecte Antoine Géry. La vieille maison de la rue d’Anvers est surélevée et rentabilisée comme immeuble à loyers. Un immeuble de rapport neuf lui est accolé au nord (voir le dossier). Sur le nouvel alignement de l’avenue de Saxe, Faussemagne fait construire deux petits bâtiments monumentalisant l’entrée des usines. Le pavillon nord accueille un magasin au rez-de-chaussée et des bureaux à l’étage : il remplace l’ancienne boutique de l’entreprise située 39 quai de la Guillotière.   

En 1891, ce pavillon est remplacé à son tour par l’immeuble actuel, construction de prestige qui accueille, en plus de la boutique et des bureaux de l’entreprise, le domicile patronal. Le décor extérieur est marqué par trois masques sculptés timbrant les fenêtres du premier étage : les motifs végétaux figurés en arrière-plan pourraient représenter des oléagineux (branches d’oliviers et fleurs de tournesols), matières premières transformées par l’entreprise.

Détail des sculptures de la façade. Photo F. Trabouillet, 2019 – Région Auvergne-Rhône-Alpes

Faussemagne s’adresse pour ce projet à l’architecte Gustave Jance, futur architecte des Hospices civils de Lyon, qui appose sa signature en façade.

Permis de construire de l’immeuble Faussemagne : façade sur l’avenue de Saxe, par G. Jance architecte, 1891. AML 314 W 60.

Cet architecte avait construit en 1883 un immeuble pour la boissellerie Mure, assez proche de l’immeuble Faussemagne mais aujourd’hui détruit (voir le dossier). 

Ainsi parachevée vers 1895, l’usine Faussemagne est représentée sur le papier à en-tête de l’entreprise. On y voit l’immeuble patronal, flanqué de chaque côté de deux grands ateliers en longueur, l’un sur la rue du Père-Chevrier, l’autre sur l’avenue Jean-Jaurès. Le cœur d’îlot n’est pas visible, mais trois cheminées d’usines sont clairement représentées. Le site fonctionne à plein régime jusqu’en 1907 au moins. A cette date, François Faussemagne alors âgé de 75 ans cède son entreprise à un nommé D. Hayem, qui la perpétue quelques années sous le nom de « Savonnerie du Prado ». Par la suite, les ateliers de la rue Chevrier deviennent fabrique d’ascenseurs Otis vers 1910, plus tard Société lyonnaise des matériaux d’isolation et de revêtement.

Vue du site depuis la rue du Père-Chevrier, vers 1910. Carte postale. AML 4 Fi 4133.

Ces bâtiments ont subsisté jusqu’en 2001, et ont pu être photographiés avant démolition dans le cadre des opérations d’urgence de l’inventaire.

Ancien entrepôt de la Société lyonnaise des matériaux d’isolation et de revêtement, avant démolition. Photo F. Blanchetière, 2001 – Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les ateliers de l’avenue Jean-Jaurès ont abrité une fabrique d’aciers laminés à partir des années 1920

Auguste Faussemagne (1862-1932), le petit-fils. L’expansion coloniale.

Si l’entreprise disparaît ainsi totalement du paysage lyonnais, l’aventure se poursuit outre-mer grâce au fils cadet de François Faussemagne. Né en 1862, Auguste acquiert le métier de son père, probablement au sein de l’entreprise : en 1881, à l’âge de 19 ans, il est recensé comme savonnier. Il complète ce parcours par un séjour de deux ans à Zurich en 1884-1886, vers l’âge de 22-24 ans, peut-être à titre de formation au commerce international. 

La colonisation de l’Indochine à partir de l’expédition du Tonkin en 1883 offre alors une opportunité commerciale et industrielle exceptionnelle, tant pour l’exportation des produits industriels vers la colonie que pour l’importation des matières premières utiles à l’industrie des huiles et savons, particulièrement le coprah et les fruits de palmiers à huile. 

Devançant la conscription par un engagement volontaire d’un an dès 1882, Auguste Faussemagne est ensuite versé dans la réserve active de l’armée d’occupation de l’Annam et du Tonkin en 1887. Il arrive ainsi très tôt en Indochine, littéralement dans les bagages de l’armée coloniale. Sur place, il fonde immédiatement à Haïphong l’Huilerie et savonnerie d’Extrême-Orient. Dès le 31 janvier 1888, il obtient l’autorisation d’exporter ses productions. La nouvelle entreprise duplique le modèle paternel en produisant des huiles, des savons et des colles à partir des oléagineux locaux (coco, arachide, ricin). Mais elle assure également une activité commerciale comme distributrice de produits importés de la métropole (alcools et vins), notamment des produits lyonnais (outremers Guimet). L’entreprise connaît un développement considérable.

Après son mariage en 1898, Auguste Faussemagne diversifie ses activités au début du 20e siècle en obtenant des concessions minières, agricoles et forestières sur le territoire de Quàng-yên, à l’est de Haiphong, et fonde une entreprise de travaux publics.

L’usine de l’Huilerie et Savonnerie d’Extrême-Orient à Haïphong, photographie tirée de Paul DUBOIS, Le Tonkin en 1900, p. 299 – Source gallica.bnf.fr / BnF.

En 1906, il se détache de l’Huilerie qu’il cède à son collaborateur Louis Flambeau. Solidement implanté en Indochine, il s’éteint à Haïphong en 1932.

Le parcours d’Auguste est emblématique de l’expansion coloniale des industriels lyonnais, dans le sillage d’Ulysse Pila et de la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon qui ont promu l’implantation industrielle en Indochine. Incarnant trois époques de l’histoire industrielle lyonnaise, l’immeuble Faussemagne apporte un précieux témoignage d’une histoire méconnue du quartier du Prado.

Par Magali DELAVENNE, conservateur du patrimoine, chercheur au Service patrimoines et inventaire général (Région Auvergne-Rhône-Alpes).


Pour aller plus loin

Consulter les dossiers d’inventaire
Sources 
  • Autorisations d’urbanisme : Archives municipales de Lyon 314 W 2 ; 314 W 4 ; 314 W 60 ; 315 WP 002/11 ; 315 WP 033/2 ; 344 W 1.
  • Etat civil de la ville de Lyon ; des communes de Villié, Saint-Symphorien d’Ozon, Limas et Fontaines-sur-Saône (69) ; et Haïphong.
  • Matricule militaire d’Auguste Faussemagne : classe 1882, matricule 1294. Archives départementales du Rhône et de la Métropole de Lyon, 1 RP 834.
Bibliographie
  • « Maison lyonnaise pour la préparation des huiles, graisses, savons et autres enduits et matières de graissage », dans Le Panthéon de l’industrie, journal hebdomadaire illustré, avril 1892. 
  • COIGNET, Jean. « Notice historique sur l’industrie des produits chimiques à Lyon », dans Syndicat commercial et industriel de Lyon. Travaux de la Chambre syndicale, 1873-1893. Lyon, 1894. P. 97-134.
  • KLEIN, Jean-François. Un Lyonnais en Extrême-Orient : Ulysse Pila, vice-roi de l’Indochine, 1837-1909. Lyon, Éditions lyonnaises d’Art et d’Histoire, 1994, 140 p.
  • TRAN, Van Kien. L’industrialisation de la ville de Haïphong de la fin du XIXème siècle jusqu’à l’année 1929 : l’invention d’une ville industrielle en Asie du Sud-Est. Thèse d’histoire, sous la direction de Philippe Mioche. Université d’Aix-Marseille, 2017.

PATRIMOINE/La manutention civile de Lyon à la Guillotière

L’existence de la Manutention civile de Lyon n’est plus connue aujourd’hui que par un dessin conservé aux Archives municipales de Lyon.

Manutention civile de Lyon : élévation donnant sur la rue de Marseille, 1854. Cabinet de Jules Exbrayat, architecte. Encre à la plume rehaussée à l’aquarelle – Archives municipales de Lyon, 58 FI 4.

Fondé en 1854, cet établissement visant à produire du pain à bas coût par la mécanisation de la boulangerie a pourtant connu autrefois une notoriété nationale. L’inventaire du patrimoine du secteur Saint-André, dans le 7e arrondissement, a permis de localiser le bâtiment et d’en identifier les modestes vestiges.

Le marché du pain à Lyon au milieu du 19e siècle

Alors que le pain est la nourriture principale des classes populaires, l’approvisionnement des villes est un enjeu de survie, couramment désigné comme la question des subsistances. À la différence des habitants des campagnes, les ouvriers des villes ont une alimentation peu diversifiée et ne possèdent pas de four à pain, ils dépendent donc entièrement de la boulangerie.

Afin de prévenir les pénuries, génératrices d’émeutes urbaines, la boulangerie est une profession strictement réglementée. Depuis 1791, la loi autorise les municipalités à fixer administrativement le prix du pain. Le cours officiel du pain, appelé « taxe », est fixé pour deux semaines en fonction du cours de la farine.

En outre, le décret impérial du 6 novembre 1813 réglemente les conditions d’exercice du métier de boulanger dans les grandes villes : l’ouverture d’une boulangerie nécessite l’autorisation de la municipalité, elle est soumise à la constitution de réserves de farine permettant la fabrication de pain pour trois mois, à la fois dans les locaux de la boulangerie et dans un dépôt public (la Grenette). En contrepartie, les autorités limitent le nombre d’autorisations accordées, établissant un numerus clausus des boulangeries.

Ce contexte est particulièrement tendu dans les années 1850 pendant lesquelles le prix du blé est au plus haut à la suite d’une série de mauvaises récoltes1, et qui font suite à la flambée insurrectionnelle de 1848-1851.

Affiche de la Manutention civile de Lyon, sans date – Archives municipales de Lyon, 784 WP/39/3.

La saison des manutentions civiles

La création de la Manutention civile de Lyon s’inscrit dans un mouvement national qui a touché de nombreuses villes de France, probablement à l’initiative des fabricants de machines ou des minotiers. La société des appareils Rolland, par exemple, met en place à Fontainebleau une usine modèle destinée à démontrer les possibilités de ses fours et pétrins mécaniques2. Elle propose une réorganisation complète de la filière en concentrant la production de pain dans des usines modernes, implantées en périphérie des villes dans les quartiers en développement, et en confiant au réseau des boulangers la seule mission de vente au détail dans des dépôts de pain. Entre 1855 et 1865, de nombreux établissements équivalents ont vu le jour3, mais ils n’ont connu qu’une existence éphémère.

Dès 1854, le négociant Pierre Delort fonde à Lyon la société de la Manutention civile, dont les statuts sont conservés aux Archives municipales de Lyon4. Son projet industriel est présenté dans une brochure destinée à réunir des investisseurs5. En cas de succès, il prévoyait la création d’une dizaine d’usines analogues, qui pourraient satisfaire à elles seules l’ensemble de la demande en pain de la ville de Lyon.

La Manutention associe dans une même usine la production de farine, la fabrication et la cuisson du pain. Cette concentration permet de nombreuses économies d’échelle : économie d’énergie, puisque les meules et pétrins sont alimentés par la même machine à vapeur ; économie de combustible, par le recours à la houille moins chère que le bois utilisé par les boulangers ; économie de main d’œuvre et enfin économie sur le blé importé d’Ukraine, de Crimée ou de Pologne.

Organisation de l’usine

La Manutention occupe un large terrain situé entre la rue de Marseille et la rue Pasteur. La construction de l’usine est autorisée le 25 novembre 18546. L’architecte Jean-Baptiste-Jules Exbrayat est lui-même sociétaire de l’entreprise et membre du conseil de surveillance.

La disposition de l’usine est connue par un plan :

Lyon. Manutention civile, plan et coupe. Tiré de Compte-rendu des études sur la meunerie et la boulangerie, 1857 – Source gallica.bnf.fr / BnF.

et une description technique publiés en 18577. Suivant un plan en U, elle est organisée autour d’un bâtiment central de plan carré, haut de 5 niveaux, accueillant la meunerie. Le plan fait apparaître les deux beffrois circulaires à engrenages, chacun actionnant six paires de meules. Ces meules provenaient de la carrière du Bois de la Barre à la Ferté-sous-Jouarre, principal centre meulier de France.

L’aile nord est divisée en trois niveaux, dont les planchers reposent sur de simples poteaux. Le rez-de-chaussée accueille des espaces utilitaires et administratifs. Les étages sont probablement occupés par les greniers, la Manutention civile étant soumise à l’obligation de conserver sur place un stock de garantie pour trois mois. L’aile sud se compose d’une vaste salle voûtée accueillant huit fours à sole tournante de la société Roland. Deux pétrins mécaniques complètent l’équipement. La panèterie, local où sont stockés les pains après cuisson, fait la jonction entre la boulangerie et la meunerie.

En 1855, un immeuble d’un étage vient compléter l’ensemble le long de la rue de Marseille, de l’autre côté de la cour dominée par la cheminée d’usine8. Il accueille le siège administratif de l’entreprise à l’étage et permet d’ouvrir un débit de pain au rez-de-chaussée, sur le lieu même de production. C’est ce dernier édifice qui fait l’objet du dessin conservé.

Conditions de fonctionnement

L’ouverture de l’établissement est autorisée au titre de la réglementation de la boulangerie par arrêté préfectoral du 5 janvier 18559. La société s’engage alors à vendre à perpétuité le pain à deux centimes au-dessous du prix réglementaire. Afin de préserver l’équilibre du marché, les pouvoirs publics imposent à la Manutention le rachat d’une boulangerie pour chacun de ses huit fours, puis pour chaque nouveau débit de pain ouvert.

La Manutention produit du pain de seconde catégorie, dit pain de ménage, pour la consommation courante. Une enquête administrative indique que « le pain de la Manutention a bon gout, il est bien cuit, plus nutritif que celui des boulangers mais il est plus serré car le pétrissage mécanique ne reproduit pas exactement le pétrissage manuel10 ».

Pour assurer la distribution du pain produit massivement par l’usine, une dizaine de débits sont ouverts dans les quartiers populaires de Lyon ou sur les marchés alimentaires. Chaque débit pouvait vendre jusqu’à 900 kg de pain par jour.

Difficultés et faillite

Des échanges de courriers témoignent des efforts du gérant pour obtenir une adaptation du règlement de la boulangerie lyonnaise, renouvelé en 1857. Il se heurte à la résistance efficace de la corporation des boulangers et échoue à s’attacher le plein soutien des autorités qui craignent l’instauration d’un monopole des subsistances.

Le Préfet Vaïsse, maire de Lyon, met en garde le Ministre de l’agriculture contre les risques de « confier une trop grande part de l’alimentation publique aux intérêts d’une entreprise industrielle privée ». Il estime par ailleurs que « l’entreprise a déjà reçu tous les encouragements publics compatibles avec les intérêts de la boulangerie ancienne ”11.

Le règlement adopté en 1857 est défavorable à la Manutention civile, dont la faillite ne se fait pas attendre. L’usine est rachetée par un négociant en grains marseillais qui poursuit la production jusqu’en 1860. Après une nouvelle faillite, l’usine cesse alors toute activité de boulangerie mais continue à produire des farines.

Quelques années plus tard, cependant, le cadre réglementaire est entièrement renouvelé avec la libéralisation de la boulangerie en 1863. Le prix du pain est libéré, les entraves à l’installation sont levées. Dans ce nouveau contexte, une association commerciale pour la vente du pain à prix réduit exploitant les bâtiments de la Manutention est fondée en 1867. On ignore la date d’interruption définitive de ses activités.

Le devenir des bâtiments

Les bâtiments de la Manutention civile n’ont pas pour autant disparu du paysage urbain. Le siège de l’entreprise a été surélevé de plusieurs étages et transformé en immeuble à loyer avant 1886.

Vue actuelle de l’immeuble, 30 rue de Marseille. Phot. E. Dessert, 2016 – Région Auvergne-Rhône-Alpes.- IVR84_20166901407NUCA

La façade sur rue conserve l’élévation élégante et ornée dessinée par Exbrayat, avec son entresol traité en bossage continu et les grandes baies du premier étage.

L’aile nord, peu transformée, est devenue une école professionnelle. Le reste du tènement industriel a été acheté entre 1886 et 1897 par la congrégation enseignante des Sœurs de Saint-Charles. L’aile des fours a été démolie et remplacée par deux bâtiments d’école. La meunerie, débarrassée de ses installations industrielles, est conservée dans ses volumes d’origine au cœur du complexe scolaire devenu aujourd’hui le lycée Belmont.

Le bâtiment de la meunerie et l’aile nord sont les vestiges les mieux conservés de la Manutention civile – Phot. M. Delavenne, 2020 – Région Auvergne-Rhône-Alpes.IVR84_20226900273NUCA

L’exemple de Lyon permet-il d’expliquer l’échec généralisé des manutentions civiles ? Leurs détracteurs ont souvent mis en cause l’incompétence des dirigeants. L’exemple de Pierre Delort, couramment décrit comme un mauvais gestionnaire, peut plaider en ce sens. Fils d’un taillandier de Narbonne, où il est né en 1817, il s’installe avant 1840 à Lyon et exerce d’abord la profession d’horloger12. Il n’est donc ni meunier, ni boulanger, mais semble présenter le profil si décrié des aventuriers de l’industrialisation. Le manque de crédit et d’investisseurs peut s’expliquer par l’absence d’attaches lyonnaises de Pierre Delort qui reste un étranger sans appuis.

Au-delà de ce cas particulier, la boulangerie industrielle ne semble pas adaptée au modèle de consommation qui se met en place dans la deuxième moitié du siècle, avec la diversification de l’alimentation et la libéralisation de la boulangerie. Les clients recherchent des raffinements nouveaux dans la forme et la saveur : c’est la vogue du pain blanc, de la baguette et des pains de fantaisie. Le modèle industriel sous-estimait également le coût et les difficultés du transport vers les débits (marchandises abîmées, délais, difficulté d’adaptation aux commandes). Les boulangeries mécanisées se sont ainsi imposées auprès des publics captifs, pour l’approvisionnement des casernes, des hôpitaux ou des communautés religieuses. En ville en revanche, seule la production et la vente de pain au détail ont pu répondre aux attentes nouvelles des consommateurs.

Par Magali DELAVENNE, conservateur du patrimoine, chercheur au Service patrimoines et inventaire général (Région Auvergne-Rhône-Alpes).


Pour aller plus loin
  1. A Lyon, on relève une hausse des prix de 115 % entre 1850 et 1856, d’après Bernadette ANGLERAUD, Les boulangers lyonnais aux XIXe et XXe siècles, p. 33-34 et p. 46. []
  2. Exactement contemporaine de la Manutention civile de Lyon, cette usine ouvre ses portes le 1er janvier 1855. « Etablissement modèle de panification mécanique à Fontainebleau », Notice sur les appareils de panification Rolland (Pétrin mécanique. Four à air chaud et sole tournante), Paris, 1856 (consultable sur Gallica). []
  3. Ces expériences ont fait l’objet d’une importante campagne d’opinion et de multiples rapports. Elles semblent principalement localisées dans le nord-ouest de la France et dans la région lyonnaise (Saint-Etienne, Aubenas, Annonay, Grenoble, Rive-de-Gier). La Manutention civile de Rennes a fonctionné au moins de 1864 à 1876. Voir P. GOSSET, Sur la question meunerie-boulangerie : de la nécessité de créer de grandes manutentions civiles, Paris, 1857, 39 p. ; et De la meunerie-boulangerie, propos d’une enquête établie sur un projet de ce genre par les autorités municipales de la ville de Rouen, 1858, 20 p. (consultable sur Gallica). []
  4. Statuts de la Société en commandite et par action constituée à Lyon, sous la raison sociale de Pierre Delord et Compagnie, et sous le titre de Manutention Civile de Lyon [12 avril 1854], 1C/302957. Manutention civile de Lyon. Nouveaux statuts de la Société. [10 mars 1855], 1C/302985. []
  5. Projet d’une boulangerie mécanique, devant fournir quinze mille kilos de pain par jour, ou le dixième de la consommation journalière de la ville de Lyon, Lyon : Impr. d’A. Vingtrinier, 1854, 31 p. []
  6. AML 315 WP 047/8, Rue Henri IV : alignement, autorisations de construire. []
  7. JANVIER et LEFEBVRE, Marine et colonies. Compte-rendu des études sur la meunerie et la boulangerie faites dans un voyage en France, en Angleterre et en Belgique, Paris : impr. adm. de Paul Dupont, 1857, p. 6-8 (consultable sur Gallica). []
  8. AML 315 WP 001/17, Cours Saint-André : alignement, autorisations de construire. 1852-1856. []
  9. AML, 784 WP/39/3, Boulangerie : vente de pain à prix réduit, Manutention civile (1853-1867). []
  10. Idem : Enquête sur le fonctionnement, la technologie et les résultats de la Manutention civile conduite par le commissaire de police du 3e arrondissement, juillet 1856. []
  11. Idem : lettre du Préfet du Rhône au Ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, 4 août 1856. []
  12. Acte de mariage, le 22 septembre 1841. AML, 2 E 354, acte n°1018. Pierre Delort est référencé comme horloger au 2, place des Célestins dans l’Indicateur lyonnais de 1842. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search