PATRIMOINE/La nécropole nationale de la DOUA

Encerclé par le campus universitaire et le réseau routier, le cimetière militaire de la Doua se dresse dans le paysage lyonnais comme un haut lieu de mémoire nationale rendant un hommage suprême aux soldats « morts pour la France ». Il leur offre une sépulture décente et digne de leur service rendu.

La nécropole nationale de la Doua (Photographie Lola Boccassini, mars 2021)

La réalisation de la nécropole nationale de la Doua

À la Libération de Lyon, le 3 septembre 1944, les opérations de recherches des personnes décédées sous l’Occupation commencèrent. Elles s’orientèrent vers le site de la Doua, sur la commune de Villeurbanne, sur lequel on découvre la présence d’un stand de tir. L’existence d’un peloton d’exécution et la présence de corps sont rapidement présumées.

Terrain militaire d’entraînement appartenant au ministère de la Guerre et lieu d’exécution des prisonniers de la prison de Montluc, ce site devient un lieu central des fouilles. Elles sont menées par les services mortuaires de la Croix-Rouge sous la direction du Frère Benoît, par le bureau des inhumations de la Ville de Lyon et par le Service régional d’identité judiciaire (SRIJ)1.

Fouilles du charnier de la Doua par les équipes mortuaires de la Croix Rouge (1944) (AD69, 3788W878)

En juillet 1945, après un an de recherches infructueuses et interrompues par une crue du Rhône, le lieu se révèle être un véritable charnier, dissimulant les corps de résistants condamnés à mort par le Tribunal Militaire Allemand.

77 corps sont retrouvés près du stand de tir. 68 hommes, entre 16 et 73 ans, sont identifiés par le SRIJ. Ils étaient soldats, sous-officiers, maquisards, étudiants, ouvriers, commerçants, et ont été exécutés pour faits de Résistance.

Inondation des terrains militaire de la Doua en raison de la crue du Rhône (1944) (AD69, 3788W873)

Une fois les corps retrouvés, restitués ou non aux familles, naît la volonté de rendre aux morts de guerre un hommage d’une ampleur nationale. C’est à travers ce désir d’ériger un cimetière militaire sur le terrain de la Doua que cet hommage se matérialise dans l’espace.

En juillet 1945, à l’initiative du comité des Amis du charnier de la Doua émerge l’ambition de créer un cimetière militaire. Le maire de Lyon, Édouard Herriot, dans la perspective d’honorer le souvenir des fusillés de la Doua, apporte son soutien et son concours au projet. Il obtient du Gouverneur militaire du Lyon, Marcel Descour, de s’associer pleinement à cette entreprise.

Rapidement les objectifs du projet s’élargissent pour devenir « un cimetière militaire national plus vaste où seraient regroupées les tombes militaires de la Seconde guerre disséminées dans les divers cimetières »2. Le projet initial d’un petit cimetière de patriotes migre vers un haut-lieu national de reconnaissance pour l’ensemble des morts de la Seconde Guerre mondiale.

Finalement, c’est un projet d’une plus grande envergure qui vient se rattacher à celui de la construction de la nécropole : le regroupement à la Doua de l’ensemble des tombes militaires de la Première Guerre mondiale disséminées dans les cimetières lyonnais de la Croix-Rousse, Loyasse, la Guillotière Ancien et Nouveau3.

En 1953, le regroupement des dépouilles des deux générations du feu est acté ! Après la cession des terrains à l’État par la Ville de Lyon4 et l’accomplissement des obligations techniques5, le 7 juillet 1954, par un arrêté préfectoral le cimetière militaire est officiellement délimité.

Arrêté du préfet du Rhône du 7 juillet 1954 délimitant officiellement le cimetière militaire national de la Doua (AM Villeurbanne, le Rize, 2H3)

 

Répartition des terrains militaire de la Doua entre la Ville de Lyon (bleu clair), le Service des PTT (bleu foncé), et l’autorité militaire (rouge) (1954) (Cimetière militaire de la Doua, NNRA3)

 

Un cimetière pour quels morts ?

La réponse semble être une évidence : pour les morts de guerre. La réalité est beaucoup plus complexe. En effet, l’ensemble des morts de guerre n’ont pas accès à ce lieu de repos éternel. Il est réservé à des catégories précises et définies par la loi. Ce phénomène aboutit à une distinction entre les différentes victimes de guerre.

Pour qu’une dépouille puisse accéder à la nécropole de la Doua, le défunt et les circonstances de sa mort doivent correspondre aux exigences du Code des pensions militaires d’invalidité et victimes de guerre.

Au sens législatif, « une nécropole nationale regroupe les corps des combattants « Mort pour la France » en temps de guerre, bénéficiant d’une sépulture perpétuelle entretenue aux frais de l’État dans un terrain acquis par celui-ci6 ». Ainsi, sont exclusivement autorisés à la Doua les corps portant la mention « Mort pour la France » et les sépultures à charge de l’État7.

Seul le ministère des Anciens Combattants et Victimes de guerre peut déterminer si les décès des soldats et civils remplissent les conditions posées pour l’accès à la mention « Mort pour la France » et par conséquent, s’ils peuvent obtenir une sépulture perpétuelle aux frais de l’État à la nécropole de la Doua. Les services municipaux ne sont pas autorisés à établir la liste des victimes de la guerre ayant accès au cimetière.

La municipalité a dû strictement respecter les lois concernant l’entrée des corps à la Doua. Ainsi, comme de nombreux cimetières militaires, la Doua n’incarne pas toute la nation sacrifiée. Ce projet funéraire reste limité sur cet aspect, estompant le souvenir de certains tués de guerre inhumés dans les cimetières communaux lyonnais.

Un cimetière porteur d’une mémoire transnationale

La nécropole de la Doua abrite 209 sépultures de guerre dans lesquelles reposent des corps de nationalités étrangères : 82 corps de la Grande Guerre et 127 de la Seconde Guerre mondiale8. Bien loin de la volonté initiale d’en faire un cimetière réservé aux soldats français, la ville de Lyon et le ministère des ACVG décident finalement de l’ouvrir à une mémoire transnationale.

L’ensemble des nations ayant participé aux conflits prennent place à la Doua. Ce lieu honore les combattants étrangers qui s’inscrivent dans la mémoire française. Sans distinction de nationalité, alliés, hommes d’Outre-mer et soldats appartenant aux nations ennemies, ne forment qu’une seule communauté de destin dans la mort.

La nécropole de la Doua se présente comme un symbole de réconciliation entre les nations et un lieu de dialogue et de réunion transnationale et interculturelle.

Les sépultures étrangères sont là pour rappeler les valeurs de fraternité et de paix. La nécropole de la Doua devient un site de réflexion sur la guerre et la paix à l’échelle internationale.

 

Un lieu toujours vivant

Inaugurée il y a soixante-dix ans, la nécropole nationale a vu ses initiateurs et les principaux témoins des évènements s’éteindre. Cependant, elle reste un site fréquenté par de multiples visiteurs. Proches, anciens combattants, promeneurs, touristes, élèves, chercheurs et historiens viennent sur ces lieux pour comprendre l’histoire ou rendre hommage à leurs aînés ou frères d’armes.

Bien que la nécropole demeure un site toujours investi par les visiteurs, il y a un intérêt à maintenir cet espace vivant. Les cimetières militaires ne bénéficient pas d’un classement au titre de monument historiques, ni au titre de protection des sites9. Pour assurer leur avenir, ces lieux doivent être stimulés pour rester attrayants et être sauvegardés, car leur devenir reste incertain. Dans cette dynamique-là, la nécropole de la Doua participe chaque année au Printemps des cimetières. Par ailleurs, en association avec le Mémorial de la Prison de Montluc et le Rize de Villeurbanne, le cimetière poursuit sa valorisation. Il propose ponctuellement des visites guidées afin de faire connaître ce haut-lieu de mémoire du paysage lyonnais.

Par Lola BOCCASSINI, étudiante en master Archives à l’Université Lyon 3

Bibliographie

  • BOCCASSINI Lola, La construction de la nécropole nationale de la Doua et l’inhumation des soldats de la Première et Seconde guerre mondiale (1945-1975), Mémoire de recherche en archives, sous la direction de Chatelan Olivier, Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3, 2020.
  • BIRABEN Anne, Les cimetières militaires en France, Paris, Éditions l’Harmattan, 2005.
  • Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerres, Délégation à la mémoire et à l’information historique : Atlas des nécropole nationales, Paris, la Documentation française, 1994.
  1. Service rattaché à la Direction Territoriale de Police Judiciaire, dépendant elle-même de la Direction Générale de la Police Nationale rattachée au ministère de l’intérieur []
  2. Archives municipales Lyon (AML) 1025WP30, Rapport pour le Maire Édouard Herriot, 27 octobre 1945. []
  3. Par la suite d’autres regroupements de cimetières s’ajoutent au projet tels que des militaires exhumés dans les départements de l’Ain, de l’Ardèche, de la Drôme, de l’Isère, de la Savoie, de la Saône-et-Loire, des Basses-Pyrénées, Pyrénées Atlantiques, ainsi que du cimetière communal Cusset de Villeurbanne. []
  4. Le terrain appartient pour les quatre cinquièmes à l’autorité militaire et pour le reste à la Ville de Lyon et au Service Radioélectrique du ministère des Postes, Télégraphes et Téléphones. []
  5. Concerne l’enquête géologique, l’accord du Conseil départemental d’hygiène du Rhône, l’accord de la direction de l’urbanisme et habitation de Lyon et l’accord des autorités militaires locales. []
  6. Ministère des ACVG, Atlas des nécropole nationales, Paris, la Documentation française, 1994, p. 3. []
  7. Le Frère Benoît, seul civil inhumé à la Doua. C’est la seule exception faite à la loi en raison de la valeur symbolique de sa présence dans ce lieu dont il est le principal acteur de sa réalisation. []
  8. Belges, italiens, polonais, russes, serbes, roumains, tchécoslovaques, grec, allemands, australien, britanniques, canadiens, espagnols, néo-zélandais, yougoslaves, marocains, tunisiens. []
  9. BIRABEN Anne, Les cimetières militaires en France, Paris, Éditions l’Harmattan, 2005, p. 202. []

ARCHIVES/Archives funéraires (1/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°1 :

Repères historiques locaux : les lieux de sépulture à Lyon

Prendre soin des morts est une des marques de l’humanité. Au fil des générations, les modalités en ont varié. L’enfouissement des restes osseux (dans le rite de la crémation) ou du cadavre (dans celui de l’inhumation) est l’acte qui accorde le statut de sépulture. Il en existe différents types : la concession en terre, le caveau (les cercueils sont disposés à l’intérieur d’une cuve bétonnée), l’enfeu (caveau d’une place hors-sol), le jardin cinéraire (en terre ou caveau pour inhumer plusieurs urnes), le columbarium (rocher ou mural), les rosiers (au pied desquels les cendres du défunt sont dispersées), le jardin du souvenir (pelouse de dispersion des cendres), le terrain général (cercueil en pleine terre, réservé aux indigents).

Extra-muros dans l’Antiquité, au cœur des paroisses au Moyen Age et sous l’Ancien Régime, de nouveau hors de la ville au XIXe et aujourd’hui totalement absorbés par la croissance urbaine, où se trouvent les espaces réservés aux morts ?

1 – Les nécropoles antiques

A l’époque gallo-romaine, les sépultures sont concentrées le long des voies de communication. La coutume était de brûler les corps puis les cendres étaient recueillies dans des urnes inhumées sous des pierres. A Lyon comme ailleurs, les sépultures sont dans des espaces ouverts, au contact des vivants. Lugdunum compte ainsi une cinquantaine d’ensembles funéraires à l’extérieur des murs : le long des voies d’Aquitaine (vers le sud-ouest), de Narbonnaise (vers le sud par la rive droite du Rhône), de l’Océan (vers l’ouest), du Rhin (vers le nord-est), du compendium Lyon-Vienne (vers le sud par la rive gauche du Rhône), de l’actuel quai Arloing, à l’emplacement de l’actuelle place Valmy, dans l’actuel quartier de Saint-Just…

Le tombeau romain de Quintus Calvius Turpio place de Choulans [place Eugène-Wernert] dans le quartier de Saint-Just (5e arrondissement) (1905) (AML, 1PH/495)

2 – Les aîtres1 paroissiaux

Avec l’adoption du christianisme au IVe siècle, les sépultures se rapprochent des églises. Elles deviennent même communes à l’intérieur même des églises à partir du IXe siècle, au plus près des reliques des saints.

Parmi les plus anciennes nécropoles lyonnaises de l’ère chrétienne, citons :
– La nécropole de Choulans, la plus grande nécropole jamais découverte à Lyon, exhumée en 2015 sur les pentes de Fourvière, sous l’église Saint-Irénée, et en usage aux Ve-VIIe siècles.
– La nécropole de la basilique funéraire Saint-Laurent-de-Choulans, à l’entrée Est du tunnel de Fourvière, active aux VIIe et VIIIe siècles.

Sous l’Ancien Régime, chaque paroisse a son cimetière. A Lyon, on en a compté jusqu’à 19, dont :
– Le cimetière d’Ainay, situé au chevet de l’église, supprimé en 1792 par la percée de la rue Adélaïde Perrin.
– Le cimetière des Cordeliers : situé sur la place du même nom, son entrée se trouvait vers celle de la rue Grenette.
– Le cimetière de Saint-Nizier. Il entourait l’abside de l’église. Supprimé par les protestants en 1562 puis rétabli, il a subsisté jusqu’en 1800. Redécouvert en 1954. Seul cimetière nommément situé sur le plan scénographique, c’était le plus important de la ville. A tel point que vers 1750, il déborde : son niveau est à 2 mètres au-dessus de celui des rues avoisinantes.

L’église Saint-Nizier et son cimetière Plan scénographique de Lyon, détail (vers 1550) (AML, 2SAT/3/12)

Mais à la fin du XVIIIe siècle, les « logements des morts » sont source de débats sans fin : les garder près des églises est contraire aux nouvelles préoccupations hygiéniques.

3 – Les cimetières2

  1. Les cimetières des hôpitaux

Les cimetières de l’Hôtel-Dieu (XVe-XVIIIe siècles)

L’histoire semble commencer au XVe siècle lorsqu’un cimetière hospitalier est établi dans la cour de la pharmacie (au nord-ouest de l’hôpital) avant d’être transféré dans la cour Saint-Martin.

En 1672, suite à des plaintes contre l’insalubrité croissante, les recteurs de l’Hôtel-Dieu obtiennent de l’archevêque une ordonnance par laquelle ils peuvent convertir en cimetière le jardin d’une maison, dite de la Madeleine, leur appartenant rue Bourgchanin (actuelle rue Bellecordière). Il fut ensuite appelé cimetière de Lorette, du nom de la confrérie de pénitents y ayant autrefois résidé.

Au XVIIIe siècle, deux cimetières (mis au jour en 2015) sont ouverts pour inhumer Juifs et Protestants : dans la cour nord et à proximité de la rue de la Barre.

Le cimetière de la Madeleine (1695-1866)

Craignant de voir se renouveler les inconvénients éprouvés en 1672, l’Hôtel-Dieu se décide à transporter le cimetière extra-muros. Le terrain choisi est situé à La Guillotière, non loin d’un ensemble funéraire gallo-romain, entre le château de la Motte et l’ancienne maladrerie de la Madeleine (aussi appelée St-Lazare, au carrefour actuel de la rue Garibaldi et de la rue Marc Bloch, à l’emplacement de la cité universitaire). Acquis en 1695, il est contigu à la chapelle de la Madeleine, fondée au XIVe siècle et servant de succursale à l’abbaye d’Ainay. Les 1ères inhumations ont lieu en 1696 et le cimetière est alors destiné aux pauvres et vagabonds sans famille morts à l’Hôtel-Dieu ou à la Charité. Le terrain est successivement agrandi en 1698, 1722, 1728 et 1838.

En 1794, les cimetières paroissiaux lyonnais ne suffisant plus, la ville fait creuser à ses frais une fosse au cimetière de la Madeleine afin de pouvoir y enterrer le surplus des corps.

Le sol de la Madeleine parvient rapidement à saturation. Les riverains demandent la suppression du cimetière. Mais les Hospices civils de Lyon (HCL) y sont fermement opposés. Le cimetière perdure jusqu’en 1866. Le terrain de la Madeleine est finalement vendu à l’Etat en 1962.

Le carré des HCL au cimetière de la Guillotière (1864-1983)

C’est en 1850 que les HCL reconnaissent l’urgence de la mesure réclamée par les riverains de la Madeleine. En 1864, la Ville leur donne un terrain jouxtant le cimetière de la Guillotière. Les premières inhumations ont lieu le 1er janvier 1866. Le même jour, on ferme les portes de la Madeleine. Le carré des HCL est rétrocédé à la Ville de Lyon en 1983.

  1. Les cimetières de Loyasse

A partir de la déclaration royale de 1776, les édiles lyonnais recherchent un emplacement destiné à la création d’un cimetière général en remplacement de tous ceux situés à l’intérieur de la ville. Entre 1776 et 1807, 15 projets sont élaborés.

En avril 1807, la ville acquiert les propriétés Rivay et Fichet, sur le territoire de Loyasse, au lieu-dit des Quatre-Vents, à l’ouest de plateau de la Sarra sur la colline de Fourvière, soit 346 ares de vignes clos pour la somme de 32 000 francs. Et le 2 mai, le Conseil municipal y crée le premier cimetière municipal. Le site remplit tous les critères hygiénistes. Plusieurs agrandissements ont lieu dans les décennies suivantes. En 1853, l’acquisition des terrains Turge et Nachury forme le nouveau cimetière de Loyasse, ouvert début 1854.

Entrée du cimetière de Loyasse le jour de la Toussaint Carte postale, Ed. Farges [début du XXe siècle] (AML, 4FI/3790)

Les cimetières de Loyasse possèdent un monument aux morts des conflits mondiaux, un monument aux morts de la police, un monument à la mémoire des sapeurs-pompiers morts au feu (1896), un « carré des prêtres » (première inhumation en 1833), un monument rappelant la catastrophe de Fourvière (1930).

Pour faciliter le transport des cercueils et améliorer la desserte du cimetière, la loi du 14 décembre 1895 déclara d’utilité publique, au profit de la FOL (compagnie du chemin de fer de Fourvière à l’Ouest lyonnais), la ligne de chemin de fer allant de la place Saint-Paul à Loyasse via Fourvière. L’exploitation du funiculaire fut interrompue par les OTL (Compagnie des omnibus et tramways de Lyon) le 1er mai 1920.

  1. Les cimetières de La Guillotière

Le cimetière du faubourg de La Guillotière (jusqu’en 1822)

Sous l’Ancien Régime, le cimetière de La Guillotière était adossé à l’église paroissiale Notre-Dame de Grâce, fondée à la fin du XIVe siècle et rebâtie en 1619 sur l’emplacement occupé plus tard par la place de la Croix (aujourd’hui place Stalingrad).

Le cimetière de la Ville de Lyon sur le territoire de La Guillotière (depuis 1822)

L’emplacement du cimetière de la Guillotière est fixé non loin du château de La Motte. Il est ouvert aux inhumations le 5 mai 1822.Il est agrandi à plusieurs reprises. L’acquisition du terrain Combe-Blanche (domaine de la Pressiane) en 1857-1858 forme le nouveau cimetière de la Guillotière. Les 1ères inhumations ont lieu le 13 septembre 1859.

Il comporte un terrain destiné aux HCL en remplacement du cimetière de la Madeleine (1864), un crématorium (construit en 1912-1913), un caveau provisoire (démoli en 1962 pour faciliter l’accès au boulevard des Etats-Unis – carrefour du Jet d’eau disparu au profit de l’implantation d’une ligne de tramway -, il est reconstruit l’année suivante plus à l’ouest), un jardin du souvenir (inauguré le 7 octobre 1982).

  1. Les cimetières de la Croix-Rousse

Un territoire sans paroisse ni cimetière (jusqu’en 1791)

Sous l’Ancien Régime, le faubourg de La Croix-Rousse (auquel appartenait le territoire de Cuire) était partagé entre plusieurs paroisses de Lyon pour le service religieux :
– Saint-Saturnin pour le versant du Rhône,
– Saint-Vincent pour le versant de la Saône,
– Notre-Dame de la Platière pour le plateau,
– l’église de Cuire, rattachée à la paroisse St-Pierre-de-Vaise, pour la partie nord.

Les inhumations se faisaient dans les cimetières appartenant à chacune de ces paroisses.

Le cimetière du faubourg de La Croix-Rousse sur le territoire de Cuire (1791-1823)

En 1791, La Croix-Rousse voit son église érigée en paroisse. Comme il était nécessaire d’y ajouter un cimetière, qui devait être situé loin des habitants, la municipalité acquiert un terrain au sommet de la montée de Cuire. Mais le 26 mai 1801, Cuire est détaché de La Croix-Rousse pour être rattaché à la commune de Caluire. Le cimetière du faubourg de La Croix-Rousse se trouve donc désormais sur le territoire de Caluire. Les litiges se multiplient : le cimetière de Cuire ferme le 1er juillet 1823.

Le cimetière du faubourg de La Croix-Rousse, puis de la Ville de Lyon, sur le territoire de La Croix-Rousse (depuis 1823)

Le 21 avril 1823, La Croix-Rousse acquiert le terrain Berjon pour l’établissement de son cimetière.

Il a été agrandi plusieurs fois. Les acquisitions Crétinon et Régipas des années 1860-1870 ont formé le Nouveau cimetière de la Croix-Rousse.

  1. Le cimetière de Saint-Rambert

Il s’agit du cimetière de la commune de Saint-Rambert l’Ile Barbe, rattachée à la Ville de Lyon en 1963.

  1. Le cimetière communautaire

Créé à Bron en 1988 par la communauté urbaine de Lyon, il possède un crématorium et un funérarium. Ouvert à tous les cultes, il a une capacité de 27 000 caveaux.

  1. Le cimetière israélite

Créé en 1810 dans le quartier de la Mouche, il est géré par le consistoire israélite de Lyon.

 

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives municipales de Lyon

  1. Les aîtres sont les terrains libres servant de cimetière près d’une église. Du latin atrium, « pièce principale de la maison romaine », qui prit au XIe siècle le sens de « cimetière ». []
  2. Un cimetière est un terrain, le plus souvent clos de murs, dans lequel on enterre les morts. Apparu au milieu du XIIe siècle, le terme est issu du latin chrétien cimeterium et du grec koimeterion, « lieu où l’on dort », « lieu où reposent les morts ». []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search