DÉCOUVERTE/Le développement des études chinoises : à la lumière de l’inscription bilingue du fort Saint Irénée (2/2)

(Suite de l’article “Le développement des études chinoises : une conquête séculaire 1/2“)

En 1921, sous le mandat d’Edouard Herriot et du gouverneur le général François Marjoulet (1859 -1935), une inscription sino- française signe la reconversion du fort militaire saint Irénée en espace universitaire. L’opus lapidaire, au fronton du porche encore muni de sa grille semi circulaire, a été rehaussé d’or lors du centenaire de la première guerre mondiale qui a vu s’éteindre de grands pionniers de la sinologie française1. Au XXIe siècle, ce nouvel orient provincial demeure la référence sémantique d’une incessante Grande Etude entre deux vieilles civilisations. Pour saisir la pertinence de ce palimpseste, emmenons le promeneur exigeant, curieux du monde et de son temps, pour une analyse progressive de la scénographie initiée par deux jeunes universités nées à la fin du XIXe siècle, l’université lyonnaise et l’université impériale pékinoise2 pour des interprétations du Lugdunum antique, de l’Universitas médiévale et de l’Institutum à l’emploi plus tardif3.    

« La France ne pouvait être défaillante à l’heure où la Chine toute occupée à se moderniser réclame des guides intellectuels et des conseillers techniques » A. Monestier : La mission en Chine de Painlevé, collection de la « politique de Pekin », Pekin, 1921   

« pour le bien commun, suivre la voie de la Grande Etude pour se renouveler sans cesse jusqu’à la perfection », Confucius : La Grande Etude, I, 1

UNE SCÉNOGRAPHIE MINIMALISTE 

L’inscription bilingue a été conçue sur trois espaces architecturaux du fort, d’inégale amplitude : le garde-corps du balcon de l’ancien pavillon d’honneur, un cube en saillie et la voussure du porche. Le garde-corps affichant horizontalement les 16 lettres majuscules d’UNIVERSITÉ DE LYON surplombe l’arc clavé parcouru des 21 lettres gravées d’INSTITUT FRANCO CHINOIS. Entre cette hiérarchisation institutionnelle s’insèrent, sur deux niveaux, deux aires dénuées de toutes lettres latines mais emplies de six groupes de traits multidirectionnels dits sinogrammes. Pour clarifier la lecture, mettons des lettres sur les traits selon le système officiel de romanisation instauré par la République populaire de Chine en 1958. Cet alphabet syllabique phonétique4 met en jeu 400 syllabes chinoises accentuées selon quatre signes diacritiques ˉ, ´, ˇ, `.                        

La première aire sinisée, la face en saillie du cube, encercle deux groupes de traits ramassés, s’énonçant de haut en bas, affecté du 3ème ton et affecté du 4è ton. veut, en sept traits, traduire phonétiquement la première syllabe de LYON ; veut, en trois traits, traduire, par un autre procédé, le substantif UNIVERSITÉ. Ainsi, la verticalité de ses deux sinogrammes interprète spécifiquement l’horizontalité des trois groupes de lettres latines UNIVERSITÉ DE LYON en éludant volontairement la seconde syllabe de Lyon et la préposition « de ». La deuxième aire sinisée se déploie de part et d’autre de cette verticalité monosyllabique suivant la voussure du porche. Quatre claveaux reçoivent quatre autres groupes de traits, de style différent, énoncés de droite à gauche, en quatre syllabes affectées respectivement des Ier, 3è, 4è et 2è ton, zhōng fă dà xué, selon l’alphabet syllabique phonétique de 1958.

En partant de la droite, zhōng, en quatre traits, veut traduire l’adjectif « chinois » ; , en huit traits, veut traduire l’adjectif « français » ; , pourtant identique à celui gravé sur le cube, se traduit ici par l’adjectif « grand » puis xué, en seize traits, veut traduire le substantif « étude ». Ces quatre « sinogrammes-mots », zhōng fă dà xué, interprètent l’ample courbure dessinée en dessous par les trois groupes de lettres latines INSTITUT FRANCO-CHINOIS

L’échafaudage linguistique sur l’architecture militaire de la première moitié du XIXe siècle vient nourrir une efficience rhétorique du dessein universitaire. Le croisement de lignes enserre en filigrane, à l’orée de la Société des nations, un maillage civilisationnel et diplomatique nourri par une polysémie grammaticale dénuée de désinence, signature de la langue dite non flexionnelle des deux aires sinisées. 

La verticalité des deux sinogrammes et, d’inspiration sigillaire, gravés respectivement pour LYON et UNIVERSITÉ, veut surligner dans le carré puis le cercle trois particularités de l’Antiquité chinoise : le sceau des premiers souverains détenteurs d’un mandat du ciel, les colonnes des premiers textes rédigés de haut en bas et la représentation carrée de la terre tôt véhiculée par le sinogramme circonscrit à cet espace quel que soit son nombre de traits. Le tracé différent du quadrinôme zhōng fă dà xué dit régulier marque l’uniformisation en 221 avant notre ère de l’écriture des différents royaumes combattants par le premier empereur ennemi des préceptes du premier pédagogue reconnu, Kŏngzĭ (551- 479), le Confucius des jésuites, dont celui de la Grande Etude, dà xué, mise en page sous ce titre par ses disciples. Ce dà xué, rescapé de l’autodafé impériale de l’an 213 av. J.C., structure l’opus bilingue conçu à l’aune d’un Extrême-Orient fracturé entre une Russie devenue bolcheviste et un Japon impérial irrigué par « Le chinois, langue universelle comme l’a été le latin en Europe …et toujours la langue de l’Extrême Orient «5.  

En 1921, en France, dà xué résonne dans la petite diaspora issue des premières associations franco- chinoises d’obédience anarchiste enracinées à Paris dès 19036 puis étoffée suite au refus de rapatriement de certains citoyens chinois recrutés lors de la Grande guerre pour le front français7. En Chine où émerge un parti communiste, l’antique dà xué fédère le peuple à l’heure de la récupération de la province natale de Confucius, le Shāndōng maritime, restée aux mains du Japon par le Traité de Versailles, déclencheur du mouvement patriotique contestataire du 4 mai 1919 aussi porteur d’un discours de modernité8.    

UNE GRANDE ETUDE 

Dans la littérature chinoise, la traduction des néologismes prend racine dans un prodigieux vivier sémantique où l’on puise à l’infini, sans jamais créer de nouveaux sinogrammes, une interprétation. L’Empire mandchou sinisé, empiété de concessions internationales, est fortement engagé dans un mouvement de traduction des mots français, à partir de ce vivier, depuis le premier traité franco-chinois de 1842. 

En 1921, deux ouvrages servent toujours de référence : le dictionnaire étymologique du linguiste philologue Xǔ Shèn (58-147) dont le titre shuō wén jiě zì exprime l’Origine des caractères indécomposables et Explication des sinogrammes composés et le dictionnaire officiel du deuxième empereur mandchou Kāngxī (1654 – 1722), publié en 1716, recensant plus de 50 000 groupes de traits (de 1 à 36) classés sous une liste numérotée de 214 unités sémantiques fondamentales (de 1 à 13 traits)9

Les processus de translation retenus pour LYON et UNIVERSITE valorisent les unités sémantiques fondamentales. La traduction de la première syllabe de Lyon est non seulement phonétique mais aussi significative. Elle est puisée parmi 72 syllabes «li» envisageables du Kāngxī, dont l’unité sémantique n°166, , véhiculant l’idée d’une communauté, d’un village. Pour la notion d’UNIVERSITE, le seul processus retenu, le transfert de sens selon Xǔ Shèn, est puisé dans l’unité sémantique n° 37, signifiant la grandeur, dont le tracé originel représente un homme adulte de face, les bras tendus. A ces deux clés de lecture s’ajoutent celles de zhōng, fă et xué, trois sinogrammes composés du Kāngxī recensés sous trois unités sémantiques différentes dites clés.             

zhōng, sous la clé n° 2 de la ligne verticale, désigne le centre, la terre chinoise, et figure parmi les sept sinogrammes choisis pour la dénomination complète de « Première République de Chine » née en février 191210.  

, sous la clé n° 85 de l’eau (trois obliques à gauche), traduit phonétiquement la première syllabe de FRANCE, réduite à « fa » car inexistante dans le système syllabique chinois. Il a été sélectionné parmi 10 « fa » envisageables du Kāngxī car il irrigue le sens de « loi ».  

xué, sous la clé n°39 de l’enfant, traduit le fait d’étudier. Associé à l’unité sémantique , il interprète l’étude de la grandeur. Ainsi, « dà xué », grande étude, englobe les notions d’universitas médiévale et d’institutum.   

En Chine, ce binôme dà xué est déjà gravé, avant même la suppression des concours mandarinaux en 1905, au fronton de deux nouvelles institutions universitaires : à Pékin, sur celui de la première université impériale fondée en 1898 puis très vite dans la concession française de Shanghai, sur celui de l’université jésuite sino-française Aurore11. Ainsi, à la fin de l’Empire céleste, leur projet pédagogique dont l’enseignement du français et du latin, soutenu par le jeune ministère de l’éducation prônant un enseignement officiel mixte s’affiche à l’envi, en reprenant, avec vénération, le titre antique du court traité de la Grande Etude confucéenne.

dà xué appartient, selon une hiérarchie littéraire millénaire, à la littérature classique chinoise dite noble car dénuée de toutes traces dialectales. Il constitue avec ses 1546 sinogrammes un memento de conduite, qu’une infime minorité lettrée « devenue raisonnable après la petite étude » doit lire. Le premier chapitre énonce en 246 sinogrammes les sept préceptes d’un enseignement commentés dans les dix chapitres suivants.  Devenu socle pédagogique, dà xué figurait parmi les épreuves des concours mandarinaux ouverts à la première classe dominante mais minoritaire d’une société traditionnellement hiérarchisée selon quatre groupes : lettrés, paysans, artisans puis les commerçants. Au XVIe siècle, il est devenu le magnum studium des missionnaires jésuites traducteurs dont le pionnier italien Matteo Ricci (1552-1610). dà xué, latinisé en Ta-Hio par les jésuites français, dans les Mémoires éditées à partir de 1776 par l’ancien intendant de Lyon, Bertin, ou en TÁ-HIO par l’orientaliste Guillaume Pauthier (1801-1873), est traduit par « grande science » au Musée des variétés littéraires à l’heure du slogan anti-mandchou de l’Exhortation à l’étude des sciences occidentales12.

Dans la Myrelingues de Rabelais, déjà investie dans la diffusion des connaissances chinoises13, les translations du Lugdunum antique, d’Universitas médiévale, d’Institutum, avec les unités sémantiques de village, grandeur, enfant, incrustent une maitrise linguistique des promoteurs du mouvement travail-études créé en 1912 avec la Première république chinoise. En 1921, la première promotion mixte de 138 pensionnaires, d’emblée financée par les indemnités imposées par les Légations étrangères victorieuses des Boxers (1899-1900), symbolise la nouvelle classe sociale dite intellectuelle qui sait qu’à l’ouest on pense autrement. Tous nés à la fin du XIXe siècle, sous l’avant dernier empereur mandchou Guāngxù (1871-1908), ils sont les lauréats d’un concours de français et lecteurs de la première grammaire française élémentaire conçue par un chinois14. Cependant, cette élite unie par une écriture millénaire, énonce encore à voix haute, en divers dialectes mutuellement inintelligible, les six groupes de traits gravés au fronton du fort militaire. L’harmonisation de leur langage peine à se concrétiser depuis le manifeste « Suggestion pour une réforme de la littérature », publié en pleine guerre mondiale dans la revue bilingue Nouvelle Jeunesse créée dans la concession française de Shanghai15

 UN PHARE SÉMANTIQUE AU XXIe SIÈCLE   

Ces lignes de force sémantiques retenues à l’ère du chemin de fer du Yunnan et actives durant un quart de siècle dans les Institutions lyonnaises16 se prolongent au XXIe siècle à l’intérieur même du fort par un récit bilingue linéaire. Ce récit intra-muros, gravé sur une plaque apposée sur l’ancien bâtiment de conférence de l’Institut, rénové en 2014 pour le cinquantenaire de la reconnaissance en 1964 par la France de la République populaire de Chine, réaffirme la pertinence du lien institutionnel et met en exergue l’adéquation didactique de la Grande Etude pour un nouveau projet vivifié d’une dimension muséale.  

L’énoncé en français est traduit en 22 sinogrammes répartis sur deux lignes égales dont les six sinogrammes millénaires du porche. Aujourd’hui, la lecture à haute voix, de gauche à droite, s’effectue par tous les Chinois de la même manière et la romanisation selon les normes de 195817. De plus, la traduction a intégré le résultat de la réforme de la littérature voulue par le manifeste de 1917 à savoir l’instauration d’une langue nationale, le pǔtōnghuà (tout le monde-circule-parole), basée sur un seul dialecte, celui du nord, et sur un dissyllabisme plus intelligible que le monosyllabisme de l’Antiquité avec l’ajout de marqueurs grammaticaux salvateurs. Ainsi, ce récit présente tout l’intérêt porté à l’évolution de la Grande Etude et les compétences de la communauté enseignante.   

A la première ligne, les traductions de Lyon, lĭ, et de Chine, zhōng, sont renforcées d’un second groupe de traits. La deuxième syllabe de Lyon est traduite phonétiquement par la syllabe ang dotée d’une valeur significative. Parmi les cinq « ang » envisageable du Kāngxī, le choix s’est porté sur le sinogramme áng affecté du 2ème ton, de huit traits, nourri au- dessus de la clé n° 72 du soleil, signifiant s’élever. Cette élégante traduction de Lyon en 15 traits, áng (communauté qui s’élève), est présentée pour la première fois à l’orée du XXIe siècle dans le grand dictionnaire Ricci pionnier chinois-français18. La traduction de Chine est complétée par le sinogramme générique de pays, guó affecté du deuxième ton, aujourd’hui sinogramme de huit traits, nourri de la clé n° 31 du territoire pour signifier le pays du milieu, zhōng guó. A la fin de la ligne, ce même zhōng choisi pour traduire « Centre » est ici clarifié par l’ajout d’un sinogramme synonyme, xīn, de quatre traits, unité sémantique fondamentale n° 61 du cœur.

A la seconde ligne, le quadrinôme zhōng fă dà xué reste monosyllabique et finit pourtant par un xué réduit de moitié. Son tracé en huit traits, sous la même clé sémantique de l’enfant, gomme le dessin d’origine, un enfant au- dessous d’un autel rituel surmonté de mains. xué et guó représentent avec trois autres sinogrammes simplifiés du récit19, le pourcentage (¼) de modifications réalisées à l’ère de Mao (1949-1976) où l’usage de la Grande Etude a subi de fortes tribulations. 

Ces caractéristiques du pǔtōnghuà tapissent, les murs intérieurs du nouveau musée où le promeneur retrouve sur des archives multilingues présentées les deux sinogrammes et de l’élément le plus saillie de la voute sémantique. La verticalité de , soulignée de la mention « BIBLIOTHÈQUE », est au cœur d’une couronne de deux cercles concentriques dont l’intérieur est parsemé des lettres majuscules de “INSTITUT FRANCO CHINOIS — LYON“.  

L’estampille enregistre ainsi un autre résultat de la Grande Etude, le premier fonds chinois provincial. Ce fonds a été constitué intra-muros durant un quart de siècle par les Chinois francophiles dits de saint Irénée venus pour renouveler un savoir national auprès des Institutions lyonnaises. Ouvrages reliés à la chinoise, ouvrages européens, revues dont les Annales franco chinoises de Lyon fondées en 1925 par le lieutenant-colonel Benoît Favre (1874 – 1934)20 et 137 thèses pluridisciplinaires rédigées en français parfois préfacées par Edouard Herriot21 sont devenus la propriété de l’Université. En grande partie accessibles, elles ont été présentées en 2014 dans cet ancien bâtiment de conférence, après une première présentation lors des 26èmes Journées européennes du Patrimoine en septembre 2009 sur des panneaux amovibles dans une pièce de l’ancien dortoir, en pierre de Couzon.

Ce thresor inédit déposé en 1987 -pour sa valorisation- à la bibliothèque municipale de la Part-Dieu s’accroît rapidement avec la collection chinoise jésuite des Fontaines, les travaux du général Jacques Guillermaz (1911-1998), d’André Yacinthe Roquette dit André d’Hormon (1881-1965)22. Au XXIe siècle, en 2011, l’Institution accepte la bibliothèque privée de deux Chinois exilés à Lyon devenus, à la suite de la Grande Etude, universitaires : Lĭ Chénshēng alias Danielle Li (1827-2018), fille du 164ème pensionnaire Lĭ Shùhuà (1901-1991) inscrit au Conservatoire et Li Tche-houa (1915 -2015), 424ème pensionnaire, inscrit à la Faculté des lettres23.  


L’inauguration d’un Nouvel Institut franco-chinois en septembre 2016, plus d’un demi-siècle après la 473ème et dernière inscription24 dévoile, en rouge, le tracé antique des sinogrammes et dà, jamais simplifié. Sceau civilisationnel, clé de voute et matrice d’une convergence pédagogique, il soutient la portée noble du zhōng fă dà xué en renouvelant l’inscription bilingue devenue archive ouverte au monde. 

C’est également le message de la partition de musique générée par le geste sculptural sur le calcaire de la pierre de Villebois du fort nécessaire à la recomposition progressive des 31 traits, selon une direction et un ordre précis, de zhōng,, et xué. Cette succession d’instants entre en résonance avec le Cœur de la littérature sculptant le dragon du lettré Liύ Xié (465-522) qui préconise de « ne pas répéter plus de trois fois des caractères de même radical », car il peut faire « crier les fantômes et pleuvoir du grain » et celui des promeneurs, d’ici ou d’ailleurs, au regard élevé, toujours en quête de sens pour « se renouveler sans cesse jusqu’à la perfection pour le bien commun ». 

Par Chantal-Marie AGNES

  1. Séraphin Couvreur (1835 – Chine 1919) s.j., Edouard Chavannes (Lyon 1865 -1918) et son élève Victor Segalen (1878 -1919). []
  2. Une Université dans sa ville, Lyon, Libel, 2018 ; l’université impériale de Pékin créée en 1898 lors de la révolution dite des cent jours (11 juin 1898 – 21 septembre 1898), écrasée par l’impératrice douairière Cíxĭ (1835 – 1908), tante du jeune empereur mandchou réformiste Guāngxù (1871- 1908) ; Agnes C.-M. : Le développement des études chinoises à Lyon : une conquête séculaire in hypotheses.org []
  3. Dictionnaire historique de la langue française Rey A., Paris, Le Robert, 1992 []
  4. Système dit hànyŭ pīnyīn (chinois-langage-assembler -son). A la fin du XIXe siècle, la diaspora francophone utilisait le système Couvreur dit de l’École française d’Extrême-Orient fondée à Hanoï en 1898 ; Couvreur S. : Dictionarium linguae sinicae latinum, Ho kien-fou, 1877 []
  5. Courant Maurice (1865 – 1935) : Revue internationale de l’enseignement, Paris,1899 []
  6. Associations fondées par le lettré antimandchou Lĭ Yùyíng (1881-1973) alias Lĭ Shízēng, diplômé de l’Institut Pasteur et de la Sorbonne, ardent promoteur de l’Institut franco-chinois, ami du recteur de l’université de Pékin Cài Yuánpéi (1868-1940). []
  7. La dénomination officielle chinoise, yī gōng dăi bìng, signifie « Travailleurs civils et volontaires à la place de soldats » []
  8. Les articles 156 et 157 du Traité attribuent au Japon les intérêts allemands dont la province maritime du Shāndōng []
  9. Agnes Ch.-M. : De l’utilité d’un dictionnaire : entre divination et diplomatie, Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et arts de Lyon, 2017 []
  10. zhōng huá rén mín gòng hé guó : milieu-civilisation-homme-peuple-ensemble-harmonie-pays []
  11. Aurore fondée en 1903 par les jésuites français de retour et le jésuite chinois Joseph Mă Xiangbo (1840-1939), frère de Mǎ Jiànzhōng (1845-1900) diplômé de Paris, autour d’une première grammaire chinoise en 1898 []
  12. Confucius Sinarum Philosophus, sive scientia sinensis latine exposita, Paris, 1687 ; Cibot Martial : Ta-Hio in Mémoires concernant l’Histoire, les Sciences, les Arts, les mœurs, les usages… des Chinois par les Missionnaires de Pékin, Paris, 1776-1796, vol.1 pp. 432-458, 1776 ; Pauthier G. : tá hio ou la grande étude, Paris, Revue encyclopédique, tome LIV, avril-juin 1832 ; Paris, Didot, 1837 ; Frenel Fulgence (1795-1855) : Le musée des variétés littéraires, De L’Éducation chez les Chinois, Paris, 1824, tome IV []
  13. Riquebourg-Trigault (de) D.F. :  Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de Chine, Lyon, Horace Cardon, 1616 ; Agnes Ch.-M. : Comment la première traduction d’un roman chinois a vu le jour à Lyon en 1766 in hypothese.org ; Un « livre de génie » fer de lance de la traduction sino-française in hypothese.org []
  14. Tsen tson-ming (1896-1939) : Grammaire française élémentaire, Tours, imprimerie chinoise, 1920 ; a vécu en France de 1912 à 1930 []
  15. Manifeste lancé en 1917 par un étudiant boursier prometteur Hú Shì (1891-1962), aux Etats-Unis depuis six ans []
  16. Agnes Ch.-M. : 1935, première acquisition par le musée des Beaux-arts de Lyon d’une peinture chinoise moderne in hypothese.org ; Bernard O., Locard E., Marbotte P. : Le chemin de fer du Yunnan, une aventure française en Chine, Bordeaux, Elytis, 2016 []
  17. 22 syllabes chinoises accentuées : lĭ áng yī zhōng guó guān xì cù jīn zhōng xīn # lĭ áng zhōng fă dà xué lĭ shĭ bò wù guăn []
  18. Le grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise, Paris, Desclée de Brouwer, 2001 []
  19. La simplification concerne les sinogrammes guó, guān, xì, jīn, lĭ et guăn []
  20. Fabre B. : Révolution chinoise et sociétés secrètes in Revue de Paris, Ier octobre 1931 []
  21. Tseng Tchong-ming : La Chine pacifique d’après ses écrivains anciens et modernes, Lyon, Desvigne, 1924 ; cote CH 19173 []
  22. Agnes C.-M. : Le fonds chinois du général Jacques Guillermaz, un que sais-je à explorer in hypotheses.org ; André d’Hormon, acteur durant 50 ans à Pékin de l’enseignement du français et fondateur en 1936 du centre franco- chinois d’études sinologiques

    []

  23. Lĭ Chénshēng : Contribution à l’étude de la pédagogie à la fin des Ming et au début des Qing d’après l’œuvre de Li Gong (1653-1733), Thèse, Université Paris VII, 1979 ; Li Tche-houa devenu Doctor ès-lettres de l’université de Lyon avec une thèse sur le théâtre chanté de la dynastie mongole Yuan, a toujours gardé la transcription latine de l’École française d’Extrême-Orient selon Couvreur []
  24. Shi Zhende, 50ème étudiante, née en 1926, venue de la province nord-est du Shānxī, inscrite en janvier 1946 à la Faculté des sciences []

PEINTURE/1935, première acquisition par le Musée des Beaux-arts d’une peinture chinoise moderne

La création de l’Institut franco-chinois, en 1921, bénéficie de l’appui du maire de Lyon, Edouard Herriot. Cette institution nouvelle, créée pour accompagner le désir d’ouverture de la jeunesse chinoise, se révèle féconde, en ce qu’elle permet de fructueux contacts intellectuels et artistiques. Lorsque le Musée des Beaux-Arts de Lyon acquiert sa première œuvre contemporaine chinoise en 1935, il faut voir là une conséquence directe de ce choix.

Catalogue de l’exposition d’art contemporain chinois dédicacé par Edouard Herriot et préfacé par Claudel

« Ce que j’admire dans la peinture chinoise, c’est qu’elle reflète toutes les grâces, toutes les sensibilités, toutes les finesses d’une pensée hautement civilisée au vrai sens de ce mot. »
Édouard Herriot : Catalogue de l’exposition d’art contemporain chinois au musée du jeu de paume, Paris, 1933

« Deux manières de voir, prodigieusement différentes, se proposent à l’artiste, que fera-t-il ? Quelle leçon peut-il retirer de nos musées ? Quels ouvrages saura-t-il mener à bien avec nos brosses et nos couleurs broyées à l’huile ? »
Paul Valery : avant-propos du Catalogue de l’exposition d’art contemporain chinois, Paris, mai-juin 1933

Après les scènes de la première tenture chinoise réalisée à Beauvais dès 1690, les chinoiseries des peintres Lyonnais Jean-Baptiste Pillement (1728 – 1808) au XVIIIe siècle et Antoine Vollon (1833 – 1900) au XIXe siècle sur les plaques émaillées de dessiccateurs de soie1, un renouveau artistique chinois émerge.
A l’orée du XXe siècle, les Européens voient arriver des artistes chinois en quête de techniques occidentales à la faveur d’une exhortation à l’étude de l’ouest lancée par des Lettrés progressistes à la fin de la dynastie mandchoue Qing (1644-1911). « L’Empire céleste n’a jamais su embellir des peintures d’huile » remarquait déjà au XVIe siècle Matteo Ricci, le jésuite introducteur des études scientifiques occidentales à la Cour impérial des Ming2. Au XVIIIe siècle, le jésuite Jean-Denis Attiret (Dole 31 juillet 1702 – Pekin 8 décembre 1768), peintre attitré de l’Empereur mandchou Qianlong (1735-1796), rendait compte de son agacement : « Très ignorant de lorsqu’il s’agit de se peindre eux-mêmes […].se défigurent de telle sorte qu’ils sont méconnaissables ”3

La Première République chinoise de 1912 prolonge cette dynamique par le mouvement travail-étude à l’étranger.
A Lyon, le premier magistrat Edouard Herriot, grand humaniste soutient d’emblée la première Société franco-chinoise d’éducation née en 1916 et la création de l’Institut franco-chinois mixte au fort saint Irénée en septembre 1921, deux mois après la création du parti communiste chinois dans la concession française de Shanghai. Différentes institutions lyonnaises vont accueillir les lauréats, symbole de la nouvelle classe sociale des intellectuels avide d’ouest, venus se perfectionner. L’école des Beaux-arts participe à l’enseignement des techniques artistiques occidentales : sculpture, peinture à l’huile, étude du portrait…

En un quart de siècle, l’école des beaux-arts va former 18 pensionnaires de l’Institut dont six femmes incarnant l’instruction féminine officielle amorcée seulement dix ans avant la Première République.
Parmi eux sont inscrits en 1928 Dzang su-hong (orthographié selon sa carte n° 236 de l’Institut) et en 1931 sa femme Chen Zhi- xiu sous le n° 299, 24ème femme de l’Institut dont cinq inscrites aux Beaux-arts de Lyon depuis 1921. Tous deux ont appris le français en bénéficiant des structures mises en place depuis la fondation du mouvement et lisent les nouvelles revues d’art créées à la fin du XIXe siècle. Ils ont également suivi de Chine les expositions d’œuvres novatrices de leurs contemporains organisées en 1924 à Strasbourg, en 1925 à Paris pour l’exposition internationale. Tous deux participent ardemment durant six ans à la vie artistique de la ville d’Edouard Herriot pour qui « la Chine a droit au respect de tout être vraiment instruit et civilisé. Elle est la doyenne des civilisations ; notre histoire comparée à la sienne ne semble plus qu’une enfance ”4.

UN ENSEIGNEMENT DE GEORGES DECÔTE

La notice très succincte du Dictionnaire d’Emmanuel Bénézit (1854-1920)5 ignore le prélude artistique lyonnais de ce chinois né sous un Empire moribond, le 6 avril 1904 à Hángzhōu, petite Venise sur la côte chinoise.
Dzang est arrivé à Lyon avec sa femme par ses propres moyens, le mouvement travail-étude s’étant achevé en 1927, suite à la répression des communistes à Shanghai le 12 avril 1927.

A Lyon, Dzang pourtant muni de ses diplômes chinois acquis à l’école technique de Hángzhōu (section teinture et tissage) puis à l’école des Beaux-Arts de Shànghăi a des difficultés pour construire son projet d’intégrer l’école municipale de tissage et de broderie. Après un premier refus pour l’année scolaire 30-31, il s’adresse au Professeur Jean Lépine (1876-1967), doyen de la Faculté de médecine et un des acteurs de la fondation de l’institut. Son élégante écriture, sa signature en lettres latines Dzang su-hong avec tiret et sa belle détermination seront récompensées. Inscrit également aux Beaux-arts, il est vite remarqué par son professeur Georges Décôte (1870-1951), directeur de l’atelier de peinture. Dzang se distingue entre 1930 et 1932 par huit premiers prix à titre étranger pour les travaux d’une année selon le registre des récompenses des Beaux-Arts de Lyon.

Page de Dzang su-hong du registre des récompenses de l’école des beaux-arts

En 1930 : il obtient la 1re mention pour des travaux de perspective ; en 1931 le 2e prix pour des décorations de tissus, 1re mention pour le croquis et 1er prix pour la peinture ; en 1932 : 1er prix pour le concours de fin d’année, 1re mention pour décor de tissus, 1re mention pour l’application, 1re mention pour les travaux de l’année et remporte le prix de Paris à titre étranger. La nomination de ces prix sont publiés officiellement par la Société lyonnaise des Beaux-arts créée à la fin du XIXe siècle en 1887.

Sur les encouragements de son professeur Georges Décôte, Dzang expose au regard occidental lors de différents salons artistiques organisés par la Société lyonnaise des Beaux-arts (SLBA), dont il deviendra sociétaire en 1932, trois huiles sur toile :

Chant de l’exil (1931), Portrait de madame G. au piano, (1932), Malade fiévreuse (1931) où il prend pour modèle sa femme pour illustrer l’art du portrait à l’occidentale.

Chant de l’exil représente une jeune fille jouant de la flûte.
Cette première œuvre exposée en 1932 à la SLBA sous le n° 180 remporte le prix d’excellence. Portrait de madame G.au piano (100×31) reçoit la médaille d’argent également en 1932. Malade fiévreuse  (58 x 74.5cm) après une première exposition à Paris en 1933 au musée des écoles étrangères et contemporaines du Jeu de Paume remporte sous le n° 153 la médaille d’or du salon de Lyon de 1934, année où Herriot préside la nouvelle association « Les amis du peuple chinois » fondée en 1934 par le pionnier de la littérature comparée René Etiemble.

Chant de l’exil servira de carte postale pour la première exposition de l’Association artistique des étudiants chinois de France, Portrait de madame G.au piano rejoindra le musée de sa province natale de Dzang, le Zhejiang museum et Malade fiévreuse alors au Fonds national d’art contemporain [1934-1935 (13643)] rejoindra au musée de Lyon deux poteries chinoises anonymes rassemblées en 1917. Malade fiévreuse sera en 1935 la première acquisition d’une œuvre moderne chinoise par le musée des beaux-arts sous la direction de René Jullian (1903 – 1992).

MALADE FIÉVREUSE

Malade fiévreuse de Dzang su-hong (Musée des Beaux-Arts de Lyon)

Le châssis de cette peinture à l’huile de modeste dimension signée en haut à gauche DZANG SU HONG 1935 PARIS, porte une autre date 1931, celle de sa réalisation à Lyon.
Malade fiévreuse met en scène une jeune femme asiatique alitée au corps masqué hormis une main. Les procédés de l’œuvre afin de rendre encore plus vivant le personnage sont ceux du contraste, du camaïeu et de l’analogie, notions essentielles de la pensée chinoise. Le camaïeu diaphane des oreillers ridés de gris perle qu’effleure la main gauche au poignet infléchi, incarnation de l’efficience du pinceau chinois, domine un arrière-fond gris nuage. Cet ensemble accueille un maquillage fortement appuyé du visage posé sur ce sédiment ondulé, le cou à peine dévoilé, délicatement attiré vers la gauche, symbole chinois du masculin, celui qui est regardé, prolongeant ainsi la dramaturgie. À partir d’une chromatique apparemment restreinte de couleurs fondamentales chinoises, rouge, noir et blanc, Dzang, d’ethnie mandchoue, s’exerce à une fine dilution de pigments selon des vœux que l’habileté du poignet saura faire suinter. Le rouge vif, couleur du sceau impérial, symbole de loyauté et de bravoure, rehausse des lèvres ne révélant que la blancheur éclatante de deux incisives centrales. Le rosé de la main aux doigts ponctués de cinq petits points impose le statut social. Le noir geai de la dense chevelure ramassée répond aux deux traits intenses des sourcils redessinés jusqu’aux tempes, aux multiples traits des cils, au rond de l’iris-pupille des yeux à l’épicanthus à peine souligné et rappelle le bâton noir d’encre sèche que le Lettré s’évertue à délayer dans une minuscule cuillère. Le blanc porcelaine de l’œil au larmoiement retenu réplique à celui de la literie et du bandeau de la chevelure, plissé, strié de brefs traits à l’instar des craquements de l’antique scapulomancie. Les quelques cm2 de la carnation rosée du visage aux rougeoyantes pommettes fiévreuses répondent à ceux d’une couverture opaque camaïeu sable à motifs géométriques.

Ainsi traité, ce portrait très éloigné des normes de la peinture classique chinoise véhicule pourtant des fondamentaux de cette civilisation millénaire. Ce visage est visiblement une beauté chanjuan, une beauté toujours en créativité, celle de la lune dans son apparence la plus gracieuse si présente dans l’imaginaire chinois. Ainsi, l’habileté du poignet de Dzang tente de traduire à l’occidentale le féminin loué dans le texte fondateur du taoïsme de l’antiquité chinoise, le daodejing de Laozi et par les masques d’opéra chanté portés par des acteurs masculins jouant « le féminin ». L’intention du pinceau de Dzang sous une apparente rupture entre tradition et modernité crée un face à face entre le peintre invisible et son modèle et envoie un double message à l’Occident qui rêve de la Chine, elle-même rêvant d’Occident.

Plus d’un demi-siècle après, en 1998, une certaine Mme Chang, formée aux États-Unis, revient sur la terre natale des premières œuvres de ses parents qui lui ont donné le prénom Shana car il est en résonnance phonétique avec Saône, fleuve témoin de sa naissance en mars 1931, année de Malade fiévreuse. Curieusement, dans son ouvrage en chinois publié en 1997 au chapitre consacré à la période française 1927-1936, la dizaine de toiles alors réalisée n’est pas reproduite excepté Portrait de Mme G. au piano.

Terre cuite de tête d’enfant de Jeanne Bardey, 1922 (Musée des arts décoratifs de Lyon)

Pourtant, son portrait de fillette est sculpté par sa mère, alors inscrite au département sculpture et modèle reconnaissable de Malade fiévreuse. Exposée en 1932, cette sculpture rappelle étrangement une décennie après la terre cuite portant trois sinogrammes de Jeanne Bardey (1872-1954), ultime élève de Rodin et grande amie d’Édouard Herriot, façonnant une tête de petite fille chinoise. Mme Chang venue présenter son livre réalise alors l’influence réciproque de ces nouveaux milieux artistiques sino-français nés après la Première guerre mondiale.

Signature verticale de Dzang su-hong
1997

***

Par son implication dans la diffusion de l’art contemporain chinois, Lyon sous le mandat d’Herriot a devancé l’appel de C.T. Loo en 1956, un des premiers chinois arrivés à Paris dès 1902, fondateur de la première galerie d’art asiatique parisienne où Dzang fut accueilli : « Nous devons avoir un esprit international, l’Art n’a pas de frontière. Les objets d’Art parcourent le monde tels des ambassadeurs silencieux ». Au fort Saint-Irénée les trois sinogrammes de Dzang su-hong (toujours -livre -oie sauvage) aujourd’hui romanisés en Cháng Shūhǒng sont gravés à l’intérieur du nouvel Institut franco-chinois. De plus, à l’extérieur, dans les jardins, une œuvre sculpturale en bronze de 2014 rappelle son renouveau artistique qu’il poursuivra à Paris puis en Chine.

Par Chantal-Marie AGNES

  1. Jean-Baptiste Pillement : Chinois péchant à la ligne, Dijon, musée national Magnin ; Chinoiseries, Marseille, musée Grobet-Labadié ; Antoine Vollon a reproduit les peintures du pays ramenées par le pionnier Jules Itier (1802 -1877) lors de la mission diplomatique française de Théodore de Lagrenée en 1840 []
  2. Trigault Nicolas : Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine 1582-1610, Lyon, Horace Cardon, 1616 []
  3. Lettres édifiantes et curieuses écrites des Missions étrangères par quelques missionnaires de la compagnie de Jesus, Paris, Jean Baptiste du Halde, 1709-1743 []
  4. Tsen Tsonming (1896-1939) : La Chine pacifique, d’après ses écrivains anciens et modernes, morceaux choisis et traduits par lui-même, préface d’E. Herriot, Lyon, Desvignes, 1924 []
  5. Bénézit E. : Dictionnaire des peintres sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, Paris, Gründ, 1999 []

DECOUVERTE/Le développement des études chinoises à Lyon : une conquête séculaire [1/2]

«Ce qui est laborieux à réunir, est laborieux à diviser »
Matteo Ricci :  Traité de l’amitié, Nanchang, 1596

 

Contre toute attente, à la veille de la Grande Guerre, Lyon s’est dotée de la première chaire universitaire de France de sinologie pour enseigner la langue et l‘histoire de la civilisation chinoises1.  Cette étape didactique majeure élaborée pour ce champ civilisationnel alors méconnu est le fruit d’agoras européennes forgées sur les siècles de l’Empire ottoman à la faveur de questions religieuses et commerciales aux deux extrémités de l’Eurasie.  Au cours de ce processus séculaire apparaît une agora lyonnaise qui au tournant du XXe siècle où se profile le chemin de fer sino-tonkinois dit du Yunnan, se mobilise pour une instruction efficiente de cette nouvelle science.  Ce point d’orgue provincial sera, après mille vicissitudes, joué par un des rares Orientalistes « breveté de chinois », le Parisien Maurice Courant, défricheur d’un œkoumène extrême-oriental tôt sinisé.  Cette forte empreinte culturelle constituera la pierre d’attente d’un développement inédit sous le long mandat du maire sinophile Édouard Herriot.  Après le traité de Versailles pro-japonais contesté par une Chine républicaine désormais actrice de la Société des Nations, ce premier sinologue universitaire de France indûment cantonné à la coréanologie, sera la clef de voûte du futur Institut franco-chinois sis au Fort Saint-Irénée laissé alors à la disposition de la jeune université lyonnaise née en 1896.

Émergence d’une agora sinophile lyonnaise

Au Moyen-Âge, un nouvel éveil extrême-oriental s’amorce dans la capitale des Gaules avec les émissaires du pape Innocent IV alors réfugié en 1245, qui découvrent à la cour mongole l’écriture non alphabétique de l’ethnie chinoise Hàn.  Trois siècles plus tard, à l’heure du retour aux textes gréco-latins où apparaît le pays des Sères, son Collège royal nouvellement attribué depuis 1561 aux Jésuites insuffle un dynamisme inédit avec les missions du padroado pontifical de la Renaissance.  L’émigré imprimeur-libraire Horatius Cardonus alias Horace Cardon (1566-1641), proche de Rome, publie en français une première somme de connaissances sur la civilisation chinoise.  Elle a été assidûment rassemblée en italien durant 27 années d’étude in vivo par Matteo Ricci (1552-1610), le fondateur des missions jésuites sous la dynastie Ming (1368-1644).  Cette édition lyonnaise princeps2, fer de lance provincial de l’enseignement à distance d’un savoir chinois acquis à des fins missionnaires, précède les rivalités théologiques dites Querelle des rites au sein d’une chrétienté divisée sur les méthodes d’évangélisation d’un Empire devenu mandchou en 1644.  Néanmoins, l’âpre confrontation aux préceptes confucéens ritualisant les activités d’une société hiérarchisée sous l’autorité d’un prince détenteur d’un mandat du Ciel aiguise l’appétence d’une agora lyonnaise naissante pour cette civilisation.

Dans ce contexte si peu irénique, la réception en 1684 à Versailles de Shĕn Fύzōng (1657-1692) sous la houlette du jésuite flamand Philippe Couplet décuple la volonté royale d’un Louis XIV soucieux de ce “fait chinois”3, de s’émanciper du padroado pour entrer dans l’intelligence de cette autre écriture de l’Antiquité. L’envoi à Pékin de Jésuites français correspondants de l’Académie royale des sciences et l’accueil, une décennie plus tard, de Huáng Jiālüè alias Arcade Huang (1679 -1716), converti et versé en latin par les Missions étrangères de Paris seront les prémices d’une amplitude au rayonnement inconcevable pour les premiers lecteurs royaux installés à la faveur du « prodige de la France » Guillaume Budé (1467-1540).  Quelles proximités pourraient avoir la singulière écriture hàn avec les «Langues orientales autres que l’hébreu » enseignées, à l’écart de la Sorbonne, dès 1530 par l’audacieux Guillaume Postel (1510-1581) au prestigieux Collège royal de François Ier ?  Huáng, premier interprète hàn du Roi, amorce auprès des Orientalistes de la Bibliothèque royale un exercice de visu de linguistique comparée autour du syriaque, du persan, de l’arménien.  Ce face à face initiateur s’accompagne de publications françaises inédites consultées par l’agora lyonnaise4.  La construction de son savoir irradie la sphère royale de Louis XV sous l’impulsion d’aventuriers indépendants des ordres missionnaires à l’instar d’un Pierre Poivre (1719 -1786) dont la ligne directrice est de concurrencer le monopole des épices des Indes néerlandaises.  Sa découverte de l’Empire céleste doublée de sa performance commerciale à ses portes renforce au XVIIIe siècle l’ancrage de cette ville manufacturière sans parlement et sans université dans les « choses de la Chine », intérêt également partagé par son ami Henri Bertin (1720 -1792), ancien Intendant de Lyon (1754) et lecteur des controverses orientalistes égrenées dans l’Encyclopédie5.

Au XIXe siècle, l’agora lyonnaise s’étoffe de nouveaux aventuriers- marchands avides des choses de Chine encore empreintes de mystère.  La découverte de Jean-François Champollion (1790-1832) achève d’écarter définitivement la proximité – un temps envisagé – de l’écriture hàn avec les hiéroglyphes.  Nonobstant ce nouveau seuil linguistique franchi, la nouvelle École spéciale des Langues orientales vivantes créé par la loi du 30 mars 1795 de la Convention nationale n’en prévoit pas encore « une utilité reconnue pour la politique et le commerce » à l’instar du persan, de l’arabe, du turc, du tatar de Crimée et du malais6.  En revanche, en 1814,   après la publication autorisée d’un dictionnaire trilingue chinois français et latin7, le Collège royal de Louis XVIII inaugure la première chaire européenne de Langue et littérature chinoises et tartares-mandchoues.  Malgré cet accomplissement, la sinologie française est déclarée « terre déserte et presque en friche » par le premier détenteur, Abel Rémusat (1788 -1832).  Sans être jamais « allé à la Chine », l’ancien étudiant en médecine et sciences naturelles tôt captivé par un herbier chinois s’est évertué à démêler les traits de cette écriture hàn.  Suite à ses travaux, la rhétorique philologique de l’apprenti Rémusat devenu membre de la nouvelle Société asiatique de 18228 sera la pierre angulaire d’un nouvel enseignement académique au bénéfice de l’École spéciale des langues vivantes orientales.  La demande de l’instruction du « fait chinois » adaptée aux exigences commerciales se décuple dans le nouveau contexte des guerres de l’opium initiées par les Anglais en 1840 sous l’ère de l’empereur mandchou Dàoguāng (1820 -1850).

Au seuil du XXe siècle, l’agora lyonnaise sinophile fait judicieusement prévaloir le principe d’un enseignement également provincial.  Cette perspective sera esquissée par un certain Maurice Courant en pleine interrogation sur la portée didactique d’un enseignement au Collège de France essentiellement voué à l’écrit.

Maurice Courant :  un «breveté de chinois» de l’École spéciale des langues vivantes orientales

Portrait de Maurice Courant : Bibliothèque municipale de Lyon

L’idée d’institutionnaliser l’enseignement du langage de l’ethnie hàn s’impose à l’heure du premier traité franco-chinois de 1844, traité dit de Huángpŭ établi pour « dix mille ans entre la Chine et la France » afin de pallier les intérêts anglais.  L’interprète alors désigné auprès de Théodore de Lagrenée (1800-1862) est le singulier Joseph Callery (1810-1862) banni des Missions étrangères de Paris mais fort de son « fait chinois » au bout d’une décennie à Macao9.  Par suite de cet unique viatique disponible, le gouvernement décide de constituer un Corps d’interprètes de chinois à l’instar des drogmans français formés à l’École des truchements d’Orient pour les langues du Levant créée en 1669 par Colbert10.  Cette nouvelle formation sera assurée à Paris au sein de l’École spéciale des langues vivantes orientales selon le décret du ministre de l’Instruction publique du 22 octobre 1843.  Désormais recensée comme « une utilité reconnue pour la politique et le commerce », la « langue chinoise dite vulgaire » sera traitée comme une langue vivante comme le préconisait dès 1840 l’ancien élève de A. Rémusat, Antoine Bazin (1799 -1862), premier enseignant et défenseur de l’incontournable vernaculaire pour “le commerce de la vie”11.  Le premier diplôme de chinois dit moderne sera tardivement décerné sous le Second Empire en 1869 deux ans après l’Exposition universelle de 1867 où le professeur Hervey de Saint-Denys s’acharne à promouvoir un pavillon chinois malgré le refus de la Chine mandchoue consternée par le sac du palais d’été.  Les différentes acceptions de la discipline, langue chinoise dite vulgaire puis chinois dit moderne, reflètent encore les flottements des philologues pour cet autre système linguistique « sur le compte duquel nous avons les idées les plus étranges » selon le malicieux bibliophile polyglotte Pierre Jannet (1820-1870)12.

Pour « protester contre l’envahissement du charlatanisme dans les Études orientales » et défendre « la linguistique qui entend maintenir contre tous son absolue indépendance », un premier Congrès international des Orientalistes se tient le 1er septembre 187313.  Cette initiative française de rassembler, à la Sorbonne, l’Orient et l’Extrême-Orient entraîne l’intégration de l’École des truchements d’Orient au sein de l’École spéciale des langues orientales vivantes.  Les sinisants diplômés du Corps des Interprètes de cette École ouverte à tous seront, sous la IIIe République, des «brevetés de chinois».  L’absence d’épithète (vulgaire, moderne) opère de ce fait une synthèse linguistique entre le véhiculaire et le littéraire de cette écriture millénaire, alors seul ciment d‘un Empire mandchou de 600 millions de sujets aux multiples dialectes pas encore estompés par une langue nationale.

Le savoir extrême-orientaliste de Maurice Courant né à Paris le 12 octobre 1865 s’est élevé à l’aune de ce processus didactique de la sinologie.  M. Courant est en 1888 le 20e « breveté de chinois » aux côtés du Lyonnais protestant Édouard Chavannes (1865-1918), sous la présidence de l’ancien drogman, le professeur de persan Schefer (1820 -1898).  Le bachelier, versé en droit, s’est donc rendu durant trois ans avec quelques élèves de la 15e promotion à l’École spéciale des langues vivantes orientales rue de Lille à l’hôtel de l’École du génie maritime plus adapté que l’initial petit local de la Bibliothèque royale.  Selon le décret de Napoléon III, on lui devait d’enseigner « à lire, à écrire et parler la langue […] et la géographie politique et commerciale des pays où cette langue est en usage ».  Il suivra un enseignement exigeant réparti entre des répétiteurs chinois admis depuis 1871 et des professeurs français chevronnés :  Henri Cordier (1849 -1925), un aventurier devenu Orientaliste après 20 ans de Chine et Maurice Jametel (1856-1889) “breveté de chinois” nommé après une affectation à la Légation de Pékin en 1878.  Les outils pédagogiques seront les publications du précurseur A. Rémusat, de son élève- successeur Stanislas Julien (1799-1873) devenu “breveté”14 et de son rival le comte Alexandre Kleczkowski (1818 -1886), premier interprète-professeur de l’École à être « allé à la Chine » en 185415.

Le Ministère des Affaires étrangères nomme en 1889 M. Courant également « breveté » de japonais à la Légation de Pékin sous l’ère Guāngxù (1875-1908), enfant-neveu de la conservatrice impératrice douairière Cíxĭ.  Ce nouvel Interprète découvre sur les rayons de l’ancienne bibliothèque jésuite les éditions voyageuses de l’imprimerie lyonnaise de la Renaissance16.  Son affectation à Séoul tout juste affranchi de la Chine depuis le traité sino-japonais de Shimonoseki lui permet d’établir une bibliographie coréenne couronnée en 1896 du prix Stanislas Julien crée en 1872 par l’Académie des Inscriptions et Belles lettres.  Suite aux missions à Tokyo en 1893 puis à nouveau en Chine mandchoue, à Tianjin en 1895, M. Courant formule alors à Paris au Congrès international des Orientalistes de 1897 le vœu pour une seule transcription latine des sinogrammes millénaires si malaisés à romaniser, faute d’un syllabaire officiel17. À l’issue de ces performances, le Collège de France nomme M. Courant, professeur remplaçant puis suppléant aux côtés du quatrième titulaire de la chaire de langues et littératures chinoises et tartare- manchoues, son ami lyonnais É. Chavannes.  Il donne le 12 décembre 1898, année de la création de la première université impériale chinoise, une leçon intitulée «De l’utilité des études chinoises », plaidoyer à visée pédagogique publié dans la Revue internationale de l’Enseignement supérieur18.  L’agora lyonnaise parfois actrice des œuvres missionnaires post concordataires en Chine mandchoue va répondre favorablement au message de l’ancien interprète de la Légation de France à Péking dévoué à l’oralité “d’un peuple qui écrit beaucoup ; peut-être est–il le peuple qui a le plus écrit”19.

Lettre de faire-part rédigée en chinois par laquelle[e Mgr Méret, Préfet apostolique de Kouang-Tong, annonce à ses fidèles la mort de Mr. MartiaL de Prandières, Président lyonnais de l’association de la Propagation de Ia Foi de 1898 à 1906. (Archives Œuvres Pontificales missionnaires)


Lyon cité pionnière de la sinologie universitaire de France

Après l’ère des Isidore Hedde (Puy en Velay 1801-1880), Natalis Rondot (Saint Quentin 1821-1902) de la mission Lagrenée, Ulysse Pila (Avignon 1837-1909),  tous devenus lyonnais d’adoption et acteurs sous l’égide d’Émile Guimet (Lyon 1836-1918) du troisième Congrès provincial des Orientalistes après Saint-Etienne et Marseille20, le XXe siècle ouvre grâce à l’appui du gouvernement général de l’Indo-Chine les premiers cours de chinois à l’École d’enseignement colonial soutenus par le Président de la Chambre de Commerce M. Isaac.  “Lyon, ville essentiellement commerciale, s’est toujours intéressé beaucoup aux colonies.  En sont les preuves, la si riche exposition coloniale de 1894, et la récente mission lyonnaise en Chine.  Elle a compris le profit immense qu’elle pourrait retirer des débouchés coloniaux pour écouler ses produits”21.  La leçon inaugurale au Palais du Commerce, dans la salle des Réunions industrielles, le 23 janvier 1900, intitulée – L’enseignement colonial et les cours de chinois à Lyon – milite pour que « son étude ne soit pas un épouvantail » mais aide « à comprendre les affaires » en acceptant d‘abandonner les concepts occidentaux pour appréhender une pensée également irriguée par une « Langue spéciale vivante ».  L’année de la victoire à Pékin des Forces internationales sur les Boxers en 1900, la Faculté des lettres ouvre une option dont il assure également l’enseignement à des auditeurs susceptibles d’être au bout de deux ans couronnés d’un diplôme d’études chinoises décerné par la jeune Université de Lyon.  M. Courant résume ainsi sa préoccupation primordiale :  « C’est l’esprit chinois qu’il nous faut comprendre ; c’est lui qu’il nous faut modifier.  Pour le comprendre, l’Europe doit étudier les choses de Chine ; pour le modifier – si cela est possible- il n’y a que l’éducation, l’œuvre des Jésuites du XVIIe siècle reprise et transformée par les missionnaires contemporains22.

A l’heure de la construction du chemin de fer du Yunnan, M. Courant poursuit ses travaux en présentant son Catalogue des livres d’un Extrême-Orient sinisé de la Bibliothèque royale acquis depuis Mazarin, labeur qui lui vaut un deuxième prix Stanislas Julien en 1903.  Il soutient également devant un jury présidé par É.  Chavannes deux thèses alors réglementaires : un Essai historique sur la musique classique des Chinois avec un appendice relatif à la musique coréenne et sur L’Asie Centrale aux XVIIe et XVIIIe siècles.  Ces thèses, munies d’une bibliographie multilingue, sont recensées dans la Revue internationale trilingue de sinologie T’oung pao (communiquer- revue)23 fondée en 1890 par Henri Cordier et l’universitaire sinologue de Leyde Gustave Schlegel (1840 – 1903) pour avoir « rendu service à la France en extrayant de ce chaos un ensemble bien coordonné ».  Doté d’un troisième prix Stanislas Julien, le « breveté » de l’École spéciale des langues orientales vivantes promu le Ier février 1913 docteur ès lettres est par décret nommé à 48 ans titulaire de la première chaire de sinologie de l’Université de Lyon.  Courant devenu provincial désormais domicilié à Écully a été en 1911 élu, aux côtés des sinophiles Bertin et Poivre, à l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon, dans la section philosophie, morale, jurisprudence, économie politique.  Au sortir de La Grande Guerre, le Président Camille Latreille loue ses compétences dans la Séance publique du 21 Décembre 1918 :  Maurice Courant nous a présenté (en 1915) un Chinois en rupture de Chine, si j’ose dire, un Chinois qui voyageait, qui traversait l’Asie Centrale, la Perse, la Chaldée, l’Asie Mineure, et ne s’arrêtait qu’aux rives méditerranéennes : Kan-Ying ouvrait ainsi, à la fin du Ier siècle après Jésus Christ, la route de l’Orient vers le monde romain, celle que les invasions ont suivie, celle que Marco-Polo parcourra en sens inverse. M. Courant, par des prodiges d’érudition et d’ingéniosité, a pu identifier les villes qu’il traversait, et auxquelles, dans la relation de son voyage, il a donné des noms chinois24.

L’infatigable défenseur du véhiculaire publie une grammaire de la langue chinoise parlée de la région septentrionale des fonctionnaires de l’Empire céleste, le kwan-hwa.  Elle sera éditée, tout comme sa « petite thèse » sur l’Asie centrale, par l’imprimeur lyonnais des Mémoires de l’Académie, Alexandre Rey, heureux de manier de nouveaux caractères en affrontant les multiples sinogrammes :  « Si l’impression a pu être menée à bien, c’est grâce aux avis toujours si précis et si compétents de l’éditeur de l’ouvrage de M. Rey, à qui j’adresse tous mes remerciements pour son aide efficace » écrira M. C le 31 juillet 1913.

Ouvrage présent à l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon

Cette étude renouvelle selon Henri Maspero de l’École française d’Extrême-Orient les premiers essais linguistiques des Orientalistes en voulant “étudier le kwan-hwa en lui-même, pour lui-même, et sans arrière-pensée de traduction […] il est indubitable que l’ouvrage de M. C. marque, au point de vue de la méthode, un notable progrès sur tous ceux qui l’ont précédé”25.  Ce travail publié dans le contexte révolutionnaire de la première République chinoise née en 1912, répond judicieusement à l’exigence des lettrés progressistes pour que la langue parlée dite « vulgaire » soit reconnue comme un outil noble au service de toute Littérature.

Après l’Exposition universelle de 1914, année où l’École des langues orientales devient nationale26, l’universitaire pertinent avec un quatrième Prix Stanislas Julien réussit à intégrer une mesure civilisationnelle et contemporaine dans son processus pédagogique par la création en 1920 de deux certificats supplémentaires sur l’Extrême-Orient dont les exigeantes modalités sont diffusées aux étudiants par l’Annuaire de l’Université de Lyon.  M. Courant s’évertue à tout enseigner, docet omnia selon la devise du Collège de France, pour transmettre à l’aune de la singularité asiatique son savoir accumulé in situ.

L’impulsion décisive donnée par ce premier sinologue universitaire de France connaît rapidement un prolongement au lendemain du Traité de Versailles contesté par un tsunami pékinois républicain du 4 mai 1919 en épaulant la première promotion de 1921 des pensionnaires-étudiants de l’Institut franco-chinois qui comportera de futurs docteurs de l’université de Lyon.  Au terme de cette vie malencontreusement assombrie par un sévère accident à la main droite et par bien des chagrins, M. Courant est décoré une décennie après la publication à Lyon de son système de transcription latine des sinogrammes27 de la Croix de Chevalier de la légion d’honneur.  Il décédera dans la capitale des Gaules le 18 août 1935 mais sera inhumé le 23 août à Paris, au cimetière de Passy, où repose Georges Haardt (1884 -1932), un des acteurs de la Croisière jaune.

***

À l’orient de cette trame institutionnelle inédite, le troisième millénaire de la Métropole renouvelle le lien universitaire sino-lyonnais afin de penser les temps modernes d’une civilisation millénaire toujours vivante.  La pertinente propédeutique de M. Courant fertilise un important pôle universitaire d’Études chinoises en compagnie d’un Institut d’Asie orientale et d’un Nouvel Institut franco-chinois. L’amplitude développée autour d’un Extrême-Orient métamorphosé et de sa diaspora désormais importante depuis l’engagement dès 1916 sur le front français de travailleurs chinois non soldats répond au souhait constant de l’infatigable Orientaliste éclairé : « la France ne saurait non plus oublier que son premier devoir et son premier intérêt, c’est de sauvegarder les écoles franco-chinoises, de donner tout leur développement aux œuvres fondées avec tant de patience et de dévouement par le patriotisme de quelques-uns de ses enfants28.  Selon le premier pédagogue de l’antiquité chinoise, Confucius (551 – 479) loin d’imaginer l’existence d’un Empire romain à conquérir, « Le bon maître est celui qui, tout en répétant l’ancien, est capable d’y trouver du nouveau » (Entretiens, II, 11).  C’est l’idée gravée en quatre sinogrammes millénaires :
au fronton du porche de l’ancien fort militaire saint Irénée sous les seize lettres majuscules de UNIVERSITE DE LYON.  Ces inscriptions bilingues seront l’objet du prochain article.

Par Chantal-Marie AGNES

>>> Suite de cet article “Le développement des études chinoises : à la lumière de l’inscription bilingue du fort Saint Irénée 2/2

  1. D’après le Dictionnaire historique de la langue française, (dir. A. Rey), Le Robert, 1992, le substantif est attesté depuis 1813 []
  2. Riquebourg-Trigault (de) D.F. :  Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de Chine, Lyon :  Horace Cardon, 1616 []
  3. Nicholas Dew, Orientalism in Louis XIV’s France, Oxford, Oxford University Press, 2009 []
  4. Couplet P. :  Sinarum Philosophus, sive Scientia Sinensis, Paris : Horthemels, 1687 ; publication obtenue par Melchisédech Thévenot (1620-1692), bibliothécaire du roi ; Le Comte L. s.j. :  Nouveaux mémoires sur l’état présent de la Chine, Paris, 1696 ; ouvrage censuré par la Sorbonne en 1700 ; Lettres édifiantes et curieuses écrites des missions étrangères par quelques missionnaires de la compagnie de jésus, Paris, 1702-1776 []
  5. hau kiou choaan, histoire chinoise, traduite de l’anglois par M***, A Lyon, chez Benoît Duplain, Libraire, rue Merciere, à l’Aigle, 1766 ; Agnes C.-M. :  Stage lyonnais de deux pékinois au siècle de Pierre Poivre (1719-1786) ; Hau kiou choaan : Comment la première traduction d’un roman chinois a vu le jour à Lyon en 1766 ; Hau kiou choaan :  Un « un livre de génie » fer de lance de la traduction sino-française in hypotheses.org []
  6. Carriere A. :  Notice historique sur l’école spéciale des langues orientales vivantes, Paris, s.n., 1883 []
  7. Agnes C.-M. : De l’utilité d’un dictionnaire chinois in Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et arts de Lyon, 2017 []
  8. AbeL-Remusat, J.-P.  :  Programme du Cours de langue et de littérature chinoises et de tartare-mandchou, Paris, I8I5 ; Essai sur la langue et la littérature chinoises, Paris, Treuttel, 1811 []
  9. Callery J. : Systema phoneticum scripturæ sinicæ, Macao, 1841 []
  10. École dite des Jeunes de langues ou des élèves de la chambre du Roi, dispensé au départ à Constantinople, à Smyrne puis à Paris au Collège de Clermont, futur Lycée Louis le Grand []
  11. Bazin A. :  Mémoire sur les principes généraux du chinois vulgaire, Paris, Imprimerie royale, 1845 []
  12. Jannet P. :  De la langue chinoise et des moyens d’en faciliter l’usage, Paris, A. Franck, 1869 28 p []
  13. Adam L. :  Congrès international des Orientalistes.  Première session. Discours de réception à l’Académie de Stanislas, Nancy, 1874 ; Duchâteau, J. :  Une création scientifique française, le premier Congrès international des orientalistes, Paris 1873, 1875 []
  14. Julien S. : Ji-tch’ang-k’eou-t’eou-hoa : Dialogues chinois à l’usage de l’école spéciale des langues orientales vivantes, publiés avec une traduction et un vocabulaire chinois-français de tous les mots, Paris, Duprat, 1863 ; Rosny Léon (de) :  Table des principales phonétiques chinoises disposée suivant une nouvelle méthode permettant de trouver immédiatement le son des caractères quelles que soient les variations de prononciation et adaptée spécialement au Kouanhoa ou dialecte mandarinique: précédée de notions élémentaires sur les signes phonétiques de la Chine, Paris, Maisonneuve et Cie, 1857 []
  15. Kleczkowski M. :  Cours graduel et complet de chinois parlé et écrit, Phrases de la langue parlée, tirées de l’Arte China de Gonçalves, Paris, Maisonneuve, 1876 ; Gonçalves J. A. :  Arte China constante de Alphabeto e Grammatica comprehendendo modelos das differentes composiçones, Congrégation missionnaire du collège de San Jose, Macao, 1829  []
  16. Dehergne J. s.j. :  La Bibliothèque des Jésuites français à Pékin au premier tiers du XVIIIe siècle, Paris, École française d’Extrême Orient, 1969 []
  17. Actes du onzième Congrès international des orientalistes, Paris-1897, Paris, imprimerie nationale, 1898 ; Courant M. :  Lecture japonaise du chinois, Paris, Journal asiatique, 1897 []
  18. Courant M. :  « De l‘utilité des études chinoises » in Revue internationale de l’enseignement, Paris, A. Chevalier-Marescq et Cie, 1899 []
  19. Courant M. :  Chine, mœurs et institutions, hommes et faits, Paris, F. Alcan, 1901 ; Les Annales de la propagation de la Foi fondées à Lyon dans la mouvance de Pauline Jaricot prolongent ainsi Les Lettres édifiantes et curieuses des Jésuites []
  20. Hedde I. : Mission commerciale en Chine. Industrie des soies et soieries.  Catalogue des produits de l’Inde et de la Chine. Lyon, Barret, 1847 Rondot N. : Étude pratique des tissus de laine convenables pour la Chine, le Japon, la Cochinchine et l’Archipel indien, 1845 Congrès provincial des orientalistes, Compte rendu de la troisième session Lyon-1878, Lyon, Pitrat ainé, 1880 []
  21. Revue du Lyonnais, Lyon, Mougin-Rusand, 1899 ; La mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine, 1895-1897, Lyon, 1898 []
  22. Courant M. : Chinois et étrangers in Revue des deux mondes, 1901 ; Enseignement colonial et cours de chinois à Lyon, Paris, Chevalier-Marescq, 1901  []
  23. Courant M. :  Essai historique sur la musique classique des chinois avec un appendice relatif à la musique coréenne, C. Delagrave, 1912 ; L’Asie centrale au XVIIe et XVIIIe siècle :  empire Kalmouk ou empire Mantchou ?, Lyon, A. Rey, 1912 ; T’oung Pao; Leiden Vol. 14, Jan 1, 1913 []
  24. Compte rendu des travaux de l’Académie des Sciences, Belles- lettres et Arts de Lyon, 1917 []
  25. Courant M. :  La langue chinoise parlée, grammaire du Kwan-hwa septentrional, Paris, Lyon, E. Leroux, A. Rey, 1914 [ouvrage présent à la bibliothèque de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon] ; kwan- hwa, kouan-houa correspondent aujourd’hui à l’unique transcription officielle de guān huà ; Maspero H. :  Compte-rendu in Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 1914 []
  26. depuis 1971 l’École est dénommée Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) dites Langues O’ []
  27. Courant M. :  Système de transcription française des mots chinois, Lyon, Bosch frères & Riou, 1925 ; Kleinclausz A. :  Éloge funèbre de M. Maurice Courant prononcé le 5 novembre 1935 in Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon, t. 22, 1936 []
  28. Courant M. :  L’éducation de la Chine et le rôle que la France y doit jouer in Chine, Mœurs et institutions, Hommes et faits, Paris, F. Alcan, 1901 []

DECOUVERTE/Hau Kiou Choaan, Histoire chinoise (2/2)

Suite de l’article Hau Kiou Choaan, histoire chinoise (1/2)

UN « LIVRE DE GÉNIE » FER DE LANCE DE LA TRADUCTION SINOFRANÇAISE

Au XIXe siècle, le succès éditorial du Hau-Kiou-Choaan se prolonge.
Une réédition parisienne « ornée de quatre gravures » apparaît en 1828 avec le même titre en traits d’union, un nouveau sous titre et sa catégorie littéraire1.
Continuer la lecture de DECOUVERTE/Hau Kiou Choaan, Histoire chinoise (2/2)

  1. hau-kiou-choaan ou l’union bien assortie, roman chinois, Paris, Moutardier, rue Git Le Coeur, Imprimerie Giraudet, 1828 []

DÉCOUVERTE/Stage lyonnais de deux Pékinois au siècle de Pierre Poivre (1719-1786)

Jusqu’à La Renaissance, le lien culturel sino-européen reste ténu.
En France, en septembre 1684, le Mercure galant annonçait à ses lecteurs : « Vous serez sans doute bien aise d’apprendre que le Père Couplet jésuite est de retour de la Chine, où il était allé travailler aux Missions, et qu’il en a amené un jeune Indien de Nankin, capitale de la province du même nom »[1]. Cet « Indien de Nankin », un converti versé en latin, est le premier sujet connu de l’Empire céleste présenté à Versailles le 15 septembre 1684. Avec Philippe Couplet, un des six mathématiciens de Louis XIV envoyés auprès du 2ème empereur mandchou Kangxi, il symbolise l’ouverture d’une mission diplomatique française initiée par les disciples d’Ignace de Loyola et veillée par cette dynastie de la Chine et de la Tartarie oscillant entre intolérance et tolérance religieuse depuis 1644.

En ce temps de renouveau missionnaire, la vie intellectuelle à Lyon, ville manufacturière sans parlement et sans université, s’anime autour de jésuites guidant le Collège royal de la Trinité. Un de leur mécène, l’imprimeur Horace Cardon, présentait en 1616 l’édition princeps française de la mission pionnière conduite à Pékin par Matteo Ricci (Macerata 1552-Pékin 1610)[2]. La diffusion européenne de cette volonté inédite d’introduire les sciences occidentales avec une christianisation permanente intégrant des rites millénaires confucéens provoque aux deux extrémités de l’Eurasie une interrogation parmi les ordres concurrents et les élites philosophiques. Toutefois, ces controverses dites « Querelle des rites chinois » ne freineront nullement l’engouement pour cette extrême-Asie qui, contre toute attente, va se poursuivre selon de singulières péripéties au siècle de Pierre Poivre, gone né en rue Grenette et baptisé en l’église Saint-Nizier le 23 août 1719.

À l’orée de ce XVIIIe siècle névralgique, après une scolarité sous les auspices de la nouvelle congrégation des joséphistes née en 1659, le jeune Pierre poursuit son cursus à la Société des Missions étrangères de Paris (MEP), instance religieuse apparue en 1663 respectant l’interdiction papale des rites chinois.
Pourtant, 10 ans après l’édit antireligieux de 1724 du 3ème empereur Yongzheng, la France des Lumières pense toujours cet Orient selon les références épistolaires jésuites[3] rassemblées en 1735 par un Jean-Baptiste du Halde[4] qui n’est jamais « allé à la Chine » selon l’expression alors en vigueur.
Ainsi, Louis XV découvre aux côtés des secrets de la porcelaine de Jingdezhen la première traduction partielle du Petit orphelin de la famille Zhao, œuvre théâtrale chantée composée à l’ère mongole par le pékinois Ji Junxiang[5], et voit un Pierre Poivre souhaitant également « aller à la Chine » après son noviciat parisien « hors jésuites ».

Le premier périple maritime vers les Indes orientales de l’apprenti missionnaire âgé de 21 ans débute en janvier 1741 au port de Lorient et se termine six mois après au comptoir portugais de Macao, zone d’attente obligatoire avant d’atteindre Guangzhou (Canton) toujours unique port ouvert aux étrangers à l’ère du 4ème empereur Qianlong. Le sieur Lepoivre ainsi dénommé[6] ne reviendra qu’en 1748 banni des MEP et privé de son bras droit pulvérisé par un canon anglais lors de son rocambolesque retour[7] pour repartir l’année suivante.

Vingt-cinq ans après cette première expérience décisive arrivent dans la capitale des Gaules deux jésuites pékinois présents en France depuis mars 1752 : Louis Ko et Etienne Yang.Aussitôt, l’ancien drapier du quartier Saint- Nizier, Melchior Parent devenu 1er commis du ministre Henri Bertin récent intendant de la généralité de Lyon (1754-1757) reçoit à Paris : « Mr votre frère [Pierre Parent] nous a reçu avec bien de la bonté et a toute sorte d’attention pour nous conduire au but de notre voyage »[8].
Ces deux chinois nés à la fin de l’ère Yongzheng respectivement Guo (Ko) Leisi  PHOTO-1et Yang Dewang   PHOTO-2 ont appris avec leurs précepteurs jésuites à l’abri des persécutions le français et le latin[9], indispensable formation linguistique à l’accès – non aux concours mandarinaux – mais à ce long périple vers l’Est débuté le 7 juillet 1751.
Ils poursuivent leur formation selon le ratiostudiorum de deux Collèges jésuites royaux : Henri IV à La Flèche puis Louis Le Grand à Paris. Ils visitent les manufactures royales de porcelaine et de la Savonnerie. Cependant, ils n’auront pu assister à la première représentation à la Comédie Française le 20 août 1755 de L’orphelin de la Chine, réinterprétation en cinq actes versifiés du Petit orphelin de la maison Zhao par un Voltaire plus enjoué par un Kangxi mandchou sinisé que le Montesquieu des Lettres persanes récemment décédé ou qu’un Diderot encyclopédique.

Dès le vendredi 21 septembre 1764, le diligent Poivre voué « à la perfection de nos arts »[10] devenu membre de l’Académie et de la Société royale d’agriculture de Lyon «abandonne tout à sa campagne où la besogne ne manque pas » pour établir avec Pierre Parent un judicieux programme en ce temps de vendange. Les deux chinois sont aussitôt conduits à la bibliothèque du Collège royal alors repris par les Oratoriens depuis 1762 : « je veux qu’ils voyent la grande et belle histoire manuscrite de la Chine en 32 volumes du jésuite Joseph de Mailla », fruit de 45 années pékinoises[11]. Puis, ils se consacrent à « tout ce qui regarde la soye, c’est-à-dire le devuidage, le doublage et le moulinage […], tout ce qui regarde la teinture, c’est-à-dire les cinqcouleurs primitives », objet essentiel dira le fils du teinturier étudiant à Pondichéry la peinture des toiles[12]. Le tirer à l’argue d’un M. Pitra et la mécanique des moulins performants d’un M. Jentet leur sont expliqués. Poivre les mène aussi à sa nouvelle villégiature jouxtant une ancienne chapelle, la Fréta de Saint-Germain-au-Mont-d’Or acquise en 1758, pour leur dérouler l’art du filage autour de son rouet de célibataire et de tous ses ustensiles et la passion de ses curiosités : tapisserie en papier de chine, collection d’objets chinois, pavillon et jardin chinois, toutes disparues depuis 1885. Par ailleurs, le tandem jésuite sollicite « une petite bagatille »[13] auprès de Bertin : voir en Dauphiné la récolte des soies et dans le Forez le travail de l’acier et du charbon.

Leur stage pédagogique sur l’ample savoir-faire d’une sphère lyonnaise achevé à la satisfaction générale, ils regagnent le 10 novembre 1764 un Paris expurgé de jésuites.Leur séjour se prolonge afin de s’assurer auprès du Roi d’une protection financière ultérieure. Quinze ans après leur arrivée à Lorient, ils retournent en Chine en janvier 1766 dûment munis de précieux spécimen de l’art lyonnais à remettre à l’empereur Qianlong et d’une série de 52 questions sur leur pays élaborées par un Turgot (1727-1781) soucieux de formation et de distribution des richesses. A Pékin, ils retrouvent les jésuites Jean Attiret ancien résident à Lyon avant son noviciat, et Michel Benoist, concepteur de l’horloge d’eau du nouveau Palais d’été impérial et désormais gestionnaire de la pension royale[14].
Une décennie après, en dépit de la suppression de leur Compagnie en 1773 par le bref de Clément XIV, il s’ensuit une nouvelle série de publication dont le premier tome est introduit en français après de « longues et pénibles recherches » par Aloys Kao alias Louis Ko, soucieux de vouloir perfectionner nos arts royaux « par les connaissances qui viendront dans la suite de la Chine ». Suite des Lettres édifiantes et curieuses interdites depuis 1776,les Mémoires de ces derniers jésuites de Pékin publiées sous le vocable neutre de missionnaires[15] seront avec cette précieuse signature chinoise la référence incontournable sur l’Empire céleste au-delà de la Révolution, jusqu’à la création en 1814 de la 1ère chaire de langues et civilisations chinoises et tartare-mandchoues au Collège de France.

En 1812,une huile sur toile, technique encore inconnue en Chine, du peintre Anicet Lemonnier met en scène pour l’impératrice Joséphine le siècle de Poivre avec un Le Kain déclamant pour une élite mixte L’orphelin de la Chine[16] sous le buste de son ami Voltaire assenant dès 1764 dans son dictionnaire portatif : « Nous n’avons aucune maison en Europe dont l’antiquité soit aussi bien prouvée que celle de l’empire de la Chine ».

Au XXe siècle, à Lyon,une plaque en la basilique Saint-Martin d’Ainay rappelle la singulière fortune de Poivre sans en mentionner sa toute 1ère lointaine destination « à la Chine »[17]. Pourtant, 80 ans après l’arrivée de « l’indien de Nankin » alias Shen Fuzong  PHOTO-4, le stage pionnier en Lyonnais de Louis Ko (1732 -1790) et d’Etienne Wang (1733 – 1798) et leur correspondance publiée de leur vivant sont des fils significatifs sur la trame de l’Histoire sino-européenne[18].
La promotion en 1921 de l’Institut franco-chinois par l’orientaliste Maurice Courant détenteur en 1900 de la 1ère chaire de sinologie de la toute nouvelle Université de Lyon confirme durablement l’originalité de ces regards croisés[19]. Ce lien multiséculaire assure au XXIe siècle un rôle de premier plan à la métropole de Lyon qui accueille des milliers d’étudiants chinois pouvant ainsi découvrir au fort Saint-Irénée le nouveau centre pour la promotion des relations avec leur pays toujours investi dans les sciences occidentales et l’enseignement du français et du latin.

 Par Chantal-Marie AGNES de l’Institut Franco-Chinois de Lyon

Notes :

[1] Lettre contenant plusieurs particularités touchant le Père Couplet jésuite (1623 – 1693), arrivé depuis peu de la Chine avec un jeune Chinois in le Mercure galant, sept. 1684

[2] N. Trigault (1577 – Chine 1628) : Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine, Horace Cardon (1565-1641), Lyon, 1616

[3] Lettres édifiantes et curieuses, écrites des Missions Étrangères par quelques Missionnaires de la Compagnie de Jésus, Paris, 1702-1776

[4] Du Halde (1674-1743) : Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, Paris, J-B Mercier, 1735

[5]PHOTO-3; J. de Prémare (1666 – Macao 1736) : Tchao-chi-cou-eul ou Le petit orphelin de la maison de Tchao, Pékin, 1731, Ms BNF

[6]A. Lefebvre : Court narré de la vie du Sieur Lepoivre, 1746, Ms MEP V800

[7] P. Poivre : Voyage d’un philosophe ou Observations sur les mœurs et les arts des peuples de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique, Yverdon, 1768

[8] Lettre de Louis Ko à Melchior Parent du 27 septembre 1764 in H. Cordier (1849-1925) : Les correspondants de Bertin (1720-1792) in T’oung Pao, vol. 14, 1913

[9] Un premier dictionnaire latin – chinois de 7000 idéogrammes composé à Nankin entre 1694 et 1699 par le franciscain Basile de Glemona circulait sous forme manuscrite

[10] Discours de Pierre Poivre lu à l’Académie des Sciences Belles Lettres et Arts de Lyon Ier mai 1759, Ms 187 f°19

[11] Le manuscrit avant d’être déposé à la Bibliothèque nationale de Paris fut remis à l’abbé J.-B. Grosier qui en entreprend la publication posthume

Joseph de Moyriac de Mailla (1669 – Pékin 1748) : Histoire générale de la Chine ou annales de cet empire, 12 vol., Paris, 1777-1783

[12] P. Poivre : Recherches sur la méthode en usage de la côte de Coromandel dans la peinture des toiles de coton, lu à l’Académie de Lyon le 4 décembre 1760

[13] Lettre de Poivre à Melchior-François Parent, Lyon, le 27 septembre 1764 et Lettre de Louis Ko à Melchior Parent Lyon, le 27 septembre 1764

[14] Jean Attiret (1702 – Pékin 1768) est à Lyon de 1730 à 1733 avant son départ en Chine en 1738. Michel Benoist (1715 – Pékin 1774) est présent en Chine depuis 1744

[15] Mémoires concernant l’Histoire, les Sciences, les Arts, les Mœurs et les Usages des Chinois par les Missionnaires de Pékin, Paris, 1776-1814

[16] A. Lemonnier (1743-1824) : LaLecture de l’orphelin de la Chine chez Madame Geoffrin, Huile sur toile (H 1,300 ; L. 1,950), 1812, Musée national de La Malmaison

[17] Plaque inaugurée le 10 avril 1996 : « Le 8 janvier 1786 a été inhumé dans cette basilique Pierre Poivre né à Lyon le 23 août 1719 grand voyageur botaniste et intendant du       roi Louis XV pour les îles de France et de Bourbon »

[18] Au Moyen-âge, le pape Innocent IV alors réfugié à Lyon envoie des franciscains à Karakorum et Kubilai Khan envoie le chrétien nestorien Rabban Sauma à Paris

Fan Shouyi : Chinois ayant écrit un compte-rendu de son voyage en Europe ; il sera partiellement publié seulement en 1936

Shen Fuzong (1657- décès en mer à son retour 1692), proche de Thomas Hyde (1636 – 1704) a établi à Londres le catalogue de la Bodleian Library’s sinica

Arcade Huang alias Huang Jialue (Chine 1679 – Paris 1716) ramené par les MEP en 1704 sera l’auteur du premier dictionnaire chinois-français

[19] Agnes Ch-M. : Edouard Herriot, promoteur d’une diplomatie sino-française, Bulletin municipal officiel de Lyon n° 6120 et 6121

ARCHIVES/Le fonds chinois du Général Jacques Guillermaz

UN QUE SAIS-JE À EXPLORER

Selon le calendrier lunaire 2016, la diaspora chinoise célèbre depuis le 8 février l’année du singe. Le singe, 9ème animal d’une course mythique, est également un des héros d’un roman fantastique du XVIe siècle attribué à Wu Cheng’en dont le titre Xiyouji est traduit en français par Pérégrination vers l’Ouest, Voyage en Occident ou bien Le Singe pèlerin.
Ce singe-héros, Sun Wukong, est le compagnon d’un moine chinois de la dynastie Tang Chen Xuanzang parti en Inde à la recherche de sutras sanscrits pour les ramener à la traduction chinoise.

Ce roman  photo1 est présent dans des éditions ponctuées de 1931 et de 1935 au fonds chinois de la BM de Lyon issu de l’ancienne bibliothèque constituée par les pensionnaires de l’Institut franco-chinois du Fort Saint Irénée.
Ce trésor multilingue de l’époque républicaine chinoise s’est vu augmenté en 1990 d’une collection du Général Jacques Guillermaz (1911-1998). Il s’agit de sa bibliothèque personnelle constituée depuis sa première affectation en 1937 à la Légation de Pékin.

Continuer la lecture de ARCHIVES/Le fonds chinois du Général Jacques Guillermaz

PEINTURE/ZAO WOU-KI (Chine 1920 – Suisse 2013)

«SANS TITRE»
A L’ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE LYON CONFLUENCE DE SAVOIRS

« Un tableau : immédiat, entier. Puis on va à gauche, à droite, comme on veut, où l’on a envie, selon ses trajets, et les pauses ne sont pas indiquées. Dès que l’on désire, l’oeil le tient à nouveau, entier. Dans un instant tout est là »
Henri Michaux : Lecture de huit lithographies de Zao Wou-ki, R. Godet, 1950

« Peindre, peindre, toujours peindre, encore peindre, le mieux possible, le vide et le plein, le léger et le dense, le vivant et le souffle»
Zao Wou-Ki

Continuer la lecture de PEINTURE/ZAO WOU-KI (Chine 1920 – Suisse 2013)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search