PATRIMOINE/Les étables aux cent vaches (2/5)

(Suite de l’article Les étables aux cent vaches – 1/5)

L’exercice du fermier Estienne

Juillet arrive à terme.
Le temps des fenaisons annonce pour Caubet la fin de son entreprise et son départ de la ferme du parc. Au 1er août 1871, selon les dispositions prévues, Prosper Estienne se substitue à lui et prend possession des lieux. Une série d’évènements houleux marque le début du fermage et décide rapidement du climat relationnel. Le nouveau fermier du parc de la Tête d’Or noue  avec sa hiérarchie du service de la voirie de Lyon et ses agents, une relation de profonde inimitié. Qualifiable à bien des égards d’opposition systématique, la contestation du fermier à l’encontre de sa hiérarchie se formalise en trois points : critique de l’état matériel de la ferme louée, protestation contre les violations et les spoliations des droits de fermage dont il fait l’objet, mise en cause fondamentale et théorique de l’autorité sous laquelle il est établi.

Défectuosité matérielle

La controverse sur la qualité des installations matérielles de la ferme occupe une place centrale dans les réquisitoires du fermier. A la livraison les bâtiments laissés par Caubet accusent un état de parfaite déchéance : vitres cassées, fermetures déficientes, enduits délabrés, lambrequins de toitures branlants, etc. Pour obvier cette situation dangereuse et préjudiciable, Estienne va exiger de son propriétaire une juste remise en ordre des lieux. Ces réparations urgentes ne sont pas longtemps contestées par la Ville, qui prend avant l’hiver l’engagement de fournir aux travaux en allouant un budget conséquent. La décision est prise mais la lenteur qui accompagne sa prise d’effet s’avère fatale aux affaires du fermier :

« L’hiver de 1871 fut aussi rigoureux que celui de 1870, le thermomètre descendit à 23 degrés et la plupart des arbustes à feuilles persistantes furent détruits par la gelée. Or pendant ces mois terribles, mes étables restèrent sans portes, ni fenêtres, les animaux du jardin zoologiques ne trouvant pas d’abri sous les chalets en ruine périrent presque tous. Le magnifique troupeau que j’avais fait venir à grands frais de la Suisse fut décimé par le froid. ”1

Au grief de la défaillance matérielle adressé à la Ville s’ajoute donc celui de la négligence de n’avoir su y remédier à temps.

Pour comprendre l’immobilisme dans lequel s’est enlisée l’exécution des travaux il faut entrer dans le détail des relations entre ferme et voirie et reconnaître les germes des tensions liminaires. La critique matérielle du fermier ne repose pas exclusivement sur l’état circonstancié de délabrement à la prise en main des bâtiments, elle remonte à un état intrinsèque. Des réparations ne pourraient suffire à combler les défaillances et les malfaçons de constructions peu étudiées pour durer. Le fermier, railleur, y dénonce des « installations [qui] semblent avoir été faites provisoirement et représentent plutôt un décor d’opéra comique par leur peu de solidité, que des parcs à contenir des animaux ».2

Il s’en prend principalement à la médiocrité des arrangements qui réduisent la ferme à un « entrepôt de bétail » et déplore le défaut de proportion entre cheptel, espaces et bâtiments disponibles, dont l’insuffisance nuit à la cohabitation des troupeaux, des fourrages et du matériel d’exploitation. Cette critique logistique pointe enfin une dispersion peu enviable des installations lesquelles échappent à un contrôle de surveillance efficace.

Et pourtant, en dépit d’une posture éminemment critique, le fermier se donne pour admirateur des œuvres des fondateurs du parc. S’il n’évoque jamais directement le paysagiste Bülher, l’ingénieur Bonnet, figure emblématique du parc, revient favorablement sous sa plume et figure en prédécesseur dont il souhaite poursuivre l’œuvre. Entre critique et admiration, cette contradiction n’en est pas une et trouve au contraire une explication très simple : les actuelles dispositions du parc sont le résultat d’une grave diminution depuis le 6 février 1871 puisqu’à cette date la vacherie du parc est partie en fumée, un incendie l’a réduite en cendres. Conçue par Bülher en 1858, l’édifice offrait non seulement de généreuses proportions mais encore une belle allure sur le rond-point du parc.

Image 1923 w/1 – Projet de vacherie rustique, plan façade, 1858

Dans les conditions de politique de restriction budgétaire conduite par la Ville depuis la chute du second Empire, son rétablissement n’a évidemment jamais été à l’ordre du jour. Sa disparition s’est pérennisée à la manière d’un provisoire rendu définitif condamnant l’exploitation du parc à d’étroites et d’implacables limites. C’est, ainsi, et uniquement contre cet état malheureux et tronqué que trouvent prises les récriminations du fermier.

Avant les premières avaries de l’hiver d’ailleurs l’ampleur de la tâche ne semble pas l’avoir découragé et les rapports avec sa hiérarchie se maintiennent dans leur prime cordialité :

« Sitôt nommé je me mis à étudier les réformes les plus urgentes. La mousse et le chiendent ravageaient les prairies, les bâtiments menaçaient ruine, les parcs et les chalets présentaient cet aspect navrant particulier à la détresse du luxe3»

Sa position ne le dissuade pas de recourir directement au responsable des services de la voirie puis au maire pour formuler des requêtes qu’il croit fondées. A de multiples reprises il s’ouvre d’idées d’aménagements, de solutions contre un mal qu’il juge remédiable, avec assurance mais sans oublier de mesurer l’audace des libertés qu’il se donne, conscient qu’« il n’entre guère dans les habitudes fermières de faire de pareilles propositions4.
Prodigue en suggestions, c’est en homme habité par la vision d’une ferme idéale qu’il exprime ses ambitions pour le parc. Dans les idées qui l’inspirent domine le modèle agricole anglais, digne accomplissement à ses yeux et dont le champ d’application est étendu. C’est à ce titre qu’il peut s’autoriser par exemple, et entre autres discours, une opinion sur le système de clôture à piquets reliés par fil de fer en usage au parc qu’il juge onéreux, illusoire et terriblement dangereux et avoue leur préférer une clôture en bois peinte, couvertes à bon escient d’espèces ornementales comme la clématite et de chèvrefeuille selon le modèle outre Manche.

En homme d’action autant que d’esprit, il offre de remédier personnellement aux défectuosités citées et fait lui-même étudier un projet de restauration intégral du site de la ferme. Travaux de réparation devant l’urgence cela s’entend, mais également d’extension puisqu’il les dit nécessaires : séparer le conservatoire botanique du reste de la grande ferme, pourvoir à son réaménagement, assainir écuries et étables, prévoir la construction d’un bâtiment pour accueillir une chaudière, concevoir  réfectoire et logements pour ses ouvriers, construire enfin à l’arrière de la petite ferme un hangar à usage de magasin à fourrage et d’entrepôt de matériel. Le projet ne manque pas d’ambition.

C’est aux termes d’interminables pourparlers que le fermier obtient les restaurations voulues, plus une partie seulement des nouveaux aménagements : le hangar. Entre temps un hiver a passé sur les étables. Les fermetures ont été rétablies bien trop tard. On l’a vu, le froid a entraîné de lourdes pertes. Le fermier pourtant ne proposait-il pas d’exonérer la ville d’une part importante du coût des travaux en offrant de substituer le devis initial de 15 000f contre un devis certes plus gourmand, mais surtout plus complet, de près du double et dont il aurait pris la majeure partie à sa charge ? Comment interpréter le silence de la ville devant une offre si avantageuse et considération faite des instances répétées du fermier pour hâter leur exécution?

AML – 485wp/13/1-Plan pour établissement de clôtures autour de la petite ferme en 1872. Le bâtiment du hangar récemment ajouté est visible à droite.

En réalité ces longueurs faites d’atermoiement, de spéculations, de mésintelligences et battues d’une méfiance naissante, sont les résultantes de torts partagés : le fermier modifie trop librement des plans déjà validés et qu’il lui faut soumettre de nouveau à l’approbation d’une administration sourcilleuse et protocolaire. Au demeurant la difficulté tient bien à des questions de légitimité, de place, dans la colonne d’une hiérarchie et elle signale les difficultés en germe entre une autorité rigide et un homme qui sort manifestement des cadres.

Derrière ces querelles de compétence et de planification matérielle contrariée, se joue un véritable drame. A cause de l’état déplorable de la ferme, son exploitant a déjà perdu quatre bêtes. Enfin l’ajournement des mesures et leur déroulé administratif lui coûte 25 000 francs supplémentaire. L’épidémie de fièvre aphteuse qui sévit l’année suivante au cours de laquelle il prétend avoir perdu 30 bêtes, il l’attribue à cette coupable incurie des services de voirie. Dans cet état d’abandon, il va sans dire que la situation de la ferme et du parc manifeste une souffrance dont s’empare l’opinion publique. Les pertes à répétitions, déterminées par l’insuffisance de moyens matériels et l’indolence de l’administration à y remédier, avaient obligé Estienne à menacer de supprimer tous les animaux ou, pour mieux faire entendre son indignation, conduire ceux qui lui restaient dans la cour de l’hôtel de ville, l’ours compris. Ces signes de protestation hauts en couleurs dont le fermier, hâbleur, trouvera ensuite à faire la relation dans son mémoire de 1873 dissimulent au moins une réalité : il a déjà renoncé au luxe de se fournir en espèces rares et il devra renoncer à sauver la ferme de la ruine si aucun moyen ne lui est donné.

Entre exigences de raffinement ou de stricte nécessité, la divergence de vue est rapidement consommée. L’administration ne peut satisfaire à des demandes matérielles qui excèdent le simple seuil de l’urgence : la grande ferme est restée jusqu’en 1877, c’est-à-dire bien au-delà de la période d’exercice d’Estienne, avec ses enduits défaits, au seul motif qu’un tel désordre ne mettait pas en péril la conservation de l’édifice et que ce travail ne paraissait pas pressant. Le voyer à cette occasion confie lui-même qu’il a désespérément recherché, au cours des dernières années, le moyen de sa ressource financière. Sous cet éclairage, on comprend aisément qu’il ne pouvait être question d’autre chose que du nécessaire.

L’année du premier désastre pourtant, soit 1871-72, les demandes pressantes et répétées du fermier Estienne visent l’état alarmant des clôtures. Les délais à nouveau s’éternisent. Or la qualité de ce contenant solide détermine la sécurité du fermier, des animaux et même celle du public, et sa lente dégradation entraîne de fâcheuses répercussions. Ces réclamations donnent lieu à des conflits d’attribution des responsabilités qui suivent un déroulement classique :

Le fermier se plaint de pertes, de vols, massacres de ses animaux, plus généralement de l’état des installations qui les favorisent. La Ville lui rétorque qu’elle n’est disposée à aucune compensation financière. Elle désigne le fermier comme seul responsable des animaux ou des dégradations, attendu qu’il héberge les animaux dans des installations inappropriées et aux dépens de leur pérennité (ainsi les ânes dans le parc à daims ou des vaches dans le parc à moutons, les faisans enfin dans le parc à volatiles au lieu de la volière). A quoi répond le fermier qu’il en use ainsi faute d’installations disponibles ou fiables.  Ce que conteste la ville, arguant que son prédécesseur n’avait jamais trouvé à s’en plaindre. Pour appuyer la responsabilité de son locataire la Ville n’hésite pas mettre en doute la probité du personnel qu’il emploie. Mais son implication dans des négligences qui hâtent la ruine des bâtiments ne suffit pas, il est aussi soupçonné de délits. Selon le mot de l’ingénieur dans ce « personnel cosmopolite du fermier composé souvent de gens sans  feu ni lieu5» qui laisse divaguer chiens et chèvres elle trouve le coupable idéal des récidives de disparitions et vols d’animaux dont la ville n’est de toutes façons pas responsable. Et c’est un fait que ce personnel est composé de petites gens, manœuvres réduits à dormir dans le fenil, et dont les va-et-vient autour des lieux, même après leur renvoi, nourrissent la suspicion. Toutes les difficultés une fois de plus se résument à un manque de moyens et c’est cette fois à propos du personnel, qu’Estienne se déclare prêt à reconnaître, sans grande élégance, qu’il a dû puiser parmi les « couches abjectes de la société » faute de mieux car aucun autre n’eût accepté de travailler dans les conditions dégradées que lui offrait le parc.

Si les réparations matérielles s’observaient à un règlement de bail à l’énoncé très conventionnel, à savoir que le bailleur garde à sa charge les gros travaux de réparation tandis que les petits travaux d’entretien dits locatifs incombent au preneur6, cette définition théorique se trouve bien évidemment dans les faits sujette à d’ample discussion et force interprétation. Dans ce contexte de livraison litigieuse le fermier refuse naturellement de se dire comptable de toitures pourries, ou de grillages oxydés et opte pour une voie de refus systématique à s’acquitter des rétablissements d’usage prévus dans sa part locative et qu’on le presse de réaliser. Tout au contraire il se pose en victime dans ces affaires répétées de pertes.

Le traitement des contestations qui s’élèvent de part et d’autres est difficile car elles renvoient à l’épineuse attribution des responsabilités d’entretien matériel déterminant celle des dommages et des larcins commis. Le spectre de l’argent plane au dessus de ces attributions. Ce premier heurt est emblématique des critiques qu’Estienne va formuler contre l’administration de la voirie : lenteur, incapacité administrative à réagir à temps doublée d’un déni de responsabilité. Le bras de fer qui s’engage entre le fermier et le service dont il dépend va empirer les divers mobiles d’accusation adressés respectivement : incompétence, mauvaise foi et bientôt malhonnêteté.  Pour trouver un dénouement, la situation ne peut faire l’économie d’un arbitrage judiciaire.

Ainsi, le 22 novembre 1872, l’expertise des installations du parc par le commis du tribunal civil tranche en faveur du fermier. Après examen des enclos dégarnis ou dégradés et qui, à défaut d’entretien et de peinture, pourrissent, s’oxydent et laissent courir animaux et voleurs, la responsabilité de la Ville est établie7. Car, si Estienne est entré en possession de la ferme alors que les installations étaient déjà dans un état de vétusté reconnu et que le tort de ne pas faire procéder à un état des lieux dès son arrivée peut lui être imputé, l’usage aurait supposé malgré tout que les choses lui fussent livrées dans un parfait état d’entretien pour pouvoir appeler une stricte contribution locative de sa part à leur entretien. Le fermier bénéficie donc d’une prompte remise en état des lieux et encore de versement de dommages et intérêts pour les pertes et vol d’animaux subis. Le franchissement de cette première étape juridique traduit une sanction sur des questions de délibérations matérielles. Mais elle ne couvre en rien tous les aspects des litiges existants et ne doit être tenue  ni pour la première ni pour la dernière des démarches juridiques engagées. Toutes les discordes crues de ce divorce administratif appelleront le recours systématique à la loi. C’est ce dont il sera question la prochaine fois sous des questions ciblées d’attribution, de droit et de compétence en conclusion du cas du fermage d’Estienne au parc.

Par Pierre-Damien LAURENT
Historien, auteur du blog
http://www.depierreetdebout.fr/
Coprésident de l’association Ville Edifiante
https://lavilleedifiante.wordpress.com/

 Sources d’archives :

Archives Municipales de Lyon :
– 1923 w/1 : Parc de la Tête d’Or. Registre n° 56. Pièces sur la vacherie rustique de 1858.
– 1923 W/4 : Parc de la Tête d’Or. Registre n° 56, «  Ferme Estienne » : volume n° 5, dossiers n° 1 à 24.
– 1923 W/5 : Parc de la Tête d’Or. Registre n° 56, volume n° 6, dossiers 1 à 44.
– 485 WP 13 : Parc de la Tête d’Or, voirie municipale.
– 485 WP 14 : Parc de la Tête d’Or, voirie municipale

Archives Départementales du Rhône :
– UCIV 1700 : Rapports d’experts année 1872 .

Bibliographie :

  • NOURRY, Louis-Michel, Lyon, le parc de la Tête d’Or, Marseille, AGEP, 1992.
  • BARATAY, Éric, “Un instrument symbolique de la domestication : le jardin zoologique aux XIXe-XXe siècles (L’exemple du parc de la Tête d’Or à Lyon)”, Cahiers d’histoire [En ligne], 42-3/4 | 1997, URL : http://journals.openedition.org/ch/314
  1. Mémoire Estienne, observations des membres de la commission municipale, 1873,1923W/4 : dossier Voirie  Parc de la tête d’or : «  Ferme Estienne »  []
  2. Lettre d’Estienne au préfet du 8 septembre 1873, 485wp 14. []
  3. 1923W/4 []
  4. Lettre d’Estienne du 9 août 71 au maire, 1923W/4  []
  5. 8 novembre 1873, Rapport de l’ingénieur adjoint, 1923 W 4 []
  6. Articles 19 et 18 du cahier des charges []
  7. Rapport d’experts du 22 novembre 1872, UCIV 1700, ADR []

PATRIMOINE/Les étables aux cent vaches (1/5)

Une ferme aux cent vaches, Avenue de Saxe à Lyon

Avenue de Saxe à Lyon, l’immeuble portant le numéro 138  doit être regardé comme une singularité méritant un détour que je ne saurais trop recommander. Ce ne sont pas pourtant ses dehors qui le signalent spécialement : une façade un peu trop étendue sur la rue et souffrant sous cet étirement de longueur d’une légère aberration de proportion entretenue autant dans son rapport avec sa hauteur, mesquine et sans essor, qu’avec la formule de décoration bourgeoise soignée – mais attendue plutôt pour un véritable immeuble de rapport – qui lui est appliquée. Il  n’y a là pourtant, dans cette improbable équation, rien que de très discret, aussi peut-elle manquer facilement d’attirer l’attention sur elle.

Façade du 138 Avenue de Saxe à Lyon – Photo de l’auteur

Et c’est un fait qu’une simple promenade non avertie ne laisse rien deviner du spectacle que dissimule ce simple rideau de scène. Il faut emprunter l’allée et progresser jusqu’à la cour pour s’abandonner à la surprise. Là, contre une façade dressée vers l’ouest, on découvre des galeries en bois surplombant un cœur d’ilot densément occupé par des constructions secondaires. Rustiques et pittoresques, l’effet qui s’en dégage ne peut manquer de capter l’attention.

Coursières 138 Avenue de Saxe, façade arrière sur cour. Photo de l’auteur

Passé le stade de l’étonnement, il est aisé de pointer incertitudes et interrogations vers des sources de documents fondateurs en vue d’une épreuve cognitive à leur sujet. On trouve ainsi, consignée dans les permissions de bâtir des archives de la Ville,  la trace d’un certain Gustave Renel qui obtient son autorisation en ces lieux en 1874. L’information est, elle, à juger non seulement de la conformité avec le style du décor en façade mais encore de l’identité du propriétaire dont le monogramme figure toujours sur la grille d’entrée, entièrement valable.

Monogramme de Gustave Renel. Photo de l’auteur

Nulle information ne vient pourtant trahir le silence qui entoure cette curieuse disposition sur cour, moins encore régler les questions d’apparent conflit observé plus haut, de sorte que sa réalité résiste aux attentes. Mais il subsiste d’autres éléments : les bâtiments ont été élevés sur un terrain dont Gustave Renel n’était pas propriétaire mais seulement locataire. Or, cette vision panachée de constructions, faite de bric et de broc, évoque inévitablement les édifices précaires élevés jadis sur les terrains appartenant aux Hospices. C’est d’ailleurs sans grande surprise cette fois qu’on découvre les Hospices civils de Lyon, propriétaires de cette portion de sol-ci, comme un peu partout ailleurs sitôt le Rhône franchi. Et, est-il ici besoin de répéter l’influence qu’ont pu avoir les désastreuses crues fluviales de 1856 sur des règlements de voirie, lesquels, avant leurs méfaits, ne s’embarrassaient guère en prescriptions de matériaux1 ? L’empressement et la médiocrité qui qualifiaient les constructions sur terrains loués est proverbiale, et proverbiale encore la férocité avec laquelle les eaux emportèrent toutes ces piteuses constructions de bois et de pisé.

Il est pourtant difficile d’invoquer les stigmates de cet urbanisme désordonné pour justifier un tel agencement, car, au vu de sa date trop tardive l’édifice, postérieur de quelques 20 ans aux inondations, ne peut s’apparenter exactement à une survivance de ces lointaines constructions. Je ne pouvais pourtant me détourner de croire qu’il livrait une idée dégradée de ce qu’avaient pu être nos anciens Brotteaux.

Façade arrière et bâtiments sur cour vus en direction de l’Est. Photo de l’auteur

Pris dans son ensemble l’immeuble n’offre pas d’avantage d’indice sur sa destination passée (destination parfaitement indiquée en revanche par le titre étrange et légèrement exagéré dont j’ai affublé mon travail). Pour en rendre compte il faudra élargir la recherche au seul indice disponible au sortir de ce préalable d’enquête. Gustave Renel est en effet donné comme fermier au parc de la Tête d’Or au moment de l’inscription de sa demande d’autorisation de voirie. Cette information amenait mes pas vers une promenade plus prestigieuse que prévue.

La digression que je proposerai ici et sous un long développement de détails sera sans aucun doute comptée comme superflue à la compréhension des usages de l’établissement du 138 Avenue de Saxe. Pourtant j’ai jugé profitable l’opportunité d’éclairer une période à la fois mal malheureuse et méconnue du jardin zoologique de Lyon. Au cours de cette période Gustave Renel, qui n’a jamais été véritablement fermier en titre du Parc, a fait battre la chaussée pavée de l’Avenue de Saxe du bruit des sabots de ses vaches en les conduisant du Parc à leur étable et de leur étable au Parc. Autant tirer à plaisir sur ce fil-là, ce trait de liaison entre la Tête d’Or et ce confidentiel immeuble de l’Avenue de Saxe, afin d’en livrer une synthèse sans secrets.

1870, le parc de la Tête d’Or

Aux origines du jardin zoologique, le gardiennage et l’entretien des animaux incombaient à un éleveur, un dénommé Gérard, lequel en compensation jouissait d’une subvention qui s’élevait en 1860 à un montant de 9 000 francs par an. A sa mort en 1864, Caubet, son associé, put bénéficier d’un accord tacite à son profit visant la prolongation du traité qui avait uni son prédécesseur à l’administration municipale. Ces dispositions contractuelles importent considérablement à la compréhension des mutations à venir après 1869. Car, au sortir des années de crises et de guerre, les promenades publiques du parc, les collections botaniques et zoologiques, affichent un état d’abandon et de délabrement, aggravés des coups successifs de l’occupation des troupes à proximité et du rude hiver de 1870, dont s’émeut l’opinion publique. En examinant le sujet urgent de la restauration du parc, la Ville qui en est propriétaire et qui manque aussi de finance, décide de mettre un terme à la dispendieuse astreinte de cette gestion subventionnée. Son dessein est clair : considération faite des vastes ressources foncières et agricoles offertes par le parc, il n’est pas question qu’il coûte d’avantage qu’il ne rapporte. D’autant qu’il est possible d’en « tirer un revenu ».

L’an 1870 étrenne cette politique de rupture budgétaire à l’égard des fastes impériales qui avaient donné naissance au parc. Caubet et ses deux employés sont congédiés puis l’ingénieur en chef de la voirie soumet à la Ville un projet de fermage pour le parc. Il doit reposer sur un cahier des charges rigoureux dont l’observation entrainera une gestion rationnelle et méticuleuse des ressources de la Ville. L’ensemble est pensé cycliquement : le fermier aura la responsabilité des pelouses pour la récolte des foins, dont le produit sert de pitance aux herbivores qu’il entretient, lesquels produisent à leur tour un fumier destiné exclusivement à l’entretien du parc et majoritairement aux pelouses, de façon que la boucle est bouclée et l’affaire du fermage pensée comme vase clos et sans perte. Ce projet de bail à ferme ainsi conçu doit faire l’objet d’une mise en adjudication pour trouver preneur. Outre le prix de l’adjudication, le preneur, devra acquitter un bail annuel de 5 500 francs pour l’exploitation du parc. En sont exclus le canotage, le chalet, le fleuriste, l’école de botanique, etc. qui font l’objet d’autres concessions et ouvrent à d’autres droits d’usage du parc.

Le mode opératoire adopté par la municipalité de 1870 est clair. Elle a décidé de contourner la difficulté initiale imposée par la charge onéreuse du parc en inversant simplement l’inscription des données du problème ; elle fait ainsi le pari d’évoluer d’une gestion du parc aux mains d’un prestataire subventionné à une gestion par fermage où le fermier s’acquittera contre finance du droit d’exploiter ces mêmes ressources municipales. En se séparant de l’ancien entrepreneur et en mettant un bail en adjudication la Ville entend réaliser un bénéfice annuel de 11 500 francs, auquel s’ajoute le prix de l’adjudication, le tout en déléguant l’encombrante gestion du parc et ses responsabilités. Le cahier des charges qui règlemente l’exercice du fermier fait l’objet d’une écriture vigilante de l’ingénieur en chef du service de la voirie qui à la charge de superviser la gestion du parc. Les 35 articles qui le composent engagent la Ville et le fermier dans l’observation de devoirs respectifs. Tout est écrit de façon à garantir la Ville contre les dépenses excessives, la perte de maîtrise sur son territoire et la perte des revenus associés2. En définitive elle soumet à adjudication un cahier pensé à son avantage dans une période où ses finances ne sont pas au beau fixe.

Preuve s’il en est du manque d’attrait qu’a dû exercer cet appel à fermage, l’absence de prétendant qui lui répond. Dans cette curieuse situation d’offre qui prend les allures de grand silence Prosper Estienne est le seul candidat présent à l’adjudication du 28 juin 1871. Il obtient par conséquent facilement le marché. Puis, immédiatement après la signature du cahier des charges qui le lie personnellement et jusqu’en 1880 à l’entretien de la ferme du parc de la Tête d’Or, des pelouses, des animaux, dans le respect des nombreux articles du cahier des charges, il s’engage verbalement de son coté dans la création d’une société. Cette société se donne pour objet l’administration de la ferme pendant toute la durée du bail.  Cette société, Prosper Estienne l’a formée avec un associé : Gustave Renel.

Il serait oiseux d’aller plus loin sans évoquer les animaux. Rappelons que la sélection des espèces du parc avait toujours répondu au dessein parfaitement assumé des édiles d’offrir à la connaissance du public des sujets de races méconnues. Ces races dites « curieuses » étaient favorisées, mais toujours en l’observation d’un double critère, celui de l’utilité et celui de l’acclimatation, orientation qui excluait d’office les espèces exotiques3. L’inscription au cahier d’un certain nombre de ces espèces pesait comme une charge au fermier. Et pourtant l’assurance de s’engager dans une expérience qui ne fût pour lui un gouffre financier importait naturellement. Elle reposait sur un équilibre des ressources du parc dont il avait la gestion. Mais, en matière d’entretien animalier et frais de bouche cette gestion souffrait de nombreuses disparités à prendre en considération dans le calcul d’un juste équilibrage entre rendement et dépense. Le cas des oiseaux aquatiques par exemple, nourris du produit de la pêche du lac, à l’instar des nombreuses espèces herbivores vivant de celui des pelouses, pouvait donner l’illusion d’un parc zoologique auto suffisant. D’un autre côté certains coûts d’entretien, comme celui de l’ours, dépense à sens unique, contredisaient évidemment cet apparent équilibre.

Entre toutes les bêtes détenues naguère par Caubet et dont les nouveaux fermiers héritent l’entretien4, les vaches laitières, aux cotés des poules ou des chèvres, occupent une place de choix. Elles ne comptent pas seulement comme animaux emblématiques et spécifiques à toute ferme modèle, elles conditionnent avant tout pour le fermier la seule garantie lucrative dans son contrat, puisqu’elles sont seules à amener dans les affaires du fermier non un coût mais un bénéfice. L’article 25 du cahier en effet conférait au fermier le privilège de la vente du lait dans le parc mais aussi dans les places publiques de Lyon. Ce droit devait lui assurer un généreux profit. L’exploitation de vaches laitières attachées au service de la vente de lait chaud n’était pas une nouveauté, mais un privilège déjà détenu et exercé par Caubet. Cette fois seulement, dans cette situation de fermage très réglementé, ce gage de rétribution, cette fructueuse compensation à la difficulté du marché, va dès la prise de fonction d’Estienne intervenir comme objet de cristallisation des conflits entre le fermier et sa hiérarchie.

Prise en main du fermier Estienne

A 41 ans Prosper Estienne prend la direction de la ferme. Sa fonction lui offre la jouissance des collections d’animaux prévus par le cahier des charges associées à celles des bâtiments d’exploitation, d’abris des animaux et de logement des fermiers. Ces derniers comprennent l’ensemble dit de la petite ferme composée de deux corps de bâtiments, soit le bâtiment principal dit du chalet, destiné au logement de Renel, son associé, et un bâtiment d’étable surmonté d’un fenil. L’ensemble est précédé d’une cour close en planches rudimentaires5.

Il jouit en outre d’une portion du bâtiment dit de la grande ferme6, soit les écuries au rez-de-chaussée, une partie de l’étage réservé au logement du fermier. Le reste du bâtiment est partagé avec Louis Cusin, conservateur de botanique, dont les services ont été transférés au parc, et qui y tient ses appartements. Cette  grande ferme est entourée d’une cour délimitée elle aussi par une clôture en bois mais découpée et ornementée « de manière suisse ».

S’y ajoutent les installations animalières : une grande volière ronde ou faisanderie composée de 36 compartiments, un colombier (ou petite volière), un parc aux moutons formé de huit compartiments grillagés rayonnant autour d’une étable en chaume, un parc aux daims avec un abri rustique en forme de croix grecque, ainsi que des installations fixes closes au moyen de simples piquets et fil de fer : pâturage aux vaches, parc aux poules, échassiers et faisans, et parc aux oiseaux aquatiques7. Le cahier prévoit quelque cent ruminants (vaches, moutons, chèvres) fournis pour l’essentiel par le fermier auxquels s’ajoutent plusieurs centaines de volatiles (basse-cour, animaux aquatiques, échassiers) toujours dans un esprit de peuplement de races curieuses, utiles, et en tous les cas acclimatées. Le cahier des charges à leur égard est strict : le brout est réglementé, limité à celles des pelouses dont le fermier a le produit exclusif et qui doivent être clôturées au moyen de parc, mobiles pour les moutons et fixes pour les vaches. La responsabilité de l’entretien des installations est partagée entre preneur et bailleur variablement selon les cas, tandis que la surveillance et la responsabilité des animaux incombait au seul fermier.

Plan pour l’affermage du parc, 1870, détail, AML, 1923w/4.

On l’a dit, Estienne bénéficie d’une mise en adjudication qui ne lui oppose aucune concurrence. Son « prédécesseur », Caubet, pourtant pressenti à cette tâche n’y prend pas part. Ses compétences n’en sont pas moins reconnues et établies : il est porteur d’un certificat attestant au moins neuf années de travail dans une exploitation agricole et son expérience professionnelle est jugée satisfaisante. Enfin, il est parfaitement solvable pour le  cautionnement du bail, et, sa fortune personnelle, dans ce contexte de fermage difficile, reste un des critères favorables à son élection. D’ailleurs qu’on ne s’y trompe pas, aussi expérimenté soit-il en matière de pratiques agricoles, Estienne est un directeur de ferme, qui délègue une partie des tâches à ses valets de fermes et assistants. Sa position (il est parent du notable De Gandière) en fait un homme instruit, nourri de savoir agricole et d’idées. Devenu fermier du parc, il entend dévouer sa personne à relever une promenade jadis florissante.

« L’aspect de cette désolation m’émut profondément, et je conçus le projet de me vouer à la restauration de notre splendide propriété municipale. J’avais pour moi une certaine indépendance de fortune et de position, la passion des choses de la nature et surtout un désir de bien faire complètement désintéressé ”8.

La sincérité de ses intentions semble difficilement discutable. Au cours des nombreuses plaidoiries qu’il aura à adresser à l’Administration, l’affirmation de son profond désintérêt pour la cause de son enrichissement personnel, un sacrifice qu’il consent, dit-il, au seul rétablissement du parc, est constante. Soucieux seulement d’associer son nom à l’ornement de la ville, et à sa résurrection, il démontre dans ses premiers mois de direction une vigueur manifeste dans l’assouvissement de desseins particulièrement mûrs en matière d’exigences zoologiques.

Or, en fait de triomphe, son exercice à la ferme du Parc va s’illustrer et s’inscrire comme fiasco retentissant dans les annales de la Ville, point de vue qui ne sera pas démenti par le fermier. C’est du récit orageux de tous ces déboires qu’il sera question la prochaine fois.

>>> Suite de l’article : Les étables aux cent vaches 2/5

Par Pierre-Damien LAURENT
Historien, auteur du blog
http://www.depierreetdebout.fr/
Coprésident de l’association Ville Edifiante
https://lavilleedifiante.wordpress.com/

Sources d’archives (Archives Municipales de Lyon)

– 315 WP 91 : Autorisations voirie municipale Lyon, pour l’Avenue de Saxe, XIXe siècle.
– 1923 W/4 : Parc de la Tête d’Or. Registre n° 56, «  Ferme Estienne » : volume n° 5, dossiers n° 1 à 24.
– 1923 W/5 : Parc de la Tête d’Or. Registre n° 56, volume n° 6, dossiers 1 à 44.
– 485 WP 14 : Parc de la Tête d’Or, voirie municipale.

Bibliographie

– CLEMENCON, Anne-Sophie, La ville ordinaire : généalogie d’une rive ; Lyon, 1781-1914, Coéditions Parenthèses-CAUE Rhône Métropole, 2015.
– NOURRY, Louis-Michel, Lyon, le parc de la Tête dOr, Marseille, AGEP, 1992.
– PERRIN, Olivier, Le parc de la Tête d’Or, Saint-Cyr-sur-Loire, A.Sutton, 2007.

 

  1. Le bois excepté, voir La ville ordinaire, Anne-Sophie Clémençon. []
  2. C’est naturellement un résultat diamétralement opposé qui sera obtenu et comme aura à le déplorer la Ville. []
  3. La présence d’espèces étrangères à cette convention s’explique par le don privé, l’ours par exemple. []
  4. Caubet à son départ vend une partie des animaux à la Ville. []
  5. L’édifice remontait à l’ancienne ferme de la Tête d’Or et se trouvait sur l’emplacement de l’actuel chalet des gardes. []
  6. Bâtiment principal de l’ancienne ferme de la Tête d’Or, identifiable quoique peu reconnaissable aujourd’hui dans le bâtiment du Conservatoire. []
  7. L’ouvrage d’Olivier Perrin, Le parc de la Tête d’Or,  rassemble de nombreuses photographies anciennes qui livrent un état passé de certaines de ces installations. []
  8. Mémoire, observations présentées à MM. les membres de la commission municipale de la ville de Lyon, 1873, 1923w/4 – AML []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search