ARCHIVES/Archives funéraires (8/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°7 :

Chercher dans les archives : exhumations

L’exhumation est l’opération funéraire consistant à retirer un défunt de son lieu de sépulture.
Elle peut avoir lieu dans trois cas : sur la demande de la famille, par décision administrative ou sur par ordre de la justice.

Définition
Les registres d’exhumation recensent toutes les exhumations d’une période donnée dans l’ordre chronologique.

Registre des exhumations pour la période 1910-1919, détail de la couverture
(AML, 1099WP/10)

État des fonds
Les 26 registres conservés constituent 3 « collections » :
La collection « ancienne »
Elle couvre la période 1889-1981.
C’est une collection continue de 9 registres concernant tous les cimetières (1099WP/9-12, 1009WP/6-8, 1029WP/25/3 et 1035WP/7).
Elle comporte un important aspect comptable.
La collection « contemporaine »
Elle couvre la période 1961-1991.
C’est une collection continue de 6 registres concernant tous les cimetières (1911W/7-12).
La collection de la Guillotière
Cette collection de 11 registres ne concerne que les cimetières de la Guillotière (2066W/260-270).
Elle couvre la période 1891-1975.
Les périodes 1907-1920 et 1967-1970 sont lacunaires.

Intérêt
Tous les registres indiquent la date et le lieu de l’exhumation ainsi que le nom et le domicile du demandeur.
Les collections 2 et 3 précisent également – entre autres – le nom du défunt, la date du décès ainsi que le lieu de ré-inhumation.
D’autres informations, comme la date et la durée de la concession par exemple, sont parfois données dans certains registres.

La 3e collection contient également des listes des exhumations militaires effectuées en 1956, 1957 et 1958 avant transfert au cimetière militaire de la Doua (Villeurbanne).

Mode de recherche
La recherche se fait par date.
Il n’existe pas de répertoire correspondant.

Communicabilité
La totalité des registres est soumise au délai de communicabilité relatif à la vie privée.

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives de Lyon

ARCHIVES/Archives funéraires (7/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°7 :

Chercher dans les archives : inhumations

De tous temps et chez tous les peuples, la police des inhumations et des lieux consacrés aux sépultures a été une préoccupation des législateurs.

L’inhumation est l’opération funéraire consistant à donner un lieu de sépulture à un défunt.

Pendant longtemps, elle a été, en France, le seul mode de destruction des corps autorisé par la loi1.

1 – Les répertoires des inhumations

Définition
Un répertoire recense, pour une période donnée, toutes les inhumations dans l’ordre alphabétique.

État des fonds
La collection conservée concerne :
– Le cimetière de la Guillotière : 9 répertoires couvrant la période 1933-1984 (2066W/248-256).
– Le cimetière de la Croix-Rousse : 2 répertoires couvrant la période 1903-1949 (1759W/38-39)

Ces répertoires font écho aux registres du même nom.

Il faut distinguer 2 types d’inhumations : dans les terrains concédés et dans le terrain général.

Informations renseignées :
– Désignation des personnes inhumées : nom ; prénom, lieu du décès, date du décès.
– Observations : âge du défunt, taille de la sépulture, nom du propriétaire de la concession…
– Caractéristiques de la concession : durée, date, désignation (emplacement).

Intérêt
Renseigner sur la durée, la date d’acquisition et l’emplacement précis d’une concession.
Sont également concernées les exhumations.

Mode de recherche
Par date puis par nom.

Communicabilité
Ces documents sont soumis au délai de communicabilité relatif à la vie privée. Numérisés, ils sont consultables en ligne en salle de lecture.

Funérailles des victimes de l’éboulement du cours d’Herbouville (1932)
(AML, 2PH/263/19)

2 – Les registres des inhumations

Définition
Un registre recense, pour une période donnée, toutes les inhumations dans l’ordre chronologique.

État des fonds
Il convient de différencier les inhumations provisoires des inhumations en terrains concédés ou en terrain général.

Les inhumations provisoires
Les informations communes à tous les registres d’inhumations provisoires sont ; les nom et prénom des défunts ainsi que leur date d’arrivée.
– Inhumations provisoires dans la chambre funéraire du cimetière de la Guillotière : 2 registres portant sur la période 1986-1992 (2066W/257-258).
– Inhumations provisoires dans les caveaux de la Ville. L’intérêt est de savoir ce que sont devenus les corps entre la date du décès et celle de l’inhumation en terrain concédé ou terrain général.
> Tous cimetières : 3 registres de dépôt des corps pour la période 1917-1973 (1003WP/19/2, 1099WP/73 et 1027WP/12) (classement par cimetière puis par numéro de case dans le caveau).
> Cimetières de la Guillotière
1 registre de dépôt des corps pour 1911-1994 (2066W/259) (classement chronologique).
5 registres comptables pour 1896-1972 (1099WP/70-72, 74 et 1027WP/13) (classement chronologique).

Monument crématoire au cimetière de la Guillotière, plan du rez-de-chaussée (1909)
Projet d’Etienne Curny – (AML, 1004WP/3)

Les inhumations en terrains concédés ou terrain général.
Il s’agit de 10 registres relatifs aux cimetières de la Guillotière et couvrant la période 1853-1933. Le classement est chronologique (2066W/238-244, 246-247).
Le registre de la période 1894-1902 ne concerne que les terrains concédés (2066W/245).
Ils mentionnent tous les nom, prénom et domicile des défunts ainsi que la date et le lieu de l’inhumation. Certains comportent parfois également d’autres informations.

Intérêt
Dater et localiser une inhumation.

Mode de recherche
Par date.

Communicabilité
Ces documents sont soumis au délai de communicabilité relatif à la vie privée. Numérisés, ils sont consultables en ligne en salle de lecture.

3 – Les dossiers de funérailles

Définition
Les funérailles sont les cérémonies solennelles qui accompagnent un enterrement.
Apparu au XIVe siècle, le terme est emprunt au latin ecclésiastique médiéval funeralia, neutre pluriel du bas latin funeralis, dérivé de funus, qui recouvre tout un processus de « travail de deuil ».
Un dossier de funérailles regroupe l’ensemble des documents nécessaires à l’inhumation ou à la crémation : bulletin de commande de funérailles, procès-verbal d’inhumation, acte et certificat de décès, demande et procès-verbal d’exhumation, autorisation de transport de corps, procès-verbal de mise en bière, permis d’inhumer, pièces comptables, autorisation de fermeture de cercueil, correspondance.

La foule se masse sur le coteau de Fourvière, sous le Chemin Neuf, pour assister aux funérailles des victimes des bombardements du 26 mai 1944 place Saint-Jean
(AML, 6PH/1055)

État des fonds
La collection conservée comprend, pour un volume total de 55 mètres-linéaires :
> La période de guerre (1939-1945),
> Les années en 3, tous les 20 ans, à titre d’échantillons (soit 1963, 1983 et 2003). L’année 2003 constitue une exception dans cette collection. Elle est composée de 2 versements : le 1900W est celui du secteur « réglementaire » (documents administratifs) et le 1935W, celui du secteur « concurrentiel » (organisation des funérailles). C’est également une année exceptionnelle du point de vue funéraire, celle d’une canicule qui a entraîné une surmortalité de 55 %.
Les dossiers sont individuels et leur classement est chronologique.

A cela s’ajoutent les dossiers :
– De la période de septembre 1984 à janvier 1986 versés comme pièces justificatives à l’appui de dossiers de contentieux (1566WP/96-97),
– De populations particulières :

Conseillers municipaux 1925-1955 1019WP/2/2
Condamnés à mort (justice criminelle, juridiction d’exception, cour martiale) 1926-1950 1014WP/11
Victimes de mort violent 1943-1944 1029WP/30
Religieuses 1940-1951 1010WP/5
Victimes civiles et militaires 1947-1956 1025WP/48-50
Militaires victimes de guerre 1947-1972 1029WP/36
Victimes militaires allemandes 1942-1959 1015WP/13

Intérêt
– Offrir un échantillon statistique dans des fonds trop volumineux et sériels pour être conservés et dont l’intérêt historique reste très limité ;
– Garder une trace du fonctionnement de l’administration pour ce type de procédure.

Mode de recherche
Par date des funérailles puis par nom du défunt.

Communicabilité
Ces documents sont soumis au délai de communicabilité relatif à la vie privée.

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives de Lyon

  1. La crémation est autorisée par la loi du 15 novembre 1887 sur la liberté des funérailles et le décret d’application du 27 avril 1889 portant règlement d’administration publique déterminant les conditions applicables aux divers modes de sépulture. []

ARCHIVES/Archives funéraires (6/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°6 :

Chercher dans les archives : concessions funéraires

Une concession funéraire est un emplacement dans un cimetière (caveau, tombe) dont le bénéficiaire – le concessionnaire – achète l’usage (mais non le terrain). Elle peut également prendre la forme d’un emplacement réservé aux urnes funéraires au sein d’un columbarium. L’acte de concession précise qui en est le concessionnaire, le lieu de la concession ainsi que sa durée.

Il existe en effet plusieurs types de concessions en fonction de leur durée.

Le principe de la concession, réaffirmé par le décret du 23 Prairial an XII, entraîne la création, en même temps que celle des cimetières lyonnais, de 3 types de concessions : les concessions perpétuelles (adoptées en 1810) et les concessions temporaires (15 ans) et trentenaires (instituées en 1840).

Les concessions centenaires et cinquantenaires, quant à elles, sont des créations du XXe siècle :
– les concessions centenaires, instituées par la loi du 3 janvier 1924 pour « retarder l’envahissement des cimetières », ont été instaurées dans les cimetières lyonnais par délibération du Conseil municipal du 19 janvier 19251.
– les concessions cinquantenaires ont été mises en place dans les cimetières lyonnais en 1929 (délibération du 11 février)2.

Reprise des terrains concédés au cimetière de la Croix-Rousse
Affiche du 20 avril 1878 ayant servi de bon à tirer – pour une nouvelle impression de cent affiches – daté du 10 août 1878
(AML, 936WP/8840)

1 – Les répertoires de concessions

Définition
Un répertoire de concessions recense les concessionnaires.

État des fonds
Il s’agit de 20 répertoires alphabétiques classés par durée des concessions (tous cimetières confondus) :

  1. Concessions temporaires (15 ans) : 8 volumes pour la période 1864-1998 (1099WP/68-69 et 1745W/63-68). La collection est continue et le classement est chronologique.
  2. Concessions trentenaires : 6 volumes pour la période 1850-1998 (1099WP/54-55 et 1745W/69-72). La collection est continue et le classement est chronologique. Les 2 répertoires pour 1888-1920 sont identiques.
  3. Concessions cinquantenaires et centenaires : 1 volume pour la période 1925-1998 (1745W/73).
  4. Concessions perpétuelles : 4 volumes pour la période 1813-1963 (1099W/43-45 et 1745W/74).

Intitulés des colonnes
– Année (supposée de l’acquisition de la concession),
– Date (supposée de l’acquisition de la concession),
– Cimetière (supposé où se trouve la concession),
– Nom (supposé de l’acquéreur).

Parfois, les registres comportent un numéro supplémentaire (n° de page ?).

À cela s’ajoutent 2 autres registres, dits « Alphabétiques acquisitions », probablement relatifs aux cimetières de la Guillotière et concernant les périodes 1942-1964 (2066W/139) et 1964-1971 (2066W/144). Ils portent sur des concessions dont la durée n’est pas identifiée. Contrairement aux volumes précédents, ceux-ci mettent l’accent sur la localisation des concessions. On y trouve ainsi le nom de l’acquéreur, le numéro de la case, la dénomination du terrain et la date acquisition.

Ces répertoires font écho aux registres, brouillards et dossiers du même nom.

Intérêt
Souvent utilisés à des fins généalogiques, ces documents renseignent sur le lieu et la date d’une concession.

Mode de recherche
Par durée de concession, par année puis par nom de concessionnaire.

Communicabilité
Ces documents sont immédiatement communicables. Numérisés, ils sont consultables en ligne en salle de lecture.

2 – Les registres de concessions

Définition
Un registre de concessions recense les ventes de concessions.

État des fonds
Les AML conservent 99 registres de concession composant 2 séries :

Une série de registres classée par durée de concessions :
– Concessions temporaires (15 ans) : 52 volumes, tous cimetières confondus, pour la période 1860-1982 (1099WP/56-67 et 1745W/1-40). La collection est continue et le classement est chronologique. A cela s’ajoute 1 registre isolé pour l’année 1979 (2066W/145).
– Concessions trentenaires : 28 volumes, tous cimetières confondus, pour la période 1871-1967 (1099WP/48-53 et 1745W/41-62). La collection est continue et le classement est chronologique. A cela s’ajoutent 2 volumes antérieurs commençant en 1853 (1099WP/46-47).
– Concessions perpétuelles : 5 volumes relatifs au cimetière de Loyasse pour la période 1813-1876 (1099WP/38-42). Le classement est chronologique et comporte une lacune entre 1830 et 1835.

Une série de registres classée par cimetière, toutes durées de concessions confondues :
– Cimetières de la Guillotière : 6 volumes pour la période 1892-1967 (2066W/137-138 et 2066W/140-143). La collection est continue et le classement est chronologique.
– Cimetières de la Croix-Rousse : 5 volumes pour la période 1878-1975 (1759W/33-37). La collection est continue et le classement est chronologique.

Intérêt
L’intérêt est de pouvoir localiser une concession et d’en connaître l’histoire.
Les informations présentes dans tous les registres sont : la date de l’acquisition de la concession et son emplacement, le cimetière, la durée de la concession ainsi que le nom de l’acquéreur.

Mode de recherche
En fonction de la collection de registres utilisée, la recherche se fait soit par durée de concession soit par cimetière, puis par date d’acquisition.

Communicabilité
Ces documents sont soumis au délai de communicabilité relatif à la vie privée. Numérisés, ils sont consultables en ligne en salle de lecture.

Croquis de monument funéraire (août 1870)
« Grotte en tuf construite sur la tombe de Mme Nové
décédée le 5 mai 1870, profondeur 1, 40 m.
Concession du 12 mai 1870, cimetière de la Guillotière
case n° 6, allée St-Joseph, lettre E, Combe-Blanche, achat pour 15 ans
MM. Pettion et Demolins, entrepreneurs »
(AML, 1003WP/37)

3 – Les brouillards de concessions

Définition
À l’origine, un brouillard est un registre de commerce sur lequel on inscrit les opérations à mesure qu’elles se font, pour les reporter sur le livre journal, sans surcharge ni rature. Par extension, un brouillard est devenu un brouillon. Ici, il s’agit donc des brouillons des registres recensant les ventes de concessions.

État des fonds
Il s’agit de 69 registres de 3 types :
1) Par durée de concession : 1 registre pour les concessions perpétuelles du cimetière ancien de Loyasse pour la période » 1813-1835 (1099WP/37, reproduit en 6PH/10437-10438).
2) Par cimetière, toutes durées de concession confondues, pour la période 1878-1885 : 3 registres.

Cimetière Cote
Loyasse 1099WP/77
La Guillotière 1099WP/75
La Croix-Rousse 1099WP/76

3) Par date de concession, tous cimetières et toutes durées confondues : 65 registres pour la période 1886-1971 (1099WP/78-142). La collection est continue et le classement est chronologique.

Intérêt
Tout comme pour les registres de concession qu’ils complètent – en particulier pour ce qui concerne les personnes inhumées –, l’intérêt de cette collection est de pouvoir localiser une concession, d’en connaître l’histoire.
Les informations présentes dans tous les registres sont : la date et la durée de la concession, le cimetière concerné, le nom et le domicile de l’acquéreur, la personne inhumée, l’emplacement de la concession ainsi que les sommes payées.

Mode de recherche
La recherche se fait principalement par date d’acquisition.

Communicabilité
Ces documents sont soumis au délai de communicabilité relatif à la vie privée. Numérisés, ils sont consultables en ligne en salle de lecture.

4 – Les dossiers de concessions

Définition
Les dossiers de concessions sont constitués pour contractualiser la vente, par la Ville, d’un emplacement de cimetière à un particulier.

État des fonds
Les Archives de Lyon conservent 921 boîtes de dossiers de concessions classées par durée de concession3 puis dans l’ordre chronologique de la vente ou du dernier renouvellement de la concession :

Concessions temporaires (15 ans)
La collection couvre la période 1900-1985 (1000WP/1-341, 1446WP/142-158, 1449WP/62-67, 1566WP/1-47, 1773W/1-39 et 1987W/1-36). La collection est continue et le classement est chronologique.
À cela s’ajoutent :
– 1 dossier de 1851 (1000WP/1)
– les dossiers de Saint-Rambert (période 1851-1950) (1002WP/2)
– 2 boîtes de dossiers non classés dans la collection, période 1969-1973 (1449WP/74-75).

Concessions trentenaires
La collection couvre la période 1881-1971 (1001WP/1-237, 1446WP/160-175, 1566WP/48-86, 1774W/3-32 et 1987W/37-62). La collection est continue et le classement est chronologique.
À cela s’ajoutent :
– 1 dossier de 1879,
– les dossiers du cimetière de Saint-Rambert (période 1855-1930) (1002WP/1),
– 4 boîtes de dossiers non classés dans la collection, périodes 1950-1956 (1446WP/212-213) et 1960-1962 (1774WP/1-2).

Concessions cinquantenaires
La collection couvre la période 1929-1947 (1446WP/183, 1566WP/87-89 et 1987W/63-67). Elle débute à la création de ce type de concession. La collection est continue et le classement est chronologique.

Concessions perpétuelles
Il s’agit des concessions reprises par la Ville. La collection couvre la période 1809-1941 (2066W/153-224). La collection est continue et le classement est chronologique.
À cela s’ajoutent :
– 3 boîtes de concessions au cimetière de Loyasse pour la période 1828-1851 (1003WP/46-48),
– quelques dossiers du cimetière de Saint-Rambert pour 1874 et 1885 (1002WP/1).

Intérêt
Éclairer sur les filiations et compléter les sources généalogiques.
Par ailleurs, les dossiers de concession à perpétuité du cimetière de Loyasse comportent chacun un plan du cimetière indiquant l’emplacement exact de la concession.

Dossier de concession funéraire de la famille Champagne au cimetière de Loyasse, détail du plan (1834)
« L’emplacement de deux mètres carrés de terrain, marqué ci-dessus par une teinte rouge formant la case f en face du n° 35, a été vendu par la Ville de Lyon à M. Barthélémy Champagne, apprêteur d’étoffes de soie, dem[euran]t rue Coustou n° 5, pour la sépulture de […] ses 2 enfants, décédés le 1er le 2 avril, âgé de 2 ans, et le second, le 12 décembre, âgé de 10 ans.
Fait à l’hôtel de ville, Lyon, le vingt-deux décembre mille huit cent trente-quatre » (AML, 1003WP/46)
Mode de recherche
La recherche se fait par date d’acquisition ou du dernier renouvellement de la concession. La recherche par nom n’est pas encore disponible.

Communicabilité
Ces documents sont soumis au délai de communicabilité relatif à la vie privée.

5 – Les registres de lignes

Définition
Un registre de lignes correspond, pour un cimetière donné, à un recensement topographique des concessions, c’est-à-dire par zone géographique (ligne, masse, clos, carré, allée, terrain…). Autrement dit, c’est une liste des acquéreurs établie par lignes de concessions.

 État des fonds
3 collections sont conservées, une par cimetière :
– Pour les cimetières de Loyasse : 6 registres concernent les concessions acquises de 1850 à 1983 (1099WP/12-22 et 1911W/13, 17). Quelques pages isolées ont également été conservées en 985WP/123.
– Pour les cimetières de la Guillotière : 10 registres concernent les concessions acquises entre 1825 et 1999 (1099WP/29-36, 1911W/14 et 2066W/271). Un registre concerne les cases du columbarium acquises entre 1959 et 1983 (1745W/75).
– Pour les cimetières de la Croix-Rousse : 10 registres concernant les concessions acquises entre 1823 et 1982 (1099W/25-27, 1759W/28-32 et 1911W/15-16). Quelques pages isolées ont également été conservées en 985WP/123.

Intérêt
L’intérêt de ces registres est de faire l’historique de propriété de chaque emplacement de cimetière, cet historique indiquant, pour chaque terrain, la succession des acquéreurs, les durées ainsi que les dates d’acquisition, de mutation, de renouvellement, voire de reprise des concessions.

Mode de recherche
Par cimetière, par zone géographique puis par n° de terrain.
L’accès aux informations est rendu difficile par 2 éléments :
– les changements de numérotation et de dénomination des différentes zones composant les cimetières,
– le fait que les registres sont rarement datés, les seules dates présentes étant les dates d’acquisition des concessions.

Communicabilité
Ces documents sont communicables sans délai.


Par Anne FOREST, archiviste aux Archives de Lyon

  1. AML, 1217WP/183, p. 616, vue 309 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/cc97c5518bfc7c0ce699cc2171e4267c []
  2. AML, 1217WP/187, p. 618, vue 309 : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/42c231c7fe44c870d473e3ef390b7ed6 []
  3. Les concessions centenaires ayant été créées en 1925, la durée d’utilisation des dossiers correspondant n’est donc pas encore échue. Par conséquent, aucun dossier de concession centenaire n’a encore été versé aux Archives de Lyon. Par ailleurs, les versements 1000WP et 1001WP sont actuellement en cours de traitement. []

ARCHIVES/Archives funéraires (5/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°5 :

Chercher dans les archives : convois et transports de corps

1 – Les répertoires de convois

Définition
Le convoi est l’opération funéraire permettant le transfert d’un défunt, depuis sa mise en bière jusqu’au lieu de sépulture.
Un répertoire de convois recense, pour une période donnée et dans l’ordre alphabétique, les défunts convoyés.

Le funiculaire Saint-Paul/Loyasse : la gare de Saint-Paul [1895-1929]
Carte postale, Ed. Basset
(AML, 38PH/173/15)
Etat des fonds
La collection conservée, ininterrompue, couvre la période 1909-1974.
Elle totalise 59 répertoires issus des versements 1745W et 1899W.
Chaque répertoire couvre 1 année (2 années dans 7 cas).

Intérêt
Si, sur la totalité de la collection, la date de l’inhumation est renseignée, la tranche 1909-1920 offre en plus la désignation du cimetière où a eu lieu l’inhumation ainsi que des observations (soldat, enfant, travailleur colonial…).

Ces répertoires permettent d’accéder aux registres du même nom.Ils ne recensent pas la totalité des convois lyonnais mais seulement ceux assurés par les services municipaux.

Mode de recherche
Par année puis par nom.

Communicabilité
Ces répertoires sont immédiatement communicables et tous consultables en ligne : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/convoi.php

Le funiculaire Saint-Paul/Loyasse : le viaduc de Fourvière [1895-1920]
Carte postale, Ed. LL.
(AML, 4FI/4267)

2 – Les registres de convois

Définition
Le convoi est l’opération funéraire permettant le transfert d’un défunt, depuis sa mise en bière jusqu’au lieu de sépulture.
Un registre de convois recense, pour une période donnée, les défunts convoyés.

Etat des fonds
La collection conservée, ininterrompue, commence en 1876 et couvre un siècle. Elle totalise 219 registres issus des versements 1745 W (pour la période 1876-1936) et 1899 W (pour la période 1937-1974).

Période 1876-1897 (1745W)
Pour une période donnée (de 1 à 2 ans), il existe un registre par arrondissement, à l’exception des années 1880-1881 pour lesquelles tous les arrondissements sont rassemblés dans un seul et unique registre.
Les convois y sont ensuite classés dans l’ordre chronologique.

Période 1898-1974 (1745W et 1899W)
Chaque registre couvre un semestre, tous arrondissements confondus. Dans la majorité des cas, une année est donc couverte par 2 registres.

Exceptions :
– 1 année complète est couverte par un seul registre (1907, 1925 et 1926),
– 1 année complète est couverte par 3 registres (1918).
Dans chaque registre, 1 à 2 pages recensent les convois d’une seule journée, classés par arrondissement.

Intérêt
L’intérêt des registres de convois est d’indiquer un lieu de sépulture.
Ces registres ne recensent pas la totalité des convois lyonnais mais seulement ceux assurés par les services municipaux.

Les informations contenues dans tous les registres de la collection 1876-1974, sans exception et quelque soit la période, sont :
– la date du convoi,
– les nom, prénom et âge du défunt,
– le lieu de destination du convoi,
– la paroisse ou le culte.
A cela s’ajoute un certain nombre d’informations dont la nature et la quantité varient au fil du temps.

Mode de recherche
Par date, et grâce aux répertoires de convois.

Communicabilité
La totalité des registres est soumise au délai de communicabilité relatif à la vie privée (50 ans).
Les registres de plus de 50 ans sont consultables en ligne : http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/convoi.php.

Réglementation du service des convois funèbres, arrêté du Préfet (18 juin 1873)
Affiche – AML (936WP/8555)

3 – Les registres d’autorisations de transports de corps à l’extérieur

Définition
Le transport de corps est l’opération funéraire « d’urgence » qui permet de déplacer un défunt du lieu de décès au lieu de résidence du défunt ou de sa famille.
Ne pas confondre le transport de corps avec le convoi, directement lié aux funérailles.
Un registre recense les transports d’une période donnée dans l’ordre chronologique.

Etat des fonds
2 registres d’autorisations de transport de corps sont conservés, portant respectivement sur les périodes du 22/07/1967 au 10/04/1974 (1025 WP 18) et du 01/01/1969 au 01/02/1973 (1025 WP 19).

Les 2 registres, bien que contemporains l’un de l’autre, ne sont pas identiques. L’origine de leur différence n’a pu être établie.

Informations disponibles :
– n° de l’autorisation
– nom du défunt
– date de transfert ou de transport
– lieu de destination

Intérêt
Ces registres indiquent le lieu de destination des corps.
Ils complètent les registres de convois.

Mode de recherche
Par date.

Communicabilité
Les 2 registres sont immédiatement communicables.

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives de Lyon

ARCHIVES/Archives funéraires (4/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°4 :

Chercher dans les archives : les certificats médicaux de décès

1 – Les registres de certificats de décès

Définition
Le certificat médical de décès est l’attestation d’un décès délivrée par le médecin l’ayant constaté.
Un registre recense tous les certificats médicaux de décès établis, pour une période donnée, dans l’ordre chronologique. Il s’apparente à un recensement des décès.

Etat des fonds
65 registres sont conservés, couvrant la période 1914-1994.

Années Cotes
1914-1919 1160WP/4/1
1917-1934 1005WP/1-16
1935-1941 1099WP/1-7
1944-1946 1017WP/1-3
1947 1099WP/8
1955 1017WP/4
1956-1958 1005WP/60-62
1959-1961 1015WP/6-8
1962-1963 1016WP/6-7
1969 1025WP/9
1971-1975 1027WP/3-7
1976 1028WP/2
1977-1978 1030WP/11-12
1979-1980 1033WP/3-4
1981 1035WP/5
1982-1983 1036WP/10-11
1984-1994 1568W/1-9

Certaines années sont lacunaires : 1922, 1942, 1943, 1948 à 1954 (élimination en 1970), 1964 à 1968, 1970, 1987 et 1989.
Il n’existe pas de répertoires correspondant aux registres.

Ce type de document n’est aujourd’hui plus produit par la Direction des Cimetières.

Registre des certificats médicaux de décès pour l’année 1918
La cause des décès est clairement renseignée
(AML, 1005WP/1/19)

Intérêt
Informations mentionnées :
– numéro
– nom du défunt
– âge du défunt
– date du décès
– cause du décès

Ces registres ont pour principal intérêt d’informer sur la cause du décès. Très précisément renseignée jusqu’aux années 1940, elle est de moins en moins indiquée après, jusqu’à ne plus faire l’objet que des mentions « mort violente » ou « mort naturelle (de maladie contagieuse ou non) » à partir de la fin des années 1960.

Registre des certificats médicaux de décès pour l’année 1969
La cause du décès est réduite aux seules mentions « MN/MNC » (pour
« Mort naturelle / Maladie non contagieuse ») ou « Mort violente »
(AML, 1025WP/9/6)

Mode de recherche
Par date

Communicabilité
La totalité des registres est soumise au délai de communicabilité relatif à la vie privée. Numérisés, ces documents sont consultables en ligne en salle de lecture.

2 – Les certificats de décès

Définition
Le certificat médical de décès est l’attestation d’un décès délivrée par le médecin l’ayant constaté.
« L’autorisation de fermeture du cercueil ne peut être délivrée qu’au vu d’un certificat, établi par un médecin, attestant le décès. […]

Ce certificat, rédigé sur un modèle établi par le ministère chargé de la santé, précise la ou les causes de décès. […]
Ces informations ne peuvent être utilisées que pour des motifs de santé publique. […] »
Code général de collectivités territoriales, art. L2223-42

Certificats médicaux de décès, 1er arrondissement de Lyon (mars 1939)
(AML, 1005WP/17)

Etat des fonds
Les AML conservent les certificats médicaux de décès de la période 1939-1945 (soit 22 boîtes cotées 1005WP/17-38) ainsi que ceux de l’année 1989 (1446WP/182).

Les autres années ont été éliminées (cf. bordereaux d’élimination 2007/69 et 2007/92).

Intérêt
Informations mentionnées :
– Médecin : nom et domicile
– Défunt : nom, prénom et domicile
– Décès : date, heure et lieu
– Mort : naturelle (maladie contagieuse ou non) ou violente

L’intérêt d’avoir conservé ces documents est de combler les lacunes de la collection des registres pour les années 1942, 1943 (élargies à toute la durée de la guerre pour constituer un ensemble cohérent) et 1989.

Mode de recherche
Par date

Communicabilité
Les certificats de décès sont soumis au délai de communicabilité relatif à la vie privée (50 ans).

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives de Lyon

ARCHIVES/Archives funéraires (3/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°3 :

Repères historiques locaux : la mort violente

Pour garantir le principe d’ordre public selon lequel le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort, l’Etat1 –et la commune– intervient quand la mort n’est pas naturelle. C’est la raison pour laquelle, qu’elles se trouvent sur la voie publique ou bien sur un terrain militaire, les victimes de mort violente sont prises en charge par les pouvoirs publics.

1 – Des dépôts mortuaires à l’Institut médico-légal (IML)2

Les dépôts mortuaires du XIXe siècle

Dès Floréal an III (avril-mai 1795), un arrêté de la municipalité portant règlement sur les inhumations évoque deux dépôts, l’un à l’Hôtel-Dieu (dont l’administration en avait fait la concession à la Ville tout en s’en réservant la direction) pour les quartiers situés entre Rhône et Saône, et l’autre dans une chapelle de l’église du Petit Collège pour les quartiers de la rive droite de la Saône (la rive gauche du Rhône ne faisait alors pas partie de Lyon). Ils étaient tous deux destinés à recevoir les corps des personnes inconnues, trouvées mortes hors de leur domicile.

Au cours de sa séance du 11 Brumaire an IV (2 novembre 1795), le conseil municipal, trouvant la chapelle de l’église du Petit Collège inadaptée, transporte le dépôt dans une chapelle de l’église Saint-Jean.

En 1837, la Ville, en remplacement de ce dépôt, en installe un autre dans une chapelle du chevet de l’église Saint-Paul. Celui-ci desservait alors les quartiers du nord et de l’ouest et celui de l’Hôtel-Dieu, les autres quartiers.

Sous la pression des riverains se plaignant de l’insalubrité croissante, le dépôt de Saint-Paul est officiellement supprimé en 1842. Mais il semble toujours être en usage en 1846…

Le 13 février 1850, le conseil d’administration des Hospices civils de Lyon (HCL) décide la fermeture du dépôt de l’Hôtel-Dieu.

Les bateaux-morgues (1850-1910)

Le terme vient du verbe « morguer », traiter, dévisager avec arrogance. Dans les prisons d’Ancien Régime, la morgue désigne le lieu où l’on tient les nouveaux prisonniers pendant un bref moment afin que les gardiens les dévisagent pour pouvoir les reconnaître ensuite. Par la suite, la morgue devient le lieu où l’on cherche à reconnaître les cadavres non identifiés.

 Le 1er bateau-morgue (1850-1852)

Face à l’insuffisance des deux dépôts, fin 1849, la Ville projette de construire une morgue.

Le 5 mars 1850, le Maire de Lyon écrit au président des HCL : « La morgue sera établie sur le Rhône en face de l’Hôtel-Dieu sur un bateau mobile propre à cette destination ».

Quel avantage y a-t-il à construire une morgue flottante ? La proximité du fleuve permet l’installation d’un système d’arrosage permanent : une robinetterie permet de faire couler un filet d’eau fraîche sur les tables sur lesquelles sont déposés les corps pour les conserver.

Le bateau-morgue est opérationnel en mai 1850.

Mais dans une lettre datée du 22 août 1852, le préfet du Rhône écrit au président des HCL : « Cette nuit, à deux heures du matin, la morgue, emportée par le courant, s’est brisée auprès du pont de la Guillotière ».

La morgue flottante, à gauche, amarrée devant l’Hôtel-Dieu [1862-1909] Carte postale (AML, 4FI/9262)

Le 2nd bateau-morgue (1853-1910)

En janvier 1853, un nouveau projet évoque la construction de la morgue sur une parcelle de terrain cédée à la Ville par les HCL quai d’Albret (quai de Serbie). Mais l’éloignement du site fait échouer le projet.

L’idée de reconstruire une morgue flottante est alors adoptée.

La morgue de la ville est donc installée sur une « plate » (ou bateau-lavoir grossièrement aménagé) amarrée sur le Rhône, quai de l’Hôpital (devant l’Hôtel-Dieu, face au n° 40).

Mais une nouvelle fois, les caprices du fleuve ont raison du bateau. Dans une délibération du 18 avril 1910, le Conseil municipal déclare : « La récente crue du Rhône a causé la destruction du bateau-morgue qui, ensuite de la rupture de ses amarres, a été emporté à la dérive jusqu’à Saint-Fons où il s’est échoué ».

La morgue (1910-1933)

1900
1er projet de construction d’une morgue sur le terrain que possède la Ville à l’intersection des rues Chevreul et de Béarn (rue Pasteur). Mais le voisinage proteste.
2e projet dans l’enceinte de la Faculté de médecine, contre le mur de clôture Est, à la place d’un bâtiment utilisé par le Jardin botanique de la Faculté. Projet avorté.

1908
3e projet dans un bâtiment rue Pasteur et autrefois affecté à la chaufferie de la Faculté de médecine. Projet adopté.

1910
Construction de la morgue rue Pasteur, sur les plans de l’architecte Curny.

Morgue rue Pasteur, plan de la façade (1909) Projet d’Etienne Curny (AML, 1004WP/3)
L’institut de médecine légale (depuis 1933)

En 1930, la décision est prise d’un transfert dans les locaux de la nouvelle Faculté de médecine avenue Rockefeller. La morgue devient l’Institut médico-légal et associe la Ville et l’Université (convention du 11 mars 1930).

L’IML s’installe avenue Rockefeller en 1933.

En 2004, la Ville se retire de la gestion directe de l’IML.

2 – Les victimes de guerre

Les fosses de la Révolution3 (1793-1794)

– 209 victimes inhumées près de la grange de la Part-Dieu ;
– 74 rue Vendôme ;
– 140 « rebelles » jetés dans le fleuve ;
– 1500 cadavres, entassés à la Quarantaine, ont été jetés à la chaux vive ;
– Un nombre inconnu a été profondément inhumé à l’extrémité de l’île de Perrache.

Les deux guerres mondiales

Avant la Première guerre mondiale, les soldats ne pouvaient pas être inhumés dans des tombes individuelles, faute de pouvoir être formellement identifiés. Avec la guerre de 1914-1918, les belligérants développent des pratiques d’inhumation plus soucieuses de l’individualité du soldat, qui porte désormais une plaque d’identité permettant de l’identifier. Une loi de décembre 1915 entérine le principe de la sépulture individuelle et permanente dont l’entretien est confié à l’Etat à perpétuité.

En mars 1966, selon la volonté de son Maire Louis Pradel et sur le modèle de sa jumelle Birmingham, la Ville de Lyon a édité la liste4 des soldats victimes de la guerre de 1914-1918, de la guerre de 1939-1945 et des opérations extérieures, pour compléter les noms retranscrits sur le Monument aux morts (construit entre 1922 et 1933 par Tony Garnier) de l’Ile du Souvenir, dite l’Ile aux Cygnes, au Parc de la Tête d’Or, où sont gravés les noms des Lyonnais morts durant la Grande Guerre.

Monument aux morts de l’Ile aux Cygne, Parc de la Tête d’Or (années 1930) Cliché Poix (AML, 1PH/1204)

Le carré musulman du cimetière de La Mulatière5 accueille les sépultures des soldats musulmans décédés lors de la Première Guerre mondiale, en particulier à l’hôpital complémentaire n°21 (Institution Lamartine) à Oullins.

La nécropole nationale de la Doua6, à Villeurbanne, est destinée, à partir de 1953, à recevoir les tombes des combattants lyonnais et des alliés morts dans la région.

A l’origine du site se situait là le charnier des résistants abattus par les nazis.

La nécropole nationale de Chasselay accueille depuis 1942 les 188 sépultures des tirailleurs d’Afrique de l’Ouest massacrés par les Nazis en juin 1940.

En 1952, les autorités françaises aménagent, à Dagneux (Ain), un cimetière militaire allemand qui, à partir de 1958, est élargi et aménagé dans sa forme actuelle par le Service pour l’Entretien des Sépultures Militaires Allemandes (SESMA).

Le cimetière, qui couvre environ 4,5 hectares, a été créé dans le cadre de la Convention franco-allemande de 1954 relative aux sépultures militaires.

Il s’agit avant tout de victimes tombées pour la plupart lors des combats dans le sud de la France consécutifs au débarquement des Alliés le 15 août 1944 sur la Côte d’Azur, mais également de soldats morts au combat ou en prison lors de la Première Guerre Mondiale.

Environ 20 000 morts y ont trouvé leur dernier repos.

Il est possible de retrouver à partir du nom d’un disparu son emplacement dans le cimetière ainsi que, pour la plupart, le lieu et la date où il est tombé, au moyen de la recherche de tombe (« Gräbersuche ») sur le site du VDK, Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge (SESMA, Service pour l’Entretien des Sépultures Militaires Allemandes) : https://www.volksbund.de/fr/graebersuche.html.

Pour retrouver la trace de victimes de guerre, consulter :
https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/
http://www.cimetieres-de-france.fr/cimetieres-en-ligne/mort-pour-la-france.html

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives de Lyon

  1. Et en particulier le Ministère de la Justice via le Parquet, dont les registres constituent des sources complémentaires intéressantes. []
  2. Les registres d’entrée des corps des bateaux-morgues, de la morgue et de l’IML sont conservés aux AML sous les cotes 1825W (numérisé, consultable en ligne en salle de lecture) et 2764W. []
  3. Pas ou peu de traces archivistiques. []
  4. « La Ville de Lyon à ses soldats morts au champ d’honneur », impr. Audin (AML, 1C/651670/SAL). Les dossiers préparatoires sont cotés 1025WP/51-54. []
  5. https://monumentsmorts.univ-lille.fr/monument/25339/mulatiere-cimetiere/ []
  6. https://www.cheminsdememoire.gouv.fr/en/la-doua-cemetery-villeurbanne []

ARCHIVES/Archives funéraires (2/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°2 :

Repères historiques locaux : le service municipal funéraire

Un service municipal vieux de plus de 2 siècles !

1 – Préambule : petite chronologie réglementaire

VIe siècle av. JC Solon renouvelle la loi prescrivant les sépultures dans Athènes
Ve siècle av. JC « L’homme mort, qu’on ne l’ensevelisse ni le brûle dans la ville », Loi des XII Tables, X, 1  (Cicéron, De Leg., 2, 23, 58)
IVe siècle ap. JC « Il est interdit d’ensevelir les morts à l’intérieur des villes », Histoire Auguste, Vie d’Antonin le Pieux, XII, 3
789 La crémation est interdite par un capitulaire de Charlemagne
1231 Le concile de Rouen menace d’excommunication ceux qui dansent au cimetière
1405 L’Eglise interdit à nouveau « aux mimes, jongleurs et musiciens populaires d’y faire leur métier »
10 mars 1776 Déclaration du roi concernant les inhumations :
« Article 1er. Nulle personne […] ne pourra être enterrée dans les églises […].
Art. 7.- […] [Les cimetières] qui […] pourraient nuire à la salubrité de l’air, seront portés […] hors de l’enceinte […] »
1791 Lois et décrets transférant le contrôle des cimetières aux autorités municipales
23 Prairial an XII Décret impérial sur les sépultures.
(12 juin 1804) “Art. Ier. Aucune inhumation n’aura lieu dans les églises […] ni dans l’enceinte des villes et des bourgs”
18 mai 1806 Décret concernant le service dans les églises et les convois funèbres
Décembre 1843 et janvier 1844 Ordonnance du roi relative aux cimetières :
– De la translation des cimetières
– Des concessions de terrains dans les cimetières pour fondation de sépultures privées (perpétuelles, trentenaires -renouvelables-, temporaires -15 ans au plus non renouvelables-)
– De la police des cimetières
15 novembre 1887 Loi sur la liberté des funérailles (permettant notamment la crémation)
28 décembre 1904 Loi de transfert aux communes du monopole des pompes funèbres accordé aux établissements publics du culte par le décret du 23 Prairial an XII concernant le service extérieur.
La loi partage les funérailles en 3 secteurs :
– Le service extérieur. Il comprend le transport de corps, la fourniture de corbillard, le cercueil, le linceul, la voiture de deuil, les fournitures, le personnel nécessaire (porteurs). C’est le minimum obligatoire. Les communes en ont le monopole de l’organisation (ont le choix entre l’exercer directement, le concéder à une entreprise privée ou laisser jouer la concurrence).
– Le service intérieur. C’est le service religieux dont les églises ont le monopole.
– Le service libre. C’est le secteur non réglementé auquel les familles sont libres de recourir et que n’importe quelle entreprise de pompes funèbres peut proposer. Il comprend les aménagements intérieurs du cercueil, les accessoires, les soins de conservation…
31 décembre 1941 Décret 5050 : codification des opérations d’inhumation, d’exhumation, de crémation et de transport de corps
1963 L’Eglise admet la crémation (Code de droit canonique, Livre IV, 2e partie, Titre III, art. 1176, paragraphe 3)
31 décembre 1966 Loi 66-1069 : « Art. 4. – Sont transférées à la communauté urbaine les compétences des communes dans les domaines suivants : […] 9° Création de cimetières et extension des cimetières ainsi créés ».
8 janvier 1993 Loi 93-23 : ouverture du secteur des pompes funèbres à la concurrence (fin du monopole communal et maintien du service public)
Aujourd’hui Les cimetières et opérations funéraires sont régis par le Code général des collectivités territoriales

 

2 – Les pompes funèbres1 et la gestion des cimetières à Lyon : du service des convois à la Direction des cimetières

L’origine du service funéraire municipal semble remonter au 9 prairial An IX (29 mai 1801) quand le Préfet du Rhône établit dans la Ville de Lyon des inspecteurs de convois et des porteurs.
– 7 thermidor An IX (26 juillet 1801) : le Maire de la division du Midi décide que le nombre des inspecteurs de convois est fixé à 2, celui des porteurs à 6.
– 17 fructidor An IX (4 septembre 1801) : le Maire de la division du Nord fixe le nombre d’inspecteurs à 2 et celui des porteurs à 5.
– 4e complémentaire An IX (21 septembre 1801) : pour la Municipalité de l’Ouest, « il y aura 1 inspecteur de convois […], le nombre des porteurs est fixé à 6 ».

Le préfet fixe la première taxe d’inhumation par arrêté le 6 messidor An IX (25 juin 1801).

Décret impérial sur les sépultures (23 Prairial an XII) Affiche (AML, 936WP/1010)

Le service des convois funèbres était assuré par la municipalité quand paraît le décret du 23 prairial An XII (12 juin 1804) accordant ce monopole aux fabriques et consistoires. Mais la municipalité a continué à assurer le service des transports…

Par un arrêté du 31 décembre 1856, le Préfet du Rhône réorganise le service des convois funèbres pour la Ville de Lyon : « A partir du 1er janvier 1857, le service des convois funèbres et des inhumations sera, en ce qui concerne le personnel, divisé en deux parties distinctes, l’une administrative et l’autre exécutive. La première ressort directement de l’administration, la seconde dépend de la régie. La partie administrative se subdivise en service d’inspection ou de surveillance et service ordinaire.

Le personnel d’inspection comprend :
– 1 inspecteur principal
– 1 sous-inspecteur
– 1 inspecteur-conservateur des cimetières

Le personnel du service ordinaire est composé de :
– 8 ordonnateurs
– 34 porteurs
– 1 concierge pour Loyasse
– 1 garde pour Loyasse
– 4 fossoyeurs pour Loyasse
– 2 concierges-fossoyeurs pour la Guillotière et la Croix-Rousse
– 2 gardes-fossoyeurs pour la Guillotière et la Croix-Rousse
– 1 gardien du dépôt des morts (bateau-morgue) ».

Administrativement, les compétences de pompes funèbres et cimetières sont rattachées aux pouvoirs de police du Maire jusque vers la fin du XIXe siècle. Le Bureau des Pompes funèbres apparaît de façon autonome en 1884 et est renommé Bureau des inhumations et cimetières en 1899.

Le 30 mai 1901, le Conseil municipal délibère : « Art. 1. Est décidée la substitution des voitures funéraires aux brancards actuellement en usage pour le transport des corps de personnes décédées ». Un crédit de 70 000 francs est alloué pour l’acquisition de corbillards à chevaux remplaçant les brancards tenus par des porteurs et sur lesquels étaient posés les cercueils.

2PH/293 Catalogue des fournitures funéraires municipales, voiture de 1ère classe (vers 1900) Cliché Bioletto – (AML, 2PH/293)

Les convois sont divisés en 4 classes correspondant à la nature des cercueils :
– 1ère classe : cercueil en métal
– 2e classe : cercueil en bois dur
– 3e classe : cercueil en bois blanc double
– 4e classe : cercueil en bois blanc simple

En 1902, le personnel du Bureau des inhumations et cimetières compte : 1 garçon de bureau, 7 gardes et 46 porteurs.

La motorisation du service a débuté en 1937. Interrompue pendant la guerre, elle a repris en 1946.

Mise à disposition des familles par la Ville de Lyon d’un corbillard électrique Note d’information (fin du XIXe siècle) (AML, 1010WP/6)

Le Bureau des inhumations et cimetières devient la Division des Pompes funèbres et cimetières en 1959.

Les deux compétences de pompes funèbres et cimetières sont toujours rassemblées lorsque sont créés les Services funéraires municipaux en 1995.

En 2005, la Ville décide de se séparer de la compétence Pompes funèbres pour ne garder que celle de la gestion des cimetières. La Direction des Cimetières naît donc en 2006 avec pour seules missions l’administration et la gestion des cimetières ainsi que la délivrance des autorisations réglementaires pour les opérations funéraires. Parallèlement est aussi créé, conjointement avec la Ville de Villeurbanne, le Syndicat des pompes funèbres intercommunales de l’agglomération lyonnaise (PFIAL). En octobre 2016, ce syndicat a décidé de confier la gestion de l’ensemble de ses compétences à la Société publique locale « Pôle funéraire public de la Métropole de Lyon », à laquelle se sont jointes plusieurs communes voisines.

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives de Lyon

  1. Les pompes funèbres sont : Le cortège accompagnant un enterrement (depuis 1165)/L’établissement assurant les funérailles, l’institution chargée de l’organisation  – des enterrements (depuis 1834). Du latin pompa, « procession, cortège, apparat ». []

ARCHIVES/Archives funéraires (1/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°1 :

Repères historiques locaux : les lieux de sépulture à Lyon

Prendre soin des morts est une des marques de l’humanité. Au fil des générations, les modalités en ont varié. L’enfouissement des restes osseux (dans le rite de la crémation) ou du cadavre (dans celui de l’inhumation) est l’acte qui accorde le statut de sépulture. Il en existe différents types : la concession en terre, le caveau (les cercueils sont disposés à l’intérieur d’une cuve bétonnée), l’enfeu (caveau d’une place hors-sol), le jardin cinéraire (en terre ou caveau pour inhumer plusieurs urnes), le columbarium (rocher ou mural), les rosiers (au pied desquels les cendres du défunt sont dispersées), le jardin du souvenir (pelouse de dispersion des cendres), le terrain général (cercueil en pleine terre, réservé aux indigents).

Extra-muros dans l’Antiquité, au cœur des paroisses au Moyen Age et sous l’Ancien Régime, de nouveau hors de la ville au XIXe et aujourd’hui totalement absorbés par la croissance urbaine, où se trouvent les espaces réservés aux morts ?

1 – Les nécropoles antiques

A l’époque gallo-romaine, les sépultures sont concentrées le long des voies de communication. La coutume était de brûler les corps puis les cendres étaient recueillies dans des urnes inhumées sous des pierres. A Lyon comme ailleurs, les sépultures sont dans des espaces ouverts, au contact des vivants. Lugdunum compte ainsi une cinquantaine d’ensembles funéraires à l’extérieur des murs : le long des voies d’Aquitaine (vers le sud-ouest), de Narbonnaise (vers le sud par la rive droite du Rhône), de l’Océan (vers l’ouest), du Rhin (vers le nord-est), du compendium Lyon-Vienne (vers le sud par la rive gauche du Rhône), de l’actuel quai Arloing, à l’emplacement de l’actuelle place Valmy, dans l’actuel quartier de Saint-Just…

Le tombeau romain de Quintus Calvius Turpio place de Choulans [place Eugène-Wernert] dans le quartier de Saint-Just (5e arrondissement) (1905) (AML, 1PH/495)

2 – Les aîtres1 paroissiaux

Avec l’adoption du christianisme au IVe siècle, les sépultures se rapprochent des églises. Elles deviennent même communes à l’intérieur même des églises à partir du IXe siècle, au plus près des reliques des saints.

Parmi les plus anciennes nécropoles lyonnaises de l’ère chrétienne, citons :
– La nécropole de Choulans, la plus grande nécropole jamais découverte à Lyon, exhumée en 2015 sur les pentes de Fourvière, sous l’église Saint-Irénée, et en usage aux Ve-VIIe siècles.
– La nécropole de la basilique funéraire Saint-Laurent-de-Choulans, à l’entrée Est du tunnel de Fourvière, active aux VIIe et VIIIe siècles.

Sous l’Ancien Régime, chaque paroisse a son cimetière. A Lyon, on en a compté jusqu’à 19, dont :
– Le cimetière d’Ainay, situé au chevet de l’église, supprimé en 1792 par la percée de la rue Adélaïde Perrin.
– Le cimetière des Cordeliers : situé sur la place du même nom, son entrée se trouvait vers celle de la rue Grenette.
– Le cimetière de Saint-Nizier. Il entourait l’abside de l’église. Supprimé par les protestants en 1562 puis rétabli, il a subsisté jusqu’en 1800. Redécouvert en 1954. Seul cimetière nommément situé sur le plan scénographique, c’était le plus important de la ville. A tel point que vers 1750, il déborde : son niveau est à 2 mètres au-dessus de celui des rues avoisinantes.

L’église Saint-Nizier et son cimetière Plan scénographique de Lyon, détail (vers 1550) (AML, 2SAT/3/12)

Mais à la fin du XVIIIe siècle, les « logements des morts » sont source de débats sans fin : les garder près des églises est contraire aux nouvelles préoccupations hygiéniques.

3 – Les cimetières2

  1. Les cimetières des hôpitaux

Les cimetières de l’Hôtel-Dieu (XVe-XVIIIe siècles)

L’histoire semble commencer au XVe siècle lorsqu’un cimetière hospitalier est établi dans la cour de la pharmacie (au nord-ouest de l’hôpital) avant d’être transféré dans la cour Saint-Martin.

En 1672, suite à des plaintes contre l’insalubrité croissante, les recteurs de l’Hôtel-Dieu obtiennent de l’archevêque une ordonnance par laquelle ils peuvent convertir en cimetière le jardin d’une maison, dite de la Madeleine, leur appartenant rue Bourgchanin (actuelle rue Bellecordière). Il fut ensuite appelé cimetière de Lorette, du nom de la confrérie de pénitents y ayant autrefois résidé.

Au XVIIIe siècle, deux cimetières (mis au jour en 2015) sont ouverts pour inhumer Juifs et Protestants : dans la cour nord et à proximité de la rue de la Barre.

Le cimetière de la Madeleine (1695-1866)

Craignant de voir se renouveler les inconvénients éprouvés en 1672, l’Hôtel-Dieu se décide à transporter le cimetière extra-muros. Le terrain choisi est situé à La Guillotière, non loin d’un ensemble funéraire gallo-romain, entre le château de la Motte et l’ancienne maladrerie de la Madeleine (aussi appelée St-Lazare, au carrefour actuel de la rue Garibaldi et de la rue Marc Bloch, à l’emplacement de la cité universitaire). Acquis en 1695, il est contigu à la chapelle de la Madeleine, fondée au XIVe siècle et servant de succursale à l’abbaye d’Ainay. Les 1ères inhumations ont lieu en 1696 et le cimetière est alors destiné aux pauvres et vagabonds sans famille morts à l’Hôtel-Dieu ou à la Charité. Le terrain est successivement agrandi en 1698, 1722, 1728 et 1838.

En 1794, les cimetières paroissiaux lyonnais ne suffisant plus, la ville fait creuser à ses frais une fosse au cimetière de la Madeleine afin de pouvoir y enterrer le surplus des corps.

Le sol de la Madeleine parvient rapidement à saturation. Les riverains demandent la suppression du cimetière. Mais les Hospices civils de Lyon (HCL) y sont fermement opposés. Le cimetière perdure jusqu’en 1866. Le terrain de la Madeleine est finalement vendu à l’Etat en 1962.

Le carré des HCL au cimetière de la Guillotière (1864-1983)

C’est en 1850 que les HCL reconnaissent l’urgence de la mesure réclamée par les riverains de la Madeleine. En 1864, la Ville leur donne un terrain jouxtant le cimetière de la Guillotière. Les premières inhumations ont lieu le 1er janvier 1866. Le même jour, on ferme les portes de la Madeleine. Le carré des HCL est rétrocédé à la Ville de Lyon en 1983.

  1. Les cimetières de Loyasse

A partir de la déclaration royale de 1776, les édiles lyonnais recherchent un emplacement destiné à la création d’un cimetière général en remplacement de tous ceux situés à l’intérieur de la ville. Entre 1776 et 1807, 15 projets sont élaborés.

En avril 1807, la ville acquiert les propriétés Rivay et Fichet, sur le territoire de Loyasse, au lieu-dit des Quatre-Vents, à l’ouest de plateau de la Sarra sur la colline de Fourvière, soit 346 ares de vignes clos pour la somme de 32 000 francs. Et le 2 mai, le Conseil municipal y crée le premier cimetière municipal. Le site remplit tous les critères hygiénistes. Plusieurs agrandissements ont lieu dans les décennies suivantes. En 1853, l’acquisition des terrains Turge et Nachury forme le nouveau cimetière de Loyasse, ouvert début 1854.

Entrée du cimetière de Loyasse le jour de la Toussaint Carte postale, Ed. Farges [début du XXe siècle] (AML, 4FI/3790)

Les cimetières de Loyasse possèdent un monument aux morts des conflits mondiaux, un monument aux morts de la police, un monument à la mémoire des sapeurs-pompiers morts au feu (1896), un « carré des prêtres » (première inhumation en 1833), un monument rappelant la catastrophe de Fourvière (1930).

Pour faciliter le transport des cercueils et améliorer la desserte du cimetière, la loi du 14 décembre 1895 déclara d’utilité publique, au profit de la FOL (compagnie du chemin de fer de Fourvière à l’Ouest lyonnais), la ligne de chemin de fer allant de la place Saint-Paul à Loyasse via Fourvière. L’exploitation du funiculaire fut interrompue par les OTL (Compagnie des omnibus et tramways de Lyon) le 1er mai 1920.

  1. Les cimetières de La Guillotière

Le cimetière du faubourg de La Guillotière (jusqu’en 1822)

Sous l’Ancien Régime, le cimetière de La Guillotière était adossé à l’église paroissiale Notre-Dame de Grâce, fondée à la fin du XIVe siècle et rebâtie en 1619 sur l’emplacement occupé plus tard par la place de la Croix (aujourd’hui place Stalingrad).

Le cimetière de la Ville de Lyon sur le territoire de La Guillotière (depuis 1822)

L’emplacement du cimetière de la Guillotière est fixé non loin du château de La Motte. Il est ouvert aux inhumations le 5 mai 1822.Il est agrandi à plusieurs reprises. L’acquisition du terrain Combe-Blanche (domaine de la Pressiane) en 1857-1858 forme le nouveau cimetière de la Guillotière. Les 1ères inhumations ont lieu le 13 septembre 1859.

Il comporte un terrain destiné aux HCL en remplacement du cimetière de la Madeleine (1864), un crématorium (construit en 1912-1913), un caveau provisoire (démoli en 1962 pour faciliter l’accès au boulevard des Etats-Unis – carrefour du Jet d’eau disparu au profit de l’implantation d’une ligne de tramway -, il est reconstruit l’année suivante plus à l’ouest), un jardin du souvenir (inauguré le 7 octobre 1982).

  1. Les cimetières de la Croix-Rousse

Un territoire sans paroisse ni cimetière (jusqu’en 1791)

Sous l’Ancien Régime, le faubourg de La Croix-Rousse (auquel appartenait le territoire de Cuire) était partagé entre plusieurs paroisses de Lyon pour le service religieux :
– Saint-Saturnin pour le versant du Rhône,
– Saint-Vincent pour le versant de la Saône,
– Notre-Dame de la Platière pour le plateau,
– l’église de Cuire, rattachée à la paroisse St-Pierre-de-Vaise, pour la partie nord.

Les inhumations se faisaient dans les cimetières appartenant à chacune de ces paroisses.

Le cimetière du faubourg de La Croix-Rousse sur le territoire de Cuire (1791-1823)

En 1791, La Croix-Rousse voit son église érigée en paroisse. Comme il était nécessaire d’y ajouter un cimetière, qui devait être situé loin des habitants, la municipalité acquiert un terrain au sommet de la montée de Cuire. Mais le 26 mai 1801, Cuire est détaché de La Croix-Rousse pour être rattaché à la commune de Caluire. Le cimetière du faubourg de La Croix-Rousse se trouve donc désormais sur le territoire de Caluire. Les litiges se multiplient : le cimetière de Cuire ferme le 1er juillet 1823.

Le cimetière du faubourg de La Croix-Rousse, puis de la Ville de Lyon, sur le territoire de La Croix-Rousse (depuis 1823)

Le 21 avril 1823, La Croix-Rousse acquiert le terrain Berjon pour l’établissement de son cimetière.

Il a été agrandi plusieurs fois. Les acquisitions Crétinon et Régipas des années 1860-1870 ont formé le Nouveau cimetière de la Croix-Rousse.

  1. Le cimetière de Saint-Rambert

Il s’agit du cimetière de la commune de Saint-Rambert l’Ile Barbe, rattachée à la Ville de Lyon en 1963.

  1. Le cimetière communautaire

Créé à Bron en 1988 par la communauté urbaine de Lyon, il possède un crématorium et un funérarium. Ouvert à tous les cultes, il a une capacité de 27 000 caveaux.

  1. Le cimetière israélite

Créé en 1810 dans le quartier de la Mouche, il est géré par le consistoire israélite de Lyon.

 

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives municipales de Lyon

  1. Les aîtres sont les terrains libres servant de cimetière près d’une église. Du latin atrium, « pièce principale de la maison romaine », qui prit au XIe siècle le sens de « cimetière ». []
  2. Un cimetière est un terrain, le plus souvent clos de murs, dans lequel on enterre les morts. Apparu au milieu du XIIe siècle, le terme est issu du latin chrétien cimeterium et du grec koimeterion, « lieu où l’on dort », « lieu où reposent les morts ». []

ARCHIVES/Un plan de permis de construire (AML, 314WP/139/2e arrondissement/dossier n° 49)

A découvrir sur le site des Archives municipales de Lyon

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives de Lyon


Aller + loin :

Voir la fiche de l’Inventaire régional du patrimoine

Avant les escaliers mécaniques…

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search