DÉCOUVERTE/Les médailles du « Michel-Ange » lyonnais

Médaille de la Société des sciences industrielles Par Guillaume BONNET (Argent, ø 55 mm) ©Collection privée

Médaille de la Société des sciences industrielles
Par Guillaume BONNET (Argent, ø 55 mm) ©Collection privée

Le 14 octobre 1873, le Conseil municipal de Lyon accordait une concession perpétuelle gratuite au cimetière de Loyasse pour l’édification d’un monument à la mémoire de Guillaume Bonnet décédé six mois auparavant (26 avril 1873). Ainsi la Ville contribuait à honorer ce sculpteur dont les œuvres participent encore largement à sa décoration. Le monument, surmonté d’un buste autoportrait, existe toujours. Moins connues, mais tout aussi remarquables, les médailles signées par Guillaume Bonnet méritent une attention particulière[1].

La sépulture de G. Bonnet à Loyasse ©Jean Burdy

De Vaise à Vaise : l’itinéraire d’un jeune homme talentueux

Né le 27 juin 1820 à Saint-Germain-Laval, Guillaume Bonnet est l’aîné d’une fratrie de sept enfants. Son père, modeste cultivateur, travaille aussi comme mousselinier, d’abord à domicile, puis à Vaise où la famille vient s’installer vers 1832.
Deux ans plus tard, ses parents meurent tous deux à quelques mois d’intervalle. Guillaume bénéficie de la protection de Faissolle, ancien directeur des Poudres, dont l’attention a été attirée sur le jeune garçon par un de ses instituteurs, frère de la Doctrine chrétienne, qui avait remarqué ses dispositions pour la sculpture.
Faissolle le recommande à Léopold de Ruolz-Montchal, professeur de sculpture à l’école des Beaux-Arts de Lyon, qui l’accueille dans son cours où il se forme de 1836 à 1842. Il est distingué par une 1ère mention au Prix de sculpture de la Ville (1840), un 1er prix d’ornement (1841) et la médaille d’or du prix de sculpture offert par le gouvernement (1842). En 1842, encouragé par Ruolz, Bonnet part à Paris poursuivre sa formation dans les ateliers de James Pradier, de Jules Ramey et, sans doute sur les conseils de Victor Orsel, d’Augustin Dumont.
Toujours sur recommandation de Ruolz, il travaille comme praticien chez Raymond Gayrard  qui est aussi un médailleur et fréquente l’atelier d’un autre médailleur célèbre, Jacques Édouard Gatteaux. Admis en 1843 à l’École des Beaux-Arts de Paris, il obtient le second grand prix de Rome de gravure en médailles en 1848 sur le thème de « Mercure formant le caducée ». Il fréquente le salon de Juliette Récamier où il rencontre Chateaubriand qu’il représente sous la forme d’une statuette exposée au Salon de 1848. L’année suivante, il part à Montbrison pour travailler sur le chantier de l’église Notre-Dame de l’Espérance dirigé par Pierre Bossan et revient s’installer à Lyon pour participer à la décoration de l’église Saint-Pierre de Vaise.

De la sculpture à la médaille

C’est au début de 1852 que Guillaume Bonnet révèle ses talents de médailleur.
« Des Lyonnais » ouvrent une souscription pour offrir une épée d’honneur au gouverneur militaire de Lyon pour le remercier d’avoir maintenu l’ordre lors du coup d’État du 2 décembre 1851.
Le Conseil municipal « considérant que c’est aux énergiques mesures prises par M. le général de Castellane que la ville doit d’avoir été préservée des troubles dont elle était menacée… croit devoir s’associer à cette heureuse pensée » en votant le 20 février un crédit de 3.000 francs. Guillaume Bonnet, avec la collaboration de Clair-Tisseur, remporte le concours alors ouvert. En outre, c’est son projet de médaille commémorative, d’après un dessin d’A.-M. Chenavard,  qui emporte l’adhésion. Le style vigoureux de la gravure contraste avec la sobriété de la composition.

La petite histoire retiendra que Castellane, peu satisfait de cette médaille, fit frapper à ses frais celle de Louis Schmitt qui n’avait pas été retenue mais sur laquelle il figure en uniforme portant toutes ses décorations avec, au revers, ses armes posées sur son manteau de pair de France et surmontées d’une couronne de comte.

Cet intermède oublié, G. Bonnet poursuit son œuvre de sculpteur avec Le Travail et  l’Économie du fronton du siège de la Caisse d’ Épargne de Lyon. Sa très importante participation à l’ornementation du Palais du Commerce fut particulièrement remarquée et lui valut la croix de la Légion d’Honneur que lui remit Napoléon III, venu inaugurer le bâtiment, et même, le surnom  de « Michel-Ange lyonnais ».
C’est encore lui qui est l’auteur de La Ville de Lyon et de la Fontaine Morand, en marbre de Carrare, de l’actuelle place Maréchal Lyautey.

Sculpteur reconnu, Guillaume Bonnet n’a pas recherché de commandes de médailles, se contentant de satisfaire occasionnellement quelques demandes comme celle de la Société des sciences industrielles de Lyon (1868) pour laquelle il associe les effigies d’Ampère et de Jacquard.

Jeton célébrant la liberté du courtage (1866) Par Guillaume BONNET (Argent, ø 36 mm) ©Collection privée

Jeton célébrant la liberté du courtage (1866)
Par Guillaume BONNET
(Argent, ø 36 mm)
©Collection privée

 

 

En médailleur accompli, il se plie aisément à la recherche d’un modelé plus ténu pour la création de jetons. Son admiration pour la statuaire gréco-romaine, renforcée par un séjour de plusieurs mois en Italie, le conduit à recourir à une légende latine et une allégorie drapée à l’antique, tenant un caducée et une balance équilibrée, pour célébrer la loi qui établit la liberté du courtage en mettant fin au monopole des courtiers de commerce nommés par le gouvernement. La ville de Lyon est rappelée par des urnes figurant la confluence de la Saône et du Rhône et, en arrière-plan, la colline de Fourvière avec la chapelle surmontée de la statue de Fabisch.

 

C’est dans le monde grec qu’il puise son inspiration pour modeler le jeton de l’Association de la Fabrique lyonnaise (1868) qui reprend la tête d’Aréthuse, gravée par le célèbre Kimôn au Ve siècle av. J.-C. pour les pièces d’argent de Syracuse.

Jeton de la Fabrique lyonnaise (1868) Par Guillaume BONNET (Argent, ø 36 mm) ©Collection privée

 

Il coiffe Aréthuse d’une couronne crénelée afin de symboliser la ville de Lyon. Guillaume Bonnet est aussi l’auteur de la médaille frappée en l’honneur de l’ambulance établie à la gare de Perrache par la Croix-Rouge lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, et de celle destinée à récompenser les lauréats de l’exposition universelle de Lyon de 1872.

Ces médailles ou jetons, dont certains ont fait l’objet de tirages importants, constituent des témoignages de l’histoire lyonnaise et contribuent à rappeler le souvenir de Guillaume Bonnet dont le nom est trop souvent oublié des Lyonnais.

 

 

Par Jean-Pol DONNÉ , Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon                   

(Médailles : collection et photos de l’auteur)

[1]J’ai plaisir à remercier MM. Jean Burdy et Joël Creusy pour l’aide qu’ils m’ont apportée.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. paulo dit :

    bonjour vous pouvais
    dire la valeur d medaille societe des sciences industrielle de lyon mercy

  2. LOUIS TEILLARD dit :

    Merci pour nous avoie conté l’histoire de cet illustre personnage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.