CINEMA/Lieux et décors de films célèbres

Éclairage de la rue Juiverie lors du tournage de La femme tranquille de Thierry Benisti (téléfilm) © Yves Neyrolles

Lyon, berceau du cinéma

Né à Lyon il y a 120 ans, le cinéma s’inscrit dans la tradition d’une grande ville industrielle de création et d’invention.
Les frères Lumière tourneront ainsi, de 1895 à 1905, près de 200 vues pour le Cinématographe Lumière filmées à Lyon et aux alentours dont une dizaine ont la ville pour sujet.
De cette époque jusqu’à nos jours, de nombreux cinéastes ont posé leur caméra sur son sol, témoignant de son évolution par leurs images.

Ainsi, le cinéma est ­il le reflet de l’Histoire d’une ville, de son patrimoine mais aussi le témoin de ses changements. Il fait de nous des contemporains, symbolisant ce temps qui nous replace dans une époque, dans l’action du film, mais aussi dans le présent et la réalité.
Le cinéma ne cesse d’interroger la relation secrète qui unit les lieux et leurs habitants aux longs métrages qui y furent tournés.
Il nous rappelle que la vie quotidienne des hommes s’enracine dans une histoire et un territoire contribuant fortement à forger l’identité de chaque individu et de la communauté qui l’accueille.

La ville pour décor

De grands films ont été tournés dans les endroits emblématiques de la Ville dont le décor n’a pratiquement pas changé : les quartiers anciens, les fleuves, les ponts, les églises ou édifices patrimoniaux, les traboules, les collines,…

Une image n’est pas seulement visuelle, elle est aussi sensorielle.
D’un quotidien magnifié par le cinéma, le spectateur emporte l’émotion qui émane des lieux et donne aux Lyonnais l’impression d’habiter plus intimement encore leur propre ville, comme si elle était une partie d’eux­-mêmes.

Bien entendu, certains décors sont fabriqués de toute pièce.
Éphémères, ils disparaissent aussi vite que les acteurs et les équipes de tournage, les caméramen et les décorateurs, véritables artistes qui donnent forme à l’« inspiration » du réalisateur.

L’Horloger de Saint­-Paul

La boutique bleue de L'Horloger de Saint­Paul © Institut Lumière

La boutique bleue de L’Horloger de Saint­Paul
© Institut Lumière

Le film ayant sans conteste le plus marqué les esprits fût L’Horloger de Saint­-Paul,
chef­-d’œuvre de Bertrand Tavernier sorti en 1974.
Dans ce premier film, le cinéaste lyonnais nous montre sa ville avec intelligence et amour. Il éclaire d’une force nouvelle une époque encore très ancrée dans les mémoires. Tavernier s’inspire du Vieux Lyon « 3ème acteur du film » qu’il connaît bien, qu’il voit, qu’il sent, qu’il aime, dont il capte l’envers du décor, l’énergie des quartiers anciens au charme intemporel et populaire à la fois, pour donner sa vérité au film et à l’œuvre de Georges Simenon.

En voyant L’Horloger de Saint­-Paul au cinéma, les Lyonnais découvraient que leur ville était habitée d’une extraordinaire poésie. Ce film a notamment fait connaître sa richesse architecturale, son ambiance si singulière et ses lieux hors du temps qui sont, au fond, l’âme du Vieux Lyon.

« Je sentais, je savais qu’il y avait une atmosphère dans les appartements lyonnais que je n’aurais pas retrouvé à Paris. Aussi ces cours où l’on entend les enfants faire des gammes, ces restaurants aux tables de marbre, tout cela je voulais le recréer. C’était un peu mon enfance. »
(Bertrand Tavernier ­- biographie de Jean-­Claude Raspiengeas).

Chronologie de films marquants et leurs décors

Un revenant de Christian­ Jaque (1946)

La première image montre l’ancienne passerelle du Palais de Justice. Des rues étroites que les brouillards tenaces envahissaient alors matins et soirs, du Vieux-­Lyon à Bellecour, des pentes de la Croix­-Rousse à la colline de Fourvière, des plateaux de théâtres aux salons cossus des appartements du quartier d’Ainay, le film est une véritable déambulation dans le labyrinthe des intrigues de la bourgeoisie lyonnaise de l’époque.

Rond­point au Pont la feuillée Thérèse Raquin © Thérèse Raquin

Rond­point au Pont la feuillée
Thérèse Raquin
© Thérèse Raquin

Thérèse Raquin de Marcel Carné (1953)

Beaucoup se souviennent des chaises que l’on louait pour s’asseoir place Bellecour où des Chevaux de Bartholdi faisant face à l’Hôtel de Ville. Les pigeons habitaient alors par milliers les places. Le film restitue merveilleusement l’ambiance déjà très « italienne » du Vieux­-Lyon, du haut de ses toits et des bords de Saône avec son fameux pont du Change. Il est une invitation au voyage.

Un condamné à mort s’est échappé de Robert Bresson (1956)

Film tourné dans les couloirs et geôles de l’ancienne prison de Montluc (3ème).

La Chair de l’orchidée de Patrice Chéreau (1975)

Le Théâtre de l’Eldorado (3ème) immortalisé avant sa disparition.

Intérieur d’un restaurant et façades du Vieux­Lyon L’armée des ombres © L’armée des ombres


L’armée des ombres de Jean-­Pierre Melville (1969)

Les façades du Vieux-­Lyon visibles à travers les fenêtres d’un restaurant du quai Tilsitt, la descente du Gourguillon, le Café du Soleil et le chemin surplombant la Ville à Fourvière sont des tableaux saisissants.

 

 

L’Horloger de Saint­-Paul de Bertrand Tavernier (1974)

Film tourné dans le quartier Saint­Paul, sur les berges de la Saône, la passerelle Saint­Vincent, dans l’ancien Palais de Justice, la cathédrale Saint­Jean, la gare de la Ficelle (le funiculaire lyonnais), etc…(§ ci­-dessus).

Coup de foudre de Diane Kurys (1983)

Des pentes de la Croix-­Rousse au parc de la Tête d’or, de très belles images.

L’insoutenable légèreté de l’être de Philip Kaufman (1988)

L’entrée de nuit des chars rue Juiverie, la montée du Change, la scène filmée en noir et blanc, tel un reportage, de la manifestation contre l’invasion soviétique place
Saint-Jean et la cour des Voraces : dans ce film, Lyon est censé représenter la ville de Prague lors des événement de 1968.

Vieille canaille de Gérard Jourd’hui (1992)

Les rues de Saint­-Georges comme décors nocturnes et les quais de Saône au petit matin donnent une dimension étrangement noire à l’intrigue du film.

Les Grands ducs de Patrice Leconte (1996)

avec la passerelle Saint­-Vincent et le Théâtre des Célestins.

L’Hôtel de Ville de Lyon lors du tournage de Lucie Aubrac © Lucie Aubrac

Lucie Aubrac de Claude Berri (1997)

Tous les lieux lyonnais emblématiques des événements de la seconde guerre mondiale y sont filmés : le labyrinthe des traboules et des montées d’escaliers, la ficelle et le tramway, le quartier des Terreaux de l’époque formidablement restitués comme l’ancienne prison Saint­-Paul.

La Fille coupée en deux de Claude Chabrol (2007)

La gare de Perrache vue de l’intérieur et les panoramas sur Lyon sont superbes. Les images de Lyon du générique de début traitées au filtre rouge, le repas dans le Grand Salon de l’Hôtel de Ville et le petit reportage de la Fête des Lumières donnent une touche toute patrimoniale et artistique à ce film.

Après Lui de Gaël Morel (2007)

Les scènes se passent sur l’esplanade de la Grande Côte, la passerelle du Palais de Justice, à la Croix­-Rousse, l’Université Lyon 2, la Duchère et l’Hôtel de ville.

Fatima de Philippe Faucon (2015)

Triomphe des derniers Césars, le film est en partie tourné dans le quartier des États­-Unis (8ème).

Lumière et patrimoine

Aujourd’hui, le cinéma de patrimoine est valorisé par de nombreuses initiatives (préservation, restauration et réédition de films, festivals,…).
Il doit cet engouement en grande partie à Bertrand Tavernier, président de l’Institut Lumière et à son directeur Thierry Frémaux aussi directeur du Festival de Cannes. Ils sont les créateurs du Grand Lyon Film Festival Lumière avec la Métropole de Lyon.

Certains films sont des mythes parce qu’ils participent de la culture locale.
Presque élevés à la hauteur d’institutions, ils font en quelque sorte partie du patrimoine mental de Lyon. En effet, dans la ville et ses quartiers, le souvenir des tournages ne s’est pas effacé ; il reste présent, mais passants, touristes et cinéphiles, à la recherche de sites symboliques du cinéma, se heurtent à des façades redevenues muettes.
Faire renaître des lieux mythiques du patrimoine cinématographique contribuerait à diversifier la proposition culturelle et touristique de la ville.

« Passants et pèlerins retrouveraient, intact, le décor de leurs souvenirs. Comme si le temps s’était arrêté. »
(La Croix, 29 juillet 2014)

Par Philippe CARRY

« Une image ne vaut que par les pensées qu’elle crée »
Gilles Deleuze

Cinéastes ayant tournés à Lyon (le plus fréquemment, en caractères gras)

Louis Feuillade, André Hugon, Maurice Cloche, Jean Grémillon, Christian­-Jaque, Daniel Gélin, Marcel Carné, Robert Bresson, Jacques Deray, Alain Cavalier, Jean Becker, Denys de La Patellière, Claudia von Alemann, Jean-­Pierre Melville, François Truffaut, Bertrand Tavernier, André Cayatte, Patrice Chéreau, Gérard Oury, Yves Boisset, Diane Kurys, José Pinheiro, Robert Enrico, Marcel Ophüls, Philip Kaufman, Romain Goupil, Cédric Kahn, Mehdi Charef, Claude Chabrol, Michel Deville, Gérard Jourd’hui, Roger Planchon, Claude Lelouch, Jacques Audiard, Laetitia Masson, Jean-­Paul Rappeneau, Claude Mourieras, Gaël Morel, Jean-­Pierre Améris, Patrice Leconte, André Téchiné, Claude Berri, Bernard Rapp, Catherine Corsini, Eric Guirado, Jacques Maillot…..

Institutions et sources

Le Centre Européen Cinématographique Rhône-Alpes – www.rhone­alpes­cinema.fr
Rhône­-Alpes Studios (Studio 24, Studio Lumière 1, Studio Lumière 2)
La Commission du Film Rhône­Alpes
Le guichet du savoir – Bibliothèque Municipale de Lyon – www.guichetdusavoir.org
L’Institut Lumière – Bibliothèque Raymond Chirat – www.institut­lumiere.org
La Renaissance du Vieux­-Lyon
L’Avant­-Scène Cinéma, mai 1974
Le Petit Bulletin, avril 2016

Photo de couverture :
Éclairage de la rue Juiverie lors du tournage de La femme tranquille de Thierry Benisti (téléfilm)
© Yves Neyrolles

 


Philippe CARRY

Philippe Carry est "L'Horloger de Saint-Paul", maître horloger d'art, restaurateur, conservateur du patrimoine agréé Monuments Historiques. Membre de l'Institut National des Métiers d'Art de France, il est par ailleurs passionné d'art vivant, d'histoire sociale, de mémoire urbaine et auteur.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. PEPE dit :

    le cercle spirite Allan kardec a t ‘il été sujet choisi pour le cinéma
    ils ne font pas illusion parait ils qu il communiquent avec des défunts en vrai
    le cinéma le spiritisme c’est Lyon .
    Lyon ville de spiritisme , l ‘ampoule de lumière
    PEPE remarques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.