EVENEMENTS/La Commune de Lyon (1870-1871)

© Archives municipales de Lyon

Il y a 145 ans… 

Au début de l’année 1870, et malgré la victoire des républicains aux élections législatives de l’année précédente, le Second Empire semble arrivé à maturité. Il ne semble pas alors interdit d’imaginer l’évolution du régime vers une paisible monarchie constitutionnelle.

Évènement aux conséquences apparemment limitées, mais qui pourra plus tard être interprété comme le symptôme d’un mouvement beaucoup plus profond, et qui témoigne de la hardiesse des républicains à profiter de la libéralisation du régime impérial, des grèves ont éclaté à Lyon à l’été 1869 dans différents corps de métiers, les ouvriers ovalistes 1 y incarnant la contestation la plus emblématique.

Après deux mois de mobilisation, le mouvement a obtenu un certain succès, puisque les salaires se sont vus relevés, et la durée de la journée de travail diminuée d’une heure. L’Association Internationale des Travailleurs (AIT), créée à Londres en 1864, a soutenu les revendications et aidé l’organisation du mouvement. Au terme de la mobilisation, plus d’un millier d’ouvriers ovalistes adhèrent à l’Internationale. Le pouvoir impérial, se sentant menacé par une affirmation d’opposition aussi consistante, et montrant par-là les limites de sa libéralisation, engage des poursuites contre les responsables lyonnais de l’Internationale, en particulier Albert Richard 2.

À Lyon, les élections de 1869 ont vu une nette victoire des républicains radicaux, puisque Raspail et Bancel ont été élus à la place de Jules Favre et du docteur Jacques Louis Hénon 3, ce dernier –quoique modéré–représentant pourtant avec constance depuis 1852 l’opposition républicaine lyonnaise au Corps législatif. En mai 1870, le plébiscite donne à Lyon une majorité de NON, avec un peu moins de 38 000 voix, soit 70 % 4, le OUI ne pouvant rassembler que 22 260 suffrages.

Le 19 juillet 1870, après plusieurs semaines d’une crise diplomatique dont l’épilogue a été la célèbre dépêche d’Ems, la France déclare la guerre à la Prusse. Dès le lendemain, une manifestation réclamant la paix et animée par l’Internationale déambule entre la place des Terreaux et la place Bellecour.

Le sort des armes est très rapidement défavorable à une armée française mal préparée, qui enchaîne les défaites à partir du début du mois d’août. Chaque annonce d’un nouvel échec face à la Prusse suscite des manifestations, et le ressentiment des républicains envers un régime qui leur apparaît de plus en plus comme nuisible et incapable ne cesse d’augmenter.

La première Commune (septembre 1870)

Le 2 septembre 1870, Napoléon III est fait prisonnier à Sedan et remet dans les mains de Bismarck sa capitulation. Sans attendre les signaux de la capitale, une foule essentiellement composée de Lyonnais des quartiers populaires de la Guillotière, de la Croix-Rousse et du faubourg de Vaise prend le 4 septembre dans la matinée l’initiative de proclamer la République. Après avoir envahi la place des Terreaux, les manifestants pénètrent dans l’Hôtel de Ville, dont ni le personnel ni les autorités impériales –Préfet et Commission municipale– n’opposent de résistance. Les républicains brandissent au balcon un buste de Marianne, font acclamer la République par la foule massée sur la place, et hissent le drapeau rouge sur le dôme de l’Hôtel de Ville. Un Comité de Salut Public fait placarder des affiches annonçant la déchéance de l’Empire. Le jour même, la rue Impériale est rebaptisée « rue de la République ». À la tête des manifestants, on retrouve entre autres Albert Richard et les modérés Désiré Barodet et Jacques Louis Hénon.

© Archives municipales de Lyon

© Archives municipales de Lyon

Simultanément se constituent un Comité de Sûreté Générale et un Comité révolutionnaire, qui prennent respectivement possession de l’Hôtel de Police et de la mairie d’arrondissement de la Guillotière. Le fort Lamothe et la Vitriolerie sont occupés par des gardes nationaux mobilisés dans les quartiers populaires.

Le 8 septembre, deux jours à peine après l’arrivée à Lyon de Challemel-Lacour 5, nommé Préfet du Rhône depuis Paris par le gouvernement de la Défense nationale, un groupe de dix commissaires est désigné pour servir de lien entre le Comité de Salut Public et la population. On y retrouve Albert Richard, Victor Jaclard et Louis Andrieux, lequel a d’ailleurs laissé des souvenirs sur la Commune de Lyon 6. Ils sont tous trois nommés comme délégués auprès du gouvernement de Paris afin de discuter avec ce dernier les modalités d’une levée en masse contre la Prusse. Car si l’empereur est prisonnier et sa dynastie déchue, il n’est pas question pour les républicains d’abandonner la lutte face à un ennemi qui continue de progresser sur le territoire national. C’est ainsi qu’arrive quelques jours plus tard le général Cluseret 7, chargé de mobiliser une légion de volontaires dans le Rhône.

Entre le 5 et le 15 septembre 1870, les nouvelles autorités républicaines lyonnaises prennent une série de mesures révolutionnaires qui traduisent à la fois la radicalité du mouvement et la parenté qu’il entretient avec les éléments les plus avancés du mouvement socialiste, et l’inspiration communaliste que l’on retrouvera à Paris quelques mois plus tard : suppression des subventions aux congrégations, séparation de l’Église et de l’État, impôt sur les valeurs mobilières et immobilières, suppression de l’octroi, restitution des biens déposés en gage, création de chantiers pour employer les chômeurs etc…

Ces réformes suscitent l’inquiétude du gouvernement de Paris et de Challemel-Lacour qui, pour républicains qu’ils soient, n’en demeurent pas moins attachés à l’ordre et opposés aux républicains les plus radicaux, qu’incarne largement le nouveau pouvoir communal. Le nouveau préfet cherche d’ailleurs à profiter de la division qui se fait peu à peu sentir au sein de ses dirigeants. De fait, ce sont les modérés -emmenés par le docteur Hénon- qui prennent le contrôle du Conseil municipal élu le 15 septembre. Malgré cela, le nouveau maire cherche à ménager une population toujours mobilisée et sensible aux mots d’ordre radicaux. Les mesures du Comité de Salut Public ne sont d’abord pas remises en cause, et le drapeau rouge est maintenu sur le dôme de l’Hôtel de Ville. Mais la tension ne cesse d’augmenter entre républicains modérés et extrémistes.

Lyon vers le socialisme libertaire ?

Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine © Wikicommon

Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine
© Wikicommon

Le 15 septembre 8 est également le moment de l’arrivée à Lyon d’un colosse barbu et en apparence impassible : Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine 9. Cet agitateur infatigable à l’existence romanesque, ce missionnaire de la Révolution internationale qui parcourt l’Europe depuis vingt ans pour prêcher l’abolition de la propriété et de l’Etat et annoncer l’Anarchie, arrive à Lyon pour tenter d’en faire le terreau d’une révolution appelée à essaimer ailleurs. Aux côtés des militants locaux de l’Internationale qui sont à l’origine du mouvement de septembre, comme Richard, Gaspard Blanc ou Eugène Saignes 10, Bakounine lance une grande manifestation prévue pour le 28 septembre.

Ce jour-là, au balcon de l’Hôtel de Ville et devant une foule nombreuse, en présence de Bakounine et du Marseillais Bastelica, Saignes demande la déchéance du Conseil municipal élu le 15, proclame la Fédération des communes, et nomme Cluseret général en chef. Alors que Challemel-Lacour est retenu prisonnier, la réaction des modérés est immédiate : Barodet, adjoint d’Hénon, ordonne l’arrestation des radicaux. Bakounine et Cluseret sont arraisonnés, puis relâchés, et ils quittent Lyon quelques heures plus tard. Le calme revient pour plusieurs semaines à Lyon, la municipalité restant dans les mains des modérés. Seule l’exécution du commandant Arnaud à la Croix-Rousse, le 20 décembre 1870, vient rappeler l’omniprésence des républicains les plus extrémistes. Ces derniers repassent bientôt à l’offensive, à la faveur des événements parisiens.

La seconde Commune (mars 1871)

Dans le sillage de l’armistice, signé avec la Prusse le 28 janvier, et après moult tergiversations, la municipalité de Lyon décide le 3 février 1871 de retirer le drapeau rouge du dôme de l’Hôtel de Ville, où il flottait depuis le 4 septembre. Quinze jours plus tard commence la Commune de Paris, qu’Hénon, toujours à la tête du Conseil municipal de Lyon, désapprouve d’emblée. Le 22 mars, galvanisés par l’exemple de Paris, les républicains les plus radicaux donnent de nouveau de la voix en mobilisant une foule qui, appuyée par des éléments révolutionnaires venus de la Guillotière, marche vers l’Hôtel de Ville. Dans l’après-midi, une assemblée réunie au Palais Saint-Pierre enjoint la municipalité de se déclarer solidaire de la Commune de Paris. Exaspérés, les révolutionnaires investissent l’Hôtel de Ville et hissent de nouveau le drapeau rouge. Le lendemain, une affiche est placardée, qui annonce la constitution de la Commune de Lyon, solidaire de celle de Paris, et dont l’objectif est de poursuivre la politique initiée en septembre 70. Le 25 mars entrent à Lyon les mobiles de Lyon ayant défendu Belfort, et que Hénon, sentant se lever le vent de la révolte, a invités à venir recevoir les hommages de la population. Désormais appuyés par la présence d’une troupe aguerrie, et profitant une nouvelle fois des dissensions d’un exécutif révolutionnaire qui demeure fragile, les modérés parviennent à reprendre la situation en main.

Seule la Guillotière reste désormais rivée à l’idéal communard. Tandis que le drapeau rouge est amené pour la seconde fois du dôme de l’Hôtel de Ville, il continue obstinément de flotter sur la mairie d’arrondissement de la place du Pont. Le 30 avril, alors que la Commune se poursuit à Paris, pour protester contre la loi municipale votée par le gouvernement de Versailles qui vise entre autres à contrer les initiatives révolutionnaires en province 11, une foule résolue bloque les bureaux de vote qui doivent désigner une nouvelle mairie et dresse des barricades dans le quartier de la Guillotière. À la nuit tombée, les forces commandées par le préfet Valentin, successeur de Challemel-Lacour, ouvrent le feu sur les insurgés, dans les rangs desquels on dénombrera une trentaine de morts. Rapidement défaite, peu appuyée par une population lyonnaise qui garde en mémoire les épisodes sanglants du siège de 1793 et de la répression qui s’ensuivit, cette aventure insurrectionnelle est la dernière tentative des républicains radicaux d’installer une Commune révolutionnaire à Lyon.

Une page se tourne ainsi à Lyon, qui vient refermer l’époque des crises enfiévrées, caractérisée par les révoltes des Canuts et l’épopée des Voraces. Arrive bientôt le ressac conservateur, caractérisé par la politique de l’«ordre moral». À Lyon, les républicains sont un temps affaiblis et il faut attendre 1881 pour voir le retour d’une Mairie centrale, remplacée sous Mac Mahon par une Commission municipale, bien tenue en main.

Par Pierre-Yves VÉRICEL, Professeur d’Histoire-Géographie

Bibliographie sommaire

Bruno Benoit, L’histoire de Lyon en 22 dates, Lyon, Lyon Mag’ éditions, 2003, 220 p.

Jeanne Gaillard, Communes de province, commune de Paris 1870-1871, Paris, Flammarion, 1971, 183 p.

Maurice Moissonnier, La première Internationale et la Commune à Lyon (1865-1871), Paris, Éditions Sociales, 1972, 402 p.

Maurice Moissonnier, Lyon communard, in Revue d’histoire de l’Association des Amis de la Commune de Paris, n°6, mars 1977.

Maurice Moissonnier, 1869-1871, Lyon des insurrections, entre tradition et novation, in Gilbert LARGUIER et Jérôme QUARETTI (dir.), La Commune de 1871 : utopie ou modernité, Actes du colloque de Perpignan, 28-30 mars 1996, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2000, 447 pages.

Jacques Rougerie, La Commune de 1871, « Que Sais-Je ? » Paris, PUF, 2009 127 p.

Notes

1 Les ovalistes étaient les ouvriers de la soie, des femmes majoritairement, qui avaient pour travail la préparation et le traitement des fils de soie avant le filage. Leur nom vient de l’ovale, pièce centrale de leur instrument de travail. Cf. Claire Auzias et Annik Houel, La Grève des ovalistes. Lyon, juin-juillet 1869, Paris, Payot, 1982, 182 p.

2 Albert Richard (1846-1916), journaliste. Il est dès 1868 le principal responsable de la section lyonnaise de l’Association Internationale des Travailleurs. Au premier rang dans les événements de septembre 1870, il se tient davantage en retrait pendant la seconde Commune de mars-avril 1871.

3 Jacques Louis Hénon (1802-1872). Médecin établi dans le quartier populaire de la Guillotière où il soigne les pauvres gratuitement, il s’oppose au Coup d’État de 1851 et est élu député de la Croix-Rousse de 1852 à 1869. Il reste maire de Lyon de septembre 1870 à sa mort, secondé par Barodet et Gailleton.

4 Bruno Benoit, L’histoire de Lyon en 22 dates, Lyon, Lyon Mag’éditions, 2003, 220 p., p. 156.

5 Paul-Armand Challemel-Lacour (1827-1896). Républicain, il est nommé préfet du Rhône en septembre 1870 par le gouvernement de la Défense nationale, mais il démissionne le 5 février 1871. Devenu parlementaire, il préside le Sénat de 1893 à sa mort.

6 Louis Andrieux, La Commune à Lyon en 1870 et 1871, Paris, Perrin, 1906, 297 p.

7 Gustave Paul Cluseret (1823-1900). Lieutenant de la Garde mobile en 1848, il participe à la répression des Journées de Juin. Il se distingue en Algérie et en Crimée, mais il quitte l’armée ensuite. Il participe successivement à l’Expédition des Mille de Garibaldi (1860), puis à la Guerre de Sécession, dans les rangs nordistes. Il devient membre de l’AIT à son retour en France, après un séjour en prison avec Eugène Varlin. Après une courte participation à la première Commune de Lyon aux côtés de Bakounine, il gagne Marseille, puis Paris, où il joue un rôle controversé pendant la Commune, au terme de laquelle il est emprisonné. Il est député du Var de 1888 à sa mort, et se fait remarquer à la fin de sa vie par un antidreyfusisme et un antisémitisme très affirmés.

8 Bruno Benoît donne pour sa part la date du 26 septembre. Cf. B. BENOIT, op. cit., p. 157.

9 Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine (1814-1876). Théoricien de l’anarchisme. Un temps proche de Proudhon, il adhère à l’Internationale où il s’oppose à Marx et il fonde l’Alliance internationale de la démocratie socialiste.

1010 Eugène Saignes. Louis Andrieux le présente comme un ouvrier plâtrier.

11 Jeanne Gaillard, Communes de province, commune de Paris 1870-1871, Paris, Flammarion, 1971, 183 p.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. ROUX Bruno (erixbd) dit :

    1793, la révolte des canuts de 1831, puis de 34, et la commune et voici que l’on présente toujours Lyon comme une ville bourgeoise… L’histoire n’est pas correctement enseignée… Mais qu’il est bon de voir qu’internet à cette vertu de tout relater… A nous de chercher… Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *