CINEMA/Pier Paolo Pasolini à Lyon (4.02.1969)

 

Affiche du film "Théorème" (1969) - Fonds Michel Chomarat © Bibliothèque municipale de Lyon

Affiche du film « Théorème » (1969) – Fonds Michel Chomarat
© Bibliothèque municipale de Lyon

En complément à l’exposition « Pasolini, Una Vita Violenta« , qui se tient à la Galerie de la Bibliothèque de Lyon jusqu’au 10 Août 2016, nous tenions à revenir sur le séjour que fit le réalisateur à Lyon, le 4 Février 1969, pour présenter son film « Théorème » (1).

Pasolini, de Venise à Lyon

On l’oublie un peu vite mais le film « Théorème » de Pier Paolo Pasolini s’inscrit dans l’immédiate après-Mai 68 qui remit en cause de nombreuses structures traditionnelles comme la famille, la religion ou la sexualité.
Ainsi, dans le climat de grande confusion qui règne à Venise pendant la Mostra (Festival International du Film), du 25 Août au 7 Septembre 1968, Pasolini songe un moment à ne pas accepter la sélection officielle de son film qui doit représenter officiellement l’Italie. Comme pour le Festival de Cannes, interrompu en Mai 68, celui de Venise est l’objet de très nombreuses contestations et après une projection houleuse de « Théorème », le 4 Septembre, l’Office Catholique International du Cinéma lui décerne finalement son Grand Prix, et Laura Betti obtient le Grand Prix d’Interprétation Féminine.
Le 13 Septembre, coup de théâtre, sur ordre du Procureur de la République de Rome, les bobines du film sont mises sous séquestre pour obscénité car « cette œuvre contient différentes scènes de rapprochement charnel, dont certaines sont particulièrement lascives ou libidineuses, ainsi que des descriptions de rapports sexuels entre un invité et un membre de la famille qui l’accueille« .
Pasolini est alors poursuivi pour atteinte aux mœurs et renvoyé devant le Tribunal de Venise. Lors de la seconde audience du procès, le 8 Novembre, il s’explique longuement sur sa démarche cinématographique :

« Le rapport érotique est toujours symbolique et jamais réaliste. Même détachées du contexte du film, les scènes incriminées ne sont pas obscènes. Elle sont par contre essentielles et nécessaires dans le contexte du film. Le monde actuel me contraint de vivre dans un mensonge continuel, ce qui me désespère. Le début du film le montre bien ! C’est une constatation et non une condamnation. Dans un monde mensonger, l’authenticité me semble faite de mystère. De telles contradictions entre mensonge et authenticité sont impossibles en termes logiques, usuels et quotidiens. Il aurait été impossible au « visiteur », héros du film, de toucher et convaincre par des mots. Il fallait donc qu’il y ait, entre lui et les membres de cette famille bourgeoise, des rapports amoureux qui sont tout le symbole du film. Après sa « visitation », les protagonistes du drame ne sont plus capables de concevoir le mensonge. Ils traversent donc une période de crise qui elle-même, déjà, est une forme de salut. Mon film, comme toutes les scènes qui le composent est un film symbolique ».

Conférence de presse de Pier Paolo Pasolini à Paris le 3 Février 1969 - Chomarat MS 846/XV,15 © Bibliothèque municipale de Lyon

Conférence de presse de Pier Paolo Pasolini à Paris le 3 Février 1969 – Chomarat MS 846/XV,15
© Bibliothèque municipale de Lyon

Conférence de presse à Paris le 3 Février 1969

Apparemment peu sensible à cette déclaration, le Ministère Public persiste dans son accusation et réclame 6 mois de prison ferme pour Pasolini et son producteur.
Finalement, après délibération, le Président du Tribunal réfute tous les arguments de l’accusation, lève la séquestre du film, libère les négatifs et les copies, et donne le visa d’exportation de « Théorème ».
C’est dans ce climat totalement irrationnel, que, le 3 Février 1969, Pasolini vient à Paris pour participer à une conférence de presse alors que son film est déjà projeté au cinéma Marbeuf, dans le 8e arrondissement depuis le 29 Janvier. A cette date, Henry Chapier, dans le journal « Combat », lui avait déjà consacré deux pleines pages titrées « Théorème  » de Pasolini ou la malédiction des bourgeois », dont une interview du cinéaste :

« Mon dernier film « Théorème », a reçu la Grand Prix de l’Office Catholique du Cinéma. Mais, malgré ce prix, malgré un accueil chaleureux et réconfortant de la critique internationale et spécialement française (mise à part la critique fasciste), n’ont, une fois encore, pas empêché des plaintes d’être déposées sous le prétexte d’obscénité. J’ai été jugé à Venise. J’ai risqué plusieurs mois de prison. J’ai finalement été acquitté. On m’a dit que j’ai trois idoles : le Christ, Marx et Freud. Ce ne sont que des formules. En fait, ma seule idole est la Réalité. Et si j’ai choisi d’être cinéaste, en même temps qu’écrivain, c’est que plutôt que d’exprimer cette réalité par les symboles que sont les mots, j’ai préféré le moyen d’expression qu’est le cinéma, exprimer la Réalité par la Réalité ».

Conférence de presse de Pier Paolo Pasolini à Lyon le 4 Février 1969. © Alice Chardère

Conférence de presse de Pier Paolo Pasolini à Lyon le 4 Février 1969.
© Alice Chardère

Conférence de presse à Lyon le 4 Février 1969

Le 4 Février 1969, le jour même où Pasolini, accompagné de son producteur, Franco Rossellini, arrive à Lyon (invité par la directrice du cinéma Le Duo, madame Auran-Veladier), pour présenter « Théorème » à la presse lyonnaise, « Le Figaro » publie une critique signée Louis Chauvet, d’une rare violence :

« J’ai déjà dit la répugnance (Venise, 6 Septembre 1968) que m’inspirait ce film où le cinéaste italien Pasolini cherche des alibis célestes à des pratiques impubliables, invoque la rigueur mathématique et la théologie pour nous rendre gracieuses (au sens le plus élevé du mot) les exhibitions érotiques les moins orthodoxes. Je croyais savoir qu’en dépit de l’éminente – et plus pertinente – plaidoirie d’Abraham, la colère divine avait anéanti Sodome et Gomorrhe, mais on a dû nous induire en erreur. En effet, M. Pasolini, montreur d’images réputé chrétien, nous représente aujourd’hui, sans émouvoir beaucoup de compétences, un émissaire divin qui sodomise à domicile chez des bourgeois milanais le père, le fils, viole au surplus la mère et la bonne et les fait s’envoler ainsi vers les cimes de la béatitude (…).

La débauche sautillant avec piété sur les chemins du ciel. La rédemption par la copulation. La bénédiction du soufre. Le diable admis à la droite du Seigneur… Voilà donc les allégories du nouvel évangile. Le hosanna progressiste. Le comble est que cette répugnante caricature des bienfaits divins trouve des exégètes émerveillés et radieux. Tels éloges plus entortillés qu’un homme-serpent font regretter que Pascal ne soit plus de ce monde évolutif. Il aurait certainement écrit de nouvelles « Provinciales ». Pour moi, je maintiens avec sérénité mon opinion. Je ne trouve à ce film rien d’admirable. Ni d’estimable. Ni sur le plan artistique. Ni sur aucun autre plan ».

A Lyon, « Théorème » projeté seulement dans une salle, Le Duo, à partir du 7 Février, remporte un tel succès que le cinéma d’art et d’essai, en fait son argument publicitaire dans la presse locale, en annonçant fièrement le 26 Février que « Déjà 12.000 lyonnais ont vu, jugé, critiqué, détesté ou adoré Théorème, le chef-d’œuvre de Pasolini, et le film le plus controversé de l’année« .
Dans l’ensemble, les critiques cinématographiques lyonnais sont plutôt bienveillants à part quelques exceptions dont Jo Vareille, journaliste à l’hebdomadaire du Parti Communiste Français, la « Voix du Lyonnais », qui considère « Théorème » comme un canular, et contrairement à ce que certains disent, n’est pas un film révolutionnaire !

Par Michel CHOMARAT, Commissaire de l’exposition « Pasolini, Una Vita Violenta ».

1) « PPP 69, Pier Paolo Pasolini à Lyon », par Michel Chomarat, Mémoire Active, 2015.

Susanna Colussi, maestra elementare, sposa nel 1921 Carlo Alberto Pasolini , e dal loro matrimonio nasceranno Pier Paolo e Guido Pasolini .


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *