ARCHIVES/Les premières lithographies sur Lyon

UN « INCUNABLE » DE LA LITHOGRAPHIE LYONNAISE ET SON DESSIN ORIGINAL

En reconnaissance pour son admission en 1818 parmi les membres correspondants de l’Académie des Sciences et Belles-Lettres de Lyon, Armand Louis Maudet De Penhouet, Colonel de la 21e légion de Gendarmerie Royale, a dédicacé
« A Messieurs les membres de l’Académie » ses Lettres sur l’histoire ancienne de Lyon, Dans lesquelles on traite des différentes origines de cette Ville, de son aggrandissement [sic] extraordinaire sous Auguste ; de son embrasement sous Néron ; ainsi que de ses aqueducs et de la conduite des eaux par les siphons renversés »
L’ouvrage a été publié à Besançon, imprimerie de la veuve Métoyer, sans date, ou Chez Vacherant-Tissot, 1818, XVI-217 pages.

Les trois premières lettres ne sont qu’un prélude aux sept suivantes qui sont entièrement consacrées aux aqueducs.

Tout est repris du livre de Guillaume Marie Delorme, Recherches sur les aqueducs de Lyon, construits par les Romains, publié en 1760. L’apport de l’ouvrage ne se ramène guère qu’aux quatre gravures qui portent sur les siphons.
À la première principalement, sur leur technique :  « l’Aqueduc du Mont-Pila depuis le réservoir de Soucieu jusqu’à celui du Mail de Fourvières », « Coupe en travers d’un vallon », réservoirs et tuyaux.
Les trois autres sont des vues animées du réservoir de Soucieu, des arches de Chaponost et du pont à siphons dans le vallon de Bonnant [sic]. Toutes sortent de l’Imprimerie lithographique de F. Berthaux à Dijon.

Fin  1817, dans l’avertissement de ses Lettres, De Penhouet écrit : « Je ne me trouvais point à portée de faire graver mes dessins au burin, ou seulement à l’eau forte, j’ai été au plus court, profitant d’une presse lithographique établie à Dijon, et j’ai trouvé dans mon fils âgé de 16 ans, l’artiste lithographe qui est venu à mon secours. Je conviens que cet essai est faible, mais il ne s’agissait que d’ajouter à l’explication donnée par le texte. »

La gravure N°2 est signée : « Dessiné par Mr Aimé de Penhouet, Garde national à Lyon en 1817 », la gravure N°3   « Lithographié par… (la suite est identique) ».

Incunables de la lithographie lyonnaise, telle est l’expression employée à leur propos, compte tenu de leur date, par J. J. Verzier, dans La lithographie dans les vues de Lyon, avec 36 reproductions, Lyon, de l’imprimerie de M. Audin, 1818 : « ce sont les premières lithographies parues sur Lyon ».

Gravure ©Collection particulière Jean Burdy

C’est la gravure N°3, AQUEDUCS DE CHAPONOST, qui nous intéresse.
De 13×20 cm, elle est de médiocre qualité, aussi bien dans le dessin que dans le tirage lithographique. Par chance le dessin original est connu dans une collection particulière (clichés J.Burdy).

 

Le dessin original

Dessin bistre ©Archives municipales de Lyon

 

Lavis de sépia sur papier beige, 28,7×39,4 cm qui représente le départ du siphon qui traversait la vallée de l’Yzeron en passant à Beaunant. Au premier plan, à gauche, un rampant de quatre arches descend d’une grosse pile portant la ruine de la chambre d’où partaient les tuyaux.

 

 

Un soldat portant épée et casque à plumet (voir le détail) est monté jusqu’à l’arche la plus haute qui est rompue. Le monument est bien représenté avec son parement réticulé coupé d’arases à intervalles réguliers. Trois arbres élancés, des peupliers semble-t-il, se dressent à droite. Au loin, sur un fond montagneux, une longue file d’arches s’achève à droite, après une lacune, par la silhouette du rampant. La lithographie est inversée : le jeune Aimé de Penhouet a copié le dessin tel quel.

Celui-ci est collé sur un papier gris de 27,5×43 cm qui porte dans un petit cartouche à queues d’aronde (long 3 cm), au milieu en bas, la marque de l’atelier d’Antoine Chenavard. Le dessin, de ce fait, a été malencontreusement attribué à l’architecte lors de son passage en salle des ventes.

Des cartes postales d’avant 1910 (date de la reconstruction de l’arche manquante) présentent les mêmes points de vue que le dessin de Maudet de Penhouet (clichés J.B.).

Par JEAN BURDY, de l’Académie des Sciences et Belles-Lettres de Lyon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.