PATRIMOINE/Le carillon de l’Hôtel de Ville de Lyon

Carillon de l'Hôtel de Ville © Pierre-Yves VERICEL

Carillon de l’Hôtel de Ville
© Pierre-Yves VERICEL

Si la capitale des Gaules peut s’enorgueillir de posséder l’un des plus beaux carillons de France dans le beffroi de son Hôtel de Ville, c’est à Édouard Herriot qu’elle le doit. C’est le 16 février 1914, après un voyage en Belgique au cours duquel il visita le beffroi de Bruges et découvrit le carillon qu’il abrite, que le maire de Lyon prit l’initiative d’en installer un entre Rhône et Saône.


Depuis 1675, quatre cloches coulées par le fondeur Léonard Dupont (1) étaient déjà installées dans le clocher de l’Hôtel de Ville pour la sonnerie des heures et des événements exceptionnels (tocsin, guerre etc…).
En 1884, l’une de ces cloches, qui était dévolue à la sonnerie des heures, se fêla, mais il fallut attendre 1912 pour qu’elle soit réparée par le fondeur lyonnais Burdin.

C’est ce dernier qui, en 1914, reçut commande du Conseil municipal pour la livraison d’un carillon de 25 cloches, s’étendant du Mi 3 (cloche de 936 kg) au Mi 5 (cloche de 34 kg). On commanda également un clavier de 25 touches, complété d’un pédalier de 15 chez le célèbre facteur de carillons Désiré Somers (1849-1936) de Malines (Belgique).
La Première Guerre Mondiale ayant interrompu les travaux, ce n’est que le 11 novembre 1919 que le carillon de l’Hôtel de Ville fut inauguré (2). Plusieurs carillonneurs se succédèrent au clavier de l’Hôtel de Ville de Lyon : Jean-Louis Debard de 1919 à 1939, Louis Chavand de 1939 à 1952, André Combe de 1952 à 1986.
En très mauvais état au moment du décès tragique de son titulaire, le carillon fut entièrement restauré en 1987-1988 afin de pouvoir fonctionner pour les festivités du Bicentenaire de la Révolution.

Sous l’impulsion de Jean-Bernard Lemoine, carillonneur de l’Hôtel de Ville de Lyon de 1987 à 2003 (3), l’installation originale fut donc remplacée et dotée d’un nouveau système informatisé qui commença de fonctionner en 1989. La mécanique originelle fut conservée, et de nouvelles cloches vinrent régulièrement améliorer et compléter le carillon, qui s’étoffa de plus en plus dans les années suivantes : 9 des cloches Burdin de 1914 furent remplacées en 1989 et 36 cloches furent ajoutées deux ans plus tard.
Le carillon fut inauguré dans sa configuration nouvelle le 16 juin 1991.

En 1996, à l’occasion de la tenue à Lyon du G7, 8 cloches Burdin furent de nouveau remplacées par des créations neuves du fondeur savoyard Paccard (4), portant chacune sur leurs flancs les noms du Maire de Lyon et des pays représentés lors de cette réunion.

Carillon de l’Hôtel de Ville © Pierre-Yves VERICEL

 

Aujourd’hui, le carillon utilise 64 cloches sur 65 et le carillonneur titulaire est depuis 2013 M. Charles Dairay.
Médaillé d’Or et premier prix au Conservatoire National de Région de Douai (Nord) en 1996, il poursuivit ses études avec Aimé Lombaert, maître carillonneur de Bruges (Belgique) (5) et remplaça ce dernier au clavier de Deinze (Flandre orientale). Il gagna plusieurs prix d’interprétation lors des concours internationaux de Springfield (2000) et de Hambourg (2001), au Concours International de la Reine Fabiola de Malines (2003), ainsi qu’à Venlo (Pays-Bas) en 2004.

 

 

 

 

Carillon de l'Hôtel de Ville © Pierre-Yves VERICEL

Carillon de l’Hôtel de Ville
© Pierre-Yves VERICEL

En juin de la même année, il a obtenu le diplôme d’excellence à l’École Royale de Carillon Jef Denyn de Malines et, en juin 2014, M. Dairay a donné un récital officiel comme carillonneur de la Ville de Lyon au Congrès Mondial de Carillon d’Anvers. Depuis 2013 et en accord avec Charles Dairay, un jeune carillonneur lyonnais, Clément Perrier, a accès au clavier d’étude du carillon et a la chance de jouer aux côtés du carillonneur titulaire. Cela lui permet de s’exercer pour les examens qu’il passe chaque année dans le cadre de la Guilde des Carillonneurs de France.

Le carillon de l’Hôtel de Ville de Lyon est le deuxième de France après celui de Chambéry (Savoie). Ce dernier, qui compte 70 cloches, est le premier carillon d’Europe et le quatrième dans le monde.

 

Par Pierre-Yves VERICEL

Notes :
1 Léonard Dupont avait déjà coulé une cloche pour la cathédrale Saint-Jean en 1671.
2 Plusieurs sources font état de Staf Nees (1901-1965), parfois orthographié Brees, qui aurait interprété le concert inaugural en qualité de carillonneur de la ville d’Anvers. Si c’est bien de lui dont il s’agit, il avait alors moins de 20 ans.
3 Jean-Bernard Lemoine est aujourd’hui Président de l’Association du Carillonneur Rhônalpin.
4 Depuis 1796, sept générations dans la famille Paccard coulent des cloches à Sévrier (Haute-Savoie) et les exportent dans le monde entier.
5 Aimé Lombaert (1945-2008), carillonneur belge de renom, président d’honneur de l’Association du Carillon de Grézieu-la-Varenne de 2000 à sa mort.

Programmation des concerts du carillon de l’Hôtel de Ville pour l’année 2016

● 28 mars (Lundi de Pâques) : 11 h ;

● 21 juin (Fête de la Musique) : 11 h.

● 21 juillet : 11 h.

● 15 août : 11 h.

● 17 septembre (Journées du Patrimoine) Juke-box géant ou chansons à la demande : 11 h.

● 8 décembre (Illuminations) : 11h.


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. contrepoint-com dit :

    cet article nécessite une mise à jour

    • Bonjour,

      Sur quels points ?
      Que j’en réfère à l’auteur !

      Merci

      • contrepoint-com dit :

        Clément Perrier est un élève de la classe de carillon du Château des Ducs de Savoie à Chambéry. Son cursus est sanctionné par l’examen international organisé par la Fédération musicale de Savoie et la classe de carillon du château. Il a la chance d’être soutenu par l’association du carillon de Grézieu qui l’aide à financer sa formation musicale.

  2. contrepoint-com dit :

    cet article nécessite une mise à jour

    • Bonjour,

      Sur quels points ?
      Que j’en réfère à l’auteur !

      Merci

      • contrepoint-com dit :

        Clément Perrier est un élève de la classe de carillon du Château des Ducs de Savoie à Chambéry. Son cursus est sanctionné par l’examen international organisé par la Fédération musicale de Savoie et la classe de carillon du château. Il a la chance d’être soutenu par l’association du carillon de Grézieu qui l’aide à financer sa formation musicale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *