PERSONNAGE/Julie de Lespinasse, salonnière lyonnaise au 18e siècle

Julie Jeanne-Eléonore de Lespinasse est une célèbre salonnière du 18ème siècle surnommée « La reine de Paris » ou encore « La muse de l’Encyclopédie ». C’est aussi une épistolière qui a produit de nombreux écrits.

Mlle de Lespinasse par Louis Carrogis Carmontelle, 1760 – Wikicommons

Née le 10 novembre 1732 à Lyon elle est la fille illégitime de Julie-Claude-Hilaire d’Albon et, d’après les spéculations, du Comte de Vichy.
Elle est élevée en compagnie des enfants légitimes de sa mère au manoir d’Avauges à Tarare, près de Lyon.
Elle perd sa mère à 16 ans. Dans son testament, cette dernière lui lègue une pension annuelle de trois cents livres afin de poursuivre son éducation dans le couvent de son choix ainsi que six milles livres pour financer sa future dot.
Malgré les velléités maternelles de l’envoyer au couvent afin de lui garantir une existence heureuse et respectable, Julie de Lespinasse refuse. Elle part donc vivre avec le Comte et la Comtesse de Vichy dans leur domaine de Chamron en Saône-et-Loire. Elle vit aux côtés d’Abel-Marie-Claude, son neveu et demi-frère de huit ans son cadet avec lequel elle entretient une relation maternelle qu’elle illustre dans une lettre qu’elle lui adresse le 25 janvier 1765 :

“Dès votre plus tendre enfance je vous ai aimé de tout mon cœur”.

Elle finit là-bas son éducation en étudiant l’anglais, l’italien et la littérature française. Les relations qu’elle entretient avec ses hôtes sont compliquées, elle hésite même à rejoindre un cloître mais l’arrivée de la sœur du Comte de Vichy, la Marquise du Deffand, à Chamron en 1752 lui fait changer d’avis. Elle se prend d’amitié pour elle et lui fait même part des “traitements les plus durs” qu’elle subit (la Marquise du Deffand le racontera plus tard dans une lettre). En 1753 elle devient sa dame de compagnie, quitte la Saône-et-Loire et emménage avec la Marquise au couvent Saint-Joseph situé rue Saint Dominique à Paris où cette dernière possède un appartement dans lequel elle tient un salon fréquenté par l’aristocratie parisienne. Julie de Lespinasse va alors être formée à l’art de tenir salon.
En 1754 elle rencontre Jean Le Rond D’Alembert avec lequel elle entretiendra une relation fusionnelle pendant le reste de sa vie. Ensemble, ils vont organiser des avant-soirées dans la chambre de Julie de Lespinasse qui précédent aux salons de la Marquise.
En 1764 Julie de Lespinasse décide d’ouvrir son propre salon à l’angle de la rue Saint- Dominique et de la rue Bellechasse, dans le 7 e arrondissement de Paris. Immédiatement de nombreux intellectuels parisiens fréquentent cette maison : des hommes de lettres, des philosophes, des hommes politiques et des économistes. On a dit de ce salon qu’il était le « laboratoire de l’Encyclopédie ». Son amitié indéfectible avec d’Alembert, l’un de créateurs de L’Encyclopédie, n’est sans doute pas étrangère à cette réputation. En outre ce salon est également connu pour sa grande liberté de ton puisque les idées républicaines y circulent. Julie de Lespinasse entretiendra plusieurs relations passionnelles. Avec le Marquis de Mora, rencontré en 1766 et avec lequel elle envisage de se marier, avec le Comte de Guibert, dont elle devient la maîtresse en 1774 et avec qui elle entretient une correspondance enflammée…
Elle entretiendra également de nombreuses amitiés avec le public de son salon comme avec le philosophe Nicolas de Condorcet ou encore la salonnière Madame Geoffrin.
Peu de temps après l’ouverture de son salon elle attrape la petite-vérole qui la laisse avec de nombreux maux de tête, des problèmes de vue et des marques sur le visage. En 1765 d’Alembert emménage avec elle après avoir lui aussi attrapé la petite-vérole.
Contrainte de fermer son salon en 1774 et le réouvre temporairement en 1776 mais décède le 23 mai 1776 à Paris à l’âge de 43 ans seulement.
Grimm Friedrich Melchior a décrit Julie de Lespinasse comme quelqu’un qui

“savait réunir les genres d’esprits les plus différents, parfois même les plus opposés, sans qu’elle n’y parut prendre la moindre peine”.

 

Par Prunelle Dauty (étudiante en M1 au sein du master MATILDA – promotion 2022- 2023)

Le master MATILDA est un master de recherche en histoire européenne des femmes et du genre (18ème-21ème siècle). L’objectif de ce master est de mettre en avant les femmes dans l’histoire mais aussi les processus qui créent les inégalités entre les genres, c’est-à-dire entre les identités personnelles et sociales des individus. Au singulier, le genre se comprend comme le système qui construit et maintient ces inégalités.
Dans le but de contribuer au matrimoine lyonnais, les étudiant·es de M1 travaillent en coopération avec le Musée d’histoire de Lyon – Gadagne et les Archives municipales de Lyon.
Élèves en première année de ce master, membres de la promotion 2022-2023 et en stage à Gadagne, nous souhaitons mettre en valeur des profils de femmes lyonnaises bien trop souvent oubliées ou cachées par leurs homologues masculins.
Pour ce faire, nous créons des biographies détaillées et documentées que nous tentons ici de médiatiser.
Notre parti pris est de nous concentrer sur des biographies, individuelles et collectives, de femmes non répertoriées par Wikipédia.


Sources



Citer ce billet
prunelledauty (2023, 22 septembre). PERSONNAGE/Julie de Lespinasse, salonnière lyonnaise au 18e siècle. Histoires lyonnaises. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44k

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search