IMPRIMERIE/L’expérience coopérative des typographes au XIXe siècle

Aujourd’hui comme hier

Le contexte de crise des économies occidentales et la remise en cause générale du modèle sociétal qui les fonde, réveillent la recherche d’alternatives en rupture avec le capitalisme. Ancrée dans ce besoin de transition vers un système plus respectueux de « l’Humain », l’économie sociale et solidaire  renouvelle une tradition de solidarité qui s’est structurée au 19e siècle et dont Lyon porte témoignage, à bien des égards. En effet, les nombreuses initiatives innovantes qui émergent aujourd’hui dans le secteur solidaire et social dans notre ville s’enracinent dans un passé fondateur et riche en matière de développement coopératif. Souvenons-nous que c’est dès 1835 qu’à la Croix –Rousse, Michel-Marie Derrion ouvre son épicerie coopérative, créant ainsi la première coopérative de consommation française. Durant cette première moitié du 19e siècle, les expériences coopératives se multiplient, se diversifient pour culminer pendant la seconde République. Coopératives de production ou de consommation, toutes entendent atténuer les effets néfastes du salariat industriel sur les ouvriers. Toutes présentent un mode de fonctionnement alternatif au capitalisme.

Un projet de coopérative de production audacieux pour les ouvriers typographes lyonnais.

Dès 1864, les ouvriers typographes du livre s’engagent dans un apprentissage de la coopération. L’initiative spontanée apparaît intéressante à plusieurs titres. En effet, elle se singularise par sa longévité puisqu’elle parvient, malgré les écueils, à se pérenniser jusqu’au siècle suivant. Une inscription dans la durée d’autant plus remarquable que  ce projet est initialement conçu hors de toute norme légale1, sans autorisation et dans un contexte de forte précarité ouvrière. Risquée sur le plan politique, l’initiative demandait aussi des efforts financiers considérables. La constitution d’une épargne nécessaire au rachat d’une imprimerie est alors bien laborieuse : près de 70 % du revenu d’un ouvrier typographe est destiné aux dépenses de logement et de nourriture2. Concrètement, c’est le 3 mars qu’une cinquantaine de membres du syndicat des typographes lyonnais3 décide de constituer un capital commun nécessaire à l’achat d’un outil de travail dans le cadre d’une coopérative de production dénommée « Association typographique lyonnaise (ATL) ». Rapidement, l’information de la création est diffusée par circulaire syndicale interne adressée aux sociétaires pour leur demander leur adhésion au projet. L’accueil réservé à la proposition est alors très mitigé : début mai, moins du quart des syndiqués (53 adhérents) répond favorablement à l’appel et commencent à verser une contribution pour constituer un capital nécessaire à l’acquisition de la structure. Ainsi, lorsqu’en avril 1866, une occasion se présenta avec la mise en vente d’une entreprise locale (imprimerie Pinier), à peine un huitième de la somme nécessaire est réunie. L’opération parvient néanmoins à se concrétiser grâce à un emprunt à la caisse des associations populaires et à l’aide du vendeur qui consent à garder, dans un premier temps les actions dont l’achat par les ouvriers ne peut être envisagé, faute de moyens financiers4.

Papier à en-tête – 1912 – Association typographique lyonnaise – Le Rize

Des ouvriers libres possesseurs de leurs outils de travail

Au cours de l’année 1866, l’A.T.L commence ainsi à faire fonctionner un atelier social dont la vocation est large : il est accessible  non seulement aux ouvriers de la corporation des typographes mais également aux auxiliaires employés qu’ils soient lithographes, écrivains, dessinateurs, brocheurs ou papetiers de toute nature…. Les impétrants devaient simplement en faire la demande, être majeurs, offrir « des garanties de probité et de moralité » et s’engager à « faire donner à [leurs] enfants l’instruction élémentaire »5.

Un fonctionnement respectueux des règles démocratiques mais difficile

Conformément à ses dispositions statutaires, l’A.T.L s’efforce toujours de respecter les règles démocratiques et de prendre en considération l’intérêt général de tous les participants dans ces choix. Elle  préfigure en cela certains des principes qui seront ensuite applicables aux sociétés coopératives. 

Chaque associé apporte ainsi sa contribution aux destinées de l’association, en participant à la détermination des orientations et à la désignation des dirigeants selon le principe bien connu « une personne = une voix ». Les grandes décisions stratégiques relèvent de la communauté des associés représentée par l’Assemblée générale. 

Le fonctionnement quotidien de l’association est  quant à lui, assuré par un conseil de huit membres, nommé par l’assemblée générale et  qui peut déléguer ses pouvoirs à un Directeur (ce qui est d’ailleurs fait dès la première année de fonctionnement). 

Enfin, la nomination de trois commissaires chargés de la régulation et du contrôle parachève le dispositif.

Ancien immeuble de l”Association typographique lyonnaise”. Adresse : 85, cours Tolstoï, 69100 Villeurbanne – EcoLyon – Bibliothèque municipale de Lyon

Après des débuts difficiles, l’A.T.L parvient progressivement à développer son activité et à dégager des bénéfices destinés aux actionnaires ainsi qu’à la constitution de fonds de réserve et de prévoyance nécessaire pour pérenniser la structure. La tâche n’est  pourtant pas simple et le mode démocratique de fonctionnement est souvent mis à l’épreuve. De ce point de vue, l’expérience coopérative des typographes lyonnais illustre bien les écueils inhérents à la double nature de la structure contrainte de trouver un équilibre entre esprit syndical militant et nécessité d’assurer la compétitivité de la production dans un environnement capitaliste concurrentiel. Le défi est d’autant plus audacieux que le contexte politique et juridique est alors peu favorable au développement des associations ouvrières, notamment dans l’imprimerie, activité qui faisait l’objet de sévères réglementations et de contrôles et de répressions répétées de la part des autorités6.  

L’histoire de l’A.T.L continua jusqu’en 1996 en affrontant des mouvements de grèves et en gérant, non sans mal, des relations parfois tumultueuses, avec les représentants du personnel. A cette date, l’activité cessa à la suite d’une liquidation judiciaire. Cent trente-six années durant lesquelles les salariés-actionnaires firent l’apprentissage d’une gestion démocratique de leurs outils de travail, dans un monde dominé par les lois du marché. Une expérience qui, pour beaucoup d’entre eux, suscite une nostalgie mêlée de regrets, et pour tous, une histoire pleine d’enseignements…

par Claire BONICI



Citer ce billet
clairebonici (2023, 24 novembre). IMPRIMERIE/L’expérience coopérative des typographes au XIXe siècle. Histoires lyonnaises. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44o

  1. Aucun cadre juridique particulier ne permet alors de créer une entreprise collective hors du schéma civiliste du contrat de société. Il faut attendre la loi du 24 juillet 1867 pour que les  associations ouvrières de production (futures SCOP) aient  un premier cadre légal. []
  2. Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), les intérêts de la république, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1977, p. 34. []
  3. Réunion du Comité consultatif de la caisse annexe ou Annexe qui deviendra ensuite la chambre syndicale typographique lyonnaise en 1883 puis la 14e section  lorsque la Fédération du Livre s’imposa. []
  4. Le vendeur conserva ainsi 150 des 320 actions qui ne furent rachetées par les associés qu’à son décès. []
  5. Art. 7§1 des statuts. []
  6. Les rapports de police font état de la surveillance étroite dont furent victimes les imprimeurs et qui se traduisent par des poursuites et condamnations. []

clairebonici

Docteure en droit. Recherches sur l'indemnisation des chômeurs aux XIXe siècle à Lyon, sur les ouvriers lyonnais (notamment dans la typographie), la chambre de commerce de Lyon, le mouvement coopératif, les femmes.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Auriez-vous quelques sources à conseiller sur ce thème ?

    • Claire Bonici dit :

      Bonjour
      Désolée de ne pas vous avoir répondu plus rapidement : le lien a été placé dans la rubrique “indésirables” que je ne consulte pas régulièrement…
      Afin de pouvoir affiner ma réponse, je vous remercie de bien vouloir me préciser votre besoin, votre demande => sur le phénomène coopératif à Lyon ?, sur les typographes ? et pourquoi pas le contexte de votre demande .
      A vous lire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search