METIERS/Quelques aspects de la Société de secours mutualiste des ouvriers en soie de Lyon

Atelier de canut au XIXe, peinture, h. 39,5 x l. 48.5 cm, inv. (9)97.3 – Musées Gadagne

Une inauguration emblématique

La société de secours mutuels des ouvriers en soie – dite 125e société de secours mutuels – apparaît durant tout le 19e siècle comme une institution d’envergure dont la renommée dépasse largement les confins de la ville de Lyon. Son inauguration en août 1850 en apporte une preuve : c’est Louis-Napoléon Bonaparte lui-même qui la préside, montrant ainsi tout l’intérêt qu’il confère à l’initiative lyonnaise à laquelle il attribue valeur d’exemple. Le futur Napoléon III profite de cette occasion, pour affirmer avec vigueur, sa volonté de « répandre sur la surface de la France »1, l’idée mutualiste qu’il ne cessera désormais plus de promouvoir.

Une institution modèle…

Certes, la 125e SSM fait alors figure de parangon pour un pouvoir qui voit dans la mutualité, le moyen de réconcilier les différentes classes de la société et de moraliser les individus.

Ses origines sont à rechercher dans la volonté des notables lyonnais qui comprennent précocement leur intérêt à intervenir auprès de la population des ouvriers tisseurs de la Fabrique, autant par conviction sociale que par calcul économique. Cet élan précurseur, sans doute stimulé par la récurrence de violentes révoltes ouvrières dans la ville, aboutit, en 1848, à un projet. Conçu sous l’égide de l’institution consulaire2, ce dernier est néanmoins largement reconsidéré par le pouvoir central de sorte qu’il serve sa stratégie de pacification et d’organisation de la société civile.

Statuts de la société lyonnaise de secours mutuels pour les ouvriers en soie de Lyon et de la caisse de retraite. Lyon (Rhône), 1850 – Bibliothèque municipale de Lyon

Une idée innovante détournée

L’initiative du projet revient à Camille Rambaud qui n’est pas encore l’homme d’Eglise dont Lyon a gardé le souvenir. Issu d’une famille de négociants, le jeune homme travaille alors dans l’entreprise de soierie de Louis Potton auquel il est associé. Il est néanmoins déjà animé par un esprit de concorde sociale qui lui inspire une idée originale. Avec l’aide d’une commission de huit personnes réunie sous son impulsion, il rédige une pétition signée par 25 fabricants qu’il adresse à l’assemblée consulaire. La demande porte sur la création d’une structure innovante assise sur un socle paritaire (15 patrons /15 ouvriers représentatifs de la Fabrique) et dotée d’un pouvoir de délibération et de moyens financiers autonomes.

Dans l’esprit de son concepteur, la structure poursuit un double objectif : d’une part, rapprocher des employeurs et ouvriers acteurs de la Fabrique et d’autre part, soulager la misère. L’idée convainc les dirigeants de la chambre de commerce qui donnent leur accord en faveur de la création d’une « caisse de secours et de retraite pour les ouvriers et employés des deux sexes de la fabrique des soies de Lyon »3. Elle ne sera toutefois jamais mise en œuvre sous sa forme initiale.

Bulletin d’inscription à la société lyonnaise de secours mutuels pour les ouvriers en soie de Lyon – Bibliothéque municipale de Lyon

En effet, soucieux de reprendre à son compte l’initiative, le Prince-Président envoie, dès février 1850, un fonctionnaire du ministère des Finances à Lyon pour revoir les préconisations qui sont édulcorées largement, au grand dam de C. Rambaud. Tous les aspects avant-gardistes sont écartés et la SSM devient  une institution type, normalisée, conforme au projet politique du futur Napoléon III.

Un exemple de société patronnée

Modèle lyonnais à dupliquer sur le plan national, l’établissement est rapidement reconnu comme établissement d’utilité publique dès février 1850, mais il n’est plus alors qu’un ersatz de la structure innovante que C. Rambaud entendait construire au cœur de la Fabrique. En effet, La SSM des ouvriers en soie fonctionne, dès lors, avec des membres honoraires issus des classes dirigeantes et avec un omniprésent patronage de la chambre de commerce, qui se matérialise, en particulier dans le financement et la direction de la structure4. Elle fait l’objet d’un contrôle permanent du pouvoir.

Son succès est réel : ses effectifs toujours croissants sont marqués par l’hétérogénéité des professionnels rassemblés et par la mixité, aspect novateur pour l’époque. Cette avancée suscite d’ailleurs nombre de réserves…, les femmes étant (notamment) accusées d’être à l’origine de dépenses excessives et « d’influences morales nuisibles »5. Et ce n’est pas là le seul reproche formulé à l’encontre de la 125e SSM. Rapidement, la « grande Institution » fait, en effet, l’objet de vives critiques : les notables de la chambre de commerce regrettent, de façon récurrente, son caractère dispendieux ainsi que l’absence de responsabilisation de plus en plus évidente des sociétaires. Elle se trouve ainsi au cœur d’un antagonisme entre financeurs (membres de la chambre de commerce) et bénéficiaires ouvriers.

Une organisation confrontée à ses ambiguïtés

L’attractivité apparente de la SSM ne doit pas masquer les  réticences des ouvriers à adhérer à l’idéal de la mutualité patronnée. En effet, les ouvriers rechignent bien souvent à devenir sociétaires d’une institution dont les avantages matériels sont pourtant indéniables. L’augmentation des effectifs est ainsi surtout dû à l’importante féminisation du recrutement : en 1900, 75 % des effectifs sont féminins !

Les ouvriers quant à eux, voient plutôt dans l’institution, un vecteur de tutelle et de moralisation patronales qui suscite méfiance, voire rejet de leur part. Ils se tournent vers d’autres associations – parfois secrètes – plus conformes à leurs aspirations libératrices et contestataires.

Créée comme un instrument de concorde sociale, la 125e SSM apparaît ainsi, au fil du temps, de plus en plus comme une œuvre sociale créée par les classes dirigeantes pour organiser et contrôler le plus complètement possible la vie de leurs employés.

Par Claire BONICI

  1. Discours lors de l’inauguration de la caisse de secours mutuels et de retraite le 16 août 1850. []
  2. Compte-rendu des délibérations de la chambre de commerce – PV séance du 14 septembre 1848. []
  3. Compte-rendu des délibérations de la chambre de commerce – PV  séance du 7 juin 1849. []
  4. Le président de la chambre de commerce est de président de la SSM ce qui est dérogatoire au droit commun des SSM déclarées d’utilité publique. []
  5. Compte-rendu des délibérations de la chambre de commerce – Année 1888, p. 273. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
clairebonici (10 novembre 2023). METIERS/Quelques aspects de la Société de secours mutualiste des ouvriers en soie de Lyon. Histoires lyonnaises. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44n


clairebonici

Docteure en droit. Recherches sur l'indemnisation des chômeurs aux XIXe siècle à Lyon, sur les ouvriers lyonnais (notamment dans la typographie), la chambre de commerce de Lyon, le mouvement coopératif, les femmes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search