IMPRIMERIE/Le syndicat des typographes lyonnais face à l’industrialisation de la production du livre au XIXe

Ce fut dans les années 1470 que Lyon découvrit la technique de l’imprimerie en caractères mobiles inventée par trois allemands : Johannes Gutenberg, Johann Fust et Peter Schöffer. Rapidement, l’édition lyonnaise devint prospère.

Dans ce siècle de Renaissance marqué par le renouveau des arts, des lettres et des sciences, Lyon s’affirma même comme la capitale de l’imprimerie européenne, dans une phase de développement économique dynamisé par quatre foires annuelles. Au cours des trente dernières années du XVIe siècle, les imprimeries de la ville produisaient ainsi le tiers des éditions françaises, principalement dans le quartier de la rue Mercière  et ses alentours qui abritaient près de cent ateliers. Des imprimeurs aussi fameux que Barthélémy Buyer1, Sébastien Gryphe2 ou Etienne Dolet3 contribuèrent à la prospérité de la ville et à son rayonnement intellectuel, par leur participation à la diffusion de l’humanisme dans toute l’Europe.

Plaque en hommage à Étienne Dolet, au passage des Imprimeurs, dans le 2e arrondissement de Lyon – Sebleouf – Wikicommons

Jusqu’au XXe siècle, la technique de la typographie régna, sans réserve, pour reproduire des textes en utilisant les caractères mobiles en plomb et en relief4. L’imprimerie lyonnaise était alors dominée par le système de l’atelier : des lieux de petite taille où se côtoyaient, le plus souvent, maîtres-imprimeurs et compagnons qui travaillaient selon des procédés traditionnels, souvent complexes à manier en dépit de perfectionnements ponctuels. Les commandes passées par les  marchands libraires (donneurs d’ordres) aux maîtres-imprimeurs rythment la vie de la structure. Au gré des crises récurrentes et des  commandes passées par ces éditeurs puissants, les liens de confraternité liant maîtres et ouvriers s’estompèrent. Les conditions de travail se détériorèrent : les cadences s’accélérèrent, la vie quotidienne des ateliers devint plus rigoureuse, les délais d’exécution des travaux s’amenuisèrent, les salaires furent « rognés » par des maîtres et éditeurs toujours plus mercantiles et soucieux d’accroître la rentabilité de leurs activités de leurs activités.

Au XIXe siècle, l’imprimerie connut ses  premières mutations technologiques depuis Gutenberg : elle entra dans l’ère de la production industrielle. Pour faire face à l’apparition de nouveaux besoins de l’industrie, du commerce et à l’émergence de savoirs culturels, le secteur se transforma. Des innovations foisonnantes et de toutes natures permirent alors l’accroissement des vitesses de production et la diversification dans la réalisation d’imprimés. Les presses métalliques, les presses à cylindres et les rotatives, la lithographie comptèrent notamment parmi ces innovations. Elles contribuèrent à faire éclore « l’image de grande consommation » et modifièrent considérablement habitudes et méthodes de travail.

 

L’imprimeur typographe et le graveur de caractères, lithographie du XIXe siècle – L’aventure de l’écriture – BNF

Dans le même temps, la typographie lyonnaise dut admettre le déplacement des centres de décision de l’édition vers la capitale et la suprématie de la production parisienne qui s’imposa définitivement5.

Les ateliers lyonnais de la rue Mercière, souvent en étages, s’avérèrent  vite inadaptés pour accueillir les machines imposantes et lourdes, nécessaires à l’accomplissement des travaux. Les imprimeries s’implantèrent alors au cœur de la cité (quartier Bellecour et autour de l’actuel musée de l’imprimerie) mais aussi à la Guillotière et à la Croix-Rousse, à la faveur de l’annexion de ces communes périphériques par le décret présidentiel du 24 mars 18526. Des ateliers de lithographie apparurent et devinrent rapidement majoritaires afin de répondre à la diversification de la demande des donneurs d’ordres7.

Ces mutations transformèrent profondément les habitudes des ouvriers du livre et provoquèrent de vives réactions. Le terrain était propice
Plus que d’autres corporations, les typographes, étaient prompts à s’engager dans le combat et résolus à faire respecter leurs spécificités et leurs droits. « Gens de lettres », les travailleurs des métiers du livre étaient connus, depuis longtemps, pour troubler l’ordre public. A Lyon, en particulier, ils s’étaient illustrés, en 1539, en provoquant une des premières grandes « trics »8 de France, qui dura près de quatre mois.

Cette tradition ne se démentit pas au XIXe siècle. En dépit de la loi Le Chapelier du 14 juin 1791 sur l’interdiction des corporations et la répression des grèves et groupements, les ouvriers du livre lyonnais parvinrent à préserver leur tradition séculaire d’entraide, de solidarité. Des documents conservés aux archives nationales et municipales attestent ainsi  de manière certaine de l’existence d’une société de secours mutuels des typographes en 1822. Mais ce groupement était déjà implanté à cette date puisque que son action est déjà mentionnée en 18139, dans un contexte peu clément d’application d’un code pénal rigoureux10.

Par les dispositions statutaires et son audience, la 31e société de secours mutuels – dite société de secours mutuels des typographes de Lyon – mérite attention. Certes, il existait bien dans la ville d’autres sociétés mutuelles de typographes ; de manière assez traditionnelle, ces institutions se proposaient de délivrer des secours à leurs membres malades et d’organiser des collectes au profit des ouvriers passagers. Mais elles restaient peu nombreuses, peu importantes et peu attractives puisqu’elles se rattachaient à des maisons d’imprimerie déterminées et ne concernaient que le personnel de ces dernières11. Au contraire la 31e Société de secours s’imposa comme une instance fédératrice. Elle était ouverte à l’ensemble des ouvriers typographes de la ville quel que soit leur employeur.

Ce fut à partir de 1822 que l’institution se développa. Sur le plan politique, l’heure était au retour d’une monarchie confrontée à la montée des classes populaires et qui découvrait dans le mouvement mutualiste des vertus « stabilisatrices» et moralisatrices pour la population ouvrière.

Les statuts de la société nous renseignent sur ses activités12. Comme cela était fréquent dans la plupart des sociétés, le nombre des adhérents se trouvait limité et les admissions soumises à vote à bulletin secret des adhérents réunis en assemblée générale.

Sous réserve du versement d’un droit d’adhésion et de cotisations mensuelles, la structure procurait à ses adhérents différents avantages : secours maladie limités (à six mois) et dégressifs (après trois mois) ; pensions retraites13 à cinquante cinq ans alors même que le législateur prohibait la délivrance de ce type de prestation jusqu’au décret du 26 mars 1852.

Quant à l’administration de la société de secours mutuels, elle était confiée à un bureau de treize membres14 qui comptait, en son sein, six visiteurs délégués à la surveillance des malades assistés par la société. Des sanctions sévères (retrait de l’aide) étaient prononcées à l’encontre des malades vus en train de travailler, de boire dans un cabaret ou de mendier (seules les quêtes dans les imprimeries étaient tolérées).

Outre ces missions classiques, la société prit assez rapidement le caractère d’une société de résistance occulte, à la faveur d’une de ses dispositions statutaires intentionnellement équivoque, qui avait échappé à la vigilance de l’autorité gouvernementale. Par cet article, le président était habilité à provoquer toutes mesures propres à « contribuer à la prospérité de la société et à l’avantage des membres qui la composent ».

Dans un premier temps, l’action de la  31e Société de secours dans le débat public resta discrète même s’il est probable qu‘elle se soit  impliquée dans la lutte contre la loi «justice et amour » en 1826-182715. Durant cette période, la société accrut ses effectifs : un rapport de l’Office du travail16 notait ainsi, qu’en 1842, la structure comptait près de quatre-vingts membres et possédait un actif de quatre mille francs alors que la fermeté publique était de mise, surtout à Lyon, où les révoltes des canuts avaient marqué les esprits.

Il fallut attendre la Seconde République et le vent de démocratie sociale qu’elle suscita pour que l’engagement de la société s’intensifie tant sur le plan politique que dans les questions de travail. La corporation des typographes prit alors une part active dans l’animation des organisations démocratiques lyonnaises. Elle paya néanmoins fort cher son dévouement à la République après le  coup d’État de décembre 185117.

Cette sévérité n’entama pas la volonté de la société durant le XIXe siècle. Elle  continua à soutenir les actions de défense et de solidarité de la profession ce qui lui permit d’asseoir sa crédibilité et de se positionner comme une force d’opposition face aux employeurs du secteur. Cette mutation fut rendue possible par un assouplissement du régime impérial, à partir des années 1860.

À l’instar d’autres institutions, la société des typographes glissa alors vers un mutualisme orienté sur la défense professionnelle qui préfigurait le syndicat reconnu en 1884.

Elle fut ainsi particulièrement active dans la négociation du « tarif » véritable code de la profession. Dès 1848, la profession s’était engagée pour obtenir ce tarif analogue à celui  des typographes parisiens. Après d’âpres négociations entre ouvriers et maîtres imprimeurs, un accord intervint entre les deux parties. Son contenu permettait d’uniformiser les conditions d’exercice puisqu’il avait vocation à s’appliquer à l’ensemble des imprimeries lyonnaises. Il contenait des avancées notables : limitation du nombre d’apprentis, vainement réclamée depuis trois-cents ans ; fixation des salaires ouvriers selon les tâches ; instauration d’une commission mixte chargée du règlement des litiges  patrons / ouvriers. Le non-respect du tarif régulièrement accepté pouvait être sanctionné par mise à l’index des employeurs défaillants. Respecté durant quelques années, ce tarif  tomba en désuétude avant d’être remis en vigueur puis révisé de manière périodique.

La mutation de la 31e société de secours mutuels se traduisit surtout, en 1861, par la création d’une « caisse de secours extraordinaires » dite « caisse annexe » ou plus communément « Annexe » organisée sous couvert de la structure mutuelle. Cette institution facultative permettait, selon ses statuts, d’augmenter « les » bienfaits de la mutuelle. En réalité, elle donna à cette dernière les moyens matériels de tenir un rôle de véritable société de résistance. Elle fut chargée de s’occuper du placement des ouvriers sans travail et de distribuer des secours aux chômeurs et ouvriers de passage ce qui était rigoureusement interdit par la législation en vigueur et réprimé.

Financièrement indépendante de la 31e société de secours des typographes et facultative, l’Annexe fonctionnait sur un mode à la fois représentatif des différentes imprimeries adhérentes et participatives. Les réunions périodiques fréquentes permettaient de privilégier la consultation des adhérents et la collégialité des décisions. Concrètement l’aide aux personnes privées d’emploi relevait des instances de décision de l’institution. La condition de chômage involontaire était largement entendue : les secours de chômage étaient délivrés en cas de privation de travail pour des motifs économiques mais aussi dans les cas de grèves destinées au soutien des revendications des typographes au sein des ateliers. Par ce biais, la profession se dotait d’un moyen de pression contre les employeurs. Elle fournissait à ses membres un instrument de résistance fort audacieux et opérationnel, surtout si l’on considère qu’en 1864, une loi mit fin à la pénalisation de la grève18.

L’Annexe fut, bien sûr, partie prenante dans les phases de renégociation des tarifs, la formation des ouvriers19, la question du travail des femmes.

Elle décida en outre de créer « l’association typographique lyonnaise » pour asseoir une coopérative de production de la profession. Le projet devint une réalité, en 1866, grâce à une forte mobilisation financière des sociétaires et dès 1869 elle eut un siège différent de celui de l’Annexe. En 1897, l’imprimerie (« l’atelier social ») occupait sept associés et treize ouvriers issus des différents corps de la corporation.

En 1870, l’Annexe investit de manière formelle un autre champ en érigeant, en son sein, « le cercle typographique d’études syndicales »20 réunion d’adhérents qui, organisait diverses activités : bibliothèque, soirées, tombolas au profit des veuves, orphelins, malades.

Il y aurait beaucoup à dire sur le fonctionnement de cette caisse dont les membres furent présents dans l’organisation du second Congrès ouvrier qui se tint à  Lyon en 1878 et qui sut s’exprimer sur les grandes questions sociales d’alors (formation professionnelle, travail des femmes…).

L’Annexe illustre parfaitement l’ambiguïté de l’évolution du mouvement ouvrier et mutualiste au cours du XIXe siècle. Née à l’ombre de la 31e société de secours mutuels, elle développa, à côté – et sous couvert – de fonctions assurantielles, une action revendicative solide, difficile à identifier dans ses seuls statuts. La dimension syndicale s’imposa rapidement et en 1883 le nom de « chambre syndicale », souvent employé pour désigner la caisse, fut d’ailleurs définitivement adopté.
La loi Waldeck-Rousseau du 21 mars 1884 acheva cette évolution par la reconnaissance officielle des syndicats professionnels.

 

Par Claire BONICI

 



Citer ce billet
clairebonici (2023, 13 octobre). IMPRIMERIE/Le syndicat des typographes lyonnais face à l’industrialisation de la production du livre au XIXe. Histoires lyonnaises. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44m

  1. Barthélémy Buyer (1439-1483) fut un des premiers libraires-imprimeurs et un promoteur du livre à Lyon et dans toute l’Europe,  à la fin du XVe siècle.  Avec Guillaume Le Roy, ancien compagnon de Gutenberg, il publia le  premier livre imprimé en français. []
  2. D’origine allemande, Sébastien Gryphe (1493-1556) ouvre en 1515 “L’atelier du Griffon”, rue Mercière. Cet imprimeur est réputé pour l’importance de sa production -cinq-cents éditions en dix ans-,et  la qualité de sa mise en page. Il innova en introduisant, pour la première fois en France, le format de poche. []
  3. Etienne Dolet (1509-1546) s’installe à Lyon comme homme de lettres. Erudit, il participe activement au débat sur la langue qui passionne l’époque. En tant qu’éditeur, il publie les plus grands auteurs de son temps (François Rabelais et Clément Marot). Enfin, il fait preuve d’un souci de vulgarisation et de pédagogie en diffusant des traductions d’œuvres classiques, médicales et religieuses. Plusieurs fois inquiété par la justice -du fait de la teneur de ses écrits, et d’un meurtre-, il est finalement condamné pour hérésie par le Parlement de Paris  puis brûlé avec ses écrits []
  4. Pour les  illustrations, les imprimeurs utilisent la xylographie ou le métal gravé facilement utilisables dans une forme typographique contenant du texte. []
  5. La supériorité parisienne se traduit notamment en termes d’effectifs : un recensement effectué au milieu du siècle dénombre plus de 4200  travailleurs du livre à Paris alors que Lyon n’en compte que 199. Voir P. Chauvet, Les ouvriers du livre en France, Paris, Librairies Rivière et Cie, 1956. []
  6. Le décret présidentiel réunit à la ville de Lyon les communes de La Guillotière, de la Croix-Rousse et de Vaise. Cette annexion dictée par des raisons politiques et policières permit d’unir, dans un cadre institutionnel identique, le centre de Lyon, plus calme et la périphérie, plus dynamique et contestataire. Elle offrit à la ville de nouveaux territoires pour assurer son expansion. []
  7. Voir D. Varry, « L’imprimerie et la librairie à Lyon au 19e siècle », le commerce de la librairie en en France au 19e siècle 1789-1914, sous la direction de J-Y. Mollier, Paris, IMEC Editions et Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, p.61-69. []
  8. Ce terme « tric » qui proviendrait de l’allemand « Streik » désigne la grève des compagnons imprimeurs déclenchée en 1539, qui eut des prolongements pendant plus de trois décennies. Déclenchée notamment par la confrérie des Griffarins, le mouvement éclata à Lyon et se propagea jusqu’à Paris. Les compagnons protestent contre la mauvaise qualité de la nourriture fournie par les maîtres et l’embauche abusive d’apprentis au lieu de compagnons. L’autorité judiciaire locale, puis le pouvoir royal, saisis de l’affaire par les maîtres imprimeurs et les marchands libraires, tranchent en faveur de ces derniers mais les compagnons, bravant les édits royaux, poursuivent leur mouvement jusqu’en 1542, puis, de manière sporadique, jusqu’en 1572. []
  9. L’existence de cette société est en 1813 dans les archives de la société typographique strasbourgeoise qui se réfère à un livret typographique en règle remis par un ouvrier lyonnais. []
  10. Rappelons que tout groupement se trouvait alors soumis, depuis 1810, date de promulgation du code pénal, au droit commun (articles 291 et 292 du code pénal) qui prévoyait un agrément gouvernemental pour la création et le fonctionnement de toute association de plus de vingt personnes En outre, l’autorité publique restait libre des conditions qu’elle entendait imposer aux structures. Appliqués rigoureusement, les textes étaient punis de peines sévères. []
  11. En outre, chacune de ces sociétés avait la qualité de membre de la 31e société de secours mutuels. []
  12. Statuts de la 31esociété de secours mutuels des ouvriers typographes de Lyon adoptés le 6 avril 1879, imp. Gallet, Lyon, 1879, Arch. Mun. Lyon. []
  13. Le bénéficiaire devait compter 30 ans de présence dans la société. []
  14. Parmi ces membres élus pour 5 ans, étaient également désignés un président, un vice-président, un trésorier, un secrétaire, un agent et un substitut de l’agent. []
  15. La « loi de justice et d’amour » ultra-royaliste est destinée à intensifier la répression contre les journaux d’opposition. Elle dispose que chaque parution devra être déposée au ministère de l’Intérieur pour obtenir l’autorisation de paraître, augmente  les impôts sur les publications et permet  de poursuivre, pour délit de presse, l’auteur de l’article, le propriétaire du journal, l’éditeur et l’imprimeur. Elle dut finalement être retirée par le gouvernement afin de faire taire la contestation. []
  16. Créé en 1891, l’Office du travail peut apparaître comme l’ancêtre du Ministère, sans pour autant se confondre avec lui qui fut créé en 1906. Il s’agissait d’un observatoire du monde du travail et des conditions de travail qui menait enquêtes et recherches, publiait des statistiques destinées à la classe politique, aux syndicalistes et  à l’opinion. []
  17. Des peines d’internement administratif et de surveillance furent prononcées. []
  18. Encore faut il nuancer le propos : au terme de cette loi du 25 mai 1864, en effet,  la grève demeurait toujours une cause de rupture du contrat de travail. Elle pouvait justifier un licenciement du salarié gréviste ou une intervention de la force armée. []
  19. Voir sur ce point les travaux de L. Gonon, maître imprimeur, chercheur et notamment le texte de sa conférence, « Cinq siècles de formation des ouvriers du Livre à Lyon », 14 février 2011, Musée de l’imprimerie. []
  20. Cette association réunissait une quarantaine de membres qui s’astreignaient au versement d’une cotisation de 1 F. []

clairebonici

Docteure en droit. Recherches sur l'indemnisation des chômeurs aux XIXe siècle à Lyon, sur les ouvriers lyonnais (notamment dans la typographie), la chambre de commerce de Lyon, le mouvement coopératif, les femmes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search