DECOUVERTE/La chambre de commerce de Lyon au 19e siècle, une institution mobilisée en faveur de l’enseignement

Un contexte local favorable…

Au 19e siècle, la France dans son ensemble, connaît un développement économique et une modernisation de ses processus de production jusqu’alors inédits. Ce nouveau contexte met rapidement en évidence un besoin de qualifier une partie de la main d’œuvre afin qu’elle puisse répondre aux exigences d’adaptabilité et de performances d’une  économie en  plein développement.

Palais de la Bourse de Lyon – Chabe01 – Wikicommons

Lyon, un des principaux centres ouvriers du pays n’échappe pas à la tendance générale, bien au contraire.  Dans cette métropole au complexe industriel diversifié, les classes dirigeantes perçoivent très tôt la nécessité de développer une offre de formation négligée par un Etat libéral qui encourage alors les entreprises à réguler elles-mêmes leurs besoins et qui n’interviendra guère en la matière avant la promulgation de la loi Astier en 1919. Ces élites  vont largement contribuer à construire, dès le 19e siècle, un appareil de formations techniques et professionnelles qui réponde aux besoins d’un pôle industriel  lyonnais en considérable  évolution.

A côté de la Fabrique1 et de ses métiers connexes, vont  alors s’ajouter d’autres activités, comme la métallurgie, la fabrication des métiers à vapeur et chaudières, les transports, le bâtiment ainsi que les services tertiaires nécessaires à la gestion d’une industrie en pleine croissance. En 1886, ces multiples secteurs occupent, dans le Rhône, quelque 329 724 personnes. Il découle de cette diversification de tâches des impératifs de formation de la population, afin de permettre à l’économie locale de se développer, de rester innovante et suffisamment compétitive pour enrayer les crises trop récurrentes. L’idée est d’autant plus forte à Lyon, qu’elle suscite l’adhésion de nombreux notables qu’ils soient élus  républicains,  élites saint simoniennes ou catholiques sociaux.

Un corps consulaire promoteur de l’élévation des classes populaires2

La chambre de commerce, en particulier, se trouve au cœur de cet élan : ses membres, hommes d’affaires, sont soucieux de déployer certains enseignements qu’ils jugent utiles à la prospérité de la cité. Un d’entre eux, François Barthélémy Arlès-Dufour, a, durant trente-six années, une influence déterminante sur ses homologues auprès desquels il contribue largement à la diffusion de la doctrine saint-simonienne. Cet autodidacte qui, dès 1848, appelle les ouvriers de la Croix-Rousse à « demander énergiquement au gouvernement l’éducation et l’instruction pour leurs enfants »3, parvient à convertir la Chambre de commerce la nécessité d’élever le niveau de la population ouvrière.

Progressivement, la Chambre se dote de moyens suffisants pour mener une politique cohérente et ordonnée inscrite dans un « vaste courant réformiste à fondement technique »4 inspiré en partie par la doctrine saint-simonienne. Dépassant très vite un soutien «platoniquement sympathique »5, elle devient un acteur de la formation qu’on sollicite pour avis et qui engage des sommes conséquentes : ainsi, entre 1869 et 1896, le montant total des dépenses effectuées atteint 1 132 934 francs6.

Les comptes-rendus de l’institution consulaire sont révélateurs de motivations à la fois humanistes, économiques et politiques.

  • Des mobiles humanistes d’abord, qui la poussent à « relever la dignité de l’ouvrier »7  et à se donner les moyens d’instaurer une certaine paix sociale en formant des éléments issus de la classe ouvrière et en leur rappelant, le cas échéant « leur devoir de reconnaissance »8.
  • Des ambitions économiques ensuite, dictées par une volonté de relever des défis, d’affronter la concurrence étrangère et de progresser sur les marchés étrangers et coloniaux en s’assurant un personnel compétent, notamment en matière commerciale.
  • Une affirmation politique enfin, critique formulée par une bourgeoisie industrielle locale qui fustige un appareil d’enseignement étatique jugé trop théorique  et inadapté aux besoins concrets de l’économie en raison de sa répugnance à former producteurs et commerciaux9.

Une action protéiforme  au cœur du dispositif de formation lyonnais

Durant le 19e siècle, la chambre de commerce promeut l’enseignement local par son soutien financier, son patronage à des écoles répondant aux attentes de l’industrie régionale ou ayant une finalité sociale  jugée méritoire. En 1902, lors des festivités du bicentenaire de la chambre, Auguste Isaac alors président évoque les ambitions du corps consulaire et sa « passion » pour la formation10. Une passion bien perceptible dans sa traduction financière et sa décision de patronner certaines institutions. Concrètement, il n’y a alors guère de conseils d’administration des établissements d’enseignement professionnel ? où la chambre de commerce n’ait pas de représentant. Comme le montrent les comptes-rendus annuels sur la période 1878-1900, les dépenses de la chambre dans le domaine ne cessent d’augmenter.

Si la chambre privilégie la formation technique des élites, elle n’est toutefois pas moins attentive au développement d’autres institutions qui répondent aux besoins de l’industrie régionale mais aussi, plus amplement, qui correspondent  à des besoins sociaux. Il faut dire qu’Arlès-Dufour incite la Chambre à développer tous établissements propres à promouvoir la connaissance, l’échange et de manière plus ambitieuse, à participer à l’épanouissement  de l’individu.

La formation nécessaire pour la constitution d’élites lyonnaises

Lycée la Martinière Terreaux – Didier Nicole – Bibliothèque municipale de Lyon

  • Une priorité : l’enseignement commercial et l’école supérieure de commerce de Lyon

La chambre ne fonde véritablement qu’une seule école, l’École supérieure de commerce en 1872 qu’elle patronne et finance largement11. Il s’agit alors d’assurer un développement sérieux et complet de l’enseignement commercial et industriel pour fournir une  main-d’œuvre formée et compétente aux florissantes maisons de commerce lyonnais.  La chambre entend en outre, combler un retard lyonnais dans l’enseignement commercial et lutter contre les préjugés du système éducatif existant. Les jeunes étudiants recrutés après sélection reçoivent ainsi, durant trois années, un enseignement technique supérieur pratique et théorique leur permettant d’acquérir « l’habitude de la parole, le goût des idées générales et l’esprit d’initiative ».

Abordée en 187012, l’idée de créer une école de commerce lyonnaise

est d’abord ajournée à cause de la guerre pour être finalement reprise en octobre 1871. Le projet adopté aborde la question du local et des fonds nécessaires à l’école. D’emblée, l’institution étatique est refusée car les fondateurs considèrent que  l’œuvre ne peut être féconde qu’en restant d’initiative privée13. La somme nécessaire à la constitution de l’école est  aisément réunie grâce à la création d’une société anonyme dans laquelle la chambre de commerce s’est inscrite dans des proportions suffisamment importantes pour conserver une part essentielle dans la direction de l’école. Conçue sur le modèle de l’externat, l’École de commerce comprend d’abord trois sections (commerce général et banque, enseignement colonial et soierie) avant que ne soit annexée, en 1876, une section tissage répondant aux spécificités locales.

Parallèlement à cet enseignement privilégié des matières commerciales, la chambre de commerce encourage d’autres écoles à vocation technique correspondant aux nouvelles réalités de complexification des productions industrielles lyonnaises.

  • Un encouragement soutenu au développement de l’enseignement industriel

Deux institutions symbolisent particulièrement cette action.

  • L’École centrale lyonnaise

Fondée en 1857 à l’initiative de trente notables lyonnais dont Arlès-Dufour, l’École centrale lyonnaise permet alors de combler une lacune importante dans l’appareil de formation lyonnais puisque les enseignements destinés aux ingénieurs n’étaient alors dispensés qu’à Paris ou Cluny. Considérant qu’elle apporte une réponse nécessaire aux nouveaux besoins de l’industrie régionale, la chambre de commerce décide, dès 1860, de lui apporter son concours financier par subventions annuelles, octroi de bourses d’études et prêts d’honneur14. En contrepartie, elle obtient une place au conseil d’administration de l’école où elle joue pleinement son rôle.

  • L’École de chimie industrielle

Œuvre privée située dans les locaux de la faculté de sciences, l’École de chimie industrielle est jugée digne d’intérêt par le corps consulaire. En 1899, seize ans après sa fondation, la chambre de commerce devient, avec l’accord du ministre du Commerce, très influente au sein de l’école. Par l’octroi de subventions, bourses et prêts d’honneur15, elle assied son influence dans le  fonctionnement de l’établissement. Elle participe ainsi à sa  direction et est présente au sein de toutes ses instances dirigeantes (conseil d’administration et conseil de perfectionnement)16.

La formation, voie d’épanouissement des classes populaires.

Sur l’impulsion d’Arlès-Dufour, la Chambre consacre également des sommes conséquentes pour pallier les carences d’instruction de la classe ouvrière. Une rubrique entière des comptes-rendus de la chambre de commerce intitulée «Encouragements de la chambre » est consacrée aux sommes allouées à différents cours et institutions lyonnaises, que ceux-ci soient périodiques ou ponctuels.

En outre, la Chambre intervient  fréquemment en donnant conseils et avis aux autorités locales ou nationales : c’est le cas en 1879 lors de la création d’une école normale d’institutrices,  de la préparation d’une loi sur l‘enseignement technique en 1868, ou encore de la création, en 1880, d’écoles publiques complémentaires. La vision de la formation développée dans ces rapports annuels est fort vaste : elle englobe l’instruction comme la culture, la formation initiale des enfants comme celle des adultes. De cette foisonnante activité, seront retenues ici les plus emblématiques réalisations.

  • La formation des enfants

Contribuer à l’avènement à Lyon d’une « jeunesse agissante,  instruite, polyglotte, curieuse, ambitieuse, à la fois pratique et laborieuse… »17, telle est l’ambition de l’équipe consulaire. Une détermination directement inspirée par la pensée de Saint-Simon dont Arlès-Dufour se fait l’efficace porte-parole … Pour ce dernier en effet, l’appareil éducatif est essentiel pour le bien collectif  notamment lorsque l’économie se trouve en plein développement. Son rôle est d’éveiller des vocations chez les plus jeunes de manière à ce que chacun s’épanouisse dans sa vie active et améliore sans cesse ses performances.  Dans cet objectif, la Chambre ne peut manquer de s’intéresser à une des plus belles réussites lyonnaises du 19e siècle, la Martinière destinée aux enfants du peuple pour qu’ils apprennent un métier, deviennent productifs pour l’économie et améliorent leur niveau de vie. Arlès-Dufour s’intéresse à cet établissement, dès 1832, date à laquelle il intervient en sa faveur dans l’Echo de la Fabrique18. Bienfaiteur et administrateur de l’école, il sera ensuite son plus fervent défenseur auprès de ses confrères. En  1882, un crédit est voté pour subvenir au paiement de bourses au profit des deux meilleurs diplômes de La Martinière. Le but est de favoriser «  l’élite des contremaîtres ».  Mais, au-delà de cette intervention pécuniaire qui reste modeste19, ce sont surtout les excellentes relations que les deux institutions vont entretenir qui sont notables : ainsi, tous les ans, les membres sont conviés à rendre visite aux étudiants et les procès-verbaux de l’école sont systématiquement adressés à la chambre.

  • La promotion sociale des adultes

Sous l’impulsion de ses membres saint-simoniens, la Chambre favorise l’éducation des classes populaires, rempart contre la misère et facteur d’amélioration des conditions de la production économique. Elle n’hésite pas à aider toute initiative cohérente avec cet objectif : cours organisés par des sociétés savantes et des clubs, conférences ou  congrès20.

Les principaux destinataires de sa générosité sont la Société d’enseignement professionnelle du Rhône (SEPR) ainsi que les cours de comptabilité pour femmes et demoiselles.

La SEPR est une institution très appréciée pour les services rendus « à la cause de l’enseignement populaire ». Fondée en 1864 par Arlès-Dufour, elle vise à permettre à des adultes ouvriers, employés et apprentis des deux sexes, d’acquérir, par la formation, une certaine promotion sociale. Les subventions non négligeables21 qu’elle reçoit de la Chambre, lui confère les moyens de dispenser des enseignements variés (littérature, mathématiques, sciences, langues ou économie ménagère et broderie…) et de qualité. Très appréciée par les lyonnais, la SEPR  acquiert rapidement une notoriété durable et pérenne.

La chambre de commerce enfin se préoccupe de la gent féminine, une population particulièrement défavorisée puisqu’en 1866, 39% des femmes ne savent ni lire, ni écrire22. Là encore, l’influence saint-simonienne est incontestable. Elle inspire à la chambre une position qui contraste avec la société d’alors fortement inégalitaire, la femme étant soumise à l’autorité de son père, puis de son mari et regardée, en toutes circonstances comme inférieure.  Considérant que les femmes peuvent contribuer au développement de l’économie et qu’à ce titre, elles doivent recevoir une éducation similaire à celle des hommes, le corps consulaire notamment soutient un cours de comptabilité pour dames et demoiselles créé par la Société d’instruction primaire. La participation est morale et financière23 et  les sommes allouées sont respectables.

La refondation de l’école et la réforme de la formation professionnelle sont aujourd’hui objets de larges débats. Des débats dans lesquels l’ouverture de l’enseignement au monde économique, l’urgence  à prendre en compte les plus démunis mais aussi la  notion de promotion sociale et la nécessité de repenser la réactualisation des connaissances des adultes et leurs parcours sont constamment présentes. On ne peut s’empêcher, dans ce contexte, de souligner le modernisme des idées promues dès le 19e siècle, par une chambre de commerce porteuse d’idées nouvelles et soucieuse du rayonnement de sa ville.

Par Claire BONICI



Citer ce billet
clairebonici (2023, 29 septembre). DECOUVERTE/La chambre de commerce de Lyon au 19e siècle, une institution mobilisée en faveur de l’enseignement. Histoires lyonnaises. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44l

  1. Terme qualifiant l’industrie de la soie à Lyon. []
  2. Discours prononcé par A. Isaac à l’occasion du bicentenaire de la chambre de commerce de Lyon, Imprimerie du salut public, Lyon, 1902, p. 29 []
  3. Arlès-Dufour, Aux ouvriers de la Croix-Rouse, –Lyon, Vendredi 7 avril 184 (ARS 7688/19). []
  4. F. Ponteil, Histoire de l’enseignement, éditions Sirey, Paris, 1965, p.38. []
  5. E. Pariset, La chambre de commerce de Lyon, 2e partie, Association typographique lyonnaise, Lyon, 1886-1889, p.38 []
  6. CCIL, série enseignement, SEPR. []
  7. Compte- rendu de la chambre de commerce, 1868, p.197. []
  8. Déclaration du Conseil d’administration de l’école de la Martinière en 1838. P. Cayez, Métiers jacquards et hauts fourneaux, aux origines de l’industrialisation lyonnaise, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 1878. []
  9. A. Prost,  L’enseignement en France 1800-1967, éditions A. Colin, Paris, 1968, p.304 []
  10. Discours prononcé par A. Isaac à l’occasion du bicentenaire de la chambre de commerce de Lyon, 1802-1902, Imprimerie du salut public, Lyon, 1902, p. 28. []
  11. Entre 1869 et 1896, elle recueille 21% des sommes consacrées aux dépenses d’enseignement. []
  12. En réalité, c’est dès 1868 que la chambre de commerce nomme une commission pour étudier l’organisation de l’école. Un rapport est présenté le 21 juin 1870. Compte-rendu de la chambre de commerce année 1870, pp. 217-228. []
  13. O. Galline et L. Guérin Projet d’une école supérieure de commerce à Lyon, Imprimerie du salut public, Lyon, 1871, p.7. []
  14. Entre 1869 et 1896, elle recueille 15 % des sommes consacrées aux dépenses d’enseignement. []
  15. Entre 1869 et 1896, elle recueille 11% des sommes consacrées aux dépenses d’enseignement. []
  16. Le conseil de perfectionnement comprend quatre membres de la chambre de commerce et quatre industriels chargés d’arrêter les programmes, de contrôler les matières enseignées, l’emploi des subventions et donations et de diriger l’orientation générale de l’enseignement. []
  17. Discours prononcé par A. Isaac à l’occasion du bicentenaire de la chambre de commerce de Lyon, 1802-1902, op.cit., p. 28. []
  18. L’ Écho de la Fabrique n° 38 du 15 juillet 1832,  echo-fabrique.ens-lyon.fr. []
  19. La Martinière créée en 1826 est très rapidement prospère. Bien installée, elle ne désemplit pas et n’a guère besoin de subvention. []
  20. Sociétés de géographie, des amis de l’université, d’économie politique,  club des sténographes du Rhône, conférence d’histoire du commerce ou de langues étrangères. []
  21. Entre 1869 et 1896, la SEPR recueille 13 % des sommes consacrées aux dépenses d’enseignement. []
  22. C. Charle, Histoire sociale de la France au dix-neuvième siècle, Paris, Seuil, 1991, p.127. []
  23. Entre 1869 et 1896, le cours recueille 17% des sommes consacrées aux dépenses d’enseignement. []

clairebonici

Docteure en droit. Recherches sur l'indemnisation des chômeurs aux XIXe siècle à Lyon, sur les ouvriers lyonnais (notamment dans la typographie), la chambre de commerce de Lyon, le mouvement coopératif, les femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search