MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (3/5)

bmo1

Permanence du thème de Médée et Jason. Affiche – Conservatoire de Lyon, spectacle, 2010, [BML RAF008798].


Un opéra est un ouvrage dramatique mis en musique, dépourvu de dialogue parlé, composé de récitatifs, d’airs, de chœurs et souvent de danses, avec accompagnement d’orchestre.

On distingue le «Grand opéra» ou «opéra sérieux» (opera seria) dont le sujet est tragique, de «l’opéra bouffe» (opera buffa) dont personnages et sujets sont empruntés à la comédie (1).
Si l ’on ajoute la mise en scène, la création des costumes… etc, le concours d’artistes aux talents pluridisciplinaires est requis (2).

A la scène, un échantillonnage d’artistes exalte l’amour

Les artistes exerçant à Lyon composent un abrégé révélateur. Les plus nombreux: Bourgeois, Grenet, Hardouin, Salomon (3), Toutain ont reçu l’éducation musicale que dispensaient les manécanteries.
Ils commencent enfant de chœur puis, par le biais de la prêtrise — la carrière de Hardouin est significative – ils finissent maître de chapelle ou deviennent artistes laïcs.
Gens d’un métier solide que leur formation et leur fonction portent vers la musique religieuse, les compositeurs constituent une catégorie distincte avec ses sous- catégories.
Rébel et Francœur, musiciens officiels, détiennent une charge qu’ils transmettent.
Dans le monde du spectacle ils occupent une position plus relevée, à l’Opéra de Paris, dans la Maison du roi ou des Grands, et composent des musiques profanes. Mais, dans la pratique, la plupart touche à tous les genres (4). Les uns viennent à la composition par le biais du chant (Bourgeois, Hardouin), d’autres par celui d’un instrument : clavecin (Dubreuil); violon (Rébel, Francœur).
Parmi ces compositeurs d’opéras, on distingue ceux dont c’est le métier unique, comme Rébel et Francœur, et ceux qui tentent leur chance à la scène et n’inscrivent guère qu’un minimum d’œuvres à leur palmarès, comme Grenet et Salomon.
Tous constituent une classe de gens assez conservateurs, sans grande conscience politique, sauf peut-être Grenet, féru d’idées maçoniques. Venant de Paris à Lyon, il inverse le sens de sa carrière.

A côté de ces professionnels, il y a les amateurs, les “connoisseurs”(5) qui se piquent de composer, comme l’archevêque de Lyon.
Les librettistes sont de nature plus ouverte. Fuzelier et Pellegrin (6), sont des littérateurs aux personnalités hautes en couleur. Lefranc de Pompignan (7), amateur, érudit, poète, est un magistrat dont le talent est récompensé par un hasard souriant. Moncrif (8) est courtisan et viveur. Fuzelier et Pellegrin sont des professionnels capables d’une prolixité qui laisse rêveur !
Chacun dans son genre a du métier et se montre «capable de servir à point un dénouement bien cuit… après une intrigue enlacée et roulée en feston [qui] tourne comme un rébus autour d’un mirliton.»(9)

 

bmo3

«Habit d’Erosine dans le Barbier de Séville; Costume inventé pour le théâtre de la Ville de Lyon en 1775 par P. N. Sarrazin, Costumier de L. Ale. R. Nosseigneurs les Princes frères du Roi.» Dessiné par Desrais ; gravé par J. Aveline

La poésie, dont on dit que ce siècle est dépourvu, s’est-elle réfugiée à la scène ?
Les textes usent de procédés de rhétorique appartenant à une esthétique baroque : désir d’être spirituel (concetto), emploi de métaphores filées et d’oppositions de termes qui vont jusqu’à l’alliance.
Particulièrement significative, l’utilisation des ruines en guise d’«anti-monument» introduit à la poétique du pittoresque et plus généralement à une méditation sur la mort et le temps, comme dans les vanités….
La versification utilise le vers libre qui implique le mélange des mesures. Les ruptures de toute nature sont permanentes, à commencer par les césures de l’alexandrin qui résiste cependant avec vaillance !
Une syntaxe affective accumule tournures interrogatives, exclamatives et négatives. Exaltant le sentiment amoureux, elle engendre un mouvement ininterrompu de l’âme. Fictif, il fait naître une tension qui ne laisse jamais le spectateur en repos et lui donne en rêve l’illusion de l’amour.

 

 

par Hyeja GARDES-SONG

Notes :
1. Analyse du dictionnaire Le Robert.
2. Voir HISTOIRE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (1/3) et HISTOIRE/La vie musicale à Lyon au XVIIIe siècle (2/3)
3. Joseph François SALOMON (1649-1732), compositeur de Médée et Jason (1713), tragédie lyrique en 5 actes, et de Théonoé (1715).
4. Des ouvrages de l’esprit…, P. 47; SNYDERS, 1968, P. 62.
5. Max J. Friedländer, De l’art et du connaisseur, 1969.
6. Simon Joseph PELLEGRIN (1661-1745), librettiste de Médée et Jason, dramaturge.
7. Jean-Jacques LEFRANC, marquis de Pompignan (1709-1784), poète, auteur dramatique, traducteur de Virgile et occasionnellement auteur lyrique et librettiste (Triomphe de l’Harmonie).
8. François Augustin Paradis de MONCRIF (1687-1770), librettiste d’Ismène.
9. Comme dit élégamment Alfred de Musset, dans le poème Une soirée perdue.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 17/05/2016

    […] vie musicale à Lyon au 18e siècle (1/4), MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (2/4), MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (3/4) 2 Gilbert Gardes, Soufflot, le jeu de l’espace et du hasard, essai, in L’œuvre de Soufflot à […]

  2. 17/05/2016

    […] vie musicale à Lyon au 18e siècle (1/4), MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18e siècle (2/4), MUSIQUE/La vie musicale à Lyon au 18ème siècle (3/4) 2 Gilbert Gardes, Soufflot, le jeu de l’espace et du hasard, essai, in L’œuvre de Soufflot à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.