PERSONNAGE/Jean Dulac (1902-1968), peintre et sculpteur lyonnais

« Ce dont tu as hérité, acquiers-le pour le posséder », Goëthe

Jean Dulac

Jean Dulac, le peintre dont l’année 2002 a vu le centenaire de la naissance, comme Marcel Péhu, l’organiste, ont en commun d’être deux artistes lyonnais de renom, d’avoir vécu à la même époque, de rester dans la mémoire collective des personnalités d’exception, dotées d’une grand modestie et qui ont souvent « négligé leur gloire alors que la gloire ne cesse de les poursuivre… ». Pour Jean Dulac, l’heure de la reconnaissance a sonné : Lyon doit s’enorgueillir de compter, parmi ses enfants, un artiste de haute stature, qui fut aussi discret que son art fut brillant.

Enfance et adolescence

Bourgoin l’a vu naître le 12 février 1902. Très vite, ses dons pour le dessin attirèrent l’attention de ses parents qui vont l’envoyer à l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon où il entre en octobre 1916, « admis à la bosse », puis, au modèle vivant et à la sculpture en 1917.

Il travaille avec Lamotte, Prost et Vermare, à Lyon, puis plus tard, à Paris, avec Coutan et Landowski pour la sculpture.

A l’Ecole, les premières récompenses ne se font pas attendre : chaque année est couronnée par des distinctions :

  • 1917 : deuxième mention en anatomie,
  • 1918 : médaille d’argent sculpture,
  • 1919 : premier prix et médaille vermeille en sculpture,
  • 1920 : plusieurs mentions,
  • 1921 : prix Cécile Prost (cent francs),
  • 1923 : c’est le couronnement de ses efforts : obtention d’une médaille d’or au prestigieux Prix de la ville de Paris1 qui lui ouvre le chemin de la capitale pour plusieurs années,
  • 1925 : bourse d’étude

Son cursus estudiantin s’achève en 1929 à Paris, où il vient de passer quatre ans, en exécutant, dans le cadre de la Fondation Chenavard, le buste de Thimmonier. Les registres nous apprennent, qu’en cette même année, Jean Dulac entre en loge pour préparer le prix de Rome2.

C’est à partir de 1923 que Jean Dulac apparaît sur les registres de la Société Lyonnaise des Beaux-Arts, à laquelle il sera fidèle pendant quarante-cinq ans. Il est sociétaire en 1924.

Dès 1944, l’organigramme montre Jean Dulac secrétaire général, puis président de cette même société de 1946 à 1968, soit un très long mandat de vingt-deux, jamais égalé depuis3.

Il faut dire, à ce sujet, l’implication du peintre dans la chose publique et le sérieux avec lequel il a aidé les autres artistes, en s’engageant dans de nombreuses tâches extra-professionnelles. La liste est édifiante :

  • Président de la Société de Secours des Artistes Lyonnais
  • Président honoraire de l’Assemblée des Anciens Elèves des Beaux-Arts de Lyon,
  • Vice-Président des Sociétés Artistiques de Lyon,
  • Vice-Président de la Section Régionale de la Confédération des Travailleurs Intellectuels,
  • Membre de la Commission Départementale des sites,
  • Expert auprès des tribunaux.

Jean Dulac est donc un personnage important de la vie artistique locale de ce XXe siècle, à Lyon et hors de Lyon, puisqu’il a aussi organisé l’exposition « Un siècle d’art lyonnais » à la Société Lyonnaise des Beaux-Arts (S.L.B.A.) en 1958 quai de Bondy, et « Artistes lyonnais » au musée d’Art Moderne, à Paris, en 1967, dans le but de rendre un hommage solennel et officiel à la production de notre cité.

L’homme

Je l’ai connu au milieu de sa vie, il avait été mon professeur de dessin à l’école en quatrième ou en troisième. Je fus subjugué, dès son entrée dans notre classe, par sa stature haute, majestueuse, dominée par un regard bienveillant et attentif, un regard scrutateur toujours en mouvement, celui-là même de l’artiste qui opère, analyse, trie images et sensations, mais, malgré tout, avec au fond de l’œil, un rien de tristesse latente. Ses sourires, ses manifestations de joie étaient rares ou retenues : ils signifiaient, à l’envi, l’homme blessé qu’il fut longtemps. La vie a été rude avec lui, elle ne lui a rien épargné de son douloureux apprentissage, il a lutté contre la faim, le froid, le mépris du monde artistique, avec acharnement et abnégation. Sa nature sensible, son penchant pour la générosité, l’indépendance de son caractère, la fidélité ont sculpté un homme hors norme, ont sculpté cette noblesse du port qui imposait le respect aux plus audacieux qui ne pouvaient imaginer, sous cette stature du commandeur, un être fragile parce qu’habitué par une profonde réserve, marque d’une politesse exquise dûe à une réelle éducation. Aux côtés de la sensibilité et de la délicatesse de son esprit, il y a chez lui, le goût de l’indépendance, qui fait de Jean Dulac, un être à part, « un solitaire lyonnais ». Quand on l’étudie de près, on s’aperçoit qu’il n’a jamais appartenu à aucun mouvement local ou national. Il n’est ni cubiste, ni nabiste, ni totalement impressionniste. Il a réussi, néanmoins, une synthèse de tous ces mouvements qu’il peut revendiquer au gré de son œuvre.

Son indépendance se marque en face des « Nouveaux »4, qui travaillèrent de 1931 à 1935, et où son nom ne figure pas, alors que l’on retrouve certains de ses condisciples : Chartes, Chancrin, Pellous, Vielly, etc…  qui s’étaient groupés autour du peintre Marc Aymard, pour essayer de se faire connaître, et contrer les oppositions officielles qui leur étaient faites. Jean Dulac n’appartient pas plus au groupe des « Ziniars » qu’à celui de « Témoignages5».

A l’Indépendance, à la sensibilité, deux vertus cardinales s’il en est, il faut ajouter la générosité que l’on a déjà rencontrée dans cette déclinaison de responsabilités officielles, mais qui va de pair avec cette générosité au quotidien, ce don de soi à ses élèves, à ses amis, cet oubli du temps qu’il leur prodiguait sans compter, en ouvrant son immense savoir artistique et littéraire. Combien de fois –je me souviens- lors des cours de groupe dans son atelier, il tournait autour de nos chevalets, faisant pour chacun de nous et longuement, une critique affectueuse suivie d’un commentaire d’histoire de l’art. Il savait encourager, en rectifiant d’un coup de fusain, le dessin modeste et, de ce fait, on repartait d’un bon pas…

L’artiste ou la paradoxale dualité de l’œuvre

« La couleur est une nécessité. C’est une matière première indispensable à la vie, comme l’eau et le feu »
Fernand Léger, 1946

Jean Dulac fait partie de cette pléiade d’artistes qui a jalonné la vie lyonnaise de part en part de ce siècle. Ses condisciples se nomment : Chancrin, Charrat, Vieilly, Couty, Combet-Descombes, …

Essentiellement connu pour ses nus, sanguines ou peintres, pour ses portraits, ses paysages, et ses fleurs, Jean Dulac a su donner à ses œuvres, une solidité due à sa formation de sculpteur, ce modelé géométrique qui le rapproche d’une certaine tendance cubiste. Le maniement de la glaise. Jean Dulac s’exprime en relief et peint au-delà du plan. Ajoutons à cela, la jubilation si marquée de la couleur : explosion intense d’une luminosité festive, richesse exquise d’une palette pétulante et aguichante qu’on a pu rapprocher du fauvisme.

Les dessous du demi-siècle. Illustrations de Jean Dulac. (Lyon) 1956

Le sculpteur transparaît avec force dans ses sanguines ou dans ses nus. L’artiste sait exprimer les chairs féminines, fermes et vigoureuses, et l’on sent palpiter et vivre ses dernières à fleur de craie ou de pinceaux, devinant toute la chaleur du sang et l’ardeur des nerfs dans un érotisme d’une immense pureté, « cette obscure frénésie du sang » dont parle Mauriac est bien là :

« Chair de la femme !
Argile idéale ! O merveille
O éloquence de la chair ”
E. Locard

Artiste complet, Jean Dulac a su traverser son siècle en l’éclairant – même aux heures les plus sombres de l’histoire – des mille feux de la gaieté, de la vivacité impressionniste d’une œuvre aux claires nuances optimistes.

Il nous a offert, dans la vision du corps de la femme, un érotisme chatoyant pour la plus grande émotion esthétique du public, et a contribué, ainsi, à le guinder vers une ascèse d’une beauté qu’on ne peut que se figurer absolue par le truchement de ces corps aux célestes courbures ; Toute cette œuvre, consacrée au nu féminin, traitée dans une technique en finesse, semble, la métamorphose d’un XVIIIe siècle éternel où Watteau, Lancret, Boucher sont revisités, ressuscités.

Pour Bernard Deloche, l’œuvre Jean Dulac est riche d’une diversité d’inspiration, et de technique qui la rendent originale et remarquable. Il écrit, sur le peintre, des mots forts et bien sentis qui formeront une conclusion appropriée :

« Au premier regard, cette production artistique semble soumise à une facture étonnante marquée par une dualité des techniques et des effets. D’un côté, la peinture, à la touche épaisse et généreuse, manie avec audace les larges aplats de couleurs, les contrastes de tons les plus étonnants, parfait au prix d’une violente dissonance au point qu’on a pu le rapprocher des fauves. De l’autre, tout un pan de cette œuvre est consacré au nu féminin traité, dans une technique tout en finesse reprise au XVIIIe siècle (Watteau et Lancret) : la sanguine. Là, au contraire, priment la continuité, les transitions insensibles, le modelé et le délié, qui confèrent à l’image une sorte d’hyperréalisme fascinant. Plus rouge dans les débuts avec des rehauts de craie, puis tirant davantage sur la terre d’argile et parfois relevé de fusain dans la dernière période, le ton chaud de la sanguine convient à la subtilité délicate des chairs comme à la lascivité des poses. On retrouve des effets comparables dans les gravures érotiques publiées par Jean Dulac sous le pseudonyme de Jean de l’Etang.

Contradiction de l’artiste, dira-t-on ? Non, car l’unité de la production reste puissante, elle est conférée par la formation de sculpteur, par ce maniement de la pierre de et la glaise, qui apprend à voir en trois dimensions  et communique à l’œuvre une charpente et une solidité déterminantes. Il en va des peintures et des sanguines de Dulac comme des dessins de Rodin, toutes sont des œuvres de sculpteur. Simplement, en chaque circonstance, l’artiste exploite ses moyens – brosses et couleurs dans un cas, bâtons de sanguine et estompes dans l’autre –de la manière la plus propre à rendre cette force sculpturale : dans la peinture, le dessin est simplifié à l’extrême pour faire sonner les contrastes de tons générateurs du relief et de la profondeur. En revanche, la sanguine qui s’étale  à l’estompe et se trouve pratiquement privée de polychromie, se prête moins à cette violence des éléments. Le volume et le relief sont alors indiqués par les zones éclaircis, par l’absence de matière qui suggère et renforce les effets de lumière. Jean Dulac a su faire de la sanguine, un art de jeu de la lumière sur le corps de la femme. Seules les dernières sanguines, dans une sorte de simplification dramatique comparables aux eaux-fortes de Rembrandt ou aux ultimes Sainte-Victoire de Cézanne, rejoindront les effets de la peinture, comme si cette œuvre majeure n’avait cessé de chercher à dépasser son propre conflit intérieur ».

Par Michel LOUDE



Citer ce billet
michelloude (2023, 1 septembre). PERSONNAGE/Jean Dulac (1902-1968), peintre et sculpteur lyonnais. Histoires lyonnaises. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44i

  1. Le prix de Paris est l’un des plus prestigieux prix institués par le Ministère des Beaux-Arts. Il permet au lauréat de poursuivre ses études pendant plusieurs années à Paris. []
  2. Il fut deux fois logiste au concours du prix de Rome, en 1928 et 1929. Cf à ce sujet l’ouvrage de Sandrine Lespinasse : Le prix de Paris à l’école des Beaux-Arts de Lyon de 1876 à nos jours. Maîtrise d’histoire de l’art. Université Lyon II ; 1995. On peut le consulter à la Bibliothèque de l’Ecole des Beaux-Arts, et à la Bibliothèque Universitaire Lyon II – Lyon III Section Histoire de l’Art). []
  3. Les bulletins signalent les œuvres de Jean Dulac présentées à la S.I.B.A. pour y être exposées. []
  4. Cf Brigitte Meillard-Roussay, les Nouveaux, 1931-1935, un groupe d’artistes lyonnais entre les deux guerres – Mémoire Maîtrise Hist. De l’Art, Université Lyon II Lumière, Sept 1996. Egalement, on lira, avec profit, l’ouvrage capital de Sophie Couvra : Marius Mermillon et la vie d’artistes à Lyon dans l’entre deux-guerres 1919-1939, thèse Doctorat Université Lyon 1997 6 volumes (MT97 Couvra). []
  5. C’est le peintre Combet-Descombes qui fonde, avec quelques amis, dont le critique d’art Marius Mermillon, le groupe des « Ziniars », en 1924, ainsi que le Salon Sud-Est. Combet-Descombes en sera le président de 1938 à 1953. Les «Zinars » est une déformation d’un mot dépréciatif d’un maître envers ses élèves qu’il appelait « ignares ». Les « Ziniars » étaient des jeunes marginaux, rigolards et gueulards : ils avaient pour noms E. Morillon, A. Bas, P. Combet-Descombes, E. Didier, M. Gimond, J. Laplace, C. Dalbanne, G. Salendre, Ch. Senard, V. Curnier, V. Desmeurs, etc… Cf le livre d’A. Vollerin et de M. Nardonne sur ce sujet, Editions Mémoire des Arts. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search