PERSONNAGE/Philomène Rozan, ouvrière ovaliste

Philomène Rozan (ou Rosalie Rosan, d’après certains documents) est une ouvrière ovaliste de la seconde moitié du XIXe siècle.

Elle naît à Cognin, en Isère, le 10 juin 1842 de parents cultivateurs. On sait ensuite d’elle qu’elle se rend à Lyon et devient ovaliste. Son travail consiste à préparer les fils de soie avant leur tissage. Les ouvrières travaillent environ 12 heures par jour pour 1,4 franc alors que les mouliniers, des hommes dont le travail consiste aussi à préparer les fils de soie, gagnent en général 2 francs par jour. La discipline est très stricte dans les ateliers d’ovalistes et toute infraction entraîne une retenue sur les salaires. Leur situation est si précaire que l’expression “soupe d’ovaliste” est utilisée pour désigner un plat très pauvre en ingrédients. Certaines sont même contraintes de se prostituer pour survivre.
Les ovalistes sont souvent des jeunes femmes non-mariées et issues de la campagne, 10% d’entre elles viennent du Piémont en Italie. Elles viennent à Lyon dans l’idée que ce travail est temporaire et qu’il va leur permettre de se constituer une dot pour pouvoir se marier. Philomène Rozan se marie à Lyon le 9 octobre 1869 avec Henri Prosper Espic, un tulliste (ouvrier fabriquant le tulle et la dentelle). Certaines entrent en concubinage avec des ouvriers et habitent donc avec eux, mais la plupart logent dans des dortoirs mis à disposition par les patrons qui leur fournissent aussi les repas. Le dimanche, celles qui viennent des campagnes environnant Lyon prennent le train pour rentrer dans leurs familles.

Leurs conditions de vie et de travail sont difficiles. C’est pourquoi les ovalistes affirment leurs revendications à l’été 1869 : être augmentée et obtenir une baisse du temps de travail journalier. Leur pétition reste sans réponse, elles décident alors de cesser le travail. Elles reçoivent l’aide de la section lyonnaise de l’Association internationale des travailleurs (AIT) et constituent un comité de grève dont Philomène Rozan prend la tête pendant un peu plus d’un mois. On sait d’elle qu’elle est illettrée puisqu’elle signe les pétitions d’une croix. D’ailleurs, grâce à une de ces pétitions, celle du 21 juin 1869, on apprend qu’elle travaille et loge depuis un mois chez M. Bonnardel, un soyeux qui possède l’un des plus gros ateliers de Lyon.
Face au refus de leurs patrons de négocier, plus de 1800 ovalistes se mobilisent. Il s’agit du premier mouvement de grève ouvrière féminine en France. Cette grève est rapidement récupérée par les mouliniers qui voient leur salaire journalier augmenter d’un franc tandis que les ovalistes n’obtiennent aucune amélioration de leurs conditions de travail.

Affiche pour un rassemblement d’ovalistes dont la présidente est Philomène Rozan – Archives de Lyon 6FI/3876

La perte de revenus contraint les ouvrières à reprendre le travail. La commission des ovalistes adhère alors à la première Internationale (ce qui fait d’elle la première corporation féminine à le faire) et reçoit des aides des caisses de grève ce qui leur permet de continuer la lutte.
Avec le soutien de Karl Marx, elles poursuivent leur action en réorganisant la corporation des ouvriers ovalistes. Ce dernier souhaite même que Philomène Rozan participe au Congrès de Bâle en 1869, Bakounine se proclame cependant comme représentant des Ovalistes et assiste au congrès à sa place.

Par Nina Rondot et Prunelle Dauty (étudiantes en M1 au sein du master MATILDA – promotion 2022- 2023)

Le master MATILDA est un master de recherche en histoire européenne des femmes et du genre (18ème-21ème siècle). L’objectif de ce master est de mettre en avant les femmes dans l’histoire mais aussi les processus qui créent les inégalités entre les genres, c’est-à-dire entre les identités personnelles et sociales des individus. Au singulier, le genre se comprend comme le système qui construit et maintient ces inégalités.
Dans le but de contribuer au matrimoine lyonnais, les étudiant·es de M1 travaillent en coopération avec le Musée d’histoire de Lyon – Gadagne et les Archives municipales de Lyon.
Élèves en première année de ce master, membres de la promotion 2022-2023 et en stage à Gadagne, nous souhaitons mettre en valeur des profils de femmes lyonnaises bien trop souvent oubliées ou cachées par leurs homologues masculins.
Pour ce faire, nous créons des biographies détaillées et documentées que nous tentons ici de médiatiser.
Notre parti pris est de nous concentrer sur des biographies, individuelles et collectives, de femmes non répertoriées par Wikipédia.


Sources



Citer ce billet
ninarondot (2023, 23 juin). PERSONNAGE/Philomène Rozan, ouvrière ovaliste. Histoires lyonnaises. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44h

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search