PERSONNAGE/Jeanne Desparmet-Ruello, pionnière de l’éducation féminine

Jeanne Marie Joséphine Ruello naît le 25 octobre 1847 à Issoire, petite commune située dans le Puy de dôme.
Sa mère meurt peu de temps après la naissance de sa plus jeune sœur (elles sont 4 sœurs au total), et son père, professeur de mathématiques, les abandonne par la suite. Elles sont alors recueillies par leurs oncles et tantes maternelles et sont toutes envoyées en pension aux dames de Lorette, à Bordeaux, afin de continuer leur éducation.
Jeanne y développe un goût prononcé pour les mathématiques et les sciences, qu’elle continue d’étudier même après la fin de son séjour chez les dames de Lorette, afin de préparer son Baccalauréat.
Elle commence à travailler à 19 ans en tant qu’enseignante au cours Ruello, école privée réservée à la bourgeoisie bordelaise et ouverte par sa sœur aînée à partir de 1868.
Elle obtient de bons résultats avec ses élèves et commence à être renommée, c’est pourquoi elle est contactée par l’adjoint au Maire de Bordeaux en 1872 qui lui demande de diriger l’Ecole Supérieure de Jeunes Filles. Celle-ci ouvre en 1873, il s’agit du premier établissement français de ce genre. Avant l’arrivée au pouvoir des républicains, l’éducation secondaire est uniquement réservée aux jeunes garçons et l’établissement bordelais est le premier à l’échelle nationale à être à destination des filles. L’école est un succès et les effectifs augmentent grandement d’année en année. Elle dirige l’établissement et, en parallèle, prépare et obtient un premier baccalauréat en 1878 puis un second en 1879 ainsi qu’une licence de sciences en 1880. Elle est alors la seule femme à étudier dans le supérieur à Bordeaux.
En 1881 elle est nommée directrice du premier lycée de jeunes filles de France à Montpellier par Jules Ferry alors ministre de l’Instruction Publique et des Beaux Arts. Cet établissement laïc applique la toute nouvelle loi Camille Sée (du 21 décembre 1880) qui exclut l’enseignement religieux. Elle rencontre alors des difficultés avec les parents d’élèves qui souhaitent que leurs filles reçoivent des cours de religion. Elle reste pourtant ferme dans ses convictions et fait même des discours de remise de prix dans lesquels elle fait l’éloge de l’école sans dieu.
En 1882 Jules Ferry lui confie la direction du lycée de jeunes filles de Lyon et la même année lui accorde la palme académique pour un de ses ouvrages de pédagogie.

Elle se marie à Henry Desparmet, qui soutient sa carrière et la suit à chacune de ses mutations professionnelles, le 11 janvier 1882 à Bordeaux avant leur départ pour Lyon.
Le lycée de jeunes filles dont elle prend la direction ouvre ses portes en 1883, sous les railleries de la presse catholique lyonnaise qui utilise le peu d’inscriptions comme une preuve de l’inutilité de l’établissement.
Jeanne Desparmet-Ruello ne se décourage pas et va jusqu’à faire du porte-à-porte dans le sixième arrondissement de Lyon afin de recruter de nouvelles élèves. Son action est efficace, en 1884 il y a déjà plus de 200 élèves inscrites.
Elle met en place un programme inédit pour les jeunes filles avec des cours de mathématiques, de sciences et d’éducation physique et organise des fêtes au lycée les dimanches afin de permettre aux jeunes filles de réinvestir l’établissement hors du cadre scolaire. Les effectifs augmentent tellement qu’un nouveau bâtiment est construit et inauguré en 1902.

En parallèle, Jeanne Desparmet-Ruello s’engage dans la lutte pour l’éducation populaire et entend partager son savoir avec les ouvriers. Elle crée en 1900 l’Université populaire de Lyon avec le soutien d’Edouard Herriot. Elle y donne de nombreuses conférences tant et si bien qu’en 1901, le recteur d’Académie considère qu’elle délaisse ses fonctions de directrice pour se consacrer à “un rôle de révolution”.
Elle est nommée chevalier de l’Ordre National de la Légion d’honneur le 16 septembre 1908. Sa candidature est parrainée par Edouard Herriot.
Elle prend sa retraite en 1909, et s’installe dans une maison au 10 Boulevard de la Côte à Villeurbanne où elle s’éteint en 1938 à l’âge de 90 ans.

Par Nina Rondot et Prunelle Dauty (étudiantes en M1 au sein du master MATILDA – promotion 2022- 2023)

Le master MATILDA est un master de recherche en histoire européenne des femmes et du genre (18ème-21ème siècle). L’objectif de ce master est de mettre en avant les femmes dans l’histoire mais aussi les processus qui créent les inégalités entre les genres, c’est-à-dire entre les identités personnelles et sociales des individus. Au singulier, le genre se comprend comme le système qui construit et maintient ces inégalités.
Dans le but de contribuer au matrimoine lyonnais, les étudiant·es de M1 travaillent en coopération avec le Musée d’histoire de Lyon – Gadagne et les Archives municipales de Lyon.
Élèves en première année de ce master, membres de la promotion 2022-2023 et en stage à Gadagne, nous souhaitons mettre en valeur des profils de femmes lyonnaises bien trop souvent oubliées ou cachées par leurs homologues masculins.
Pour ce faire, nous créons des biographies détaillées et documentées que nous tentons ici de médiatiser.
Notre parti pris est de nous concentrer sur des biographies, individuelles et collectives, de femmes non répertoriées par Wikipédia.


Sources


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
prunelledauty (16 juin 2023). PERSONNAGE/Jeanne Desparmet-Ruello, pionnière de l’éducation féminine. Histoires lyonnaises. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44g


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search