PERSONNAGES/Quelques Lyonnais esclavagistes au XVIIIe siècle

(D’après les travaux de l’historien Olivier Le Gouic)
“La traite des esclaves” by Auguste-Francois Biard, 1840 – Bridgeman Art Library – Wikicommons

A l’époque où les puissances européennes, principalement entre les XVIIe et XIXe siècles, justifièrent et développèrent la pratique de l’esclavage des Noirs, faisant de celle-ci un outil d’enrichissement, une grande cité comme Lyon a-t-elle eu quelques liens avec cette abomination, et trouve-t-on trace de Lyonnais qui auraient été impliqués dans l’exploitation d’esclaves, voire dans la traite négrière ?

Dans ce domaine, le fait que Lyon ne soit pas une cité maritime comme Bordeaux, Nantes, Rouen, Le Havre, Lorient, Saint-Malo ou encore Marseille, a probablement été une chance, car cela a évité aux notables et aux ressortissants de la deuxième ville économique de France la tentation de s’engager, à quelque degré que ce soit, dans l’exploitation et la traite des esclaves. En revanche, nous savons – et c’est une source de satisfaction – qu’il a existé à Lyon, aux XVIIIe et XIXe siècles, un mouvement anti-esclavagiste qui peut faire l’honneur de la cité et de ses habitants1.

Y a-t-il eu, cependant, sous l’Ancien Régime, avant les abolitions de l’esclavage, des esclaves noirs à Lyon, attachés à telle ou telle grande famille lyonnaise ? Ce n’est pas impossible, dès lors que l’on sait que, dès le XVII ème siècle, quelques milliers de Noirs issus de l’esclavage des colonies française d’Amérique ont été employés en France, parfois avec un statut d’hommes asservis, parfois avec un statut d’hommes libres. Plusieurs travaux ont été consacrés à cette population noire de la France de l’Ancien Régime, dont la thèse de Marcel Koufinkana soutenue en 1989 à Toulouse2. Cependant, les Noirs dont les archives ont gardé la trace étaient installés dans les villes portuaires maritimes, ou encore à Paris. S’il y en a eu à Lyon, ce fut probablement de façon très marginale.

Mais le fait que Lyon ne soit pas un port maritime, n’a pas empêché que la ville, ses négociants et ses marchands, mais aussi divers aventuriers, se soient intéressés à l’outre-mer ! Les possessions insulaires françaises de l’Amérique tropicale et de l’Océan Indien représentaient trop d’opportunités d’enrichissement. Surtout, la grande cité du Rhône ne pouvait pas rester en dehors de ce qui a été appelé « l’atlantisation de l’économie », d’une part pour trouver de nouveaux débouchés pour ses produits manufacturés liés à la soierie, d’autre part pour assurer son approvisionnement en denrées et marchandises entrant de plus en plus dans les nouveaux modes de consommation : café, sucre, épices, ou encore cotonnades des Indes et matières tinctoriales comme l’indigo et la cochenille.

L’historien Olivier Le Gouic, a eu le mérite de s’interroger et de travailler avec opiniâtreté sur les rapports que Lyon, ville de l’intérieur du territoire français, a pu tisser avec la nouvelle économie atlantique au XVIIIe siècle, dès lors que cette cité manufacturière, longtemps grande place financière et commerciale, ne pouvait que chercher à s’inscrire dans les évolutions de l’économie mondiale. Sa thèse de doctorat passée en 2009 à Lorient et publiée aux Presses Universitaires de Rennes en 2011 sous le titre « Lyon et la mer au XVIIIe siècle. Connexions atlantiques et commerce colonial »3, constitue une mine d’informations. C’est grâce à elle que nous pouvons tenter de répondre à la question : « Y a-t-il eu des esclavagistes lyonnais au temps de la Traite ? ».

Des Européens acceptant trente-six mois de servitude

Les premiers Lyonnais à avoir tenté l’aventure ultramarine n’ont pas été des négociants ou des marchands, mais de pauvres gens qui migraient pour les colonies afin d’échapper à la misère. Il y a eu, en effet, plusieurs dizaines de milliers de Français démunis qui, au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, se sont embarqués pour les colonies françaises de l’Amérique tropicale (Saint-Domingue, Saint-Christophe, Guadeloupe, Martinique), ou encore pour les îles françaises de l’Océan Indien (Ile de France et Ile Bourbon, devenues depuis Île Maurice et Ile de la Réunion). Aux côtés des millions d’esclaves qui furent arrachés à leur Afrique natale pour satisfaire une économie de plantation dévoreuse de main d’œuvre, ces personnes de modeste extraction acceptaient une certaine forme de servitude temporaire. N’ayant pas les moyens financiers de payer une traversée maritime, ils signaient avec un capitaine de navire ou avec un négociant armateur, un contrat de trois ans par lequel ils s’engageaient à rembourser le coût de leur voyage… en travaillant gratuitement pendant trente-six mois pour un colon avec qui leur passeur était en affaires !

Parmi ces engagés acceptant la servitude dans les plantations de tabac de Saint-Christophe et de la Guadeloupe et dans l’activité sucrière à Saint-Domingue et en Martinique, quelques Lyonnais se repèrent dans les archives explorées par Olivier Le Gouic. Un petit nombre ! Car pour rejoindre un port maritime tel Nantes, Bordeaux ou La Rochelle, il fallait déjà trouver les moyens nécessaires. Ainsi, sur les cinq-mille-quatre-cent-soixante trois engagés partis de Nantes entre 1636 et 1762 (c’est l’époque du roi Louis XIV) dont l’origine a pu être déterminée, soixante seulement étaient originaires du Lyonnais. L’historienne Corinne Janin (citée par Olivier Le Gouic) qui a travaillé sur les rôles d’armement nantais entre 1722 et 1772, a pu observer qu’un sur quatre de ces engagés lyonnais était perruquier, métier dans lequel on savait faire des saignées et des pansements et qui permettait de trouver une place « d’infirmier » dans les plantations.

Le premier port français d’embarquement pour les Antilles était Bordeaux. Entre 1713 et 1787, plus de trente-mille Français issus de toutes les provinces du Royaume y ont embarqué pour Saint-Domingue, la Martinique et la Guadeloupe. Des Lyonnais parmi eux probablement, mais sans qu’on puisse en connaître le nombre à partir des archives exploitées jusqu’ici. Surtout des hommes jeunes, âgés entre quinze et trente-quatre ans, soit sans profession déterminée, soit déclarant un métier d’artisan.

Mais tous les Français partis pour les Antilles devenues possessions françaises n’ont pas été des engagés se livrant à une servitude à durée déterminée. Plusieurs milliers ont aussi pu payer leur voyage, et exercer dans ces colonies des métiers divers en tant qu’hommes libres. Des gens d’extraction modeste, mais aussi des personnes de condition favorisée. Des artisans du bâtiment, de la confection ou des métiers de bouche. Des membres du corps de l’administration, des chirurgiens, des commerçants. Autrement dit : des « Petits Blancs » et des « Grands Blancs ». Cependant, le peuplement français des îles de l’Amérique s’est fait d’abord avec des immigrants venus des provinces de l’Ouest du royaume : Aquitaine, Saintonge, vallée de la Loire, Bretagne et Normandie. Les études menées sur les populations blanches de Sainte-Domingue et de la Guadeloupe au XVIIIe siècle, établissent que seulement 4 à 6% des migrants – hommes et femmes- étaient originaires de la région Rhône-Alpes.

Négociants lyonnais aux Antilles et aux Mascareignes

Dans ses recherches, Olivier Le Gouic a pu constater qu’un nombre appréciable de Lyonnais qui ont séjourné, ou qui se sont installés durablement aux îles françaises d’Amérique, se sont livrés au commerce. A différentes époques du XVIIIe siècle, il a ainsi repéré vingt-six marchands et négociants natifs de Lyon. Parmi ceux liés à des maisons lyonnaises pratiquant le commerce des îles : Jean-François Guinand à Saint-Marc, Nazaire Savarin et Jean-François Rouge au Cap-Français, Gaspard Gardelle à Saint-Pierre, Henri Chevalier en Martinique, André Pu à la Guadeloupe, les nommés Léogane, Saint-Marc et Jacmel à Port-au-Prince… Certains de ces négociants lyonnais se sont mariés sur place avec des Créoles, tels François Froment de Montfort qui, en 1734, s’est marié à Fort de France, et Laurent Boucharlat qui, en 1781, a épousé au Cap-Français une fille d’un négociant martiniquais… Ces marchands et négociants lyonnais installés aux Antilles ont-ils eu des esclaves domestiques noirs à leur service? On ne dispose pas d’éléments de preuve à ce sujet, mais on peut craindre que certains en ont possédé dans leurs maisons, car cela faisait partie des pratiques de l’époque chez les membres de cette catégorie sociale.

En 1670, après l’échec d’une première tentative de coloniser l’Île Dauphine (future Madagascar), la Compagnie des Indes, d’obédience française, a entrepris la colonisation de l’Île Bourbon (aujourd’hui La Réunion). La mise en valeur de celle-ci commencera réellement en 1715, avec l’introduction de la culture du café de Moka par des Malouins. En 1721, l’Ile Maurice, abandonnée par les Hollandais, passe à son tour sous l’administration de la Compagnie des Indes et est rebaptisée Île de France. Une quarantaine d’années plus tard, ladite Compagnie vend ses îles de Mascareignes (Bourbon et Île de France) au Roi de France. Débarqué en 1767 à Port-Louis, port d’entrepôt créé quelques années plus tôt dans l’Ile de France, avec le titre d’Intendant du Roi pour les Mascareignes, le Lyonnais Pierre Poivre (1719-1786) va oeuvrer avec succès, parvenant à subtiliser aux Hollandais qui en avaient jusque-là le monopole, la culture du muscadier et du giroflier. Devenue en quelques années la plaque tournante du commerce entre la France et l’Orient, l’Île de France, et aussi l’Île Bourbon, vont connaître une amplification du mouvement migratoire en provenance de France. L’historien Auguste Toussaint, cité par Olivier Le Gouic, est parvenu à étudier un groupe de sept-cent-cinquante négociants arrivés dans l’Île de la France lors de la période 1767-1810. 5% seulement venaient de Lyon, les originaires des provinces maritimes (Bretagne, Languedoc, Provence et Aquitaine) étant logiquement les plus nombreux. Il est possible que l’origine lyonnaise de Pierre Poivre a joué en faveur de la venue de compatriotes de celui-ci.

Aussi minoritaires aient-ils été, ces Lyonnais, installés pour la plupart dans l’Ile de France entre les années 1767 et 1791, formaient – comme d’ailleurs les autres colons – un véritable clan régionaliste. Tous installés à Port-Louis, mais pouvant posséder d’autres habitations ailleurs sur l’île, ils ont fait des fortunes inégales. Parmi les personnages qui ont laissé une trace plus importante que d’autres, on peut citer : Jacques Cotteret, Vital Muret, Nicolas Hilaire Comarmond, Philippe Duperrel, André Lesur, Jean-Claude Jogand, Jean-Baptiste Pipon, Pierre de Romans, Jean-Baptiste Thévenet, Claude-François Fissour, Jean-Baptiste Pillet…

Possesseurs d’esclaves et trafiquants

Si Pierre Poivre, homme des Lumières, se montra hostile au système de l’esclavage et préconisa sa suppression, force est de constater que ce ne fut pas le cas de tous les Lyonnais installés dans les Mascareignes. Olivier Le Gouic a pu établir que, parmi le groupe des marchands lyonnais de l’Ile de France, deux familles de gros négociants, au moins, possédaient des esclaves et en firent même, pour l’une d’entre elles, commerce: les Comarmond et les Cotteret.

Venu pour la première fois aux Mascareignes en 1768, Nicolas Hilaire Comarmond s’est installé dans l’Île de France avec son épouse Gasparde de Ruythegem en 1773, à l’âge de trente-cinq ans. Les archives attestent que, en 1776, deux esclaves tiennent sa maison, et que trois autres esclaves sont présents sur les cent-cinquante-six arpents, plantés notamment en caféiers et en maïs, qui lui appartiennent dans les Plaines de Wilhelm. La prospérité de ses affaires lui permet de devenir armateur. Entre 1781 et 1789, il possède au moins huit navires avec lesquels il pratique le commerce d’Inde en Inde… mais aussi la traite négrière sur la côte de Tanzanie où, en 1789, il ouvre un comptoir à Mongalo.

Antoine Comarmond, quant à lui, âgé de cinquante ans à la veille de la Révolution de 1789, possède, dans sa propriété de Port-Louis, trente-neuf esclaves : « vingt-huit Noirs, quatre négresses, quatre négrillons et quatre négrites ».

Jacques Cotteret, lui, est arrivé à l’Ile de France en 1768, à l’âge de trente-huit ans. On sait que, quelques années après, il possède cinq esclaves, trois hommes et deux femmes, dans son domaine de Port-Louis.

Une autre figure exige l’attention : Jean-Baptiste Thévenet, un des négociants lyonnais qui ont le mieux réussi. En 1776, il possède une propriété de trois-cent-quatre-vingt arpents à l’ouest de l’Ile de France. Une vingtaine d’esclaves cultivent alors pour lui du riz et du maïs. Quelques années après, il double la superficie de ses terres et se lance dans l’élevage bovin. En 1788, il détient et fait travailler soixante-sept esclaves !

Ces Lyonnais esclavagistes n’auront été, heureusement, qu’un tout petit nombre, et on ne peut pas dire que leur participation au commerce criminel des esclaves noirs aura contribué à enrichir l’économie de la grande cité d’entre Rhône et Saône, contrairement à ce que l’on sait de l’histoire économique des villes de Bordeaux et de Nantes. Leur parcours, néanmoins, reste emblématique d’une époque où des Européens qui se considéraient généralement « bons chrétiens », pensaient avoir le droit de tenir d’autres humains en servitude et de s’enrichir au prix de leurs souffrances.

Par Christian DELORME



Citer ce billet
christiandelorme (2023, 9 juin). PERSONNAGES/Quelques Lyonnais esclavagistes au XVIIIe siècle. Histoires lyonnaises. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44f

  1. Christian Delorme : « Le mouvement anti-esclavagiste à Lyon aux XVIIIe et XIXe siècles », publié sur le site D’ailleurs et d’ici, juin 2019. []
  2. Marcel Koufinkana : « Les esclaves noirs en France et la Révolution (1700-1794) », article in « Horizons Maghrébins » n°18-19, Toulouse, 1992. []
  3. Olivier Le Gouic : « Lyon et la mer au XVIIIe siècle. Connexions atlantiques et commerce colonial », Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2011. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search