PERSONNAGE/Frantz Fanon à Lyon (1946-1952)

Frantz Fanon dans les années 50 (AFP)

Penseur incontournable et mondialement connu du fait colonial et des mécanismes destructeurs du racisme, militant emblématique de l’anticolonialisme qui a donné sa vie pour la Révolution algérienne et pour l’Indépendance de l’Algérie, le Martiniquais Frantz Fanon (1925-1961) reste (volontairement ?) oublié à Lyon, ville où, pourtant, il a accompli ses études de médecine et de psychiatrie, mené des recherches philosophiques et sociologiques, produit son ouvrage « Peau noire, masques blancs » demeuré un livre de référence, conçu des pièces de théâtre, découvert et soigné la détresse psychologique des travailleurs immigrés algériens, commencé à pratiquer une nouvelle psychiatrie, connu et aimé deux femmes européennes qui lui donneront chacune un enfant. 

Pourquoi ce voile d’oubli ? Pourquoi cette ignorance largement entretenue ? Parce que, engagé à dix-sept ans au service de la France Libre, il fit, dès 1954, le choix de la Révolution algérienne contre le maintien de la domination française ? Parce qu’il justifia et théorisa l’usage de la violence par les opprimés, considérant qu’elle seule, dans des situations de domination extrême, pouvait redonner à ceux-ci leur dignité volée ? Parce qu’il se fit l’écho du racisme qu’il rencontra à Lyon, lui le Noir, et qu’il mit en évidence les discriminations dont souffraient les exilés nord-africains dans cette métropole ?

Alors que Frantz Fanon est toujours passionnément lu et étudié dans les universités américaines, particulièrement par la communauté afro-descendante, et qu’il reste une figure mythique et inspirante chez les intellectuels de nombre de pays anciennement colonisés, nul lieu de mémoire de son séjour lyonnais, si important dans la genèse de ce qu’il est devenu, n’existe dans la deuxième métropole de France, sinon une grande fresque murale réalisée, en 2015 à Vénissieux, par l’artiste plasticien sud-africain Bruce Clark, à  l’initiative de la mairie communiste de cette ville. 

Les biographies de Frantz Fanon qui ont été publiées ces vingt dernières années, en français comme en anglais, mentionnent toutes, de manière plus ou moins développée, les années lyonnaises de Frantz Fanon, comme en parle la plupart des films documentaires qui ont été réalisés (la plus complète biographie est celle de David Macey1. Cependant, tout ce qui a été écrit jusque-là à ce sujet s’avère encore très incomplet, parfois erroné, sans que des recherches historiques suffisantes aient été menées, sans que toutes les sources disponibles aient été exploitées. 

Ainsi est-il courant d’entendre dire que Frantz Fanon, engagé dans le 5ème Bataillon de marche antillais ( BMA5 ) avec ses aînés Marcel Manville ( 1922-1998 ) et Pierre Mozole, a participé, en septembre 1944, à la Libération de Lyon, après avoir débarqué en août en Provence. Mais si on fait confiance à ce que raconte Manville dans son livre « Les Antilles sans fard », leur bataillon ( en tout cas une partie de celui-ci ), réunit à la 9ème Division d’infanterie coloniale ( 9ème DIC ) du général de Lattre de Tassigny, après avoir subi le baptême du feu lors de la libération de Toulon, a emprunté la Route Napoléon, poursuivant l’ennemi à pied, pour se diriger vers Strasbourg. Lors de combats menés dans la Boucle du Doubs, Frantz Fanon fut blessé dans le dos le 15 novembre 1944 et hospitalisé quelque temps à Nantua, dans l’Ain, à une centaine de kilomètres de Lyon2. Il conservera des amis dans cette petite ville proche de la Suisse où il retournera quelques fois. 

Le choix de la ville de Lyon 

Pourquoi Frantz Fanon, en 1946, est-il venu suivre à Lyon, plutôt que dans une autre ville de l’Hexagone, les études de médecine pour lesquelles il avait obtenu une bourse liée à son engagement pour la France Libre ? A son ami Marcel Manville, de trois ans son aîné, avec qui il s’était engagé dans le BMA5, il aurait dit de manière provocatrice (c’est ce que celui-ci affirme dans son livre3.) : « Il y a trop de nègres à Paris, je veux me lactifier ». Il apparaît, cependant, que les étudiants en médecine venus des Antilles n’avaient le choix qu’entre l’est de la France et Lyon. Selon le témoignage donné par son ancienne consœur à Blida, la psychiatre et psychanalyste Alice Cherki4, Fanon aurait été attiré par Lyon du fait des cours qu’y donnait le philosophe Maurice Merleau-Ponty. La parole provocatrice rapportée par Manville pourrait néanmoins avoir sa part de sérieux, si on se souvient que le Paris de la Libération est encore celui où un certain nombre d’intellectuels et d’artistes afro-américains ont trouvé exil, et qu’autour d’eux existe un « Paris noir » quelque peu mondain. Quant à la communauté martiniquaise de la capitale, elle s’était grandement construite – mais, aussi, isolée – autour d’une culture du rhum, des accras et de la musique biguine, ce qui ne pouvait satisfaire Fanon. A Lyon, en revanche, dans les années 1940-1950, les Noirs, qu’ils viennent d’Amérique ou d’Afrique, ne sont que quelques centaines, dont seulement quelques dizaines au sein des établissements universitaires (une vingtaine en Faculté de médecine sur environ quatre cents étudiants, selon Irène Gendzier5.). Parmi les Afro-descendants lyonnais de l’époque, se distingue un autre Martiniquais, le professeur d’anglais Louis-Thomas Achille (1909-1994) dont nous serons amenés à reparler. Installé à Lyon, Frantz Fanon n’en a pas, pour autant, rompu les liens avec Paris et ses milieux ultramarins, ne serait-ce que parce que vivait dans la capitale son frère Joby (1923-2004). Ainsi continua-t-il à aller au 4, rue Blondel, là où résidaient plusieurs étudiants antillais, dont beaucoup de partisans du communisme ou du trotskisme, parmi lesquels Edouard Glissant avec qui il se liera d’amitié. Il aura aussi des liens avec tout le milieu de la revue Présence Africaine, fondée en 1947 par Alioune Diop. 

Joby Fanon, dans son livre « Frantz Fanon, de la Martinique à l’Algérie et à l’Afrique », rapporte que l’ancien engagé n’a pas choisi la facilité en s’exilant à Lyon. A vingt-deux ans, il se retrouve avec des étudiants quasiment tous blancs, plus jeunes que lui, qui sortent généralement du lycée, et qui n’ont pas, évidemment, son expérience de combattant. Parmi eux, certains sont habités de préjugés racistes, tels celui qui l’appelait « Blanchette » et avec lequel il manqua un jour se battre6. Frantz fait preuve d’un caractère intransigeant, parfois agressif, et cela tend à l’isoler. Il a cependant quelques camarades européens, dont un prénommé Guy, qui avait des parents assez fortunés et qui ne dédaignait pas d’aider financièrement ses condisciples. Frantz, de fait, a peu d’argent, notamment parce que la bourse d’étude est versée irrégulièrement, vit chichement, est soutenu un peu par Joby (alors fonctionnaire des douanes installé en région parisienne, et joueur de football semi-professionnel à mi-temps) pour le règlement de la chambre qu’il occupe au 29, rue Tupin, dans le deuxième arrondissement de Lyon, à proximité de la Place des Cordeliers. 

L’historien Antoine Idier, à l’occasion d’un article consacré au séjour lyonnais de Frantz Fanon pour le Bulletin Officiel de la Ville de Lyon, a retrouvé, aux Archives départementales du Rhône, le Registre d’inscription de la Faculté de Médecine pour 1947 et 1948 où, en date du 25 février 1947, Frantz Fanon déclare « prendre la première et la deuxième inscriptions de médecine »7. Il a alors élu domicile chez un Monsieur Velut demeurant 4, Place Louis Chazette à Lyon 1er. Qui était cet homme ? Frantz Fanon a-t-il logé en ce lieu un certain temps ? 

Ce qui parait établi, c’est que Frantz Fanon a vécu l’essentiel de ses années lyonnaises au 29, rue Tupin, comme le rapportent sans hésitation dans leurs ouvrages, aussi bien son ami l’avocat nationaliste Marcel Manville que son frère Joby. Mieux ! nous savons dans quelles circonstances Fanon a pu s’installer là, grâce au récit qu’en donne l’avocat Paul Bouchet (1924-2019) dans son livre « Mes sept utopies »8. Peut-être est-ce même ce dernier, alors président de l’Association Générale des Etudiants de Lyon ( AGEL ), organisation membre de l’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF), qui a permis à Fanon de bénéficier, dans cet immeuble, d’une vaste chambre ? L’immeuble était celui d’une renommée « maison close », récemment fermée suite à la loi dite « loi Marthe Richard » interdisant les établissements de prostitution : la Maison Rinat, du nom de la tenancière9. Il avait été réquisitionné par le Ministère de l’Education nationale et mis à disposition de l’AGEL pour y loger des étudiants. L’édifice existe toujours, et le porche d’entrée tout à fait singulier laisse bien deviner l’activité qui y dominait. 

Le Lyon de l’après-guerre était une ville aux bâtiments sombres, encore très fermée sur elle-même quand bien même elle fut « capitale de la Résistance ». Resté trop longtemps au pouvoir, le maire Edouard Herriot avait plongé la cité dans l’immobilisme et l’inertie. Celle-ci, de plus, avait été désertée par les artistes et intellectuels qui s’y étaient repliés pendant l’Occupation. S’y sentir accueilli et s’y faire des relations n’allaient pas de soi. Dans une lettre écrite, probablement au cours de l’année 1947, à celle qui fut sa « marraine de guerre », Frantz Fanon tient des propos très désespérants concernant sa présence à Lyon, qui nous éclairent quelque peu sur son vécu intérieur, en tout cas sur ses tourments et sur ses aspirations: « Tu me dis être surprise de mon silence. Mais tu n’ignores pas que les choses qui me hantent et m’obsèdent ne se peuvent traduire… Je ne veux pas de cette vie larvaire, ramassée, désuète, qui m’attend une fois mes études terminées. Je ne veux pas le « mariage », les enfants, le foyer, la table familiale. (…). Au fond, mon plus grand péché fut de m’exiler à Lyon. Là, j’ai pris l’habitude de me détacher, de tout détester, de tout haïr10.

Fanon, il ne faut pas l’oublier, était rentré très amer de la guerre, hanté par celle-ci, avec le sentiment d’avoir risqué sa vie pour un pays qui ne le méritait pas. Il était à Lyon quand, début février 1947, lui est parvenue la nouvelle de la mort de son père Félix Casimir, décédé brutalement le 30 janvier à l’âge de cinquante-six ans. L’éloignement et l’état de ses finances l’ont empêché d’être présent aux obsèques, et cela a été très douloureux pour lui.

Assez vite, cependant, Frantz Fanon a noué des relations amoureuses à Lyon, avec de jeunes femmes européennes (il n’y avait alors quasiment pas de femmes noires dans cette ville). Son physique plutôt avantageux, et surtout sa personnalité énergique le rendaient très séduisant aux yeux de beaucoup de jeunes femmes qu’il rencontrait à la cafétéria et dans les salles de l’Association générale des étudiants. Une étudiante en médecine de dix-huit ans (la majorité, alors, est fixée à vingt et un ans), fille d’un ingénieur ayant travaillé aux barrages sur le Rhin, Michèle Weyer, tombe enceinte de ses œuvres. A la fin de l’été 1948, vient ainsi au monde la petite Mireille, future épouse de Bernard Mendès-France (fils de l’ancien président du Conseil français) et future militante internationaliste, que Frantz Fanon reconnaît mais qu’il ne verra jamais. Il aurait aimé que cette enfant puisse être élevée à la Martinique, mais la jeune mère préféra la garder en France métropolitaine11. Dans le Lyon encore très puritain de l’immédiat après-guerre, cette liaison et cette naissance hors mariage firent quelque peu scandale, et on peut imaginer l’opprobre que dût endurer la jeune femme, qui abandonna ses études de médecine. 

C’est une autre jeune femme que Frantz Fanon épousera à Lyon le 30 octobre 1952: Marie-Joseph Dublé, dite « Josie » (1930-1989), une étudiante en arts libéraux rencontrée à la fin des années 1940 au Théâtre des Célestins, situé au cœur de la capitale des Gaules. Native de cette ville, ayant des ascendances corses et tsiganes, elle était la fille d’employés de la Poste, syndicalistes de gauche. Les deux jeunes gens s’étaient découvert une même passion du théâtre d’idées, mais aussi d’égales convictions anticolonialistes. Josie donnera, en 1955, un fils à Frantz, conçu et né en Algérie : Olivier Fanon, qui, devenu adulte, exercera longtemps des fonctions à l’Ambassade d’Algérie à Paris. Dans son livre « Peau noire, masques blancs », publié en 1952, qu’il dicta à Josie, Fanon n’a pas craint de tenir des propos assez osés pour l’époque, en parlant de cette dernière: « Dans ses seins blancs que mes mains ubiquitaires caressent, c’est la civilisation et la dignité blanches que je fais miennes »12. Josie Fanon achève sa vie tragiquement à Alger en juillet 1989, en se suicidant après avoir été victime d’une terrible agression de la part de jeunes islamistes, et après avoir été témoin de la répression conduite contre de jeunes manifestants pro-démocratie13.

Au cours de son engagement au service de la France libre, Frantz Fanon avait pu observer et expérimenter le racisme de la France coloniale, notamment dans la différence de traitement des soldats antillais – assimilés partiellement aux Européens – et des soldats « indigènes » venus d’Afrique. Il avait été un témoin direct de la politique de « blanchiment » des unités militaires chargées de libérer les villes au fur et à mesure de la progression vers le Nord des bataillons qui avaient débarqué en Provence, afin que ne s’impose pas l’idée que c’étaient les Noirs et les Nord-Africains qui avaient libéré la France, en particulier Paris ! Durant ses années lyonnaises, Frantz Fanon eut à subir à plusieurs reprises le racisme. Racisme des forces de l’ordre, et racisme « ordinaire », composé de stéréotypes et de fantasmes, d’une partie de la population. David Macey rappelle que Fanon n’oublia jamais ce jour de 1947 où, manifestant pour la libération du leader communiste réunionnais Paul Vergès qui avait été emprisonné à Lyon, il fut matraqué et piétiné par la police14. Comme il ne pourra pas oublier davantage cet autre jour où, se promenant dans les rues de Lyon avec sa fiancée Josie, « il fut interpellé violemment, amené et malmené pendant des heures au poste de police par des flics qui l’accusaient de s’adonner au trafic ou à la traite des Blanches »15. Dans son livre « Peau noire, masques blancs », particulièrement dans le chapitre « L’expérience vécue du Noir », Frantz Fanon évoque toutes ces situations où, dans l’espace public, le regard général des Blancs et les commentaires, faits par des enfants comme par des adultes, sur « le nègre », l’emprisonnent dans son épiderme. Il se souvenait de manière tout aussi désagréable de ce camarade d’études qui, à l’issue d’une conférence qu’il avait donnée sur les parallèles entre poésie noire et poésie européenne, le félicita chaleureusement en lui disant : « Au fond tu es un Blanc ! »16

Une vie intellectuelle et militante intense

Selon ce qu’ont pu établir ses biographes, Frantz Fanon n’avait pas pensé, au départ, se lancer dans des études de médecine. Il avait d’abord envisagé la dentisterie. Quand il s’est investi dans la formation de médecin, très vite s’est affirmé son goût pour les études psychiques davantage que pour la chirurgie. C’est ainsi que, en 1950, il s’orienta vers la psychiatrie.

Esprit toujours en ébullition autant qu’en révolte, Fanon était passionné, depuis son adolescence, par la réflexion philosophique. Parallèlement aux cours de médecine, il s’inscrivit, à la Faculté de Lettres de Lyon, aux cours du philosophe Merleau Merleau-Ponty ( avec lequel il ne parla cependant jamais, le célèbre universitaire se montrant toujours distant ) et à ceux de l’ethnologue André Leroi-Gourhan. Il était très attiré par le courant hegelo-existentialiste, et passionné par l’œuvre de Jean-Paul Sartre qui, à cette époque, dominait la scène intellectuelle française. Une grande ville comme Lyon lui permettait d’accéder à des bibliothèques et à des librairies dont il n’aurait pas pu profiter s’il s’était trouvé dans une cité moins importante. Il lisait beaucoup d’ouvrages de philosophie et de psychologie, afin de trouver les outils théoriques qui pouvaient lui permettre d’analyser son expérience vécue. S’intéressait à l’existentialisme, au marxisme, au trotskisme, à la phénoménologie, à l’ethnologie, à la psychanalyse… Lisait pêle-mêle, selon Alice Cherki17, Claude Lévi-Strauss, Marcel Mauss, Martin Heidegger, Georg Wilhelm Friedrich Hegel, le jeune Marx, Vladimir Illitch Lénine, Léon Trotski, Sigmund Freud, Jacques Lacan…  Il deviendra, également, un lecteur assidu des revues « Temps Modernes » de Jean-Paul Sartre et “Esprit” d’Emmanuel Mounier, alors dirigée par Jean-Marie Domenach. 

En complément à sa vie studieuse, Frantz Fanon ne dédaignait pas les moments de détente. Toujours habillé de manière stricte et élégante, il aimait beaucoup danser. Un de ses plaisirs était d’écouter les disques du clarinettiste Alexandre Stellio (1885-1939), chef d’un des plus célèbres orchestres créoles18. Il aimait, aussi, déclamer de mémoire de longs passages du « Cahier d’un retour au pays natal » de son compatriote et aîné, le poète et homme politique Aimé Césaire (1913-2008) qu’il admirait tout en ne partageant pas sa mise en valeur du concept de Négritude. 

Paul Bouchet rapporte que, «  pur intellectuel, très brillant et interminable causeur, Frantz passait de l’inquiétude métaphysique aux préoccupations les plus temporelles. Il était capable d’argumenter une nuit entière, tandis que nous tombions de sommeil. Il gesticulait tellement en parlant qu’il lui arriva, en sautant en l’air, d’accrocher le lustre qui éclairait la pièce et de fracasser celui-ci sur le plancher »19

Une librairie lyonnaise a particulièrement les faveurs de Frantz Fanon : la librairie La Proue, située 15, rue Childebert, au cœur de la Presqu’île. Elle a été fondée en 1947, juste après la guerre, par les frères Raymond (1924-2018 ) et Georges Péju (1930-2006), deux fils du journaliste Elie Péju (1901-1969), un des grands acteurs de la Résistance à Lyon, co-fondateur du mouvement Francs-Tireurs. Ils étaient les frères cadets du journaliste et intellectuel Marcel Péju (1922-2005), qui a été secrétaire général de la rédaction des Temps Modernes de 1953 à 1962. A la fondation de cette librairie porteuse des idéaux de la gauche et ouverte aux avant-gardes, Georges Péju n’a que dix-sept ans. Son frère Raymond a laissé un témoignage sur ses liens et ses conversations avec Fanon, qui a été publié en 2015 par les éditions La Découverte, dans l’ouvrage « Ecrits sur l’aliénation et la liberté. Oeuvres II de Frantz Fanon »20. Il raconte : « Je le revois entrant, le sourire aux lèvres et « glissant » entre les banques avec cette élégance et cette souplesse qui n’était qu’à lui. Il était assez jeune (…), plutôt grand et mince, le regard vif et pénétrant – d’emblée il attirait la sympathie, la mienne en tout cas ! ». Les frères Péju (ainsi que Marie-Aimée, la femme de Raymond) resteront des amis de Frantz Fanon jusqu’à sa mort. La librairie La Proue a fermé définitivement en 2001. 

Fasciné par l’œuvre théâtrale de Jean-Paul Sartre et par le théâtre d’idées de manière générale, Frantz Fanon devint un spectateur régulier du Théâtre des Célestins, lequel accueillait justement les œuvres de Sartre, ainsi que celles d’Albert Camus et de Paul Claudel. Il vit aussi les premières productions de Roger Planchon qui, en 1952, créa le Théâtre de la Comédie de Lyon, rue de Marronniers, premier théâtre de province à jouer tous les soirs. Frantz Fanon s’est lui-même risqué, durant son séjour lyonnais, entre 1949 et 1950, à écrire trois pièces (tapées à la machine  par son frère Joby) : « Les Mains parallèles », « L’oeil se noie » et « La conspiration », que l’on a longtemps cru perdues mais dont les deux premières ont été finalement retrouvées et publiées en 201521. Il s’agit d’un théâtre philosophique centré sur le thème de l’action et de la responsabilité, très inspiré des pièces du Sartre des années 1940. 

Selon David Macey22, Fanon a été proche de la branche étudiante lyonnaise du PCF, sans en devenir membre. C’est dans ce cadre qu’il participa aux manifestations pour la libération de Paul Vergès, emprisonné à Lyon entre avril et août 1947 sous une accusation de meurtre, avant d’être  finalement acquitté par la Cour d’Assise de cette même ville. Comme il participa aux manifestations de soutien à l’insurrection malgache de 1947, dont la répression causa des milliers de morts dans l’île. On le retrouve, ensuite, au premier rang de l’Association lyonnaise des étudiants de la France d’Outre-mer, une petite organisation déclarée en Préfecture du Rhône le 3 février 1949 et domiciliée au 20, rue François Garcin, un bâtiment administratif municipal contigu à la Mairie du 3ème arrondissement de Lyon, siège social de nombreuses associations. Au service de cette association et des ultramarins présents à Lyon, Frantz Fanon, sur suggestion semble-t-il de Paul Bouchet, se lança dans la réalisation d’un bulletin ronéoté au titre césairien : « Tam Tam ». Mais ce journal n’aurait connu qu’un seul numéro23.  

Depuis 1946, Lyon compte dans ses murs un autre Martiniquais remarquable : Louis-Thomas Achille (1909-1994), fils du premier agrégé noir de l’Université française, agrégé d’anglais à l’instar de son père, nommé au Lycée du Parc, le plus prestigieux lycée de la ville, où il enseignera en classes préparatoires de 1946 à 1974. Arrivé à Paris en 1926, cousin germain de Jane et Paulette Nardal (fondatrices, à Paris, de « La revue du Monde noir » et à l’origine du concept de Négritude), beau-frère de Léon-Gontran Damas, condisciple de khâgne et ami de Léopold Sédar Senghor, ami également de Aimé Césaire, Louis-Thomas Achille sera, à l’image de toutes ces personnalités, un passeur entre les mondes noirs et la France, créant notamment, en 1948, la chorale de Negro Spirituals « Park Glee Club ». Comme Frantz Fanon, il avait répondu, dès juin 1940, aux appels de la France libre, alors qu’il enseignait aux Etats-Unis24. Quels liens les deux hommes eurent-ils à Lyon ? Dans son premier livre « Peau noire, masques blancs », Fanon rapporte l’histoire où, lors d’un pèlerinage, le très catholique Louis Achille fut interpellé en « langage petit-nègre » par un ecclésiastique méprisant25. L’un et l’autre ont publié un article dans le numéro de mai 1951 de la revue « Esprit » consacré à « La plainte du Noir ». Et tous les deux ont participé, en septembre 1956, au Congrès international des écrivains et artistes noirs à la Sorbonne. Dans son témoignage sur Frantz Fanon, Raymond Péju raconte que, « un soir, (Fanon) nous emmena à un récital de poésie organisé par son ami Achille autour de Césaire. Lui-même avait choisi de dire « Batouque », un poème qu’il aimait et qu’il disait avec une remarquable justesse de ton »26

L’immersion dans la psychiatrie

Nous ne savons pas grand-chose de la manière dont Frantz Fanon a vécu ses études à la Faculté mixte de médecine et de pharmacie de Lyon, en tout cas avant de s’orienter, en 1950, vers la psychiatrie. Alice Cherki relève qu’il n’a pas passé les concours classiques d’internat et d’externat en médecine, dont la préparation était loin de ses préoccupations27

Dans un article cosigné en 1975 avec sa consoeur Claudine Razanajao, Jacques Postel, qui s’est retrouvé en troisième année de médecine avec Fanon et qui est devenu lui aussi médecin psychiatre, a donné une description assez claire de ce qu’étaient les études de psychiatrie et la psychiatrie à Lyon dans les années 195028. Lorsque Fanon, en quatrième année de médecine, s’intéresse à la psychiatrie universitaire, celle-ci est alors enseignée à l’hôpital Grange Blanche par le professeur Jean Dechaume (1896-1968), un médecin neurochirurgien et neurologue qui avait perdu un bras au combat durant la Première Guerre mondiale. Dechaume avait une passion : la psychochirurgie, et il avait installé son propre service chirurgical dans son pavillon. Ne pouvant opérer lui-même en raison de son handicap, il dirigeait un chirurgien à ses ordres. Il s’agissait là d’une neuropsychiatrie très organiciste, ayant d’abord recours à des traitements surtout « biologiques » et aux électrochocs. A proximité de Grange Blanche il y avait, en revanche, une grande école psychiatrique, celle de l’hôpital du Vinatier, animée par le docteur Paul Balvet (1907-2001), mais elle était alors méprisée par les universitaires. Frantz Fanon n’y fera qu’un court passage, qui sera cependant déterminant pour lui. Ce sont ses études dans le service de Jean Dechaume qui ont néanmoins inspiré à Frantz Fanon l’article «  Le syndrome nord-africain », qu’il a publié dans le numéro de février 1952 de la revue « Esprit », grâce à l’entremise d’un autre de ses enseignants, le professeur Marcel Colin (1922-2001), qui se trouvait être le beau-frère de Jean-Marie Domenach, rédacteur en chef de ladite revue. Marcel Colin a gardé de Fanon le souvenir d’un étudiant « consciencieux mais maladroit, peu doué pour la pratique des autopsies, et ne témoignant pas d’un grand intérêt pour l’exactitude scientifique. (…). Il était attendrissant et plein de curiosité, extrêmement romantique, mais toujours assez distant, parfois même méfiant » (entretien avec Alice Cherki29.). 

En 1951, sa formation clinique arrivée à son terme, Fanon peut prendre un poste provisoire d’interne à l’hôpital Saint-Ylié de Dole, dans le Jura, à quelque cent cinquante kilomètres au nord de Lyon. Il y travaille la semaine et revient le week-end à Lyon. Il ne s’entend pas du tout avec le médecin-chef, le docteur Madeleine Humbert, mais l’expérience des malades lui sera néanmoins profitable quant à une meilleure compréhension de ce qui se joue dans les phobies et les fantasmes. Le temps est aussi venu pour lui de soutenir son mémoire de licence, et il songe manifestement à présenter le travail qu’il a patiemment réuni, au long de sept années dira-t-il, sur la problématique du racisme anti-nègre, et qui deviendra son premier livre : « Peau noire et masques blancs ». Le professeur Dechaume s’y oppose absolument, et Frantz Fanon est contraint de produire rapidement un travail sur un thème plus conventionnel, qu’il intitule « Altérations mentales, modifications caractérielles, troubles psychiques et déficit intellectuel dans l’hérédo-dégénérescence spinocérébelleuse. Un cas de maladie de Friedrich avec délire de possession ». Ce mémoire – souvent qualifiée de « thèse » – qui portait sur les causes de la maladie mentale, fut soutenu à Grange Blanche, devant plusieurs examinateurs, le 29 novembre 1951. 

Outre Jacques Postel, Frantz Fanon a eu, parmi ses condisciples d’études en psychiatrie, Nicole Guillet, qui devint pour lui une véritable amie. Née en 1930 (elle est décédée en 2022), celle-ci  lui avait été présentée par Michèle Weyer (future mère de Mireille Fanon-Mendès France). Fille de l’intendant de l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban-sur-Limagnole, près de Mende (Lozère), elle vécut, durant ses études de médecine à Lyon, chez le docteur Paul Balvet, ami de son père et un des promoteurs de la psychiatrie novatrice de cet établissement. Frantz Fanon fut, à la faveur de cette amitié avec Nicole Guillet, invité plusieurs fois pour dîner chez les Balvet, et il put s’imprégner de cette psychiatrie progressiste que le docteur Balvet pratiquait maintenant au Vinatier. Le Lyonnais Paul Balvet, qui avait été directeur de Saint-Alban de 1936 à 1943, était un catholique pratiquant, qui avait eu des sympathies pétainistes. Mais quand se développa la persécution des Juifs, il ouvrit son hôpital aux persécutés du nazisme, et beaucoup y trouvèrent refuge, tels le poète communiste Paul Eluard. 

Grâce à cette proximité humaine avec Paul Balvet, Fanon fut admis, au début de l’année 1952, au retour d’un bref séjour en Martinique, à exercer quinze mois comme interne à l’hôpital Saint-Alban, que dirigeait à ce moment là le docteur François Tosquelles (1912-1994), figure atypique mais prophétique de la médecine psychiatrique. Il apprit beaucoup dans cet hôpital, où les malades étaient associés aux décisions et étaient appelés à contribuer à leur propre rétablissement, et cela lui sera utile quand il se retrouvera en responsabilité dans l’hôpital psychiatrique de Blida. C’est avec Tosquelles que Fanon a pu préparer le concours du médicat des hôpitaux psychiatriques, concours auquel il a été reçu le 2 juin 1953 après avoir traité du lobe occipital, des névroses obsessionnelles et encore de l’abcès du poumon. Sur les cinquante-quatre candidats qui s’étaient présentés, vingt-deux seulement furent reçus, dont Pierre Bensoussan, Philippe Paumelle et Jean Guyotat30.

C’est aussi durant ces années d’études en psychiatrie que se rencontrèrent Frantz Fanon et Georges Counillon (1927-1955), communiste français d’Algérie, frère cadet de l’écrivain Frédéric Hoë, compagnon de militantisme de Maurice et de Josette Audin, étudiant en médecine d’Alger, venu se spécialiser à Lyon. Quelques années plus tard, en 1953, interne à l’hôpital psychiatrique de Blida, il retrouve le docteur Fanon. Georges Cournillon est mort égorgé en novembre 1955, avec cinq autres camarades du Parti Communiste Algérien ( PCA-CDL ), sur ordre du chef FLN Mostefa Ben Boulaïd, pour avoir refusé d’abjurer ses convictions communistes. Il avait été le premier médecin au maquis des Aurès31

Nous l’avons déjà relevé : en février 1952, Frantz Fanon a pu publier, dans la prestigieuse revue personnaliste « Esprit », un article portant sur « Le syndrome nord-africain », dans lequel il interroge la déshumanisation et la chosification du malade nord-africain par le corps médical français. Le syndrome qu’il décrit alors n’est pas l’état pathologique du malade, mais celui du médecin. Cet article est autant le fruit de ses études que le fruit de ses rencontres avec des travailleurs maghrébins, la plupart du temps algériens et jeunes, qu’il visitait pour les soigner dans les garnis de la rue Moncey, dans le quartier lyonnais de la Guillotière. Au début de ces années 1950, les immigrés maghrébins n’étaient pas très nombreux à Lyon, autour de deux mille, quatre mille dans toute l’agglomération. Frantz Fanon découvrit, avec empathie et indignation, leur misère et les discriminations dont ils faisaient l’objet. Il a raconté que, à plusieurs reprises, il fut contrôlé dans la rue par des policiers qui le prenaient pour un Maghrébin et qui, ayant réalisé qu’il était un Martiniquais, se confondaient en excuses…32

Composé progressivement durant les années d’études à Lyon, le manuscrit que Frantz Fanon avait nommé « Essai sur la désaliénation du Noir », fut publié au printemps 1952 par le philosophe ami de Sartre Francis Jeanson, alors directeur de collection aux éditions du Seuil à Paris, qui lui donna pour titre « Peau noire, masques blancs ». Le livre, inspiré par l’existentialisme sartrien mais aussi par la pensée de Wilhem Reich sur l’appropriation sexuelle, rompait avec le concept de Négritude porté particulièrement par Aimé Césaire, Léon-Gontran Damas et Léopold Sédar Senghor. Il eut très vite une portée internationale, en particulier du fait de la résonance qu’il rencontra chez les colonisés. Il reste un ouvrage majeur pour comprendre le racisme et pour lutter contre lui. 

En novembre 1953, Frantz Fanon est nommé médecin-chef à l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville, situé à une cinquantaine de kilomètres à l’est d’Alger. Quand il arrive à Alger, il a déjà parcouru une longue étape sur le chemin qui mène à la désaliénation des colonisés, mais il lui faut aller plus loin : partager totalement la lutte d’un peuple dominé, un peuple opprimé. Ainsi va-t-il s’identifier complètement à la lutte pour l’indépendance du peuple algérien. 

Par Christian DELORME


Citer ce billet
christiandelorme (2023, 26 mai). PERSONNAGE/Frantz Fanon à Lyon (1946-1952). Histoires lyonnaises. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44e

  1. David Macey : Frantz Fanon, une vie, La Découverte, Paris, 2011. []
  2. Marcel Manville, Les Antilles sans fard, L’Harmattan, Paris, 1993, page 46. []
  3. Marcel Manville, Les Antilles sans fard, L’Harmattan, Paris, 1993, page 242. []
  4. Alice Cherki, Frantz Fanon. Portrait, Seuil, Paris, 2011, page 28. []
  5. Irène Gendzier : Frantz Fanon, Seuil, Paris, 1976, page 27. []
  6. Joby Fanon, Frantz Fanon, de la Martinique à l’Algérie et à l’Afrique, L’Harmattan, Paris, 2004, pages 87-90. []
  7. Antoine Idier : A Lyon, Frantz Fanon et l’expérience vécue du Noir, Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon, n°5966, lundi 27 août 2012. []
  8. Paul Bouchet : Mes sept utopies, Editions de l’Atelier, Paris, 2010, page 48. []
  9. Nicolas Charbonneau et Laurent Guimier : Le roman des maisons closes, Editions du Rocher, Monaco, 2010. []
  10. Joby Fanon : Frantz Fanon, de la Martinique à l’Algérie et à l’Afrique, L’Harmattan, Paris, 2004, page 111. []
  11. Joby Fanon : Frantz Fanon, de la Martinique à l’Algérie et à l’Afrique, L’Harmattan, Paris, 2004, page 108. []
  12. David Macey : Frantz Fanon, une vie, La Découverte, Paris, 2011, page 151. []
  13. Djillali Khelas : 1989, l’année où Josie Fanon s’est suicidée, El Watan, 5 juillet 2011. []
  14. David Macey : Frantz Fanon, une vie, La Découverte, Paris, 2011, page 142. []
  15. François Tosquelles : Frantz Fanon et la psychothérapie institutionnelle, revue Sud/Nord n°14, Editions Erès, 2001, pages 167 à 174. []
  16. Frantz Fanon : Peau noire, masques blancs, in Oeuvres, La Découverte, Paris, 2011, page, 87. []
  17. Alice Cherki : Frantz Fanon. Portrait, Seuil, Paris, 2011, page 29. []
  18. David Macey : Frantz Fanon, une vie, La Découverte, Paris, 2011, page 141. []
  19. Paul Bouchet : Mes sept utopies, Editions de l’Atelier, Paris, 2010, page 48. []
  20. Frantz Fanon : Ecrits sur l’aliénation et la liberté, Textes réunis, introduits et présentés par Jean Khalfa  et Robert J.C. Young, La Découverte, Paris, 2018, pages 719-721 []
  21. Frantz Fanon : Théâtre. In Ecrits sur l’aliénation et la liberté, Textes réunis, introduits et présentés par Jean Khalfa  et Robert J.C. Young, La Découverte, Paris, 2018, pages 17 à 160. []
  22. David Macey : Frantz Fanon, une vie, La Découverte, Paris, 2011, page 142. []
  23. Paul Bouchet : Mes sept utopies, Editions de l’Atelier, Paris, 2010, page 48. []
  24. Celeste Day Moore : Soundscapes of Liberation: African American Music in Postwar France, Duke University Press, 2021. []
  25. Frantz Fanon : Peau noire, masques blancs, in Oeuvres, La Découverte, Paris, 2011, page 81. []
  26. Frantz Fanon : Ecrits sur l’aliénation et la liberté, Textes réunis, introduits et présentés par Jean Khalfa  et Robert J.C. Young, La Découverte, Paris, 2018, page 721 []
  27. Alice Cherki : Frantz Fanon. Portrait, Seuil, Paris, 2011, page 30. []
  28. Claudine Razanajao et Jacques Postel : La vie et l’oeuvre psychiatrique de Frantz Fanon, L’Information psychiatrique, volume 51, N°10, décembre 1975, pages 1053 à 1073. []
  29. Alice Cherki : Frantz Fanon. Portrait, Seuil, Paris, 2011, note en bas de la page 31. []
  30. François Tosquelles : Frantz Fanon à Saint-Alban, L’Information psychiatrique, vol 51, n°10, décembre 1975. []
  31. Mohamed Rebah : Georges Counillon, engagé pour l’indépendance de l’Algérie, tué en 1955 par des frères de combat, Site Histoire coloniale et postcoloniale, article mis en ligne le 13 octobre 2020. []
  32. Frantz Fanon : Peau noire, masques blancs, in Oeuvres, La Découverte, Paris, 2011, page 135. []

2 réponses

  1. Robert JC Young dit :

    Un excellent récit détaillé du séjour de Fanon à Lyon, extrêmement éclairant et complet. Il reste cependant, à mon avis, beaucoup de recherches qui pourraient encore être menées sur l’histoire de Fanon à Lyon. L’élément le plus immédiatement significatif serait de localiser un exemplaire de l’édition de “Tam-Tam” que Fanon aurait produit en 1948, sa toute première publication, mais que personne aujourd’hui ne semble avoir jamais vue et qui, pour autant que je sache au courant, est introuvable dans aucune bibliothèque, même à Lyon. Je serais toujours intéressé d’entendre d’autres recherches sur les années de Fanon à Lyon. Pour l’instant, merci !
    Robert JC Young, co-éditeur de Frantz Fanon, “Ecrits sur l’aliénation et la liberté” (2015)

    • DELORME Christian dit :

      Merci beaucoup, Monsieur le Professeur, pour votre commentaire. Comme vous l’écrivez, il y a encore beaucoup de recherches qui mériteraient d’être menées sur les années lyonnaises de Frantz Fanon. Cela justifierait un travail de thèse en histoire. Finira-t-on par trouver un jour un exemplaire de ce bulletin “Tam-Tam” qui n’a, cependant, pas dû être édité en un grand nombre? Peut-être des recherches dans les archives de l’UNEF, ou dans celles du Parti Communiste Français, ou encore dans celles de la police pourraient nous permettre de tomber sur cette publication? Mais ce serait un peu explorer l’Amazonie! Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search