PATRIMOINE/150 ans de coloration des façades à Lyon

Depuis près d’une vingtaine d’années, le marketing territorial de la ville de Lyon mobilise abondamment les représentations des quais de Saône, du Vieux-Lyon jusqu’aux Subsistances. L’alignement de façades d’immeubles plus ou moins hauts aux couleurs tantôt rouges, terre de Sienne, ocres ou jaune(s ?) constitue aujourd’hui un marqueur identitaire fort et largement prisé par les touristes. Les qualificatifs de « florentine » ou d’« italienne » sont fréquents dans les discours pour qualifier l’image de Lyon. Pourtant, il y a encore une cinquantaine d’années, la ville était connue pour sa grisaille et ses brouillards. 

Cet article propose de retracer l’histoire de la coloration des façades lyonnaises à travers les politiques d’aménagement du territoire mises en place depuis plus d’un siècle et demi.

Lyon, ville grise, ville industrielle

Comme la plupart des grandes villes françaises au XIXe siècle, Lyon est concernée par une forte croissance urbaine, intrinsèquement liée à l’industrialisation. Les établissements industriels s’installent au cœur du tissu urbain tandis que les faubourgs se développent et se densifient, notamment au nord de la Presqu’île et sur la rive gauche du Rhône. Le recours massif du charbon pour le chauffage et la production industrielle occasionne d’importantes fumées. Elles contribuent rapidement à encrasser les façades des immeubles dans des proportions jusque là inconnues. À Lyon, le phénomène est d’autant plus marqué qu’il se couple avec les effets du microclimat de la ville : l’humidité des deux cours d’eau et l’encaissement du site dans sa partie ouest limite l’évacuation naturelle des fumées.

En 1853, un texte est publié qui reprend les dispositions du décret parisien du 26 mars 1852 sur « le blanchiment, le crépissage et le nettoiement décennal des façades ». Pour la première fois, la législation envisage l’aspect extérieur des façades comme une problème appelant une réponse politique. Cependant, au début du XXe siècle, cette obligation n’est plus respectée par les propriétaires d’immeubles. Ces derniers attribuent au moratoire sur les loyers, instauré à partir de 1914, la limitation des financements des travaux de ravalement. 

Ainsi, jusque dans les années 1970, le paysage urbain lyonnais est marqué par la noirceur de ces édifices, des plus prestigieux aux plus ordinaires.

L’apparition des couleurs « florentines » avec la création du secteur sauvegardé du Vieux-Lyon

En 1964 est créé le premier secteur sauvegardé de France dans le Vieux-Lyon. À cette époque, le quartier était dans un état de délabrement avancé, tant du point de vue sanitaire que strictement esthétique, et avait une image négative auprès de la population lyonnaise. L’enjeu affiché par la municipalité était, non seulement de rétablir des conditions de vie décentes pour les habitants mais également de procéder à un embellissement du quartier. 

Historiquement, les murs des immeubles du Vieux-Lyon étaient recouvert d’un enduit à la chaux teinté par la nature du sable ajouté à l’eau et à la chaux. En l’occurrence, il s’agissait du sable de la Saône de couleur ocre, issu de l’érosion des roches calcaires des Monts d’Or, ou de galets concassés de la même rivière, arborant plutôt une teinte rose terne. Dans les années 1970, ces teintes se voient ravivées, notamment sous l’impulsion de l’architecte des Bâtiments de France Robert Thévenot. Ce choix a pour effet de visibiliser la réhabilitation du quartier et rappeler l’âge d’or du Vieux-Lyon, celui de la Renaissance italienne : le récit de la ville florentine est né. 

Ainsi, loin d’être historiquement avérée, la coloration des façades du Vieux-Lyon est un geste architectural profondément ancré dans son époque : le rejet du modernisme qu’incarne la table rase, et l’avènement du postmodernisme, qui propose une relecture esthétisante de la « ville historique ».

Le quai Pierre Scize, une succession de couleurs éclatantes. Crédits : Loïc Vendrame/BML

Le contre-pied des années 1990 : le Plan Bleu

Les décennies 1970 et 1980, ont vu les couleurs chaudes s’étendre à de nombreux pans de la ville, notamment en rive gauche du Rhône

« La Rissonière » à Montchat, cas emblématique de l’influence de la coloration « florentine » dans les quartiers de la rive gauche. Crédits : Anne Loustalet

La démocratisation des peintures chimiques, offrant une large palette de couleurs, ont permis de s’affranchir des nécessités chromatiques traditionnelles. À cette époque, quelques voix s’élèvent contre la « saturation florentine » dont fait l’objet le paysage urbain, comme c’est le cas de l’association Sauvegarde et Embellissement de Lyon dans son bulletin de liaison de 1983 :

« […] la ville (en particulier la Presqu’île) est subitement la proie d’une crise dont l’allure polychrome paraît anachronique. […] Ne voit-on pas, en effet, des immeubles second Empire devenir multicolores, mélangeant volontiers et sans complexe du rouge vinasse à du jaune verveine !?

Le mélange n’est pas franchement digeste. »

Pourtant, au début des années 1990, le projet de requalification des berges du Rhône prend le contre-pied de la coloration « patrimoniale » des années 1970. Si l’on retient en premier lieu la création de la promenade le long des berges, l’aménagement des quais du Rhône s’est également traduit par une politique de coloration singulière, proposée par Michel Roz. Explicitement nommé « Plan bleu », le projet de l’architecte-urbaniste s’est fondé sur l’imaginaire du fleuve Rhône pour justifier le recourt à la couleur bleue sur les ferronneries, portes et façades, pourtant historiquement absente du front bâti le long du cours d’eau. Cette coloration visait notamment à mettre en valeur le socle de la Croix-Rousse.

Les immeubles aux tonalités bleutées du quai Lassagne contraste avec les façades aux couleurs chaudes des Pentes de la Croix-Rousse. Crédits : Anne Loustalet

Vers une nouvelle ère chromatique ? : le vert et le blanc de la ville écologique

Avec le dérèglement climatique, le sujet de la couleur des façades revêt une dimension nouvelle : alors que les villes sont sujettes aux îlots de chaleur urbains l’été, les professionnels cherchent des champs d’intervention pour limiter ce phénomène. La couleur du bâti en est un. Sachant que les couleurs sombres tendent à renvoyer plus chaleur dans l’atmosphère que les couleurs claires par effet d’albédo, on voit dans le blanc un moyen de limiter les effets des îlots de chaleur.

On constate en effet un retour du blanchiment des façades dans les choix chromatiques des nouveaux projets d’architecture, voire des projets de réhabilitation.

Réhabilitation du centre commercial de la Part-Dieu en juillet 2020, un changement de philosophie chromatique. Crédits : Thomas Breban/BML

Contrairement au blanchiment du XIXe siècle, fortement teinté d’hygiénisme, celui du XXIe siècle a une justification météorologique. 

L’esthétique de la ville contemporaine se dessine. Fortement influencée par les nécessités écologiques, un nouveau nuancier dominé par le vert du végétal et le blanc constituent les couleurs incontournables.

par Anne LOUSTALET, Urbaniste-géographe, chargée d’études au CAUE Rhône-Métropole


Bibliographie
  • BONNARD Jean-Paul, « La ville en Rose », Bulletin de la SEL, n°1, novembre 1983, p. 6
  • BONNET Jean-Paul, « Lyon : la grisaille a conquis la palette et la palme des couleurs » in Parinaud André, La couleur et la nature dans la ville. Murs peints, sols, parcs, fontaines…, Paris, Le Moniteur, 1988
  • DUFIEUX Philippe, « L’invention du Vieux-Lyon », in CHOPELIN Paul et SOURIAC Pierre-Jean, Nouvelle histoire de Lyon et de la métropole, Toulouse, Privat, coll. « Histoire », pp. 313-319
  • FRANCESCHINI Pierre, GODEFROY Valérie, « Les couleurs du Vieux-Lyon : l’évolution de la démarche », in ESQUIEU Yves, Les couleurs de la ville. Réalités historiques et pratiques contemporaines, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Arts », 2016
  • LOUSTALET Anne, Construire l‘évidence des couleurs florentines à Lyon. La coloration des façades, une stratégie de singularisation dans un contexte de métropolisation, mémoire de master, Lyon, École nationale supérieure d’architecture de Lyon, 148 p.
  • LOUSTALET Anne, Verdir le Vieux-Lyon ? Repenser la transition écologique par l’approche patrimoniale, mémoire de master, Lyon, Université Jean Moulin Lyon-3, 174 p.
  • RAHM Philippe, Histoire naturelle de l’architecture, Paris, Pavillon de l’Arsenal, 2020, 316 p.
  • ROZ Michel, Bleu Lyon. Nouvelle couleur des quais du Rhône, Liège, Éditions Mardaga, 1995, 94 p.


Citer ce billet
Anne Loustalet (2023, 24 février). PATRIMOINE/150 ans de coloration des façades à Lyon. Histoires lyonnaises. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44b

Anne Loustalet

Géographe et urbaniste de formation, je travaille sur le croisement des enjeux de la transition écologique et du patrimoine urbain et paysager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search