PERSONNAGE/ Geneviève Dumont ou l’univers métamorphosé par la matière brute

Les femmes artistes de notre canton ont de l’envergure, un talent reconnu au-delà de nos monts. Nous avons eu le bonheur de les rencontrer : elles sont maître-verrier, mosaïste, danseuse étoile, peintre, ou, comme Geneviève Dumont sculpteur d’avant-garde. Toutes ont joué ou jouent encore un rôle prépondérant dans l’Histoire de l’Art français, rôle dont nous pouvons être fiers.

Geneviève Dumont (1943 – 1986) est l’archétype même de l’artiste au sens plénier du terme. Sa vie a passé à l’allure d’une météorite, mais, en un laps de temps limité – 43 ans, elle a semé, sur son passage, un nombre impressionnant d’œuvres dues à sa fébrilité créatrice, à son goût pour l’innovation, à ses recherches pour que de nouvelles matières, de nouveaux supports, de nouvelles techniques viennent prendre la relève, en sculpture, du classique marbre ou du granit. C’est pour cela qu’ayant découvert les matières plastiques, les résines polyesters, elle va se les approprier et faire avec elles ce qu’avaient osé entreprendre les artistes de la fin du XIXème siècle avec l’acier, le béton ou le verre en créant le Modern’style. La démarche de Geneviève fut la même, et ses audaces lui confèrent une place spéciale dans le monde artistique de l’après-guerre et elle rejoint en cela, les curieuses exaltations d’Iponsteguy ou de Tadeusz Kantor.

Villeurbannaise, Geneviève Dumont passe une enfance sans histoire, timide et solitaire, la personnalité déjà fortement marquée, elle cherche sa voie. Après le baccalauréat, elle entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon pour un cursus traditionnel de six ans, avec des maîtres comme Chancrin pour la peinture et Avos Kan pour la sculpture : cette dernière discipline l’attirait fortement bien qu’elle la trouvait trop classiquement enseignée.

En 1969, elle a 24 ans, et diplômée de la prestigieuse Ecole, elle commence une double carrière : l’une d’enseignement dans les lycées et collèges de la région, l’autre une activité de sculptrice professionnelle, activités qu’elle mènera conjointement jusqu’à sa disparition.

Les photos de Geneviève nous montre une jeune femme, belle, au visage fin, mais émacié, une silhouette frêle, un corps mal assuré, des traits où se lit l’anxiété, ce puissant mais destructeur vecteur qui force à créer. Solitaire dans les moments intenses d’inspiration, elle se fixe dans la proche campagne lyonnaise à Sainte-Consorce d’abord en 1974, puis à Grézieu-la-Varenne ensuite où elle s’installe dans une sorte de Thébaïde, remplie de calme et de verdure, lieu reposant loin des débordements de la ville… Là, Geneviève déploie tout son génie créatif : elle est même l’archétype de l’artiste au sens fort du terme : la sculpture la possède comme une proie : l’Art est son idéal de vie, un idéal auquel elle aura tout sacrifié : c’est « l’unique nourriture de chacun de ses instants, de chacun de ses regards, de chacune de ses rencontres. Sa sensibilité exacerbée. Son amour des autres. Sa fascination de la mort, ses souvenirs, étaient ses outils, sa matière première… » comme le notait si justement son amie et sculptrice Guillaubey. Une écorchée vive, Geneviève, bien dans la ligne romantique des artistes maudits du XIXème siècle de Rimbaud à Lautréamont en passant par Verlaine ou Baudelaire en littérature. Elle était, comme le souligne Deroudille « incapable de ses soumettre aux caprices du destin… ». Travailleuse acharnée, la recherche, la création qui s’en suivent, rythment ses jours. Elle croyait en « cette mission sacrée de l’artiste » dont parle Victor Hugo, faite d’innovations et de curiosité. C’est cette dernière qui l’avait conduite aux USA en 1976 et qui la pousse, dès le début de sa carrière, à travailler sur des supports autres que le traditionnel granit ou le marbre : « je ne veux pas tailler la pierre » avait-elle dit une fois pour toute ! On pouvait, pensait-elle, réaliser des œuvres par d’autres moyens en utilisant des matériaux nouveaux issus des avancées technologiques qui ont fait florès à la fin de la seconde guerre mondiale, à savoir les matières plastiques et ses dérivés : polyester, résines, solvants, etc… sans oublier le béton, cher au Corbusier. Son but, construire « des formes libérées de tout réalisme… » l’informel pouvant tout aussi bien que le formel décrire la réalité précise ou être une forme pour elle-même. Geneviève Dumont a donc été une pionnière de l’informel en sculpture « indifférente aux règles d’un académisme dépassé… » comme l’a écrit Deroudille qui l’a si bien comprise. Pour elle, l’informel correspond à l’angoisse du temps présent cachée dans l’inconscient collectif de ce monde qui a cruellement souffert de la barbarie de 2ème conflit mondial.

Les amants – Sculpture par Geneviève Dumont à Grézieu la Varenne

La reconnaissance de Geneviève Dumont

Bien que l’œuvre de Geneviève Dumont soit difficile dès l’abord, déroutante, mortifère, désincarnée, déstructurée, il y a chez elle, un je ne sais qui qui fascine malgré qu’on en ait, une aimantation puissante se produit à la vue de ses montages dégoulinants de résine, pleurant un mal être certain… Un Rembrandt moderne, aux œuvres écorchées et saignantes, de cette envie d’enfant traduite par des poupées fantastiques, des manèges gluants comme des guimauves… Un public averti ne s’y est pas trompé, et la notoriété de l’artiste a vite fait surface. Des commandes officielles l’ont fait connaître. A Grézieu « les deux amants », longtemps séparés, offrent leur étreinte pudique aux passants attentifs.

En définitive, une artiste de renommée européenne, une artiste « différente » dont « toutes les sculptures sont des cris muets, des hurlements sans nom, de sourds appels au secours, une artiste fulgurante qui, à peine la trentaine était déjà l’une des plus qualifiée de sa génération… » (Guillaubey).
Geneviève Dumont, une martyre de l’Art vraisemblablement. Poussée à l’extrême par sa passion dévorante, elle a négligé sa propre personne charnelle pour ne se soucier que de l’esprit. Une connaissance approfondie de son œuvre ne peut qu’enrichir « l’Honnête Homme » du XXIème siècle.

Par Michel LOUDE

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
michelloude (3 février 2023). PERSONNAGE/ Geneviève Dumont ou l’univers métamorphosé par la matière brute. Histoires lyonnaises. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r44a


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search