MOBILIER/Les salons en bois doré de Nogaret

La production de Nogaret (1718-1771 ; reçu maître à Lyon en 1745) est surtout réputée pour son usage d’un noyer noir de très grande qualité au grain fin. La quasi totalité des sièges en cabriolet est exécutée dans cette essence, tandis que les sièges à dossier plat se partagent entre le noyer et le hêtre. Ces bois sont le plus souvent simplement cirés, plus rarement peints et, de façon exceptionnelle, dorés.

Les fauteuils à châssis du musée Gadagne

Depuis 1982, on connaît les fauteuils à châssis en bois doré acquis par le musée Gadagne.

Ces sièges à la sculpture exubérante et inattendue laissent transparaître sous un décor surabondant un certain nombre de formes types chères à Nogaret, qui utilisait un jeu de gabarits bien définis. On retrouve ici la ferme nervosité des lignes et des reliefs, la sinuosité des courbes sous une végétation luxuriante comportant quelques motifs rocaille (coquille des consoles d’accotoirs et chutes de l’épaulement). Ces fauteuils restent dans la grande tradition lyonnaise des années 1745-1755.

Fauteuil à la reine en bois doré, estampille de Nogaret à l’intérieur de la ceinture (Lyon, musées Gadagne, Inv. 80.2.3, cliché Roseline Agustin).

Fauteuil à la reine en bois doré, estampille de Nogaret à l’intérieur de la ceinture (Lyon, musées Gadagne, Inv. 80.2.3, cliché Roseline Agustin).

 

 

 

 

Nous ignorons l’origine de ces fauteuils inhabituels dans la production du maître lyonnais. Mais, alors que les sièges de luxe étaient volontiers dorés à Paris (de Heurtaut ou Foliot à Jacob, par exemple), la province, plus discrète, n’a guère produit de sièges en bois doré. Répondant vraisemblablement à une commande spéciale, ces derniers étaient peut-être destinés à meubler une demeure princière ou épiscopale[1].

 

 

 

Les sièges du château de Bisseret (Allier)

Une autre série, cette fois fort importante par sa quantité comme par sa diversité, est passée en vente à plusieurs reprises ces 40 dernières années.
Il s’agit d’un salon en bois doré couvert de tapisserie du XIXe siècle [2] comprenant un canapé à jouées, sept fauteuils et six chaises à la reine. Ces sièges furent d’abord vendus par Sotheby’s à Monaco les 25 et 26 juin 1983, puis à Londres le 11 juin 2003, enfin à New York le 3 novembre 2005. Tous proviennent du château de Bisseret à Lavault-Sainte-Anne dans l’Allier[3]. Leur nombre reste problématique car, le plus souvent, il s’agissait d’ensembles beaucoup plus importants comprenant des séries de 18 ou 24 éléments parfois numérotés à l’encre à l’intérieur de la ceinture.
On peut toutefois tenter de reconstituer l’ensemble à partir de spécimens de même conformation mais en noyer naturel au lieu d’être dorés : il est possible que ces derniers aient été décapés comme le laisse entrevoir la qualité assez moyenne du bois, ce qui était normal s’il était destiné à être recouvert des différents apprêts que requiert la dorure.
C’est probablement le cas de trois fauteuils et d’une paire de chaises en cabriolet en noyer, qui semblent appartenir à la même série[4]. L’estampille est apposée sur la barre de renfort de la ceinture, fait inhabituel pour les cabriolets en bois naturel de Nogaret sauf s’ils étaient destinés à être dorés car on ne pouvait pas estampiller sur la dorure sous peine de faire sauter l’assiette[5].

 

Fauteuil à la reine du château de Bisseret, non estampillé, (cliché Sotheby’s, Londres, 2003).

Fauteuil à la reine du château de Bisseret, non estampillé, (cliché Sotheby’s, Londres, 2003).

Ce modèle, orné de faisceaux ou de joncs enrubannés, rompt en partie avec les tracés de la période 1745-1760 sans encore adopter la traverse supérieure en anse de panier qui annoncera plus nettement le néoclassicisme[6]. On le trouve ici présenté sous presque toutes ses versions possibles : canapé, fauteuils et chaises à la reine (à dossier plat), fauteuils et chaises en cabriolet (à dossier incurvé). Certains de ces sièges sont estampillés, d’autres non, comme cela était fréquent.

Du point de vue stylistique, le dossier, qui ne comporte pas le bouquet fleuri habituel mais un large nœud de passementerie, adopte un tracé en dos d’âne convexe adouci, que l’on retrouve sur des sièges simplement moulurés sans sculpture ou dont le dossier est sans bois apparent.

Les consoles d’accotoirs des fauteuils sont en coup de fouet (forte torsade fermement moulurée s’ouvrant vers le bas) et la traverse antérieure de la ceinture en accolade ouverte. Le décor de faisceaux ou de joncs enrubannés se retrouve dans le mobilier parisien avec une différence cependant : à Lyon le ruban est simple alors qu’à Paris il est croisé.

Pour ce qui est de la datation, il est difficile de suivre les commentaires du catalogue de Sotheby’s qui indique que cette suite fut « presque certainement » (almost certainly) offerte à Claude [Deschamps] de Bisseret à l’occasion de son mariage[7] avec Mademoiselle de Saint-Aubin en 1754, par les oncles de la mariée tous deux chanoines-comtes de Lyon, Jacques de Saint-Aubin de Saligny et son frère Gabriel [-César], vicaire général du cardinal de Tencin, archevêque de Lyon.
On notera que la mariée était elle-même originaire de la paroisse Saint-Pierre-le-Vieux, précisément celle de Nogaret, qui tenait son atelier à quelques dizaines de mètres de l’église aujourd’hui démolie.
L’introduction d’un décor de faisceaux ou de joncs enrubannés est vraisemblablement plus tardive car elle annonce les styles Transition et Louis XVI, que Nogaret, mort en 1771, n’a probablement jamais pratiqués. Plus raisonnablement, en 2012, Christie’s date de 1760 environ un mobilier en bois doré présentant des similitudes avec le salon de Bisseret[8].
Ce qui ouvre une nouvelle piste de recherche assez cohérente, car le salon aurait pu être commandé vers 1760 par Gabriel César de Saint-Aubin de Saligny lorsqu’il fut nommé archidiacre, vicaire général du diocèse de Lyon et prévôt du chapitre de Fourvière, postes extrêmement importants dans le diocèse.
Le luxe d’un salon doré semble être en conformité avec le train de vie des hommes d’Eglise dotés d’un certain pouvoir hiérarchique, notamment à Lyon[9]. Et c’est par le biais d’une succession, en 1773, qu’il serait passé dans la famille de sa nièce, Jeanne Henriette de Saint-Aubin, épouse de Claude Deschamps de Bisseret.

Ces sièges, exceptionnels par leur décor et leur qualité, donnent une idée de l’étendue et de l’importance de la production du maître lyonnais.

Par Bernard Deloche, philosophe et muséologue français
et Eric Detoisien

Aller plus loin : www.pierre-nogaret.fr

[1] Des sièges identiques ont été vendus à Monaco par Sotheby’s le 17 février 1980.
[2] Information communiquée par Pierre Machault.
[3] Les salons ont été inscrits aux Monuments historiques par arrêté du 11 mai 1981, mais le mobilier, qui n’y figurait pas, sera mis en vente deux ans plus tard à Monaco.
[4] Antiquités Franck Baptiste.
[5] Les chaises à dossier plat du salon de Bisseret sont estampillées sur la traverse arrière de la ceinture à l’extérieur, signe de ce qu’elles n’étaient peut-être pas destinées initialement à être dorées. Il est possible que le commanditaire ait demandé de dorer après-coup des sièges en noyer naturel déjà estampillés.
[6] On connaît également un ensemble de quatre fauteuils à la reine à châssis en bois redoré ornés de faisceaux enrubannés sans nœuds avec un dossier en anse de panier. Ils portent une estampille douteuse de Parmantier mais sont attribués sans confusion à Nogaret par le logiciel Systex (publiés en 2008 dans Nogaret et le siège lyonnais, ill. 125, p. 93).[7] Le mariage eut lieu le 20 août 1754 à Agonges (Allier) et la succession de Jeanne Henriette de Saint-Aubin, veuve de Claude Deschamps de Bisseret, le 15 septembre 1799. http://www.forgottenbooks.com/readbook_text/La_Revolution_a_Saint-Menoux_1200128432/193. Le Mercure de France d’octobre 1773 (p. 113) mentionne la mort à Paris de Gabriel César de Saint-Aubin de Saligny.
[8]  Vente Christie ‘s, New York, 29 novembre 2012 : 4 fauteuils à la reine en bois doré à faisceaux attribués à Nogaret
[9] Ce prélat avait fait graver un fer de reliure à ses armes, ce qui donne une idée que l’estime qu’il se portait à lui-même (E. Olivier, G. Hermal et R. de Roton, Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises, Pl. 1407).


Bernard Deloche

Bernard Deloche, né à Lyon en 1944, est professeur émérite à l'Université Jean Moulin-Lyon 3 (chaire de philosophie de l'art), membre du Conseil international des musées (ICOM) et expert près la Cour d'appel de Lyon (ER). Il a enseigné principalement l'esthétique et la muséologie (après avoir fondé un master 2 intitulé "Muséologie et nouveaux médias", qu'il a dirigé pendant 10 ans). Ses travaux et publications portent sur l'esthétique des arts mineurs et sur la muséologie. Il contribue aux publications du BMO de Lyon depuis 1979 (soit 46 articles consacrés surtout à l'artisanat lyonnais, mobilier et orfèvrerie).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *