PERSONNAGE/Georges Bidault au lycée du Parc février 1942-juin 1943

Geoges-Bidault © Roland Saussac

Parmi les professeurs du lycée du parc qui se sont illustrés par leur action au sein de la Résistance contre l’occupant nazi, la figure de Georges Bidault mérite d’être rappelée.

Georges Bidault, né à Moulins le 5 octobre 1899, après avoir fait ses études chez les Jésuites, suit des cours d’histoire et de géographie à la Faculté de Paris. Membre de l’Association de la jeunesse française en 1922, il écrit des articles dans les Annales de la jeunesse catholique.
Agrégé d’histoire en 1925, il est nommé en septembre de la même année au lycée de Valenciennes, puis l’année suivante au lycée de Reims où il reste jusqu’en 1931. Membre du parti démocrate populaire (PDP) en 1926, il est nommé au lycée Louis-le-Grand en 1931. Éditorialiste dans le quotidien l’Aube de 1934 à 1939, il s’engage comme volontaire en 1940 avec le grade de sergent. Prisonnier le 8 juin 1940 près de Soissons, il est libéré en juillet 1941 en tant qu’ancien combattant de la guerre de 1914-1918.
Passé en zone libre, il obtient une nomination provisoire le 14 février 1942 au lycée du Parc en remplacement de Pierre Gourdol fait prisonnier[1].
Charles Maurras s’en offusque : « On peut, écrit-il, en considération des grades de M. Bidault trouver dans les cadres innombrables de l’Administration un poste qui ne lui confère aucune autorité… l’interdiction d’enseigner et surtout d’enseigner l’histoire. On ne peut pas laisser entre ses mains la fiole de poison qui polluerait des générations d’innocents[2]. »

Peu de temps après son arrivée, Georges Bidault entre au comité directeur du mouvement de résistance Combat et collabore au journal du même nom[3]. Après sa rencontre avec Jean Moulin, il est chargé an avril de diriger le Bureau d’information et de presse (BIP) et aidé de Pierre Corval[4] et de ses collaborateurs, il veille à la publication du Bulletin de la France combattante. Membre fondateur du Conseil national de la Résistance le 27 mai 1943, il quitte Lyon peu après l’arrestation de Jean Moulin le 21 juin.

Que sait-on de son activité au sein du lycée ?
Agrégé 2ème classe, il doit assurer en principe 16 heures par semaine et reprendre les classes de Pierre Gourdol[5]. Si l’ambiance ne lui paraît pas antipathique[6], il aurait évité « toute conversation politique, tant avec les élèves qu’avec ses collègues. Mais nul doute qu’il n’ait mis à profit pour exalter dans ses cours le sens patriotique de ses élèves.[7]» Ainsi : « Pendant plus d’un an, Bidault mène une double vie : résistant et enseignant. Un enseignant qui parfois donne des rendez-vous dans sa classe[8]. » Un résistant qui sollicite la contribution de son collègue d’histoire Jean Mairey[9], en poste depuis le 24 novembre 1940[10], pour l’aider à la rédaction de Combat et qui soutient des groupes de Résistance de ses élèves, comme l’affirme Léo Wolpert (1907-1982), « dont le frère fut très actif dans la résistance avec d’autres camarades du lycée ; sans doute avec la complicité de Georges Bidault[11] .»

La discrétion avant tout. « J’étais moi-même, écrit-il, un homme d’apparence sensiblement bourgeoise qui sortait tous les matins d’un de mes domiciles successifs d’assez bonne heure et qui rentrait tous les soirs à la nuit tombée… j’ai employé moi-même une cinquantaine de pseudonymes : BIP, Xavier, Constantin, Armand, Renard, Jean-Jacques etc… la plupart ont déserté ma mémoire[12]. Mais, dès 1943, la gestapo m’appelait par mon nom[13]. » Un homme discret ? « Il circule dans Lyon très reconnaissable à sa canadienne doublée de chèvre blanche., sous le bras une serviette bourrée de livres et papiers. Il aime donner des rendez-vous sous le péristyle de l’opéra [14]. »  Un homme prudent. « Il y avait aussi à Lyon, à Paris, et à la fin un peu partout, des quartiers ou des lieux, quai des fleuves, terrasses des cafés, bars surveillés, appartements « brûlés » où se rencontraient ou même s’assemblaient des hommes recherchés, mal dressés à dérouter les filatures[15]. » Un homme discret. « Nous avions de nombreux rendez-vous, écrit René Cerf-Ferrière, soit à la sortie du lycée, soit dans un petit bar cours Vitton[16]. » « Un enseignant, qui parfois donne des rendez-vous dans sa classe, un enseignant bénéficiant d’un proviseur discret qui ne lui impose pas de donner son adresse, qui ne se formalise pas de ses absences et ne les signale pas[17]. »

Pourtant, affirme Guy Sanglerat[18], tout le lycée savait qu’il avait des responsabilités dans la Résistance, ce que confirme Albert Lachièze-Rey, élève de la khâgne de 1942-1943[19]. « Ma discrétion est telle, se vante Georges Bidault, que mon adresse était inconnue de tous, y compris du lycée où je professais[20] », même s’il est obligé de communiquer son adresse administrative, 50 chemin des Mûres. Michèle Brison affirme que Bidault participe activement à la Résistance sans que personne ne s’en doute au lycée du Parc, il ne parle jamais de politique avec ses élèves ou ses collègues et qu’elle n’est pas la surprise lorsqu’il est promu Président du Conseil National de la Résistance[21] !

Un bon professeur juge le proviseur[22], sans doute maladif, puisqu’il obtient de nombreux congés pour raisons de santé que l’on pourrait qualifier de stratégiques, en particulier ceux du 19 mars au 2 avril 1943 et celui du 16 avril précédant les vacances de Pâques du 17 avril au 3 mai[23].  Des absences encore plus fréquentes puisque le proviseur décide qu’il y aura cessation de cours à partir du 31 mai pour les classes de premier cycle et que les cours seront facultatifs à partir du 10 juin pour les classes d’examen[24].

En vue d’une réunion prévue le 24 juin à Paris, Georges Bidault rencontre Daniel Cordier le 22 ou le 23 « qui me fait part, raconte-t-il, de l’arrestation de Jean Moulin[25]. » Le 23, il regagne Lyon où il aurait fait le lendemain une conférence improvisée au lycée de jeunes filles[26].  « Toutefois, remarque Bidault, c’est le moment de quitter Lyon et le « Lycée où je professais pour la dernière fois… Notre activité était presque aussi patente que si nous avons porté un insigne.[27] »

Il ne rejoint pas le lycée à la rentrée, ayant obtenu un congé de longue durée de trois mois en trois tranches : du 18 octobre au 17 novembre[28], du 18 novembre au 17 décembre, du 18 décembre au 17 janvier. Son absence ne prête pas à conséquence puisque l’emploi depuis le 21 octobre de son suppléant Louis Changeur, professeur de 7ème, ne provoque pas des frais supplémentaires à l’administration[29]. Comme il n’a pas rejoint son poste à l’issue de son congé, le ministre, le 27 janvier, en réponse à une lettre du recteur, demande à ce dernier de le « considérer comme disparu » et de le suspendre avec privation de traitement. Peu de temps après, l’inspecteur d’Académie applique les décisions ministérielles en ne tenant pas compte de la troisième tranche du congé accordé : « Vu le rapport de M. le Proviseur du lycée du Parc, duquel il résulte que M. Bidault n’a pas rejoint son poste à l’issue de son congé du 18 décembre 1943, est suspendu de ses fonctions avec privation de son traitement en date du 18 décembre 1943. Fait à Lyon le 10 février 1944[30]. »

Président du Centre national de la Résistance, Ministre des affaires étrangères le 9 septembre 1944, Georges Bidault est réintégré le 16 septembre au lycée Louis-le-Grand où il n’exercera plus. On peut donc affirmer que sa dernière leçon a été donnée au lycée du Parc.

Par Roland SAUSSAC, professeur d’Histoire-Géographie au Lycée du Parc

 

[1] A.D. Rhône 3919 W 64 et A.D. Rhône 3919 W 103. Pierre Gourdol est remplacé par Delacroix nommé le 3 octobre 1940 qui reprend ses fonctions antérieures au lycée de Besançon à la fin de l’année 1941.

[2] Article de l’Action française du 30 juin 1942, cité par Jacques Dalloz, Georges Bidault, biographie politique, Paris, l’Harmattan, 1993, p. 56.

[3] Henri Frenay, La nuit finira, Paris, Robert Laffont, 1973 p. 189. Ancien élève du lycée du Parc il minimise le rôle de Georges Bidault « Notre journal Combat s’est structuré… Cerf-Ferrières est le rédacteur en chef, Jacques Bernard secrétaire et rédacteur. L’éditorial est le plus souvent dû à ma plume, parfois à celle de Bidault. »

[4] Pierre Corval 1910-1973. Libraire, journaliste à l’Aube, il est engagé au Progrès de Lyon en 1940. Engagé dans la Résistance, il est le rédacteur en chef du Bulletin de la France Combattante.

[5] A.D. Rhône 3919 W 354. Nous n’avons pas d’indications sur l’emploi du temps de Georges Bidault. Avant sa mobilisation, Pierre Gourdol enseignait dans les classes de Naval, de 1ère C, de 3ème B et de 6ème, ayant les jeudi et vendredi de libres. Il est possible que Georges Bildault, peut-être en sous-service ait aussi le samedi de libre.

[6] Jacques Dalloz, op.cit., p. 56.

[7] Jean-Claude Demory, Georges Bidault, Paris, Julliard, 1995, p.70.

[8] Jacques Dalloz, op. cit., p.56.

[9] Jean Mairey né à Dijon le 9 août 1909, agrégé d’histoire, professeur au lycée d’Épinal, puis au lycée de Dijon, sera professeur au lycée du Parc de novembre 1940 à octobre 1943. Il assure à son domicile avec Georges Bidault la rédaction de quelques numéros de Combat. Responsable de la NAP (Noyautage des administrations publiques), ayant de nombreuses activités dans la Résistance, il sera par la suite commissaire, préfet, directeur la Sécurité publique. Il meurt le 16 octobre 1982.

Henri Frenay, dans son ouvrage La nuit finira, cite p.476 Mairey comme faisant partie des « vieux camarades » de combat mais ne parle pas de sa collaboration à la rédaction du journal Combat.

[10] A.D. Rhône 31919 W 68.

[11] Léo Wolpert, Ma famille, moi et l’occupation, Paris, Publibook, 2008.

[12] Daniel Cordier, Alias Caracalla, Paris, Folio, 2015, p. 1129. « Bip ; autres pseudonymes Pelletier, Roussin ».

[13] Georges Bidault, D’une résistance à l’autre, Paris, Presses de la Cité, 1965, p. 37.

[14] Henri Amoretti, Lyon, capitale : 1940-1944, Paris, Éditions France-Empire, p. 93.

[15] Georges Bidault, op.cit., p. 33.

[16] René Cerf-Ferrière, p. 143.

[17] Jacques Dalloz, op.cit., p. 56. Quel est le proviseur qui se montre discret ? René Larue-Dubost, proviseur jusqu’en juillet 1942, René Buisson, jusqu’en mai 1943 et Jean Boulan jusqu’en 1945. Dans son mémoire de maîtrise, La vie du Lycée du Parc 1939-1944, Michèle Brison relate p.122, qu’au mois de mai 1943, un groupe d’action résistante place une charge de plastic sous la fenêtre du bureau du proviseur en guise d’avertissement avant qu’une autre charge ne l’atteigne car « il a négligé d’avertir deux élèves de classes préparatoires qu’ils seraient arrêtés« .

[18] Guy Sanglerat, Parcours d’un étudiant savoyard dans la Résistance. De Lyon à Annecy, Éditions Les passionnés de Bouquin, 2011.  Jacques Prevosto « Le Coq enchaîné ! … Un Taupin dans la Résistance. Guy Sanglerat (1941-1944) » dans Le Lycée du Parc 100 ans d’histoire. Lyon, Éditions Lieux Dits, 2014., pp 52-53. Entré au lycée du Parc en 1941, faisant partie du mouvement de Résistance le Coq enchaîné, Guy Sanglerat rejoint en fin 1943 les Francs Tireurs et Partisans.

[19] Albert Lachièze-Rey, ayant combattu dans le service Périclès des maquis du Haut-Jura, par la suite professeur de philosophie de la khâgne du lycée du Parc, actuellement en retraite, nous a affirmé que Georges Bidault manquait de discrétion, si bien que la plupart des élèves étaient convaincus qu’il avait des activités dans la Résistance.

[20] Georges Bidault, op.cit., p.40.

[21] Michèle Brison, op.cit., p. 120. Malgré tout, nous pensons qu’André Lassagne n’ignorait pas ses activités dans la Résistance. D’autres professeurs comme Joseph Hours et Jean Lacroix s’en doutaient.

[22] A.D. Rhône 3919 W 105.

[23] A.D. Rhône 3919 W 113.

[24] A.D. Rhône 3919 W 12.

[25] Georges Bidault, op.cit., p. 40. L’auteur affirme qu’il rencontre Daniel Cordier le lendemain de l’arrestation de Jean Moulin, c’est-à-dire le 22 juin tandis que Daniel Cordier avance la date du 23.

[26] Jacques Demory, op.cit., p. 67.

[27] Georges Bidault, op.cit., p. 40.  Nous ignorons la date des vacances, mais il a donné son dernier cours au plus tard le lundi 28 juin.

[28] A.D. Rhône 3919 W 113. Le 14 novembre 1943, Georges Bidault envoie une lettre de Grury au proviseur : « Je me permets de rappeler que j’avais fourni un certificat du professeur Debré, médecin assermenté auprès des Tribunaux qui mentionnait une durée de trois mois comme un minimum indispensable. »

[29] A D. Rhône 3919 W 106.

[30] A.D. Rhône 3919 W 64.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search