DECOUVERTE/Chambre particulière de Lyon de la Compagnie du commerce des Indes orientales 1664 – 1685 (2/2)

Suite de l’article “Chambre particulière de Lyon de la Compagnie du commerce des Indes orientales 1664 – 1685 1/2

1ère page du registre – HH/335, Archives de Lyon

Chaque engagement doit être payé en trois tiers. Leur collecte, prévue initialement sur trois ans, donne lieu à un feuilleton de plus en plus laborieux qui multiplie pendant près de vingt ans les jeux d’accordéon entre les entrées et les sorties d’argent, les pressions et les sursis. Cela fragilise la tenue des caisses et les capacités d’investissement, d’autant que les retours sont rares et les intéressés de plus en plus réticents face à une entreprise qui ne leur rapporte qu’une succession de déconvenues et ne peut compter pour survivre, en ultime recours, que sur le trésor royal. Pour ne pas les décourager, Louis XIV décide, le 13 septembre 1675, de leur faire distribuer un dividende de dix pour cent déconnecté de toute performance économique et réparti de façon inopportune et arbitraire sur des critères complexes et discriminants.

Les seuls à pouvoir tirer relativement leur épingle du jeu, indépendamment des fournisseurs, sont les personnels à gages de la Compagnie. En bas de l’échelle, Antoine Viricel fournit en 1665, avec son associé Martin, une centaine de colons envoyés à Madagascar. Il décède à Bantam (Indonésie) le 28 janvier 1675. Son sort est caractéristique du destin d’une grande partie de l’encadrement outre-mer, où la mort frappe en permanence. La chambre est alors sollicitée par les familles pour avoir des nouvelles, ou pour tenter de percevoir des parts d’émoluments ou de successions. Peu soucieuse du personnel navigant, qu’elle considère comme ses valets, elle s’accommode d’autant plus du népotisme généralisé que plusieurs des candidats qu’elle recommande ne s’avèrent pas des plus performants ou sont récusés pour cause de protestantisme.

Parmi les cadres de qualité recrutés par la chambre générale sur recommandation argumentée des réseaux négociants lyonnais, Jean Deguilhen, et surtout Barthélemy Blot, un « cost killer » du XVIIe siècle qui ne déparerait pas au sein des grands cabinets d’audit contemporains, multiplient les informations de première main partout où ils passent, décrivant avec un regard critique décentré les situations au Port-Louis de Bretagne, à Madagascar, à Surate et en Asie, quand les députés à la chambre générale en font de même à Paris et sur les lieux de ventes. Par leur intermédiaire, le handicap de l’éloignement se transforme en une formidable plongée dans les arcanes du fonctionnement de la Compagnie, que ce soit dans les coulisses du pouvoir ou en espace exotique, vu avec les oeillères religieuses et les inexpiables dissensions internes de tout un microcosme expatrié.

Lyon bénéficie ainsi de l’exclusivité d’informations restées inédites sur les aléas de navigation, les mouvements et la construction des navires, les marchés asiatiques, les événements de guerre avec les Anglais et les Hollandais, les difficultés considérables affrontées aux Indes par Claude Gueston et François Caron, dont la mort, fin 1673, conduit à un flottement préoccupant des bases du développement du commerce français en Asie.

Tout cela permet d’éclairer d’un jour nouveau l’histoire de la fondation et des premiers temps d’activité de la Compagnie, ainsi que du chantier naval de Lorient. Espace disponible, la rade de Port-Louis devient, à l’issue d’enquêtes approfondies, tant nautiques qu’industrielles, le port direct de Parisiens qui veulent tout commander sans intermédiaires ni contradicteurs, y envoyant ponctuellement des directeurs généraux en fonction des échéances d’aménagement et d’armement, avant d’y installer à demeure Siméon Des Jonchères, neveu de Berryer.

Simples exécutants sans envergure économique ni dimension politique suffisantes pour justifier une autre chambre particulière, comme à Rouen, Nantes ou Bordeaux, les ressortissants du prince de Rohan-Guémené et du duc Mazarin émergent subrepticement comme un des rouages essentiels de la Compagnie. Vaisseau éponyme de la cité, le Soleil d’Orient, porteur instable des toiles lyonnaises, connaît un destin opérationnel contrasté. Sur cinq départs de France, deux avortent sur démâtage, un troisième par blocus. Son arrivée chanceuse à La Rochelle en 1674 sauve la Compagnie. Sa disparition en 1681, avérée au bout de plusieurs mois de rumeurs et d’inquiétude, est le sinistre de trop qui porte un coup fatal à ses premiers investisseurs.

Les caisses étant vides, Colbert se montre réceptif, trois ans après la paix de Nimègue, à la mise à la disposition d’investisseurs privés, français comme étrangers, des navires, comptoirs, personnels et ventes de la Compagnie, en échange, pour l’essentiel, de modiques droits de fret. L’arrêt du conseil du 6 janvier 1682, qui officialise cette option au mépris de la déclaration de 1664, casse définitivement la cohésion entre Lyon et Paris.

Alors qu’après vingt ans de tâtonnements douloureux, l’expérience fièrement acquise permet enfin d’entrevoir des retours prometteurs et diversifiés depuis la côte de Coromandel, les Lyonnais sont scandalisés de voir les bénéfices escomptés, bradés par un traité du 18 mars 1682 avec les sieurs Mathé de Vitry La Ville et Jean-Baptiste Poquelin, partir directement dans la poche de quelques nouveaux venus travaillant impitoyablement, sous couvert de l’intérêt général de l’État, au profit de leurs propres intérêts, en faisant jouer l’arbitraire comminatoire des rouages de la centralisation à la française. L’amertume de la spoliation tourne à l’obsession lorsqu’ils découvrent que le deuxième membre de cette nouvelle génération de capitalistes n’est autre que le frère de l’un des deux directeurs de la chambre générale chargés de négocier directement avec eux, sans qu’ils en aient seulement été prévenus.

Mais rien n’y fait. Ni les mesures d’économie qui conduisent, le 23 novembre 1682, à licencier le personnel, sauf le secrétaire, et à résilier le bail des locaux de la place des Changes, évacués à la Saint-Jean-Baptiste 1683 pour se replier sur l’hôtel de ville. Ni les recours réitérés aux Villeroy, le jeune duc François n’ayant pas l’envergure du vieux maréchal. Ni les remontrances auprès de Seignelay, qui, le 29 septembre 1683, devient chef perpétuel de la Compagnie après la mort de son père et se révèle hésitant, peu favorable aux tenants de l’« antienne compagnie » sans non plus adouber clairement les « sangsues ».

Le coup de grâce intervient en septembre 1684, lorsque Louis Pilavoine, directeur de retour de Surate, révèle à la stupéfaction de ses interlocuteurs qu’en lieu et place de l’acquis de 200 000 £ enregistré par le bilan présenté à l’assemblée générale du 29 mai précédent – à laquelle la chambre de Lyon a refusé de participer pour ne pas entériner à son corps défendant le nouveau cours des choses – il y a aux Indes un déficit de 1 300 000 £, en conséquence des errements stratégiques et gestionnaires qui y ont ruiné et sa fortune et sa réputation.

Ulcéré par l’attribution d’une indemnité de 3000 £ à chaque directeur de la chambre générale, et de 1000 £ seulement pour ceux des chambres particulières, dont il conteste à la fois le principe et l’inéquité, Jean de La Forcade multiplie les audiences pour barrer la route aux nouveaux venus. Il ne peut empêcher une véritable descente aux enfers, broyé par une implacable mécanique d’éviction.

Après une seconde assemblée générale le 11 septembre 1684, puis un nouveau bilan arrêté le 7 novembre, constat est fait le 13 novembre d’un capital de la Compagnie déprécié à la hauteur d’un quart de sa valeur initiale. Arguant de la nécessité de l’augmenter pour financer les armements à venir, il est demandé par arrêt du conseil du 18 novembre aux actionnaires encore à jour, de payer l’équivalent de ce quart pour renflouer les fonds propres. Faute de s’exécuter sous un délai d’un mois, prolongé le 24 décembre jusqu’au 10 janvier 1685, ils seront déchus de tous leurs droits et remboursés d’office, au bout d’un an, du quart de leur créance, en deux versements sans intérêts.

Réunis au début de 1685 par l’archevêque, à qui Seignelay laisse espérer le 1er janvier le maintien de leur chambre, les Lyonnais tombent de haut lorsque le ministre annonce le 9 février à leur protecteur qu’elle est définitivement supprimée. Ils n’ont ensuite aucune réponse à leurs lettres, même pour les rares d’entre eux qui ont satisfait à ce « quart en sus », jusqu’à ce qu’ils apprennent par la bande qu’ils sont tous considérés comme exclus, sous prétexte de n’avoir pas respecté les délais fixés par Paris.

L’édit de février 1685, enregistré et exécuté le 3 mars, entérine la réorganisation par Seignelay de la Compagnie, dotée d’une nouvelle chambre de direction exclusivement parisienne, qui se substitue aux anciennes, générale et particulières, qui disparaissent. Nommés le 21 février, les douze nouveaux directeurs, au nombre desquels figurent les principaux adversaires des Lyonnais, sont chargés dès le lendemain de rembourser les actionnaires déchus, raflant la mise de tous ces titres pour un montant rabaissé à 728 975 £. La Compagnie poursuit donc sa route sans les Lyonnais, dépouillés des trois quarts de leur argent et de leur expertise, alors qu’ils ont joué le jeu jusqu’au bout. Dans un dernier geste de loyauté, après avoir longuement hésité, Jean de La Forcade fait parvenir le 29 décembre 1682 à Paris un ultime mémoire très détaillé sur les toiles de l’Inde.

Conséquence de ce scandale méconnu, à rajouter à la longue liste des crises financières ayant ponctué l’histoire des Compagnies des Indes, les négociants lyonnais, relégués dans le camp des perdants, vite dissuadés d’une irréaliste demande de chambre spécifique opérant dans le Sud parallèlement à celle de Paris, se transforment en opposants résolus à l’idée même de compagnie à privilèges1. S’arc-boutant sur la prohibition des importations des toiles peintes et des soieries qui viendraient concurrencer leur production, dont ils empilent jusqu’à la Révolution la réglementation à la suite du fonds original de la chambre, intégralement conservé à l’exclusion de quelques pièces jointes, ils occultent leur participation plus qu’active aux débuts mouvementés des aventures asiatiques de la France.

Inconnu des auteurs du début du XXe siècle, peu exploité dernièrement dans sa thèse par Marie Ménard-Jacob2, le fonds de la chambre particulière de Lyon est d’autant plus précieux, pour découvrir en profondeur la première phase d’activité de la Compagnie de Colbert, que la perte des archives parisiennes dans l’incendie de la chambre des comptes n’est qu’insuffisamment compensée à ce jour par le tome 1 du recueil de Germain Dernis3 et par les épaves de la sous-série C2 des Archives nationales d’outre-mer. Fruit d’une pensée mûrement organisée « pour y avoir recours quand besoing sera », il vient miraculeusement combler ce déficit. Les écritures méticuleuses de Charles Vaigneux, son teneur de livres, contiennent qui plus est, au chapitre des dépenses d’installation et de fonctionnement, toutes les pièces justificatives des achats de papier, registres et décisions de reliure des documents qui le forment aujourd’hui, ce qui rend également limpide la logique matérielle de sa constitution.

Par René ESTIENNE, artisan en histoire



Citer ce billet
reneestienne (2022, 9 décembre). DECOUVERTE/Chambre particulière de Lyon de la Compagnie du commerce des Indes orientales 1664 – 1685 (2/2). Histoires lyonnaises. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r448

  1. Olivier LE GOUIC, Lyon et la mer au XVIIIe siècle. Connexions atlantiques et commerce colonial, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, 384 p. []
  2. Marie MÉNARD JACOB, La première Compagnie des Indes 1664 – 1704 Apprentissages, échecs et héritages, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, 316 p. []
  3. Germain DERNIS, Recueil ou collection des titres, édits, déclarations, arrêts, reglemens, & autres piéces concernant la Compagnie des Indes orientales établie au mois d’août 1664. Tome premier : précédé d’un avertissement historique sur l’isle de Madagascar, depuis 1506, époque de sa découverte, jusqu’au tems que le roi la réunit à son domaine, Paris, Antoine Boudet, 1755, 689 p. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search