DECOUVERTE/Chambre particulière de Lyon de la Compagnie du commerce des Indes orientales 1664 – 1685 (1/2)

1ère page du registre – HH/335, Archives de Lyon

L’édit d’août 1664 portant établissement de la Compagnie du commerce des Indes orientales ne fait pas qu’étendre à l’ensemble de la planète l’ambition de Louis XIV de s’imposer comme le « plus grand roi du monde ». Il s’inscrit dans la mobilisation des forces économiques du royaume pour rétablir son commerce intérieur et se mettre à la hauteur de la concurrence internationale dominée par les puissances maritimes européennes, l’Angleterre et surtout la Hollande.

Invités à y investir par lettre de cachet du 29 septembre 1664, puis par sollicitation des syndics de Paris du 24 octobre, les Lyonnais élisent le 7 décembre 1664 deux syndics, Dominique de Pontsainpierre, ex consul, et Louis Bais, l’un des cinq notables désignés devant notaire le 3 décembre précédent pour représenter les marchands drapiers. Forts du million de livres de capital souscrit par leurs concitoyens, ils participent activement, au premier trimestre 1665, à la mise en place de la Compagnie. Le 21 mars 1665, le conseil des directeurs de la chambre générale, nommés la veille au Louvre en présence du roi, décide la création à Lyon d’une chambre particulière de douze directeurs, dont trois destinés à servir à Paris.

Ils sont élus le 9 avril 1665 et prennent la suite des cinq syndics locaux, en sus de Gaspard Charrier, président ès qualités comme prévôt des marchands, et de l’échevin désigné par le consulat, qui suivent localement le dossier depuis l’année précédente. Sans trop l’avouer, ils seraient bien tentés de mener une politique méditerranéenne autonome, faisant revenir des vaisseaux à Marseille, exportant en Asie les produits du Lyonnais, Dauphiné, Languedoc et Provence, irriguant au retour l’Italie, la Suisse et l’Allemagne par l’axe rhodanien en prenant à revers la domination hollandaise d’Amsterdam.

Dans les faits, ils ne peuvent que s’incliner, avec un enthousiasme modéré, devant les décisions orchestrées par Colbert et Louis Berryer, son âme damnée au sein de la Compagnie, qui privilégient la façade atlantique. Se prévalant d’exemplarité négociante au service du grand dessein du roi de gloire, ils entrent dans une complémentarité de circonstance et une concurrence larvée, au-delà des honnêtetés et des bonnes paroles, avec Messieurs de la chambre générale de Paris pour tenir le rang et défendre les intérêts de la ville de Lyon.

Ce combat pour être reconnus comme des associés à part entière met les plus compétents d’entre eux, comme Barthélemy Ferrus, François Lumague et surtout Jean de La Forcade, en contact direct avec les plus hauts dignitaires du royaume. Ces derniers n’hésitent pas à exploiter cette soif d’égalité pour instrumentaliser leurs compétences professionnelles contre l’emprise des négociants parisiens, en les valorisant comme excellents serviteurs. Mais dès qu’il s’agit de prendre une décision stratégique, ils n’ont aucune emprise sur le clan Colbert.

Le relais, au sein de la sphère des « puissances » de la cour, du maréchal Nicolas de Neufville de Villeroy, gouverneur de Lyonnais, Forez et Beaujolais et chef du conseil royal des finances, et de son frère Camille, archevêque, primat de France et lieutenant général du gouvernement de Lyon, par ailleurs actionnaires conséquents, est essentiel, en intervenant directement auprès de Louis XIV et des ministres, pour rééquilibrer les rapports de force dans ce système clientéliste où ils ne sont pas les mieux placés.

Alors qu’il faut tout créer et que la tâche est immense, les députés lyonnais se font les hérauts d’une approche économique rigoureuse des affaires de la Compagnie, dans un état d’esprit de performance commerciale et de continuité de gestion pragmatique, plutôt que d’une succession de « coups » hasardeux et aux moyens dissonants par rapport aux prétentions, comme lors de la tentative initiale avortée de conquête coloniale de Madagascar de 1665 à 1668.

Cette promotion de la déontologie et de la réputation du négoce, qu’ils exposent abondamment face à un usage immodéré des deniers du Roi, aggravé par la méconnaissance et l’incompétence, voire les malversations, le gaspillage et le favoritisme, est perçue à la chambre générale comme une contradiction qu’il convient de neutraliser, ne serait-ce qu’en entravant leur présence à Paris. Lorsque le moral remonte, début 1669, avec le retour du vaisseau le Saint-Jean-Baptiste, la tentative d’y entretenir un directeur permanent, ès qualités non rémunéré, se heurte au refus de rembourser ses dépenses de déplacement et de séjour. Il faut une convocation officielle pour être défrayé, notamment pour organiser les ventes aux enchères, au Havre et à Rouen, des premières cargaisons de retour d’Asie, sur lesquelles les députés lyonnais déploient leurs talents et fournissent à leurs mandataires des données exhaustives.

Sollicitée pour diffuser ces informations auprès des acheteurs potentiels, puis pour assurer certains services après vente, notamment auprès des douanes, dans un royaume au territoire cadenassé par les fermes et les gabelles et au marché intérieur corseté de péages et d’octrois, la chambre de Lyon partage aussi l’espoir initial de Colbert de promouvoir à l’export les produits « made in France ».

Soucieuse de stimuler la production de ses aires d’influence, elle obtient l’autorisation de passer des commandes avec les fournisseurs de chanvre du Mâconnais, de Bresse et de Tournus, prélude à un interminable procès pour escroquerie avec le sieur Davalon. Elle intervient dans le contrôle des marchés de toiles du Languedoc que Messieurs de Varennes, propriétaires de la manufacture de Saptes à Conques-sur-Orbiel, ont signés à Paris avec leur frère, directeur de la chambre générale. Grâce à l’un de ses membres, Charles Perrin, puis à sa veuve, Sibille Pichon, associée à Jacques Colabaud, elle met en place en Dauphiné, autour de Saint-Jean-en-Royans, une filière textile confiée pour finition à des teinturiers de Lyon. Il s’y ajoute l’exploitation des produits industriels et des bois d’Auvergne, sans compter tout ce qu’elle arrive à se procurer en Provence, en Italie, en Allemagne ou en Hollande par ses contacts particuliers.

Pour défendre ses avantages économiques, elle produit de nombreux mémoires explicatifs détaillés sur les qualités, les savoir faire, la menée des affaires et les dangers de la spéculation, dans un monde où augmenter les quantités commandées ne fait pas baisser les prix, bien au contraire, et où il faut tenir grand compte de contraintes de production et de transport rythmées par les aléas climatiques saisonniers et les envois en franchise des foires de la Toussaint et des Rois.

Après un essor indéniable, la guerre de Hollande marque un coup d’arrêt et en 1673, il faut se rendre à l’évidence : la qualité des produits n’arrive pas au niveau de ceux d’Angleterre et de Hollande, outre qu’ils sont trop chers et inadaptés aux marchés asiatiques. Dès lors, c’est le calme plat et Lyon, complètement hors jeu, n’est plus qu’une courroie de transmission et de contrôle de commissions qui ne la concernent plus.

Privée de missions et d’information, la chambre sauve les meubles de haute lutte en 1676 en conservant six directeurs sur douze, au lieu des deux auxquels elle était condamnée par la réduction générale de voilure imposée à la Compagnie par les hostilités. Assistée par un secrétaire, un teneur de livres, un factotum et deux caissiers, elle se consacre alors à la défense de ses intéressés, confrontés à un système de participation financière particulièrement rigide et contraignant.

Parmi les différents collèges d’actionnaires, le tissu négociant lyonnais soutient plus que largement la comparaison avec celui de Paris. Il s’y ajoute celui des officiers des cours souveraines du Lyonnais et du Dauphiné. Lyon se fait le relais de Grenoble et intervient ponctuellement sur Dijon, Riom et Aix-en-Provence. La souscription au capital de la Compagnie apparaît pour ces derniers comme un impôt forcé sur la gloire, une contribution qu’ils abandonneraient volontiers, comme les textes les y autorisent, s’ils ne craignaient le courroux de leur maître qui les menace de les priver de la Paulette s’ils ne satisfont pas à leurs promesses – soit une irruption particulièrement désagréable de la puissance publique dans la détention et la transmission de leur patrimoine personnel.

Suite…

Par René ESTIENNE, artisan en histoire



Citer ce billet
reneestienne (2022, 25 novembre). DECOUVERTE/Chambre particulière de Lyon de la Compagnie du commerce des Indes orientales 1664 – 1685 (1/2). Histoires lyonnaises. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r447

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search