PERSONNAGE/Jeanne-Marie Dureau, née Lapeyssonnie (11 novembre 1938-5 juillet 2022)

Jeanne-Marie Dureau, née Lapeyssonnie, a laissé un souvenir durable dans le dernier service dont elle a assuré la direction. En effet, elle fut à l’origine de la profonde transformation des Archives municipales de Lyon, qui lui doivent encore une bonne partie de leurs caractéristiques, ainsi que leur orientation. Ce fut une figure de la constitution et de l’exploitation des sources de l’histoire de Lyon, à plus d’un titre.

Jeanne-Marie Dureau et Raymond Barre en 1997 – Archives de Lyon

En 1963, elle soutint sa thèse de l’école des Chartes, intitulée L’œuvre d’Antoine Ricart, médecin catalan du XVe siècle : contribution à l’étude des tentatives médiévales pour appliquer les mathématiques à la médecine.1 Sa bibliographie comprend plus de 70 titres, qu’on peut regrouper dans quatre grandes thématiques : l’histoire de la médecine, sujet initial de ses recherches, l’histoire du livre, la bibliothéconomie et l’archivistique et enfin l’histoire de Lyon. Sa dernière contribution, encore inédite, paraîtra dans les mois à venir au sein du dictionnaire des institutions lyonnaises de l’Ancien Régime, dont la réalisation est codirigée par la société d’histoire de Lyon, les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon et les Archives municipales de Lyon.

Sa carrière commença comme ingénieur bibliographe au CNRS en 1962, au centre d’Histoire Économique et Sociale de la région lyonnaise (devenu par la suite centre Pierre-Léon). Elle y resta peu de temps, puisqu’elle saisit l’opportunité d’un séjour aux Etats-Unis où elle travailla à la Columbia University Library. Elle garda cependant des liens durables avec cette unité de recherche2.

Elle passa ensuite quatorze ans à la bibliothèque municipale de Lyon comme conservateur, de 1966 à 1980, avant de rejoindre l’Ecole nationale supérieure des bibliothèques. Professionnelle des bibliothèques et de la documentation, elle s’impliqua dans la conception et la diffusion des normes de son métier, traduisant ainsi en français la norme ISBD (A), sur la description des ouvrages anciens, en 1982 et rédigeant un manuel sur la sauvegarde et la conservation des documents de bibliothèques en 19863. Elle sut aussi se montrer innovante dans l’usage de la numérisation en réalisant un vidéodisque, Videralp, « plus riche que celui que la Bibliothèque nationale a sorti quelques années plus tard »4.

Arrivant aux archives municipales de Lyon le 1er juillet 1988, elle prit la suite du long règne de Henri Hours. Si celui-ci avait eu à cœur d’affirmer la posture de chercheur de l’archiviste de la ville de Lyon, Jeanne-Marie Dureau, sans renier cet héritage, sut se faire l’instigatrice résolue de l’ouverture et de la modernisation du service, obtenant pour ce faire une hausse considérable de ses moyens. A plusieurs égards, elle sut voir grand, avec un souci du long terme. A son départ à la retraite, le 30 juin 2000, elle avait conduit ou engagé de très nombreux chantiers, avec une intelligence qui force encore l’admiration près d’un quart de siècle plus tard.

A son arrivée, elle découvrit avec stupéfaction le grand retard dans le classement des archives, 6 kilomètres linéaires modernes et contemporaines n’ayant jamais été traités sur les 7,5 que comptait alors le dépôt. Elle obtint le recrutement d’un grand nombre de sous-archivistes qu’elle employa à identifier sommairement le contenu des liasses collectées par ses prédécesseurs et s’employa à étoffer un service trop peu doté : à son arrivée en 1988, le service comptait 14 agents titulaires ; il en comptait 25 en 1999. Elle prit le parti, fort pragmatique mais original, de faire coter l’ensemble des séries ainsi identifiées dans la seule série W. Afin de différencier les identifications sommaires des classements achevés, elle fit attribuer un suffixe WP aux ensembles dont le classement n’était à ses yeux que provisoire5.

Venant du monde des bibliothèques, qui avait une certaine avance sur les archives en matière de normalisation, elle envisagea d’emblée cette entreprise de classement en lien avec un outil informatique. Elle fit acheter le premier ordinateur du service6 et organisa la reprise systématique des informations présentes dans les fichiers papier alimentés par son prédécesseur7. Elle créa – et fit alimenter – une base de données utilisant le logiciel Texto selon une grille cohérente, à défaut d’être conforme à la norme ISAD (G) encore balbutiante8. Cette option continue de marquer fortement l’expérience des utilisateurs de la base de données des Archives municipales de Lyon, une bonne part des descriptions aujourd’hui en ligne étant issues de la reprise de cette base de données. Pour un habitué des instruments de recherche archivistiques, l’originalité de la base de données de la ville de Lyon saute aux yeux, les descriptions étant à la fois inhabituellement détaillées et particulièrement peu hiérarchisées, signe d’une influence des pratiques bibliographiques dans la réflexion de Jeanne-Marie Dureau.

Le lecteur des archives de la direction de Jeanne-Marie Dureau est frappé par la modernité des choix effectués très tôt : un site internet est ouvert dès 19979. La numérisation de certaines collections photographiques est décidée et conduite précocement, au risque, naturellement, d’une certaine obsolescence, compte tenu de l’évolution des techniques10. L’inventaire revu des séries anciennes est publié exclusivement en ligne. Des travaux d’édition de textes apparemment très classiques sont menés selon des modalités que nous qualifierons d’innovantes : s’appuyant sur un cours de paléographie pour amateurs, « l’atelier de l’Histoire », elle fait transcrire et éditer un registre de délibérations du XVIe siècle dans une démarche participative avant la lettre. Le résultat du travail, fort volume précédé d’une longue introduction dans la tradition érudite, est accompagné – signe des temps – d’un CD-Rom11.

Jeanne-Marie Dureau et Gérard Collomb en 1996 – Archives municipales de Lyon

Jeanne-Marie Dureau s’investit dans quasiment tous les aspects du métier. Le classement et la modernisation du métier lui tenaient à cœur, mais l’action culturelle tout autant. C’est ainsi qu’elle s’engagea délibérément dans une politique d’expositions dans le cadre du Palais Saint-Jean, qu’elle aurait souhaité valoriser davantage. Elle déclarait ainsi en 1992 : « Je voudrais aménager les salles qui ouvrent sur la Saône pour multiplier les espaces d’exposition. J’aimerais aussi restituer les grands salons, avec le mobilier du cardinal Fesch, à des manifestations de prestige (…) Je rêve également d’utiliser la rue couverte qui traboule dans le palais »12. Malgré un cadre très contraint au sein du palais Saint-Jean, elle ouvrit dix-sept expositions, souvent assez courtes, selon une programmation très éclectique, qui abordait la plupart des aspects de l’histoire de Lyon, de la Renaissance au XXe siècle et même13. La plupart d’entre elles bénéficièrent d’un catalogue qui reste encore aujourd’hui un ouvrage de référence sur les questions abordées, grâce à de nombreuses contributions internes et externes. Certaines reçurent une belle audience dans la presse locale et nationale, comme les expositions Lyon 1894 et Hommage à Morand14.

Jeanne-Marie Dureau mit en place progressivement une politique de gestion des archives de la ville selon des standards de la fin du XXe siècle, pratiquant des éliminations et instituant des tableaux de gestion des archives courantes et intermédiaires. Sa politique de collecte fut loin d’être insignifiante, malgré les problèmes immobiliers qui la conduisirent à restreindre fortement les versements administratifs à compter de 1990, car elle pratiqua intensivement le tri, comme le tableau ci-après le montre.

 

Année 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Entrées d’archives publiques (en mètres linéaires) 186,80 2,30 123 113,5 63,60 9,15 174,7 142,7 87,4 347,5 169,1
Voie extraordinaire (en mètres linéaires) 14,20 30 11 11,30 3,90 78,60 102,6 49,2 9,7 43,3 21,7
Eliminations et restitutions aux services 121 200 175 50,75 31,05 74,5 20,2 723,4 320,2 151,3

 

Elle fit entrer un certain nombre de fonds privés majeurs, dont les fonds Delfante concernant l’histoire du quartier de la Part-Dieu, les archives des TCL et de la SEMALY, ainsi que le premier don d’archives de la Chronique sociale.

L’époque de Jeanne-Marie Dureau fut un temps de préoccupations immobilières Le palais Saint-Jean n’était pas aux normes de sécurité et elle obtint (certes assez tard) une rénovation électrique des locaux en 199915. Alors qu’elle héritait d’un projet d’extension en souterrain du bâtiment du palais Saint-Jean, elle dut réorienter complètement sa réflexion après l’arrêt « brutal » du projet le 30 mai 199216. Elle sut préparer l’avenir en imaginant un nouveau bâtiment d’archives digne de la 3e ville de France et en portant le projet auprès de la municipalité17. C’est ainsi que, bénéficiant de l’appui des élus et de l’occasion offerte par le projet de réaménagement du quartier qu’on appelait alors Perrache, elle entreprit la conception et l’aménagement d’un service d’archives au sein de l’ancien hôtel des postes de Lyon. Les inconvénients du lieu, à la fois proche des deux cours d’eau qui traversent la ville et d’une de ses grandes gares, étaient largement compensés par une situation exceptionnelle à proximité d’un quartier très dynamique et de nombreuses lignes de transport en commun18. Jeanne-Marie Dureau sut résister à des demandes abusives (création d’une circulation sous les archives, conception d’un toit « esthétique » pour l’agrément visuel des occupants des immeubles de grande hauteur du quartier). Elle prit le parti de concevoir un bâtiment très ouvert sur l’extérieur, avec tout l’équipement d’un lieu culturel de plein exercice : salles d’exposition, salle de conférences, salle pédagogique et, bien entendu, très grande salle de lecture. Même si par certains aspects, et notamment pour la consultation des documents, le bâtiment a dû et devra encore évoluer, la qualité des espaces et l’ingéniosité de leur conception doivent beaucoup à l’équipe qui en assura la programmation. L’ampleur des espaces consacrés à l’action culturelle est encore, par elle-même, une chance pour les archives de la ville de Lyon qui ont ainsi les moyens, outre la production d’expositions et d’événements propres, d’être un lieu d’accueil de nombreux partenaires culturels. A certains égards, l’architecture même du bâtiment occupé contribue encore à orienter l’activité du service, et c’est là un des legs les plus durables de Jeanne-Marie Dureau.

Peu après mon arrivée, j’avais eu l’occasion de la rencontrer. Elle me confiait alors n’avoir qu’un seul regret, celui d’avoir perdu son mari trop tôt, peu après son départ à la retraite. Elle s’était faite biographe de l’homme qu’elle aimait et, fidèle à son appétence pour la modernité, lui avait consacré un site internet19.

Femme de convictions, forte personnalité, Jeanne Marie Dureau eut le souci de l’avenir dans sa gestion de la croissance d’un service d’archives municipales. Elle sut donner à ses successeurs des moyens totalement renouvelés. Plus de vingt ans après son départ, l’élan qu’elle sut donner est encore sensible.

Par Louis FAIVRE D’ARCIER, directeur des Archives de Lyon



Citer ce billet
Louis Faivre d'Arcier (2022, 7 octobre). PERSONNAGE/Jeanne-Marie Dureau, née Lapeyssonnie (11 novembre 1938-5 juillet 2022). Histoires lyonnaises. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r445

  1. Thèse conservée sous la cote AB XXVIII 347 aux Archives nationales, inaccessible en ligne []
  2. Papiers d’industriels et de commerçants lyonnais : Lyon et le grand commerce au XVIIIe siècle présentés, sous la dir. de M. Pierre Léon,… par Mme Jeanne-Marie Dureau,… Mme Simone Gellibert,… Mme Jacqueline Boissel-Dombreval, Mlle Dominique Dessertine,… [et al.] []
  3. ISBD (A) description bibliographique internationale normalisée des monographies anciennes recommandé par le groupe de travail conjoint sur la description bibliographique internationale normalisée des monographies anciennes, approuvé par les comités permanents de la section de catalogage de l’IFLA et de la section des livres et documents rares et précieux de l’IFLA, [trad. française de Jeanne-Marie Dureau] ; Jeanne-Marie Dureau et David W. G. Clements, Principes de sauvegarde et conservation des documents de bibliothèques, 1986 []
  4. Paul Gravillon, « Les archives municipales de haut en bas ! », Le Progrès, 15 août 1992. Cf. Sylviane Tribollet, Elaboration d’une vidéobase : un cas concret en Rhône-Alpes, VIDERALP : étude technique préliminaire, sous la direction de J. M. Dureau, Villeurbanne, ENSB, 1986 []
  5. Exposé méthodologique détaillé dans l’Annexe à la réponse à l’enquête statistique annuelle de la direction des Archives de France pour 1993, § 7.2. AML, 1750W/1 []
  6. Un « Winner’s » fonctionnant sous Ms Dos et équipé du logiciel Texto. Réponse à l’enquête statistique annuelle de la direction des Archives de France pour 1988, p. 9. AML, 1750W/1 []
  7. Frédérique Pila, réalisation d’une base de données documentaires sur l’histoire de Lyon dans le cadre d’un stage effectué aux Archives municipales de Lyon, mémoire de DESS informatique documentaire, Villeurbanne, ENSSIB-Université Claude Bernard-Lyon 1, 1992 []
  8. Les premiers travaux préparatoires semblent avoir commencé en 1988 et s’être structurés autour d’un véritable groupe de travail à partir de 1990. La version 1 de la norme n’est parue qu’en 1994 []
  9. AML, 2767W/6 []
  10. De manière très significative, le rapport annuel pour 1995 mentionne un programme de numérisation des plaques de verre et des syndicats. []
  11. “En faveur de la chose publique” : délibérations consulaires de Lyon : 9 janvier 1533-22 décembre 1534 (n.s.), éd. critique par le groupe de paléographie des archives municipales de Lyon ; sous la dir. de Jeanne-Marie Dureau, préf. et collab. de Jacques Rossiaud, Lyon, archives municipales de Lyon, 1998, 524 p []
  12. Paul Gravillon, art. cit []
  13. Ce furent : Charles Roux-Meulien, le métier d’architecte au XIXe siècle (8 octobre-24 novembre 1991), archives pessinoises (5 décembre 1991-5 janvier 1992), sculptures de Charles Machet (4 avril-17 mai 1992), le vitrail à Lyon du néo-médiéval à l’art nouveau (26 mai-2 août 1992), le palais Saint-Jean (28 novembre 1992-21 janvier 1993), Reliures « de Lyon » (19 février-21 mars 1993), Philibert de l’Orme (14 mai-18 juillet 1993), De la mode en architecture, l’agence Rostagnat (21 octobre-12 décembre 1993), Lyon 1894 (27-février-17 avril 1994), Lyon, les années Rabelais (2 juin-31 août 1994), hommage à Morand (25 octobre-23 décembre 1994), Vieux Lyon, 30 ans de secteur sauvegardé (20 janvier-12 mars 1995), les cinémas de Lyon (1er-30 juin 1995), Lumière, l’album de famille (26 octobre-21 décembre 1995), Gaspard André, architecte Lyonnais (31 mai-28 juillet 1996), architecture du sacré, les lieux de culte à Lyon au XIXe siècle (octobre-décembre 1996), fragile mémoire (16 mars-16 juillet 1997) et forma urbis, les plans généraux de Lyon du XVIe au XXe siècle (20 novembre 1997-30 août 1998) – []
  14. Press book 1994. AML, 1750W/1 []
  15. Réponse à l’enquête statistique annuelle de la direction des Archives de France pour 1999, p. 4-5. AML, 1750W/1 []
  16. Réponse à l’enquête statistique annuelle de la direction des Archives de France, 1992, p. 5. AML, 1750W/1 []
  17. Qui vota le principe d’un nouveau bâtiment en juillet 1997. Réponse à l’enquête statistique annuelle de la direction des Archives de France, 1997, p. 4. AML, 1750W/1 []
  18. D’autres lieux ont été envisagés, comme le fort Saint-Jean, l’ex-garage Citroën à proximité des universités, ainsi qu’un local industriel dans le 8e arrondissement, mais le choix du site de Perrache semble s’être imposé assez vite. Témoignage d’un cadre du service []
  19. georgesdureau.fr [site consulté le 3 octobre 2022] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search