PATRIMOINE/La famille Faussemagne, une aventure industrielle dans le quartier du Prado à Lyon

Peu de choses subsistent aujourd’hui des établissements Faussemagne, importante fabrique d’huiles, de savons et de mastics implantée dans le quartier du Prado dans la deuxième moitié du 19e siècle. L’unique vestige, révélé par l’inventaire topographique du secteur Saint-André, est l’immeuble faisant l’angle de l’avenue Jean-Jaurès et de la rue du Père-Chevrier.

Immeuble Faussemagne, 60 avenue Jean-Jaurès. Photo F. Trabouillet, 2019 – Région Auvergne-Rhône-Alpes.

L’édifice attire l’attention par son gabarit modeste à l’égard des constructions voisines et par son décor figuré, peu commun dans ce secteur. Il témoigne d’une aventure industrielle et familiale, qui illustre sur trois générations l’histoire industrielle lyonnaise.

Jean-Marie Faussemagne (1800-1868), le père. La première génération des manufactures chimiques de la rive gauche.

La trajectoire du père de famille, Jean-Marie Faussemagne, est emblématique des balbutiements de l’industrie chimique lyonnaise. Fils de charpentier, né à Villié dans le Beaujolais en 1800, il s’installe à Lyon dans sa jeunesse. Il travaille d’abord comme teinturier, principale activité chimique sollicitée par la relance de l’industrie de la soie. En 1829, il épouse une ouvrière en soie originaire de l’est lyonnais. 

Peut-être a-t-il pu suivre l’enseignement de l’école de la Martinière, qui ouvre en 1826 un cours de chimie appliquée à la teinture des soies, à moins qu’il ne se soit formé empiriquement. Son activité évolue dans les années 1840 vers la production de colles extraites des os de bovins ou des arêtes de poissons. Cette filière a une ascendance commune avec celle de la teinturerie, puisque le dégraissage des os produit la gélatine alors que leur calcination produit le colorant appelé noir animal. 

D’abord installé rue Tupin, Jean-Marie Faussemagne acquiert en 1853 une importante parcelle de pré et une maison de belle facture récemment construite à la Guillotière.

La maison de Jean-Marie Faussemagne, 49 rue d’Anvers. Photo F. Trabouillet, 2018 – Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le secteur du Prado est alors un quartier neuf où les industries pouvaient facilement se développer. Il suit ainsi la migration des activités de teinture, longtemps concentrées le long de la Saône, qui se délocalisent en rive gauche autour de 1850. 

François Faussemagne (1832-1918), le fils. Un industriel brillant dans une production de pointe.

Jean-Marie Faussemagne semble avoir préparé soigneusement la transmission de l’entreprise à son fils François. Sans doute formé aux sciences grâce au développement précoce de l’enseignement technique à Lyon, il se désigne comme « chimiste » dans les actes officiels. En 1857, il épouse une jeune femme d’ascendance alsacienne, issue du milieu de la brasserie et du houblon. La même année, à l’âge de 25 ans, il prend la succession de son père à la tête de l’entreprise qui devient dès lors la « Maison François Faussemagne ». 

La progression et le développement continu de l’entreprise au cours de la seconde moitié du siècle sont jalonnés par une impressionnante série de récompenses acquises dans différentes expositions, rappelées sur le papier à en-tête de l’entreprise.

Papier à en-tête de la Maison Faussemagne, vers 1900. Collection particulière.

La Maison Faussemagne occupe une position reconnue dans le domaine de la chimie des corps gras : elle produit toujours des colles et des mastics, hérités de la spécialité paternelle, mais surtout des huiles de qualité pour la lubrification des machines et pour l’éclairage, et des savons pour le lessivage et le blanchissage industriel essentiellement. Son positionnement industriel repose sur l’association judicieuse de ces productions, qui permet d’employer à la production de savons les sous-produits issus du raffinage des graisses. 

Fournisseur attitré des chemins de fer français, de la Marine et des arsenaux, Faussemagne est apprécié des industriels lyonnais mais exporte également ses produits à l’étranger et en Algérie. En 1894, il est membre du jury de l’Exposition de Lyon, son entreprise étant placée hors concours. Il est cette même année élu à la Chambre du Syndicat commercial et industriel de Lyon. A cette date, il n’existe que cinq savonneries notables à Lyon. On peut estimer que la Maison Faussemagne pouvait employer une vingtaine d’ouvriers, de même que ses principaux concurrents Condat, Merlet et Naguet.

L’usine du Prado, 1885-1895

Quatre hangars sont construits successivement entre 1871 et 1882. Mais le développement urbain du quartier à la fin du 19e siècle contraint l’industriel à réorganiser ses installations. Le prolongement de l’avenue de Saxe, décidé en 1865, n’est réalisé qu’à la fin du 19e siècle. Au même moment, la création du quartier des Universités entraîne également l’élargissement des rues Dumoulin et Saint-Jérôme, qui traversent les usines. 

Une première campagne de modernisation est conduite en 1885, sous la direction de l’architecte Antoine Géry. La vieille maison de la rue d’Anvers est surélevée et rentabilisée comme immeuble à loyers. Un immeuble de rapport neuf lui est accolé au nord (voir le dossier). Sur le nouvel alignement de l’avenue de Saxe, Faussemagne fait construire deux petits bâtiments monumentalisant l’entrée des usines. Le pavillon nord accueille un magasin au rez-de-chaussée et des bureaux à l’étage : il remplace l’ancienne boutique de l’entreprise située 39 quai de la Guillotière.   

En 1891, ce pavillon est remplacé à son tour par l’immeuble actuel, construction de prestige qui accueille, en plus de la boutique et des bureaux de l’entreprise, le domicile patronal. Le décor extérieur est marqué par trois masques sculptés timbrant les fenêtres du premier étage : les motifs végétaux figurés en arrière-plan pourraient représenter des oléagineux (branches d’oliviers et fleurs de tournesols), matières premières transformées par l’entreprise.

Détail des sculptures de la façade. Photo F. Trabouillet, 2019 – Région Auvergne-Rhône-Alpes

Faussemagne s’adresse pour ce projet à l’architecte Gustave Jance, futur architecte des Hospices civils de Lyon, qui appose sa signature en façade.

Permis de construire de l’immeuble Faussemagne : façade sur l’avenue de Saxe, par G. Jance architecte, 1891. AML 314 W 60.

Cet architecte avait construit en 1883 un immeuble pour la boissellerie Mure, assez proche de l’immeuble Faussemagne mais aujourd’hui détruit (voir le dossier). 

Ainsi parachevée vers 1895, l’usine Faussemagne est représentée sur le papier à en-tête de l’entreprise. On y voit l’immeuble patronal, flanqué de chaque côté de deux grands ateliers en longueur, l’un sur la rue du Père-Chevrier, l’autre sur l’avenue Jean-Jaurès. Le cœur d’îlot n’est pas visible, mais trois cheminées d’usines sont clairement représentées. Le site fonctionne à plein régime jusqu’en 1907 au moins. A cette date, François Faussemagne alors âgé de 75 ans cède son entreprise à un nommé D. Hayem, qui la perpétue quelques années sous le nom de « Savonnerie du Prado ». Par la suite, les ateliers de la rue Chevrier deviennent fabrique d’ascenseurs Otis vers 1910, plus tard Société lyonnaise des matériaux d’isolation et de revêtement.

Vue du site depuis la rue du Père-Chevrier, vers 1910. Carte postale. AML 4 Fi 4133.

Ces bâtiments ont subsisté jusqu’en 2001, et ont pu être photographiés avant démolition dans le cadre des opérations d’urgence de l’inventaire.

Ancien entrepôt de la Société lyonnaise des matériaux d’isolation et de revêtement, avant démolition. Photo F. Blanchetière, 2001 – Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les ateliers de l’avenue Jean-Jaurès ont abrité une fabrique d’aciers laminés à partir des années 1920

Auguste Faussemagne (1862-1932), le petit-fils. L’expansion coloniale.

Si l’entreprise disparaît ainsi totalement du paysage lyonnais, l’aventure se poursuit outre-mer grâce au fils cadet de François Faussemagne. Né en 1862, Auguste acquiert le métier de son père, probablement au sein de l’entreprise : en 1881, à l’âge de 19 ans, il est recensé comme savonnier. Il complète ce parcours par un séjour de deux ans à Zurich en 1884-1886, vers l’âge de 22-24 ans, peut-être à titre de formation au commerce international. 

La colonisation de l’Indochine à partir de l’expédition du Tonkin en 1883 offre alors une opportunité commerciale et industrielle exceptionnelle, tant pour l’exportation des produits industriels vers la colonie que pour l’importation des matières premières utiles à l’industrie des huiles et savons, particulièrement le coprah et les fruits de palmiers à huile. 

Devançant la conscription par un engagement volontaire d’un an dès 1882, Auguste Faussemagne est ensuite versé dans la réserve active de l’armée d’occupation de l’Annam et du Tonkin en 1887. Il arrive ainsi très tôt en Indochine, littéralement dans les bagages de l’armée coloniale. Sur place, il fonde immédiatement à Haïphong l’Huilerie et savonnerie d’Extrême-Orient. Dès le 31 janvier 1888, il obtient l’autorisation d’exporter ses productions. La nouvelle entreprise duplique le modèle paternel en produisant des huiles, des savons et des colles à partir des oléagineux locaux (coco, arachide, ricin). Mais elle assure également une activité commerciale comme distributrice de produits importés de la métropole (alcools et vins), notamment des produits lyonnais (outremers Guimet). L’entreprise connaît un développement considérable.

Après son mariage en 1898, Auguste Faussemagne diversifie ses activités au début du 20e siècle en obtenant des concessions minières, agricoles et forestières sur le territoire de Quàng-yên, à l’est de Haiphong, et fonde une entreprise de travaux publics.

L’usine de l’Huilerie et Savonnerie d’Extrême-Orient à Haïphong, photographie tirée de Paul DUBOIS, Le Tonkin en 1900, p. 299 – Source gallica.bnf.fr / BnF.

En 1906, il se détache de l’Huilerie qu’il cède à son collaborateur Louis Flambeau. Solidement implanté en Indochine, il s’éteint à Haïphong en 1932.

Le parcours d’Auguste est emblématique de l’expansion coloniale des industriels lyonnais, dans le sillage d’Ulysse Pila et de la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon qui ont promu l’implantation industrielle en Indochine. Incarnant trois époques de l’histoire industrielle lyonnaise, l’immeuble Faussemagne apporte un précieux témoignage d’une histoire méconnue du quartier du Prado.

Par Magali DELAVENNE, conservateur du patrimoine, chercheur au Service patrimoines et inventaire général (Région Auvergne-Rhône-Alpes).


Pour aller plus loin

Consulter les dossiers d’inventaire
Sources 
  • Autorisations d’urbanisme : Archives municipales de Lyon 314 W 2 ; 314 W 4 ; 314 W 60 ; 315 WP 002/11 ; 315 WP 033/2 ; 344 W 1.
  • Etat civil de la ville de Lyon ; des communes de Villié, Saint-Symphorien d’Ozon, Limas et Fontaines-sur-Saône (69) ; et Haïphong.
  • Matricule militaire d’Auguste Faussemagne : classe 1882, matricule 1294. Archives départementales du Rhône et de la Métropole de Lyon, 1 RP 834.
Bibliographie
  • « Maison lyonnaise pour la préparation des huiles, graisses, savons et autres enduits et matières de graissage », dans Le Panthéon de l’industrie, journal hebdomadaire illustré, avril 1892. 
  • COIGNET, Jean. « Notice historique sur l’industrie des produits chimiques à Lyon », dans Syndicat commercial et industriel de Lyon. Travaux de la Chambre syndicale, 1873-1893. Lyon, 1894. P. 97-134.
  • KLEIN, Jean-François. Un Lyonnais en Extrême-Orient : Ulysse Pila, vice-roi de l’Indochine, 1837-1909. Lyon, Éditions lyonnaises d’Art et d’Histoire, 1994, 140 p.
  • TRAN, Van Kien. L’industrialisation de la ville de Haïphong de la fin du XIXème siècle jusqu’à l’année 1929 : l’invention d’une ville industrielle en Asie du Sud-Est. Thèse d’histoire, sous la direction de Philippe Mioche. Université d’Aix-Marseille, 2017.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
magalidelavenne (16 septembre 2022). PATRIMOINE/La famille Faussemagne, une aventure industrielle dans le quartier du Prado à Lyon. Histoires lyonnaises. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r444


magalidelavenne

Conservatrice du patrimoine, chercheure au service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Auvergne-Rhône-Alpes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search