PERSONNAGE/« Dis maîtresse, pourquoi mon école elle s’appelle… ? » (Épisode 2)

Très fréquemment, les écoles primaires commémorent de grands personnages en portant leur nom.
Ces personnalités peuvent être politiques (Jean Jaurès, Jules Ferry, Anatole France, John Kennedy, Édouard Herriot), littéraires (Victor Hugo, Alain Fournier, Jules Verne…) ou plus scientifiques (Louis Pasteur, Lumière).

À Lyon, le nom de certaines écoles laisse les écoliers ou les Lyonnais dans l’inconnu. 

Des recherches dans les dictionnaires ou sur internet ne permettent pas de savoir qui étaient les dénommés Veyet (7e arrondissement), Alix (2e arrondissement), Cornier (4e arrondissement) ou encore Aveyron dans le 1er arrondissement… 

Aussi proposons nous de continuer de découvrir dans une série d’articles l’histoire de la construction de ces groupes scolaires, pour lesquels la municipalité lyonnaise a choisi de rappeler la mémoire d’un ancien directeur. 

Pour ce deuxième épisode, notre étude va porter sur le groupe scolaire situé 126-128 grande rue de La Guillotière : Jean-Pierre Veyet.

Le groupe scolaire Jean-Pierre Veyet, 126-128 grande rue de La Guillotière, 30 mai 2022. Cliché T. Vuillet.

 

Une école à la forme particulière !

Engagée depuis 1875 dans une politique de construction scolaire active, la Ville de Lyon continue son œuvre bâtisseuse. En effet, au moment où la municipalité décide de l’acquisition d’immeubles pour la construction d’un futur groupe scolaire sur la grande rue de La Guillotière en 1880, cinq écoles sont déjà sorties de terre.

Une école congréganiste existait au 124 de cette rue. Laïcisée en 1870, ses locaux deviennent trop étroits et la municipalité décide de construire un nouvel établissement aux 126-128 de cette même rue1.

Les terrains retenus sont situés sur une parcelle très étroite, coincée entre la grande rue de La Guillotière et la rue du Béguin et bordée de part et d’autres par des entreprises de travaux, comme la Société télémécanique électrique ou la compagnie des meules Norton. Cette difficulté est d’ailleurs signalée par un avis du Conseil des bâtiments civils du 28 octobre 1881. 

Plan des terrains à acquérir, s.d., AML, 741WP/71

C’est l’architecte André Bellemain qui est retenu par le Conseil municipal. Il soumet rapidement un premier projet le 29 octobre 1880 organisant les 3 écoles : maternelle, des filles et des garçons sur une parcelle étroite et tout en longueur2.

Le 10 mai 1882, le Conseil municipal vote l’adjudication des travaux pour un budget de 506 000 Frs, mais continue à discuter des problèmes d’exiguïté du terrain3.

Cette question est réglée en avril 1883, lorsqu’ André Bellemain propose une deuxième ouverture de l’école sur la rue du Béguin, avec la création d’une façade non prévue initialement4 pour permettre une double entrée.

Il n’en reste pas moins que ce groupe scolaire possède une forme originale très allongée, qui implique des modes de circulation particuliers entre l’école maternelle, celle des filles et celle des garçons. En effet, les enfants doivent parcourir des couloirs reliant les locaux entre eux sans croiser leurs autres camarades.

Plan du R.D.C. du  groupe scolaire de La Guillotière, 20 décembre 1880,  AML, 1613WP/19

Un des éléments importants de ce chantier réside dans l’installation du chauffage par calorifère, qui permet la distribution de l’air chaud par des gaines dans l’ensemble de l’édifice. Cet équipement s’annonce comme l’un des éléments novateurs pour cette école.

Projet de calorifère pour le groupe scolaire de La Guillotière, s.d., AML, 1613WP/19

Les classes sont disposées au niveau du rez-de-chaussée et du 1er étage. Le 2nd étage est réservé aux logements des directeurs et des adjoints.

L’école bénéficie d’une seule cour de récréation et dispose d’un gymnase5.

Les premiers élèves font leur rentrée en octobre 1884. Les documents administratifs de la ville de Lyon mentionnent 260 enfants inscrits en maternelle, 206 à l’école des filles et 184 à l’école des garçons6). Le directeur qui accueille les élèves garçons cette année-là a déjà la responsabilité du groupe scolaire précédent depuis 1879. Il s’agit de Jean-Pierre Veyet, alors âgé de 26 ans.

Façade du groupe scolaire de La Guillotière, s.d., AML, 1740WP/25

 

Jean-Pierre Veyet : “… l’époque héroïque de l’école républicaine…”7

Jean-Pierre Veyet naît le 27 octobre 1853 à Bizonnes, dans le département de l’Isère8 , d’un père ouvrier en soie et d’une mère sans profession.

Il entre à l’école normale des instituteurs de Villefranche-sur-Saône comme élève maître le 1er octobre 1873 et obtient une bourse du département du Rhône comme élève de l’école normale9. Il y reste 3 ans. 

Il prend son premier poste comme adjoint titulaire à Lyon, dans l’école du quartier de Monplaisir. Il y reste du 1er octobre 1876 au 20 octobre 1877, puis il est muté rue Mazenod.

Enfin, il est nommé à l’école située grande rue de la Guillotière en tant directeur à compter du 1er novembre 187910. Il voit ainsi le nouveau groupe scolaire sortir de terre et continue d’en assurer la direction. Il ne bougera plus.

Etat des services de Jean-Piere Veyet, s.d., ADRML, 1T5456

 

A lire les comptes rendus de visite des inspecteurs d’Académie, on a une image des étapes de la très longue carrière de ce fonctionnaire, mais aussi de sa vie personnelle. Il se marie le 3 février 1887 dans le 3e arrondissement de Lyon avec Anna Maria Chapon, fille d’un ingénieur et d’une institutrice. Ils habitent dans le groupe scolaire11.

Dès 1888, l’inspecteur note que les effectifs de l’école des garçons continuent d’augmenter et que l’absentéisme se raréfie : « … la fréquentation augmente chaque année. La 5e classe a 89 élèves inscrits dont 75 environ sont présents chaque jour… ». ((ADRML, 1T5456, Rapport de l’inspecteur d’Académie, 10 novembre 1888.)). Pour l’inspecteur, cela est largement dû à la personnalité de Veyet qu’il qualifie de « directeur intelligent et habile malgré le voisinage d’établissements publics et libres… ».12

En 1889, le décès d’un élève le marque profondément, comme en témoigne son courrier demandant l’autorisation exceptionnelle d’envoyer une délégation d’élèves aux funérailles13

Le 30 juin 1891, il devient père pour la première fois d’un garçon prénommé Marcel, JeanPierre.

Assurant encore des cours jusqu’alors, il est déchargé de ses responsabilités d’enseignement afin de s’occuper pleinement de la direction à partir de l’année scolaire 1893-1894.

Les rapports administratifs le concernant ne cessent de vanter sa rigueur et son sérieux, comme en témoigne cette note rédigée lors de son inspection les 24-25 janvier 1898 : « M. Veyet est un de nos directeurs les plus intelligents et les plus actifs. Il va fréquemment dans les classes et contrôle le travail de ses adjoints, qu’il dirige bien et avec lesquels il a de bonnes relations ».14

Dans le contexte tendu de la laïcisation, les rapports mentionnent également les relations concurrentielles pouvant exister entre l’école primaire publique et les écoles privées : « Les dernières classes sont au grand complet et l’école se remonte. L’école des Frères voisine soutenue par de riches industriels du quartier fait une rude concurrence à l’école publique. M. Veyet s’en rend compte et il sait qu’il doit se consacrer tout entier à sa tâche sans se laisser détourner par ses occupations extérieures ».15

Cette dernière remarque témoigne bien du rôle que prend Jean-Pierre Veyet comme personnalité dans ce quartier, puisqu’il devient responsable d’une mutualité scolaire qui compte 52 adhérents en 1902. Cette même année, cela lui permet de venir en aide à 7 élèves pour la somme de 68 F.

En 1905, on apprend qu’il œuvre aussi dans la société des anciens élèves. Le rapport précise que ce groupement “ …organise des causeries, des conférences, des concerts, des soirées de familles“16

Il gère aussi le sou des écoles17 sous les auspices d’une société du denier des écoles du 3e arrondissement de Lyon18.

Cependant, la multiplication des actions de bienfaisance du directeur dans le quartier duquel sont issus ses élèves, n’est pas tout le temps du goût de l’Inspection académique, comme l’indique ce commentaire : « M. Veyet s’occupe bien de son école autant que lui permettent ses multiples occupations mais on n’obtient pas cependant chez lui d’aussi bons résultats que dans d’autres écoles. ».19

Cela reste cependant anecdotique, car les récompenses du ministère de l’Instruction publique qu’il reçoit parlent d’elles-mêmes quant aux qualités de direction de Jean-Pierre Veyet. Récompensé pour ses années de service : mention honorable (1887), médaille de Bronze (1892), médaille d’argent (1898), il est aussi distingué de l’Ordre des Palmes académiques : officier d’Académie (1902) puis officier de l’Instruction publique (1908).20

En 1911, un commentaire tiré de son inspection mentionne «…il a beaucoup d’autorité sur les maîtres et sur les élèves et il possède la confiance et la sympathie de la population au milieu de laquelle il vit depuis plus de trente ans. Nul ne méritait mieux que lui la croix de la légion d’honneur que M. Le ministre vient de lui décerner ».21

Consécration ultime pour ce fonctionnaire zélé, son dossier de chevalier de la légion d’honneur, conservé aux Archives nationales, mentionne que cette distinction lui a été attribuée par décret le 6 décembre 1910 rendu sur le rapport du ministre de l’Instruction publique22.

Courrier de Jean-Pierre Veyet renvoyant à la Chancellerie le récépissé de son brevet de chevalier de la légion d’honneur , 17 février 1911, AN, 19800035/211/27731

Son dossier ne mentionne pas s’il est encore en poste lors de son décès, qui survient le 7 août 1918 en son domicile.23

Ses funérailles ont lieu deux jours plus tard au cimetière de La Guillotière. Signe de convictions laïques extrêmement affirmées, il est enterré civilement, comme le mentionne le registre de convois funéraires de cette date24.

Le 8 août 1918, le lendemain de son décès et la veille de son enterrement, un rapport est déposé au Conseil municipal visant à attribuer le nom de Jean-Pierre Veyet au groupe scolaire dont il a eu la charge pendant au moins 35 ans !

Marianne Thivend, historienne ayant travaillé sur l’école républicaine, considère que son parcours en fait une personnalité exemplaire25 et représentative. C’est très certainement dans cet esprit que la délibération approuvant la dénomination prise par le Conseil municipal le 4 novembre 1918 indique : « Au cours d’une longue carrière, toute de loyauté et de dévouement, Jean Pierre Veyet a travaillé pour l’enseignement et l’éducation des masses populaires. Son activité a eu pour centre le groupe de la grande rue de la Guillotière. Je vous propose de donner son nom à ce groupe. En lui conférant cet honneur, la Ville de Lyon, prouvera qu’elle sait reconnaître les services désintéressés et consciencieux. M. Veyet représente pour nous l’époque héroïque de l’école républicaine ; il importe que sa mémoire soit offerte aux maîtres et aux élèves d’aujourd’hui et demain. ».26

Par Tristan VUILLET, archiviste


Bibliographie 

  • DUPRAT (B.), PAULIN (M.), « De la maison à l’école : l’élaboration d’un architecture scolaire à Lyon de 1875 à 1914 », Ecole d’architecture, Lyon, 1991 (cote AML : 1C/502249).
  • JANICOT (J.), « Monographie des écoles communales de Lyon depuis 1828 jusqu’en 1891 et la construction des groupes scolaires », Chamard, Lyon, 1891, 392 p. (cote AML : 1C/9394)
  • LEBOIS (M.), THIVEND (M.), VUILLET (T.), « L’école primaire publique à Lyon : de la IIIe République aux années 1950 », coll. Le Kit, Archives municipales de Lyon, Lyon, 2006, 20 p. (cote AML : 1C/652051/SAL)
  • THIVEND (M.), « L’école républicaine en ville : Lyon, 1870-1914 », Belin, Lyon, 251 p. (cote AML : 1C/8486)


Citer ce billet
Tristan Vuillet (2022, 2 septembre). PERSONNAGE/« Dis maîtresse, pourquoi mon école elle s’appelle… ? » (Épisode 2). Histoires lyonnaises. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r443

  1. Archives municipales de Lyon (AML), 741WP/71, Plan des terrains Treynet et Patricot à acquérir pour la construction d’un futur groupe scolaire, s.d. []
  2. AML, 476WP/50, Rapport d’A. Bellemain à l’ingénieur en chef de la Ville au sujet de la construction du futur groupe scolaire, 29 octobre 1881. []
  3. AML, 1217WP/129, Registre des délibérations du Conseil municipal de Lyon, séance du 10 mai 1882 []
  4. AML, 476WP/50, Rapport d’A. Bellemain sur l’extension du groupe scolaire, 6 avril 1883. []
  5. JANICOT (J.), « Monographie des écoles communales de Lyon depuis 1828 jusqu’en 1891 et la construction des groupes scolaires », Chamard, Lyon, 1891, p.220 (cote AML : 1 C9394). []
  6. AML, 2C400810, Documents administratifs pour 1884, p.370, 375-376 (vues 193-196 []
  7. AML, 1217WP/178, Registre des délibérations du Conseil municipal de Lyon, séance du 4 novembre 1918 []
  8. Archives départementales de l’Isère, Document 9NUM/5E46/8  Bizonnes. naissances, mariages, décès. Coll. départementale (1853-1862), Image: AD038_9NUM_5MI0916_0013.JPG. []
  9. Archives départementales du Rhône et de la Métropole de Lyon (ADRML), 1 T 1104, Dossier d’élève à l’école normale de Jean-Pierre Veyet, 1869-1872. []
  10. ADRML, 1T5456, Etat des affectations de Jean-Pierre Veyet, s.d. []
  11. AML, 2E/2160, Registre des mariages du 3e arrondissement, 1887 []
  12. Ibid. []
  13. Ibid., Courrier de Jean-Pierre Veyet, 16 décembre 1889. []
  14. Ibid., Rapport de l’inspecteur d’Académie, 18 mars 1905. []
  15. Ibid., Rapport de l’inspecteur d’Académie, 15 avril 1902. []
  16. Ibid., Rapport de l’inspecteur d’Académie, 18 mars 1905. []
  17. Le sou des écoles est une organisation de type associative créée à la fin du XIXe siècle et destinée à collecter de l’argent par de petites contributions des parents. L’objectif est de financer des activités de l’école publique. []
  18. Ibid., Rapport de l’inspecteur d’Académie, 29 mai 1909. []
  19. Ibid., Rapport de l’inspecteur d’Académie, 8 juin 1903. []
  20. Pour en savoir plus sur les décorations de l’Instruction publique et l’Éducation nationale, se reporter à cette notice des Archives nationales []
  21. Ibid., Rapport de l’inspecteur d’Académie, 24-25 janvier 1911. []
  22. Archives nationales, 19800035/211/27731 : Dossier de légion d’honneur de Jean-Pierre Veyet []
  23. AML, 2E/2160, Registre des décès du 7e arrondissement, 1918 []
  24. AML, 1745W/183, Registre des convois funéraires, 9 août 1918 []
  25. THIVEND (M.), « L’école républicaine en ville : Lyon, 1870-1914 », Belin, Lyon, p.199 (cote AML : 1C/8486). []
  26. AML, 1217WP/178, Registre des délibérations du Conseil municipal de Lyon, séance du 4 novembre 1918 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search