PATRIMOINE/La manutention civile de Lyon à la Guillotière

L’existence de la Manutention civile de Lyon n’est plus connue aujourd’hui que par un dessin conservé aux Archives municipales de Lyon.

Manutention civile de Lyon : élévation donnant sur la rue de Marseille, 1854. Cabinet de Jules Exbrayat, architecte. Encre à la plume rehaussée à l’aquarelle – Archives municipales de Lyon, 58 FI 4.

Fondé en 1854, cet établissement visant à produire du pain à bas coût par la mécanisation de la boulangerie a pourtant connu autrefois une notoriété nationale. L’inventaire du patrimoine du secteur Saint-André, dans le 7e arrondissement, a permis de localiser le bâtiment et d’en identifier les modestes vestiges.

Le marché du pain à Lyon au milieu du 19e siècle

Alors que le pain est la nourriture principale des classes populaires, l’approvisionnement des villes est un enjeu de survie, couramment désigné comme la question des subsistances. À la différence des habitants des campagnes, les ouvriers des villes ont une alimentation peu diversifiée et ne possèdent pas de four à pain, ils dépendent donc entièrement de la boulangerie.

Afin de prévenir les pénuries, génératrices d’émeutes urbaines, la boulangerie est une profession strictement réglementée. Depuis 1791, la loi autorise les municipalités à fixer administrativement le prix du pain. Le cours officiel du pain, appelé « taxe », est fixé pour deux semaines en fonction du cours de la farine.

En outre, le décret impérial du 6 novembre 1813 réglemente les conditions d’exercice du métier de boulanger dans les grandes villes : l’ouverture d’une boulangerie nécessite l’autorisation de la municipalité, elle est soumise à la constitution de réserves de farine permettant la fabrication de pain pour trois mois, à la fois dans les locaux de la boulangerie et dans un dépôt public (la Grenette). En contrepartie, les autorités limitent le nombre d’autorisations accordées, établissant un numerus clausus des boulangeries.

Ce contexte est particulièrement tendu dans les années 1850 pendant lesquelles le prix du blé est au plus haut à la suite d’une série de mauvaises récoltes1, et qui font suite à la flambée insurrectionnelle de 1848-1851.

Affiche de la Manutention civile de Lyon, sans date – Archives municipales de Lyon, 784 WP/39/3.

La saison des manutentions civiles

La création de la Manutention civile de Lyon s’inscrit dans un mouvement national qui a touché de nombreuses villes de France, probablement à l’initiative des fabricants de machines ou des minotiers. La société des appareils Rolland, par exemple, met en place à Fontainebleau une usine modèle destinée à démontrer les possibilités de ses fours et pétrins mécaniques2. Elle propose une réorganisation complète de la filière en concentrant la production de pain dans des usines modernes, implantées en périphérie des villes dans les quartiers en développement, et en confiant au réseau des boulangers la seule mission de vente au détail dans des dépôts de pain. Entre 1855 et 1865, de nombreux établissements équivalents ont vu le jour3, mais ils n’ont connu qu’une existence éphémère.

Dès 1854, le négociant Pierre Delort fonde à Lyon la société de la Manutention civile, dont les statuts sont conservés aux Archives municipales de Lyon4. Son projet industriel est présenté dans une brochure destinée à réunir des investisseurs5. En cas de succès, il prévoyait la création d’une dizaine d’usines analogues, qui pourraient satisfaire à elles seules l’ensemble de la demande en pain de la ville de Lyon.

La Manutention associe dans une même usine la production de farine, la fabrication et la cuisson du pain. Cette concentration permet de nombreuses économies d’échelle : économie d’énergie, puisque les meules et pétrins sont alimentés par la même machine à vapeur ; économie de combustible, par le recours à la houille moins chère que le bois utilisé par les boulangers ; économie de main d’œuvre et enfin économie sur le blé importé d’Ukraine, de Crimée ou de Pologne.

Organisation de l’usine

La Manutention occupe un large terrain situé entre la rue de Marseille et la rue Pasteur. La construction de l’usine est autorisée le 25 novembre 18546. L’architecte Jean-Baptiste-Jules Exbrayat est lui-même sociétaire de l’entreprise et membre du conseil de surveillance.

La disposition de l’usine est connue par un plan :

Lyon. Manutention civile, plan et coupe. Tiré de Compte-rendu des études sur la meunerie et la boulangerie, 1857 – Source gallica.bnf.fr / BnF.

et une description technique publiés en 18577. Suivant un plan en U, elle est organisée autour d’un bâtiment central de plan carré, haut de 5 niveaux, accueillant la meunerie. Le plan fait apparaître les deux beffrois circulaires à engrenages, chacun actionnant six paires de meules. Ces meules provenaient de la carrière du Bois de la Barre à la Ferté-sous-Jouarre, principal centre meulier de France.

L’aile nord est divisée en trois niveaux, dont les planchers reposent sur de simples poteaux. Le rez-de-chaussée accueille des espaces utilitaires et administratifs. Les étages sont probablement occupés par les greniers, la Manutention civile étant soumise à l’obligation de conserver sur place un stock de garantie pour trois mois. L’aile sud se compose d’une vaste salle voûtée accueillant huit fours à sole tournante de la société Roland. Deux pétrins mécaniques complètent l’équipement. La panèterie, local où sont stockés les pains après cuisson, fait la jonction entre la boulangerie et la meunerie.

En 1855, un immeuble d’un étage vient compléter l’ensemble le long de la rue de Marseille, de l’autre côté de la cour dominée par la cheminée d’usine8. Il accueille le siège administratif de l’entreprise à l’étage et permet d’ouvrir un débit de pain au rez-de-chaussée, sur le lieu même de production. C’est ce dernier édifice qui fait l’objet du dessin conservé.

Conditions de fonctionnement

L’ouverture de l’établissement est autorisée au titre de la réglementation de la boulangerie par arrêté préfectoral du 5 janvier 18559. La société s’engage alors à vendre à perpétuité le pain à deux centimes au-dessous du prix réglementaire. Afin de préserver l’équilibre du marché, les pouvoirs publics imposent à la Manutention le rachat d’une boulangerie pour chacun de ses huit fours, puis pour chaque nouveau débit de pain ouvert.

La Manutention produit du pain de seconde catégorie, dit pain de ménage, pour la consommation courante. Une enquête administrative indique que « le pain de la Manutention a bon gout, il est bien cuit, plus nutritif que celui des boulangers mais il est plus serré car le pétrissage mécanique ne reproduit pas exactement le pétrissage manuel10 ».

Pour assurer la distribution du pain produit massivement par l’usine, une dizaine de débits sont ouverts dans les quartiers populaires de Lyon ou sur les marchés alimentaires. Chaque débit pouvait vendre jusqu’à 900 kg de pain par jour.

Difficultés et faillite

Des échanges de courriers témoignent des efforts du gérant pour obtenir une adaptation du règlement de la boulangerie lyonnaise, renouvelé en 1857. Il se heurte à la résistance efficace de la corporation des boulangers et échoue à s’attacher le plein soutien des autorités qui craignent l’instauration d’un monopole des subsistances.

Le Préfet Vaïsse, maire de Lyon, met en garde le Ministre de l’agriculture contre les risques de « confier une trop grande part de l’alimentation publique aux intérêts d’une entreprise industrielle privée ». Il estime par ailleurs que « l’entreprise a déjà reçu tous les encouragements publics compatibles avec les intérêts de la boulangerie ancienne ”11.

Le règlement adopté en 1857 est défavorable à la Manutention civile, dont la faillite ne se fait pas attendre. L’usine est rachetée par un négociant en grains marseillais qui poursuit la production jusqu’en 1860. Après une nouvelle faillite, l’usine cesse alors toute activité de boulangerie mais continue à produire des farines.

Quelques années plus tard, cependant, le cadre réglementaire est entièrement renouvelé avec la libéralisation de la boulangerie en 1863. Le prix du pain est libéré, les entraves à l’installation sont levées. Dans ce nouveau contexte, une association commerciale pour la vente du pain à prix réduit exploitant les bâtiments de la Manutention est fondée en 1867. On ignore la date d’interruption définitive de ses activités.

Le devenir des bâtiments

Les bâtiments de la Manutention civile n’ont pas pour autant disparu du paysage urbain. Le siège de l’entreprise a été surélevé de plusieurs étages et transformé en immeuble à loyer avant 1886.

Vue actuelle de l’immeuble, 30 rue de Marseille. Phot. E. Dessert, 2016 – Région Auvergne-Rhône-Alpes.- IVR84_20166901407NUCA

La façade sur rue conserve l’élévation élégante et ornée dessinée par Exbrayat, avec son entresol traité en bossage continu et les grandes baies du premier étage.

L’aile nord, peu transformée, est devenue une école professionnelle. Le reste du tènement industriel a été acheté entre 1886 et 1897 par la congrégation enseignante des Sœurs de Saint-Charles. L’aile des fours a été démolie et remplacée par deux bâtiments d’école. La meunerie, débarrassée de ses installations industrielles, est conservée dans ses volumes d’origine au cœur du complexe scolaire devenu aujourd’hui le lycée Belmont.

Le bâtiment de la meunerie et l’aile nord sont les vestiges les mieux conservés de la Manutention civile – Phot. M. Delavenne, 2020 – Région Auvergne-Rhône-Alpes.IVR84_20226900273NUCA

L’exemple de Lyon permet-il d’expliquer l’échec généralisé des manutentions civiles ? Leurs détracteurs ont souvent mis en cause l’incompétence des dirigeants. L’exemple de Pierre Delort, couramment décrit comme un mauvais gestionnaire, peut plaider en ce sens. Fils d’un taillandier de Narbonne, où il est né en 1817, il s’installe avant 1840 à Lyon et exerce d’abord la profession d’horloger12. Il n’est donc ni meunier, ni boulanger, mais semble présenter le profil si décrié des aventuriers de l’industrialisation. Le manque de crédit et d’investisseurs peut s’expliquer par l’absence d’attaches lyonnaises de Pierre Delort qui reste un étranger sans appuis.

Au-delà de ce cas particulier, la boulangerie industrielle ne semble pas adaptée au modèle de consommation qui se met en place dans la deuxième moitié du siècle, avec la diversification de l’alimentation et la libéralisation de la boulangerie. Les clients recherchent des raffinements nouveaux dans la forme et la saveur : c’est la vogue du pain blanc, de la baguette et des pains de fantaisie. Le modèle industriel sous-estimait également le coût et les difficultés du transport vers les débits (marchandises abîmées, délais, difficulté d’adaptation aux commandes). Les boulangeries mécanisées se sont ainsi imposées auprès des publics captifs, pour l’approvisionnement des casernes, des hôpitaux ou des communautés religieuses. En ville en revanche, seule la production et la vente de pain au détail ont pu répondre aux attentes nouvelles des consommateurs.

Par Magali DELAVENNE, conservateur du patrimoine, chercheur au Service patrimoines et inventaire général (Région Auvergne-Rhône-Alpes).


Pour aller plus loin


Citer ce billet
magalidelavenne (2022, 9 juin). PATRIMOINE/La manutention civile de Lyon à la Guillotière. Histoires lyonnaises. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r442

  1. A Lyon, on relève une hausse des prix de 115 % entre 1850 et 1856, d’après Bernadette ANGLERAUD, Les boulangers lyonnais aux XIXe et XXe siècles, p. 33-34 et p. 46. []
  2. Exactement contemporaine de la Manutention civile de Lyon, cette usine ouvre ses portes le 1er janvier 1855. « Etablissement modèle de panification mécanique à Fontainebleau », Notice sur les appareils de panification Rolland (Pétrin mécanique. Four à air chaud et sole tournante), Paris, 1856 (consultable sur Gallica). []
  3. Ces expériences ont fait l’objet d’une importante campagne d’opinion et de multiples rapports. Elles semblent principalement localisées dans le nord-ouest de la France et dans la région lyonnaise (Saint-Etienne, Aubenas, Annonay, Grenoble, Rive-de-Gier). La Manutention civile de Rennes a fonctionné au moins de 1864 à 1876. Voir P. GOSSET, Sur la question meunerie-boulangerie : de la nécessité de créer de grandes manutentions civiles, Paris, 1857, 39 p. ; et De la meunerie-boulangerie, propos d’une enquête établie sur un projet de ce genre par les autorités municipales de la ville de Rouen, 1858, 20 p. (consultable sur Gallica). []
  4. Statuts de la Société en commandite et par action constituée à Lyon, sous la raison sociale de Pierre Delord et Compagnie, et sous le titre de Manutention Civile de Lyon [12 avril 1854], 1C/302957. Manutention civile de Lyon. Nouveaux statuts de la Société. [10 mars 1855], 1C/302985. []
  5. Projet d’une boulangerie mécanique, devant fournir quinze mille kilos de pain par jour, ou le dixième de la consommation journalière de la ville de Lyon, Lyon : Impr. d’A. Vingtrinier, 1854, 31 p. []
  6. AML 315 WP 047/8, Rue Henri IV : alignement, autorisations de construire. []
  7. JANVIER et LEFEBVRE, Marine et colonies. Compte-rendu des études sur la meunerie et la boulangerie faites dans un voyage en France, en Angleterre et en Belgique, Paris : impr. adm. de Paul Dupont, 1857, p. 6-8 (consultable sur Gallica). []
  8. AML 315 WP 001/17, Cours Saint-André : alignement, autorisations de construire. 1852-1856. []
  9. AML, 784 WP/39/3, Boulangerie : vente de pain à prix réduit, Manutention civile (1853-1867). []
  10. Idem : Enquête sur le fonctionnement, la technologie et les résultats de la Manutention civile conduite par le commissaire de police du 3e arrondissement, juillet 1856. []
  11. Idem : lettre du Préfet du Rhône au Ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, 4 août 1856. []
  12. Acte de mariage, le 22 septembre 1841. AML, 2 E 354, acte n°1018. Pierre Delort est référencé comme horloger au 2, place des Célestins dans l’Indicateur lyonnais de 1842. []

magalidelavenne

Conservatrice du patrimoine, chercheure au service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Auvergne-Rhône-Alpes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search