METIERS/Les premiers règlements de la communauté des menuisiers à Lyon

Atelier du sieur Jadot menuisier, ci devant Eglise S.t Nicolas : [estampe] Chenu, Pierre (1718?-1795). Graveur – Gallica/BNF

Une communauté des menuisiers à part entière existe à Lyon depuis au moins le milieu du XVe siècle1. En 1459, pour la première fois, un maître menuisier, Symon Michon, représente sa communauté lors de l’élection annuelle des échevins du Consulat2. Avant cette date, les menuisiers appartenaient vraisemblablement à la communauté des charpentiers, comme le montrent les élections de 1458 pour laquelle seule la communauté des chapuis (les charpentiers) et des tonneliers est représentée mais dont un des maîtres se nomme Robin le Menuysier. Pendant plus de 150 ans la communauté va se développer, régie par le bon sens et les coutumes, troublée sans aucun doute régulièrement par des abus et des conflits internes mais aussi externes avec les autres communautés.

En 1614, un conflit entre les maîtres menuisiers et l’un de leurs députés conduit la communauté à proposer au Consulat une première version écrite de ses règlements. Les maîtres menuisiers établissent alors des règles assurant le bon fonctionnement de leur communauté, par la suite rédigées en quatorze articles dans un acte daté du 20 septembre 16143. Ces règlements sont approuvés par le prévôt des marchands et les échevins par un acte consulaire daté du 23 septembre 16144. Les premiers règlements de la communauté des menuisiers lyonnais sont désormais officialisés.

Au travers des différents articles de ces règlements de 1614 apparaît le fonctionnement officiel de la communauté. Ainsi, un menuisier doit tout d’abord faire un apprentissage de quatre années auprès d’un maître menuisier de la communauté, à l’exception des fils de maître privilégiés par rapport aux hommes extérieurs à la communauté. Pour assurer un bon apprentissage, les maîtres ne peuvent prendre que deux apprentis en même temps. Une fois l’apprentissage terminé et enregistré auprès des maîtres jurés de la communauté, le compagnon obtient le droit de travailler mais uniquement pour un maître menuisier ou éventuellement un bourgeois mais en aucun cas pour son propre compte. Seul un maître a la possibilité d’ouvrir une boutique ou de travailler à son compte et d’embaucher des compagnons. Cependant, aucun article dans ces premiers règlements ne précise encore les modalités d’accès à la maîtrise. Les maîtres jurés ou maîtres gardes sont élus chaque année au nombre de deux par le Consulat parmi une liste de maîtres proposés par la communauté.

Sur les quatorze articles des règlements, huit sont consacrés à la façon de bien concevoir et fabriquer les ouvrages de menuiserie afin d’assurer leur bonne qualité mais aussi la réputation de la communauté. En ce début du XVIIe siècle, ces premiers règlements montrent que la qualité des ouvrages et de la matière première qu’est le bois reste essentielle pour les menuisiers. Ces articles nous donnent par ailleurs quelques exemples d’ouvrages de menuiserie, comme les portes, les fenêtres, les comptoirs, les placards, les châssis à verre, les manteaux de cheminée, les garde-robes, les armoires, les buffets, les chœurs d’église ou encore les coffres. L’article treize indique clairement la séparation qu’il existe avec les chapuis ou charpentiers en leur interdisant la fabrication des ouvrages de menuiserie précédemment cités mais aussi d’employer des compagnons menuisiers. De même, il est également interdit aux maîtres menuisiers d’embaucher des charpentiers. La forte amende alors appliquée démontre que plusieurs conflits ont déjà dû entacher les relations avec les charpentiers, comme des compagnons menuisiers allant travailler pour un maître charpentier ou encore des charpentiers fabriquant et vendant des ouvrages relevant du métier de menuisier.

La grande majorité des articles précisent systématiquement les amendes que devront payer les contrevenants, condition indispensable au respect de ces nouvelles règles. Le dernier article indique que les contrevenant pourront être débusqués lors de visites dans les boutiques, les ateliers ou même les maisons des maîtres et des compagnons à l’initiative des deux maîtres jurés chargés de vérifier la bonne application des règlements.

A partir de 1614, les règlements et statuts des maîtres menuisiers de Lyon seront revus, corrigés et augmentés régulièrement jusqu’à la réforme des communautés d’arts et métiers de Lyon de l’édit de janvier 1777 et enfin jusqu’à leur disparition avec la loi du 2 mars 1791.

Par Eric DETOISIEN


Règlements et statuts des maîtres menuisier de la ville de Lyon de 1614

Du mardy vingt troisiesme jour de septembre
l’an mil six cens quatorze apres midy
en l’hostel commung de la ville de Lyon, y estans

Ordonnances, statutz et reiglement faictz sur lestat
des maistres menuisiers de la ville de Lyon.

A tous ceulx qui ces presentes verront, Nous Prévost des marchans et eschevins de la ville de Lyon, Scavoir faisons que sur la remontrance des maistres menuisiers de cette ville a ce deputez par les aultres maistres dudict mestier assemblés en grand nombre ainsy quil nous est apparu par acte de procuration du XXIe aoust 1614, receue Guyton notaire royal et veu les articles entre eulx deliberez pour le reiglement et police de leur mestier et obvier aux abbus, malversations et entreprinses qui se commettent journellement au prejudice et interestz tant du public que du particulier, n’ayant le dict mestier esté jusques a present regi et gouverné que par certaines bonnes coutusmes ausquelles ceulx qui ont leur inclination portée au mal contreviennent d’aultant plus facilement que l’observation d’icelles n’est ordonnée soubz aucunes peynes qui serve de mordz et de retenue a leur mauvaise volonté. Pour ce est-il que nous avons pour le bien de paix et utilité de cette dicte ville et communauté jugé neccessaire de moderer et arester les ditcz articles soubz le bon plaisir touteffois de sa Majesté esperans par ce moyen apporter quelque ordre ou les discordances complexions et humeur d’une populace n’apportent que desordre et confusion.

Premieremen

Que nul ne pourra ouvrir ny tenir bouticque du mestier dans la ville et faulx bourgs, faire travailler en bouticque ou chambre par compaignon et apprentif qu’il n’ait faict apparoir de son apprentissage aux maistres jurez qui seront lors en charge sy ce nest les filz de maistre qui ne seront tenus en faire aucung qu’avec leurs peres.

Les deux maistres jurez dudict mestier qui sont esleuz tous les ans par le consulat rapporteront en icelluy au commencement de chasque moys de decembre le roolle de tous les maistres dudict art pour d’iceulx estre choisis ceulx qui seront jugez capables pour l’année suivante pour estre maistres dudict mestier.

Nul ne fera besongne dassemblaige huis enchassillez portes fenestres comptoirs placards tournoyemens tables chassis a verre et manteau de cheminée ou il y ait du boys cuit vert molu et pourry soit en battans soit en panneaux soit en joincture et en lieu qui puisse porter prejudice a peyne de six livres et confiscation de la besongne applicables comme dessus.

Que en huys fortz et portes faittes dais avec assemblaige seront mises des languettes et gojons ou des clefs à chascun joinct sur les mesmes peynes.

Que en bancs garderobbes buffetz et harmoires de cinq a six piedz de long sera mise une barre et ou ilz porteroient plus grande longueur deux barres pour mieulx entretenir le fondz avec un petit pied par voye sans aucung boys cuit vermoulu ou pourry et sans cloux perduz. Et seront faictz les assemblaiges a tenons et mortaises bien et deuement sur les mesmes peynes.

Que en coffres a queue d’ironde et aultre facons ny aura du boys a neu qui passe oultre et que les fondz soient aussy larges et longs quen remplissent les reynures.

Que nul ne puisse farder ou vernir besongne vielle de quelques boys quelle soit pour estre vendue sur les mesmes peynes.

Que nul ne mecte en besongne boys de fayard en paneaux et assemblaiges evidens ny noircir et mectre en coleur de noyer ledict boys de fayard ny aultres de sapin en aucune piece d’oeuvre fors qu’au fondz de lict, sur les mesmes peynes.

Que nul ne face manteau de cheminée qui ne soit de bon boys et que en mollures tant dessus que dessoubz seront apposez des onglettes et clefs coullez audict manteau et des pignons aux ongles des mollures avec trois queue d’irondes en l’assemblage du manteau sur les mesmes peynes.

Que nul ne fasse huiset fenestres de boys de chesne ou il y ait daubier et quilz soyent a leur droict bien suffisamment sur les mesmes peynes.

Que aucung maistre ne pourra tenir que deux apprentifz et ne les prendra a moings de quatre ans sinon que ce soit enfans de l’aumosne de Lyon et dont il sera tenu d’en advertir les maistres jurez a peyne de dix livres applicable comme dessus.

Que aucung compaignon ne pourra faire besongne neufve pour soy et l’exposer en vente sy ce n’est aux bouticques des maistres et pour iceulx maistres, a peyne de confiscation de la dicte besongne et de troys livres d’amende pour la premiere foys applicable comme dessus. Bien pourra travailler a journées pour les bourgeois et citoiens dans leurs maisons et ailleurs ou bon luy semblera pour refaire et accomoder et faire de la besongne.

Que nul chappuis ou charpentier ne pourra faire ou faire faire menuiserie tant portes, fenestres, manteaux de cheminées que pieces d’oeuvre comme coffres, buffetz, garderobbes et aultres de boys noyer ny entreprendre cœur d’esglise de boys de noyer ny prendre ou tenir des compaignons dudict mestier pour ce faire sous luy comme aussy les dictz menuisiers le mestier de chappuis ou charpentier s’il n’a faict ou font apprentissaige des dictz mestiers a peyne de confiscation de l’oeuvre  en son nom propre et de trente livres d’amende applicable moitié au Roy et l’aultre moitié a l’aumosne générale.

Et pour l’observation du present reiglement que les deux maistres jurez auront le droict et pouvoir de visitation sur tous les ouvraiges dudict mestier tant en la ville que faulx bourgs, pourront en tous temps ensemblement ou l’ung d’iceulx visiter les bouticques et maison des aultres maistres et com-paignons. Et leur sera loisible appellé avec eulx ung sergent royal, prendre et arrester tout mauvais ouvraige ou ilz trouveront de l’abbus et malversation comme dict est.

Et pour ce supplions tres humblement sa majesté et messieurs de la justice de vouloir approuver et esmologuer les articles sus dictz, iceulx faire garder et observer soubz les peynee et amendes sus  dictes ou aultres telles que de raison. En foy de quoy nous Pierre Autrein Seigneur de Jarnosse président en la cour de parlement de Dombes lieutenant particulier en la sénéchaussée siège présidial de Lyon et auditeur de camp en la dicte ville et gouvernement de Lyonnois Foretz et Beaujollois, prevost des marchans. Jehan Duict conseiller du roy president en l’eslection de Lyonnois et Jehan Duboys, eschevins susdictz avons faict expedier et signer ces presentes par le commis au secretariat de la dicte ville et communauté ce XXIIIe septembre 1614 et seeler du seel.

  1. Natalis Rondot, L’art du bois à Lyon au quinzième et au seizième siècle, Paris, 1889 []
  2. Archives municipales de Lyon, Registres de actes consulaires de l’année 1459, Cote BB 7 []
  3. Archives municipales de Lyon, Règlements de commerce, corporations d’arts et métiers, statuts, 20 septembre 1614, cote HH 109 []
  4. Archives municipales de Lyon, Registres de actes consulaires de l’année 1614, 23 septembre 1614, Cote BB 150 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. AHDIMA dit :

    Ces articles de M. Eric Detoisien sont toujours passionnants. Merci pour ces publications originales!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search