PATRIMOINE/La nécropole nationale de la DOUA

Encerclé par le campus universitaire et le réseau routier, le cimetière militaire de la Doua se dresse dans le paysage lyonnais comme un haut lieu de mémoire nationale rendant un hommage suprême aux soldats « morts pour la France ». Il leur offre une sépulture décente et digne de leur service rendu.

La nécropole nationale de la Doua (Photographie Lola Boccassini, mars 2021)

La réalisation de la nécropole nationale de la Doua

À la Libération de Lyon, le 3 septembre 1944, les opérations de recherches des personnes décédées sous l’Occupation commencèrent. Elles s’orientèrent vers le site de la Doua, sur la commune de Villeurbanne, sur lequel on découvre la présence d’un stand de tir. L’existence d’un peloton d’exécution et la présence de corps sont rapidement présumées.

Terrain militaire d’entraînement appartenant au ministère de la Guerre et lieu d’exécution des prisonniers de la prison de Montluc, ce site devient un lieu central des fouilles. Elles sont menées par les services mortuaires de la Croix-Rouge sous la direction du Frère Benoît, par le bureau des inhumations de la Ville de Lyon et par le Service régional d’identité judiciaire (SRIJ)1.

Fouilles du charnier de la Doua par les équipes mortuaires de la Croix Rouge (1944) (AD69, 3788W878)

En juillet 1945, après un an de recherches infructueuses et interrompues par une crue du Rhône, le lieu se révèle être un véritable charnier, dissimulant les corps de résistants condamnés à mort par le Tribunal Militaire Allemand.

77 corps sont retrouvés près du stand de tir. 68 hommes, entre 16 et 73 ans, sont identifiés par le SRIJ. Ils étaient soldats, sous-officiers, maquisards, étudiants, ouvriers, commerçants, et ont été exécutés pour faits de Résistance.

Inondation des terrains militaire de la Doua en raison de la crue du Rhône (1944) (AD69, 3788W873)

Une fois les corps retrouvés, restitués ou non aux familles, naît la volonté de rendre aux morts de guerre un hommage d’une ampleur nationale. C’est à travers ce désir d’ériger un cimetière militaire sur le terrain de la Doua que cet hommage se matérialise dans l’espace.

En juillet 1945, à l’initiative du comité des Amis du charnier de la Doua émerge l’ambition de créer un cimetière militaire. Le maire de Lyon, Édouard Herriot, dans la perspective d’honorer le souvenir des fusillés de la Doua, apporte son soutien et son concours au projet. Il obtient du Gouverneur militaire du Lyon, Marcel Descour, de s’associer pleinement à cette entreprise.

Rapidement les objectifs du projet s’élargissent pour devenir « un cimetière militaire national plus vaste où seraient regroupées les tombes militaires de la Seconde guerre disséminées dans les divers cimetières »2. Le projet initial d’un petit cimetière de patriotes migre vers un haut-lieu national de reconnaissance pour l’ensemble des morts de la Seconde Guerre mondiale.

Finalement, c’est un projet d’une plus grande envergure qui vient se rattacher à celui de la construction de la nécropole : le regroupement à la Doua de l’ensemble des tombes militaires de la Première Guerre mondiale disséminées dans les cimetières lyonnais de la Croix-Rousse, Loyasse, la Guillotière Ancien et Nouveau3.

En 1953, le regroupement des dépouilles des deux générations du feu est acté ! Après la cession des terrains à l’État par la Ville de Lyon4 et l’accomplissement des obligations techniques5, le 7 juillet 1954, par un arrêté préfectoral le cimetière militaire est officiellement délimité.

Arrêté du préfet du Rhône du 7 juillet 1954 délimitant officiellement le cimetière militaire national de la Doua (AM Villeurbanne, le Rize, 2H3)

 

Répartition des terrains militaire de la Doua entre la Ville de Lyon (bleu clair), le Service des PTT (bleu foncé), et l’autorité militaire (rouge) (1954) (Cimetière militaire de la Doua, NNRA3)

 

Un cimetière pour quels morts ?

La réponse semble être une évidence : pour les morts de guerre. La réalité est beaucoup plus complexe. En effet, l’ensemble des morts de guerre n’ont pas accès à ce lieu de repos éternel. Il est réservé à des catégories précises et définies par la loi. Ce phénomène aboutit à une distinction entre les différentes victimes de guerre.

Pour qu’une dépouille puisse accéder à la nécropole de la Doua, le défunt et les circonstances de sa mort doivent correspondre aux exigences du Code des pensions militaires d’invalidité et victimes de guerre.

Au sens législatif, « une nécropole nationale regroupe les corps des combattants « Mort pour la France » en temps de guerre, bénéficiant d’une sépulture perpétuelle entretenue aux frais de l’État dans un terrain acquis par celui-ci6 ». Ainsi, sont exclusivement autorisés à la Doua les corps portant la mention « Mort pour la France » et les sépultures à charge de l’État7.

Seul le ministère des Anciens Combattants et Victimes de guerre peut déterminer si les décès des soldats et civils remplissent les conditions posées pour l’accès à la mention « Mort pour la France » et par conséquent, s’ils peuvent obtenir une sépulture perpétuelle aux frais de l’État à la nécropole de la Doua. Les services municipaux ne sont pas autorisés à établir la liste des victimes de la guerre ayant accès au cimetière.

La municipalité a dû strictement respecter les lois concernant l’entrée des corps à la Doua. Ainsi, comme de nombreux cimetières militaires, la Doua n’incarne pas toute la nation sacrifiée. Ce projet funéraire reste limité sur cet aspect, estompant le souvenir de certains tués de guerre inhumés dans les cimetières communaux lyonnais.

Un cimetière porteur d’une mémoire transnationale

La nécropole de la Doua abrite 209 sépultures de guerre dans lesquelles reposent des corps de nationalités étrangères : 82 corps de la Grande Guerre et 127 de la Seconde Guerre mondiale8. Bien loin de la volonté initiale d’en faire un cimetière réservé aux soldats français, la ville de Lyon et le ministère des ACVG décident finalement de l’ouvrir à une mémoire transnationale.

L’ensemble des nations ayant participé aux conflits prennent place à la Doua. Ce lieu honore les combattants étrangers qui s’inscrivent dans la mémoire française. Sans distinction de nationalité, alliés, hommes d’Outre-mer et soldats appartenant aux nations ennemies, ne forment qu’une seule communauté de destin dans la mort.

La nécropole de la Doua se présente comme un symbole de réconciliation entre les nations et un lieu de dialogue et de réunion transnationale et interculturelle.

Les sépultures étrangères sont là pour rappeler les valeurs de fraternité et de paix. La nécropole de la Doua devient un site de réflexion sur la guerre et la paix à l’échelle internationale.

 

Un lieu toujours vivant

Inaugurée il y a soixante-dix ans, la nécropole nationale a vu ses initiateurs et les principaux témoins des évènements s’éteindre. Cependant, elle reste un site fréquenté par de multiples visiteurs. Proches, anciens combattants, promeneurs, touristes, élèves, chercheurs et historiens viennent sur ces lieux pour comprendre l’histoire ou rendre hommage à leurs aînés ou frères d’armes.

Bien que la nécropole demeure un site toujours investi par les visiteurs, il y a un intérêt à maintenir cet espace vivant. Les cimetières militaires ne bénéficient pas d’un classement au titre de monument historiques, ni au titre de protection des sites9. Pour assurer leur avenir, ces lieux doivent être stimulés pour rester attrayants et être sauvegardés, car leur devenir reste incertain. Dans cette dynamique-là, la nécropole de la Doua participe chaque année au Printemps des cimetières. Par ailleurs, en association avec le Mémorial de la Prison de Montluc et le Rize de Villeurbanne, le cimetière poursuit sa valorisation. Il propose ponctuellement des visites guidées afin de faire connaître ce haut-lieu de mémoire du paysage lyonnais.

Par Lola BOCCASSINI, étudiante en master Archives à l’Université Lyon 3

Bibliographie

  • BOCCASSINI Lola, La construction de la nécropole nationale de la Doua et l’inhumation des soldats de la Première et Seconde guerre mondiale (1945-1975), Mémoire de recherche en archives, sous la direction de Chatelan Olivier, Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3, 2020.
  • BIRABEN Anne, Les cimetières militaires en France, Paris, Éditions l’Harmattan, 2005.
  • Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerres, Délégation à la mémoire et à l’information historique : Atlas des nécropole nationales, Paris, la Documentation française, 1994.
  1. Service rattaché à la Direction Territoriale de Police Judiciaire, dépendant elle-même de la Direction Générale de la Police Nationale rattachée au ministère de l’intérieur []
  2. Archives municipales Lyon (AML) 1025WP30, Rapport pour le Maire Édouard Herriot, 27 octobre 1945. []
  3. Par la suite d’autres regroupements de cimetières s’ajoutent au projet tels que des militaires exhumés dans les départements de l’Ain, de l’Ardèche, de la Drôme, de l’Isère, de la Savoie, de la Saône-et-Loire, des Basses-Pyrénées, Pyrénées Atlantiques, ainsi que du cimetière communal Cusset de Villeurbanne. []
  4. Le terrain appartient pour les quatre cinquièmes à l’autorité militaire et pour le reste à la Ville de Lyon et au Service Radioélectrique du ministère des Postes, Télégraphes et Téléphones. []
  5. Concerne l’enquête géologique, l’accord du Conseil départemental d’hygiène du Rhône, l’accord de la direction de l’urbanisme et habitation de Lyon et l’accord des autorités militaires locales. []
  6. Ministère des ACVG, Atlas des nécropole nationales, Paris, la Documentation française, 1994, p. 3. []
  7. Le Frère Benoît, seul civil inhumé à la Doua. C’est la seule exception faite à la loi en raison de la valeur symbolique de sa présence dans ce lieu dont il est le principal acteur de sa réalisation. []
  8. Belges, italiens, polonais, russes, serbes, roumains, tchécoslovaques, grec, allemands, australien, britanniques, canadiens, espagnols, néo-zélandais, yougoslaves, marocains, tunisiens. []
  9. BIRABEN Anne, Les cimetières militaires en France, Paris, Éditions l’Harmattan, 2005, p. 202. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.