PERSONNAGE/André-Marie Ampère

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  19/02/1978, de manière anonyme.

Portrait gravé d’André-Marie Ampère par Ambrose Tardieu – Wikicommons

André-Marie Ampère est né le 20 janvier 1775, à Lyon. Son père, négociant en étoffes de soie, se retira peu après à Poleymieux, dans la propriété de sa femme, et s’institua le professeur de l’enfant qui manifesta de bonne heure des aptitudes mathématiques exceptionnelles (ce qui ne l’empêchait pas de lire tous les livres qui lui tombaient sous la main, notamment l’Encyclopédie en vingt volumes). Cette jeunesse heureuse fut brutalement interrompue par la terreur. Son père qui, pendant le siège de Lyon par les troupes de la Convention, avait instruit le procès de Chalier, fut guillotiné en1793. Le jeune homme quelques temps frappé de stupeur par le drame, en sortit mûri et se lança dans l’étude de toutes les disciplines. Botanique, latin, astronomie, langues étrangères, rien ne le laissait indifférent, ni même le charme d’une belle jeune fille, Julie Caron, dont il tomba éperdument amoureux. L’idylle, le mariage célébré le 2 août 1799, la naissance de son fils Jean-Jacques (qui devait à son tour devenir célèbre), enfin la maladie et la mort de la jeune femme, le 12 juillet 1803, sont trop connus pour que l’on s’y attarde.

Pour faire face aux charges d’une famille, il entra dans l’enseignement public comme professeur de physique à l’Ecole centrale de Bourg, puis au Lycée de Lyon. Sous le coup de la mort de sa femme, il partit pour Paris et fut nommé répétiteur à l’Ecole Polytechnique. Ce fut le début d’une brillante carrière (inspecteur général de l’université, 21 septembre 1808 ; membre de l’institut, novembre 1814 ;  professeur au Collège de France, 1824), malheureusement empoisonné par un second mariage, fort heureusement qui ne lui procura que des déboires. Il mourut à Marseille le 11 juin 1836, au cours d’une tournée d’inspection. Il est enterré au cimetière de Montmartre, tout près de Stendhal, de Mme Récamier et de Ballanche.

Ampère est connu par la façon générale et déconcertante dont il mena ses travaux scientifiques. Ce n’était pas le chercheur suivant méthodiquement une voie préalablement tracée. Préoccupé de dix idées à la fois, il allait de l’une à l’autre abandonnant un mémoire de mathématiques pour un problème de physique, revenant par un détour à la chimie, à la philosophie ou à la religion. C’est que sa pensée était d’abord religieuse ou philosophique. Revenu à la foi chrétienne après avoir connu le doute, il partageait avec ses fidèles amis lyonnais Ballanche et Bredin, le souci d’harmoniser à la doctrine catholique une explication des sociétés humaines et des structures de l’univers. Ses découvertes ont donné lieu à bien des applications pratiques. C’est ainsi que de la plus importante, celle de l’életrodynamique, ont été tirés le télégraphe, le téléphone, le transport de la force à distance, la télémécanique. Mais à ses yeux, comptait bien d’avantage le fait de connaître mieux l’énergie de la matière, et de repousser plus loin les bornes du mystère du monde.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
histoires lyonnaises (21 janvier 2022). PERSONNAGE/André-Marie Ampère. Histoires lyonnaises. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r43z


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search