INSOLITE/Pour en finir avec la mère Cottivet

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 28/02/1988, de manière anonyme.

Benoist-Mary Story, avec Christian Capezzone dans le rôle de Blandine Ferrachat, pipelette lyonnaise créée sur le modèle de la Mère Cottivet qui fut notamment interprétée par Benoist-Mary (1864-1944) et Elie Périgot-Fouquier (1891-1971) – Bibliothèque municipale de Lyon

Il est des précisions qui s’avèrent nécessaires, si ce n’est urgentes.

Les spectateurs du Guignol de Lyon demande souvent à voir ce que Gnafron nomme pudiquement « son derrière ». Là, parmi les marionnettes pendues au « râtelier », ils cherchent invariablement la mère Cottivet, nous la réclament, et s’indignent quand on leur dit qu’elle n’a jamais fait partie de la famille de Guignol.

Avant que la télévision ne bousculât les habitudes et les distractions du public, on pouvait voir, dans les farces classiques, quelques vieilles lyonnaises, canuses ou non, parfois courtisées par Gnafron et qui se nommaient Phémie ou Toinon, mais répondait rarement à un patronyme.

On pouvait applaudir d’autre part, dans les nombreuses fêtes de bienfaisance de l’époque, des « fins diseurs » qui, entre un clown et une « chanteuse à voix » venaient réciter des monologues, comiques la plupart du temps.
Le plus célèbre, et le plus talentueux, fut, sans conteste, Benoist Mary, qui interprétait ses propres œuvres, habillé suivant les cas en homme ou en femme.
Il fit école, et l’on vit naitre la mère Dufoison et la mère Cottivet. Derrière la première se cachait Pierre Serre, chansonnier de talent, et derrière l’autre, Perrigot-Fouquier, à qui la radio (nommé T.S.F. à cette époque) puis la télévision apportèrent une célébrité locale.

Cette mère Cottivet avait donc le même accent que Guignol, Gnafron et leurs épouses et n’hésitait pas à user jusqu’à la corde quelques formules du genre : « En descendant, montez donc… » ou « J’habite au cent moins n’un… ». Son langage lyonnais puisait plus dans les mots écorchés que dans le Littré de la Grand ’Côte.
En définitive, il s’agissait d’un personnage vivant, et non d’une marionnette.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. F. Costel Libert dit :

    J’ai 73 ans mes belins , belines, et chez moi , par mon arrière grand mère , mes grands parents , j’ai toujours entendus parler de la mère Cottivet qui habitait au cent moins un montée de la grand côte !!! aurais je été bernée ??? en attendant montez donc !! on s’en jettera un derrière la corniole !!! allez je vous pète la mialle !!!
    tenez moi au courant !
    Françoise Costel Libert

    • Laurent Longre dit :

      Françoise, la mère Cottivet n’est pas si vieille que ça même si elle fêtera ses cents ans l’année prochaine.

      Le véritable créateur du genre (rôle travesti + langage “Guignol”) est Benoist-Mary qui incarnait vers 1885-1890 des types populaires lyonnais dans des spectacles paroissiaux à Saint-Just, où il jouait les rôles de femmes, les filles ne pouvant être actrices (selon le Dictionnaire historique de Lyon).

      Parallèlement aux “monologues lyonnais” de Benoist-Mary, les premières revues mettant en scène des vieux canuts et des concierges (acteurs travestis) s’exprimant en “Guignol” ont été montées par le théâtre de l’Horloge dans les années 1900. Apparemment la première a été “Tout se détrancane” (1906) avec comme principaux personnages les époux Battandier joués par le duo Gérald-Lafage.

      Quant au personnage de la mère Cotivet incarné par Périgot-Fouquier, il a été créé en 1923 toujours au théâtre de l’Horloge dans une revue intitulée “Tout simplement”. C’est surtout la TSF qui lui a valu son succès ainsi que la rubrique hebdomadaire “De darnier mon judas” de Périgot-Fouquier dans le journal satirique “Guignol”. La mère Cottivet est un avatar parmi d’autres d’un type théâtral créé au moins 20 ans plus tôt.

      L’apparition de la mère Cottivet dans le théâtre de Guignol ne remonte apparemment qu’à l’après-guerre, d’où l’agacement de l’auteur de l’article ci-dessus.

      Pour la défense des comiques tels que Périgot-Fouquier, je dirais qu’ils n’ont jamais eu la prétention de se faire passer pour des néo-Mourguet. C’est une autre tradition que celle de Guignol, celle des revues et des one-man-shows.

      A propos de leur langage, qui ne puisait effectivement pas dans le Littré de la Grand ’Côte, l’excellent Pétrus Sambardier écrivait ceci en 1931 :

      “Gérald [le “père Battandier”] eut le bon goût de ne pas apprendre ses mots et leur prononciation dans des dictionnaires locaux, mais de les dire tels qu’il les entendait prononcer autour de lui.
      […] Le langage de Battandier était exactement le langage actuel du canut. Au contraire, lorsque nous nous forçons pour parler un langage canut qui ressemble à celui qu’emploie Guignol, nous essayons inconsciemment, et sans y réussir, du reste, de ressusciter un langage qui n’a pas disparu, mais s’est transformé. Le pur langage de Guignol, si savoureux, est, pour une grande part, un document d’histoire locale, aussi peu en rapport avec le parler populaire ac-tuel que la veste, le chapeau et le salsifis de Guignol sont différents de la tenue de l’ouvrier en soie d’aujourd’hui..
      […] Ce fut le mérite de Gérald, comme c’est celui de Benoist-Mary et de quelques autres artistes lyonnais de limiter langage, argot et accent au langage, à l’argot et à l’accent qui nous sont vraiment familiers.”
      (Le Salut public, 17 novembre 1931)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search