ARCHIVES/La correspondance de Mathilde de Jayr

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  14/11/1980, de manière anonyme.

 

Plaque du quai Hippolyte-Jaÿr dans le 9e arrondissement de Lyon – Wikicommons

La bibliothèque municipale de Lyon possède un ensemble important de lettres de Mathilde Jayr, femme d’Hippolyte Jayr qui fut préfet du Rhône de 1839 à 1847.

La plupart de ces lettres, écrites de 1838 à 1865, sont adressées à sa cousine de Bourg-en-Bresse, Valérie Dufour. Si Mathilde Jayr s’attarde volontiers sur sa santé et sur celle de ses enfants, Camille et Claire, elle évoque également un certain nombre d’événements qui se sont déroulés tant à Lyon qu’à Paris, ce qui fait l’intérêt de cette correspondance.

Dans bon nombre de ses lettres, elle se dit grippée ou enrhumée, quand elle ne se plaint pas de maux d’estomac. La santé de sa fille surtout, elle aussi fréquemment grippée, la préoccupe, de même que celle de ses tantes de Bourg, dont elle demande souvent des nouvelles à Valérie Dufour. Elle semble plutôt favorable à l’homéopathie pour soigner une de ses tantes dont l’état de santé s’est aggravé : « Je suis désolée que ma tante ait repris ses douleurs d’estomac ; tâche de la décider à essayer de l’homéopathie : ce genre de médecine peut aussi s’appliquer aux maux nerveux. Je n’y suis pas encore, et n’y serais jamais complètement convertie ; mais je crois qu’elle a du bon et que l’allopathie finira par en adopter beaucoup » écrit-elle à sa cousine en 1840, dix ans après l’introduction à Lyon de cette nouvelle médecine par le comte Des Guidi.

La vie officielle qu’elle est contrainte de mener ne la satisfait aucunement, que ce soit à Montbrison, à Metz ou il devient ministre des Travaux Publics en 1847.

« A mon avis, les préfets ne peuvent être heureux nulle part, mes rêves de liberté me reviennent, et pourtant je porte philosophiquement ma chaîne ; chaque semaine, je passe deux après-midi à sonner à une quinzaine de portes, deux autres jours j’ouvre ma porte dès trois heures à ceux qui veulent me voir, outre cela je suis le samedi soir en représentation dans mon salon, et le dimanche régulièrement d’une heure et demie à cinq heures je passe en revue à peu près de 20 à 50, 60 visiteurs, selon le temps et les circonstances. Je ne te fais pas là le compte des dîners » écrit-elle en 1839, alors qu’elle habite Metz. Elle ne se plaît pas du tout à Lyon, ville dont elle est pourtant originaire ; deux lettres, datées de 1841 et 1843, sont particulièrement éloquentes : «  Lyon est triste et ennuyeux comme toujours, ce n’est qu’avec un affreux serrement de cœur que je me vois condamnée à y vivre encore… Cette vie m’ennuie, je ne saurais trop le répéter », «  Je ne voudrais plus aller à Bourg, ma chère Valérie : Lyon me paraît trop insupportable au retour ; il me faut trop de temps pour me remettre à mes occupations, pour me réhabituer à ces vilains murs, à cette atmosphère qui m’étouffe, à cette vie officielle si peu dans mes idées ».

On trouve çà et là des allusions à des événements dont elle a été témoin. Son récit des inondations de 1840 à Lyon est particulièrement précieux : plusieurs lettres leur sont consacrées. D’après une lettre du 4 novembre 1840, « les ¾ de la ville à peu près sont inondés, le Rhône et la Saône se réunissent sur la place Bellecour… ». Après une visite rendue deux jours plus tard au maire de Vaise, elle confie à l’une de ses tante : « Les détails sur les désastres de cette malheureuse commune sont horribles à entendre, on ne les avait malheureusement pas exagérés.  Ce sera une ville à reconstruire,  la plus grande partie de ses habitants (sic) sont ruinés ». Des mesures ont été prises pour assurer le ravitaillement : « Les autorités vont et viennent, des bateaux parcourent la ville en tous sens, distribuant par les fenêtres du pain, de la viande, des légumes ». Mathilde Jayr note qu’en dépit des dégâts considérables, principalement du côté de Vaise et de Serin, « la résignation est admirable ; ce peuple ordinairement si mal disposé, parle sans amertume des pertes qu’il a faites ».

Autre incident consigné dans ces lettres, et intéressant l’histoire de Lyon : l’incendie du Gymnase, ou étaient données des représentations théâtrales, en décembre 1840.

« Le Gymnase a brûlé cette nuit ; ainsi, pour nous, l’incendie succède à l’inondation et les pompes et les pompiers ont remplacé dans notre cour les barques et les rameurs du mois dernier… La préfecture, toutes les maisons de la place ont été jusqu’à 7 heures sous une pluie de feu. Les flammèches étaient portées jusqu’à la rue de Barre, jusqu’à la rue de la charité ».

Une lettre datée du 11 octobre 1840, fait état de troubles politiques dans le quartier des Terreaux. Une autre, écrite à Paris, évoque l’épidémie de choléra de 1849, qui fit peu de ravages à Lyon :

« Mme de Boisset m’a rassurée sur les bruits de choléra à Lyon ; une lettre que j’ai sous les yeux contribue à me faire croire plutôt à une dysenterie (sic) qu’au véritable choléra. Que cette dysenterie ait pris quelques-uns des caractères de l’affreuse maladie que nous redoutons, c’est possible mais ce n’est point encore cela. Ce ne serait pas d’ailleurs l’entrée de l’hiver que ce fléau quelque capricieux qu’il soit choisirait pour faire parmi nous son invasion. »

Grâce aux nombreuses lettres écrites à Paris de 1848 à 1852, on peut suivre l’évolution de la situation politique depuis la fin de la monarchie censitaire jusqu’à la proclamation de l’empire : Mathilde Jayr fait part à sa cousine de ses impressions à propos des séances de la Chambre auxquelles assiste elle en février 1848, comme à propos du prince président, Louis-Napoléon Bonaparte. Plusieurs lettres sont relatives au monde du clergé qu’elle a l’habitude de côtoyer, que ce soit à Metz, à Lyon – elle prend la défense du Cardinal de Bonald, accusé d’être un « homme sans talent, sans caractère » – ou à Paris : elle critique violemment en 1850 les sermons du père Lacordaire qui attire une foule considérable. Elle lui reproche d’être « bien imprudent ; il a toujours eu des tendances socialistes, socialistes selon l’Evangile ». Un an plus tard, elle semble toutefois revenir sur ses positions : « je ne vais jusqu’à tout refuser au père Lacordaire, ainsi que j’entends faire parfois ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search