PERSONNAGE/Marcel Teppaz (1908-1964)

Marcel Teppaz – Archives du groupe de recherche et d’histoire de la Ville de Craponne

« Faire son devoir d’Histoire, c’est dire comment les choses se sont passées… Lyon n’est pas la même d’un siècle au siècle suivant ; et, plus contrainte qu’allant de son plein gré, elle passe, sans fin, d’une originalité à une autre… »

C’est ainsi que s’exprimait, naguère, dans l’Identité de la France, l’historien Braudel1; et, pour ce qui concerne Lyon, la remarque est pertinente. Notre cité n’en finit pas de nous étonner quant à l’originalité qu’elle affiche dans tous les domaines et principalement dans l’espace industriel, qui a vu naître, depuis un siècle et demi, une quantité d’entreprises dont Lyon peut s’enorgueillir « urbi et orbi… »

Déclinons rapidement notre patrimoine : Voisin, Follis, Gillet, Rocher-Schneider, Boiron, Visseaux, Pétrole Hahn, Millat, Berliet, Rhone-Poulenc, La Rhodia, Audibert-Lavirotte, Calor, Majorette, Norev, Mérieux, Lumière2 etc… Certaines marques ont disparu, d’autres encore sont nées pour continuer d’attirer vers Lyon et sa région rayonnement et prestige.

L’une d’entre elles a connu une fulgurante fortune : la firme Teppaz qui a fait de Lyon la capitale de l ‘électrophone entre 1945 et 1970.

Une enfance et une adolescence dynamique

Marcel Teppaz naît en 1908. Sa petite enfance se déroule sans histoire auprès de parents aimants. Son père est d’origine savoyarde, il habite Lyon, possède une entreprise de réparation de machines à tisser, nombreuses encore en ce début de XXe siècle tant à la ville qu’à la campagne. Souvent le jeune Marcel, pré-adolescent, accompagnait son père dans ses tournées, et s’initiait ainsi au métier de tullistes. Cela lui plaisait : l’esprit vif, la curiosité toujours en éveil, le jeune garçon n’était heureux qu’en plein air, dans l’action, auprès des gens. Une personnalité forte s’esquisse.

La fréquentation des adultes l’attirait plus que celle, futile, des petits camarades de son âge. De plus, très tôt, le jeune garçon est attiré par la science mécanique, par tout ce que ce siècle nouveau offre d’innovations merveilleuses : la mécanique, mais aussi ce qui tourne autour de l’électricité, des ondes, des sons…

Monsieur Teppaz père voyait d’un bon œil ce fils attentif, doué pour la communication et l’action : la relève serait vite assurée… Mais la vie n’est jamais droite et simple.

A dix-sept ans, comme pour conjurer la disparition brutale d’une mère très aimée, Marcel part en Italie du Nord, baluchon sur l’épaule, trouve une situation dans le textile et se fait apprécier de ses patrons qui voudraient le fixer, définitivement, dans le Piémont. Il y reste quatre ans ; puis rentre à Lyon aussi subitement qu’il en était parti, devient vendeur chez Ariane,  puis chez Visseaux. Dans les deux affaires, ses résultats commerciaux sont remarquables et remarqués. Marcel Teppaz fort de ses premiers pas réussis, décide de ne pas rester plus longtemps au service des autres… Il crée sa propre entreprise pour «  être le seul maître à bord ».

Chef d’entreprise à 23 ans !

C’est rue Jarente, dans le 2e arrondissement de Lyon, qu’il s’installe, en 1931, avec 3 compagnons. La grande aventure commence. Marcel Teppaz se souvient et témoigne : «  Nous étions tous, à l’époque des industriels en herbe…Je rentrai du service militaire, je possédais une bonne formation de technicien-mécanicien, une aisance commerciale, je fondai donc une affaire d’assemblage de matériels de radio, d’amplificateurs, et de produits d’électricité. Ces derniers n’existaient pas en France, je les fis venir d’Amérique, les assemblais et les vendais.  Je proposais les postes de radio au porte-à-porte avec succès, le produit était porteur, j’étais persuasif, et tenace…

En  1937, je lançai une nouvelle affaire d’amplificateurs. Trente personnes avaient rejoint le groupe qui s’était installé dans des locaux plus vastes, rue Général Plessier, dans le 2e arrondissement : Malheureusement, la guerre remit tout en question. La maison dut fermer ses portes. Lorsqu’elle les rouvrit, en octobre 1940, il fallut repartir de zéro… On repartit difficilement. Les possibilités étaient limitées. La ligne de démarcation nous gênait considérablement, de plus, les Allemands interdisaient la fabrication du matériel amplificateur, car il suffisait d’ajouter un  oscillateur pour en faire un poste émetteur.

Il fallait, donc, se lancer dans la construction d’un autre produit : ce fut le tourne-disque. Là aussi la France n’en construisait pas. Ils venaient tous  d’Angleterre, de Suisse, ou d’Allemagne, et la guerre avait bloqué le marché.

Fin 1941, sortait les premiers tourne-disques Teppaz. Il était sans concurrent, on le prit au sérieux.

Tourne-disque radio Teppaz – Wikicommons

A la libération, l’engouement pour les tourne-disques fut à son comble, mais la cadence ne permettait pas d’éponger le dixième de la demande.

Cinq, plus tard, c’était l’électrophone qui apparaissait. J’en crée un plus démocratique que celui de mes concurrents étrangers : il est portatif (une véritable révolution). Il ressemble à un bagage à main. C’est le  modèle « Présence » vendu à 500.000 exemplaires, suivi, rapidement, par « Oscar », lui, distribué à des millions d’unités dans le monde pour faire danser la terre entière… »

Ainsi, en quelques années, de 1955 à 1970, l’entreprise Teppaz va connaitre succès sur succès.
Cela a tenu à quelques paramètres fondamentaux :

  • Les produits Teppaz sont nombreux (gamme étendue).
  • Ils reçoivent les apports de la technologie la plus avancée,
  • La fiabilité est patente grâce à un contrôle constant de qualité,
  • Les produits Teppaz sont entièrement fabriqués par Teppaz sans l’aide d’aucun sous-traitant,
  • La politique de vente est agressive, volontariste : Teppaz est représenté dans le monde entier,
  • L’époque est en osmose avec cette réussite : la musique se démocratise, le niveau de vie atteste un bonheur retrouvé,
  • Enfin, Marcel Teppaz entraine toujours plus loin, toujours plus haut, avec un souci d’excellence, son entreprise qui fait corps avec lui. Son autorité naturelle, son cote visionnaire, ses audaces techniques et commerciales ne pouvaient que faire de lui l’un des plus brillants dirigeants Lyonnais d’après-guerre.

Sa fin brutale et inattendue (en 1964) a abattu en plein vol une vie qui aurait apporté encore d’innombrables surprises.

Bien heureusement, avant le drame, Marcel Teppaz a pu jouir des fruits de son labeur : cent onze pays ont été conquis par ses électrophones, ce qui lui valut l’Oscar de la meilleure entreprise française exportatrice remis, le 3 juillet 1962, par Valérie-Giscard d’Estaing, alors Ministre des Finances, au Louvre.

Cette distinction sera donnée nouveau, le 7 octobre 1965, après la disparition du Président fondateur pour de nouvelles performances.

L’Histoire de Teppaz s’enchâsse dans l’histoire lyonnaise en une intime connivence. Elle rejaillit sur la ville comme pour l’illuminer au front d’un prestige éternel.

Plaque de rue, Lyon 7e – Wikicommons

par Michel LOUDE

Bibliographie

  • B. Anglrand et C. Pellissier : Les Dynasties Lyonnaises ; des Morins-Pons aux Mérieux ; du XIXe s. à nos jours, Perrin, 2003.
  • M. Loude : Quand Teppaz faisait tourner le monde, Jacques André, 2006


Citer ce billet
michelloude (2021, 17 décembre). PERSONNAGE/Marcel Teppaz (1908-1964). Histoires lyonnaises. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r43w

  1. Braudel : L’identité de la France, in, Espace et Histoire, Arthaud-Flammarion, 1986, p. 20. []
  2. Cf. J.L. Chavent : Le savoir Faire du département du Rhône, Edition Autre Vue, 2004. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search