METIERS/La question du chef-d’œuvre dans la communauté des menuisiers à Lyon au XVIIIe siècle

Menuisier – BNF (Passerelles)

Dans son dictionnaire universel, publié en 1690, Antoine Furetière définit, non sans une touche d’ironie, le chef-d’œuvre ainsi : 

Chef-d’œuvre, signifie chez les Artisans, un ouvrage excellent que les aspirans à la Maîtrise dans chaque métier doivent faire en présence des Jurez par forme d’examen pour montrer qu’ils en sont capables. Il y a des Maîtres de lettres, & des Maîtres de chef-d’œuvre. Les fils de Maître ont au lieu de chef-d’œuvre une simple expérience. Le chef-d’œuvre des Selliers est un arçon à corps ; celui des Boulangers est du pain broyé ; celui des Savetiers un soulier qui se retourne. Mais on tient que le principal point est de bien arroser le chef-d’œuvre, c’est-à-dire, de faire bien boire les Jurez.1

Dans l’édition de 1750 du dictionnaire universel du commerce, d’histoire naturel, et des arts et métiers, Philémon Louis Savary donne une définition similaire :

Chef-d’œuvre, dans les six Corps des Marchands, & dans les Communautés des Arts & Métiers de la Ville & Fauxbourgs de Paris, aussi-bien que dans toutes les autres Villes du Royaume où il y a Jurande : Signifie un ouvrage, ou expérience particulière, que ceux qui aspirent à la Maîtrise de certains états, ou professions, sont obligés de faire en présence des Maîtres & Gardes des Corps des Marchands, ou des Jurés des Communautés dans lesquelles ils veulent se faire recevoir en qualité de Marchands, ou de Maîtres. Les Fils de Marchands, ou de Maîtres, ne sont tenus qu’à une simple expérience, qui leur tient lieu de Chef-d’œuvre. […]2

Le chef-d’œuvre apparaît comme une étape obligatoire à l’obtention du statut de maître de sa profession. Selon la communauté, il s’agit d’une condition nécessaire mais non suffisante puisqu’il faut, entre autres, y ajouter la validation d’un apprentissage et d’un compagnonnage, et s’acquitter des droits d’accès à la maîtrise. L’article XXII des statuts de la communauté des menuisiers et ébénistes de Paris est très strict sur ce point :

Nul ne pourra tenir Boutique de ladite Profession de Menuisier, ni travailler pour son compte en chambre ou autrement, qu’il ne soit reçu Maître en icelle ; & aucun ne sera reçu sans avoir fait en la maison de l’un des Jurés en Charge, le Chef-d’œuvre qui lui sera prescrit tant en dessein, assemblages, liaisons, contours, moulures & profils, qualité & force des bois au desir de l’Article IX des anciens Statuts ; & ne pourront les Jurés souffrir que le Chef-d’œuvre soit fait ailleurs que chez eux, ni permettre que le Chef d’oeuvrier ou Aspirant à la Maîtrise, soit aidé par qui que ce soit, sous peine de la destitution de la Jurande, encore moins le recevoir sur un Chef-d’œuvre fait par un autre ; deffenses auxdits Aspirans de faire aucune fonction de Maître avant d’être reçu, pas même dans le cours de son Chef-d’œuvre, à peine de cinquante livres d’amende, applicable à la Confrerie de Sainte Anne, & de saisie & confiscation des bois, ouvrages & outils, au profit, comme dit est en l’Article XIV des présens Statuts.3

Au XVIIIe siècle à Lyon, les statuts des menuisiers ne font aucune mention de l’obligation d’un chef-d’œuvre pour accéder à la maîtrise. Les aspirants à la maîtrise en étaient-ils dispensés ?

Plusieurs versions des statuts nous sont parvenues et seule celle de 1659 fait allusion à ce qui paraît être un chef-d’œuvre :

Premièrement : que nul ne pourra ouvrir ny tenir bouticque dudict mestier, dans la ville et faulx bourgs, faire travailler en bouticque ou chambre par compaignons & apprentifz qu’ilz n’ayt faict apparoir de son apprentissage aux maistres nommez qui seront lors en charge, sy ce n’est les filz de maistres tant de ceste dicte ville que des aultres bonnes villes de ce royaume ou il y a maistrise jurée ou reiglement qui ne seront tenus d’en faire aucun qu’avec leurs peres ny en justiffier, seulement seront tenus de justiffier les uns et les aultres qu’ilz sont filz des dicts maistres menuisiers des dictes bonnes villes et de faire une legere piece d’experiance qui leur sera proposée par les maistres jurez pour apres icelle piece faicte estre presentée et receue en justice en presence des dictz jurez. Et apres ce pourront tenir bouticque dudict art en payant neantmoins par eux la somme de six livres pour les droictz de chappelle et continuation du service divin en icelle.

Cette « légère pièce d’expérience » valide probablement les compétences du compagnon menuisier, comme l’exécution d’un chef-d’œuvre. Plusieurs actes notariés confirment par ailleurs cette exigence. En 1645, le compagnon menuisier Pierre Demisselieu se voit demander par les maîtres et jurés Nicolas Defillion et Barthélémy Scudier de faire pour chef-d’œuvre une porte de la chapelle Saint-Anne de l’église Saint-Nizier. Onze années plus tard, le 22 septembre 1656, Pierre Demisselieu, devenu maître menuisier, est témoin lors de l’établissement de l’acte notarié pour le chef-d’œuvre de François Burel, compagnon menuisier. Pour accéder à la maîtrise, il doit fabriquer un coffre en bois de noyer avec les assemblages et les moulures nécessaires, conformément à la demande des maîtres et jurés Claude Perret et Antoine Jurine.

Ce type d’acte notarié n’apparaît plus au XVIIIe siècle mais il reste toujours possible de trouver des références aux conditions de réception à la maîtrise quand celles-ci ne sont pas respectées. Le registre des contraventions à la police des arts et métiers consigne plusieurs plaintes concernant des infractions relatives à la maîtrise chez les menuisiers. En 1758, François Canot est radié de la maîtrise et dans sa déclaration notariée du 13 juin 1758. Il insiste pourtant sur l’achèvement de son chef-d’œuvre : « […] au sujet de sa réception à ladite maîtrise de menuisier à laquelle il fut admise après avoir fait son chef-d’œuvre […] ». Lors de la séance du Consulat du 23 mai 1760, Jacques Laurent, fils d’un maître menuisier de la ville de Paray en Charolais, demande à être reçu maître dans la communauté des menuisiers et ébénistes de Lyon. Sa requête est acceptée sous conditions de payer les droits de réception et de satisfaire « au chef-d’œuvre accoutumé ». En 1765, Pierre Cindre demeure admis à la maîtrise de la communauté des menuisiers et ébénistes sous condition « par luy de payer les droits de réception fixés par les reglements, et de satisfaire au chef-d’œuvre accoutumé ». Quant au menuisier Ruffe, en 1766, et afin d’assurer sa réception à la maîtrise, il doit « faire recevoir son chef-d’œuvre et payer entre les mains des demandeurs la somme de cent dix livres qu’il doit pour solde des droits de la maitrise ».

Les références au chef-d’œuvre se trouvent encore dans les contraventions des années 1770. Deux aspirants à la maîtrise dans la communauté des menuisiers et ébénistes, Jean Baptiste Denis Legros et Benoit Dommartin se voient convoqués dans l’année 1772 au Consulat pour avoir ouvert une boutique sans être maîtres. Ils ne peuvent continuer à travailler

qu’en présentant et faisant agréer par lesdits Legros et Dommartin leur chef-d’œuvre dans la quinzaine à compter de ce jour dans une assemblée de ladite communauté qui sera tenue et convoquée à cet effet et en payant par eux à ladite communauté et pour elle entre les mains du sieur Girard l’un des maîtres gardes d’icelle en qualité de trésorier savoir ledit Legros la somme de cent cinquante livres et ledit Dommartin la somme celle de cent livres ». En 1773, Alexandre Louis Macon assigne devant le Consulat les maîtres gardes de la communauté des menuisiers pour ne pas avoir été reçu à la maîtrise après avoir rempli toutes les conditions exigées : « Macon s’est présenté à la maitrise et a été admis à faire chef-d’œuvre par les maîtres gardes qui luy ont donné le devis par écrit dudit chef-d’œuvre.

En 1774, Pierre Gros, compagnon menuisier est contraint d’assigner son maître François Vitouz pour avoir malencontreusement oublié de faire valider son apprentissage, bloquant son accès à la maîtrise. Le Consulat lui donne raison et « il sera reçu maitre en faisant chef-d’œuvre et en payant les droits ».

L’usage et la coutume dépassent ainsi les règlements de la communauté des menuisiers et des ébénistes. Aucun article ne fait mention de l’obligation du chef-d’œuvre pour l’accès à la maîtrise. Néanmoins, comme nous avons pu le découvrir au travers de plusieurs actes des XVIIe et XVIIIe siècles, le chef-d’œuvre constitue bien une obligation dont les modalités, à savoir ses caractéristiques, la présentation aux maîtres gardes et la délibération pour sa validation, ne semblent pas avoir varié au cours des siècles.

L’auteur tient à remercier Benoît Faure-Jarrosson pour les précieux actes notariés relatifs au chef-d’œuvre au cours du XVIIe siècle.

par Eric DETOISIEN
  1. Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts, La Haye et Rotterdam, Chez Arnout & Reinier Leers, 1690, Antoine Furetière []
  2. Dictionnaire universel du commerce, d’histoire naturel, et des arts et métiers, Genève, Chez les Frères Cramer & Claude Philibert, 1750, Philémon-Louis Savary []
  3. Statuts, Privileges, Ordonnances et Reglemens de la Communauté des Maîtres Menuisiers & Ebenistes de la Ville, Fauxbourgs & banlieue de Paris, Paris, Chez J. Chardon, rue Galande, près la Place Maubert, à la Croix d’or, 1751, p.26-27 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.