ARCHIVES/La revue du lyonnais, sous Léonard Boitel et Aimé Vingtrinier (1832-1880)

En 1835, Léonard Boitel (1806-1855) fonde la Revue du Lyonnais1 et la dirige jusqu’en 1852. Il vend alors son imprimerie située au 36 quai Saint-Antoine à son collègue Aimé Vingtrinier (1812-1903), qui présidera aux destinées de la Revue entre 1852 et 1880. 

Ces deux imprimeurs liés aux mondes de l’édition et du journalisme local sacrifièrent leur temps, leur énergie et leurs économies pour maintenir en vie leur Revue. Ils savaient qu’elle ne pourrait subsister sans le soutien financier de l’élite locale intégrée aux sociétés savantes. Ainsi, sous Boitel comme sous Vingtrinier, les relations entre la Revue et les sociétés savantes de Lyon se consolidèrent, en particulier avec la Société littéraire, historique et archéologique de Lyon, dont Vingtrinier présidait régulièrement les séances2. En outre, Vingtrinier bénéficia du carnet d’adresses des abonnés progressivement fidélisés par Boitel, et put compter sur l’activité d’un solide groupe d’érudits lyonnais préalablement constitué par son prédécesseur. 

Cette Revue, singulièrement pérenne au vu de l’instabilité économique du XIXe siècle, connut donc quatre régimes politiques : la Monarchie de Juillet, la Deuxième République, le Second Empire et la Troisième République. Sa durée de vie ne fut pas sans effet sur l’évolution de la ligne éditoriale, marquée par des continuités et des ruptures.

L’évolution de la ligne éditoriale d’une revue apparaît au travers de ses modalités de production, de diffusion et de réception, et des changements apportés à l’illustration et à la typographie. S’agissant de la Revue du Lyonnais, deux éléments supplémentaires sont à prendre en compte : d’une part, les thèmes majoritairement abordés par les principaux collaborateurs de la Revue, et, d’autre part, les prises de position des deux directeurs concernant les événements sociopolitiques de leur temps.

Modalités de production, de diffusion et de réception de la revue

Sous Boitel et Vingtrinier, la Revue se vend à Lyon3 , dans les librairies associées de la région lyonnaise et à Paris4. Les lecteurs éloignés de ces points de ventes pouvaient commander par voie postale des livraisons particulières de la Revue, ou s’y abonner5. La promotion de la Revue dans les journaux est en baisse sous Vingtrinier, dont l’activité journalistique semble moins reliée à la Revue que celle de Boitel. Ce dernier dirigeait le Censeur, qui communiquait régulièrement aux lecteurs les tables des matières voire des articles complets parus dans la Revue. Ces lecteurs ne se contentaient pas de consulter la Revue, mais se l’appropriaient en formulant des demandes spécifiques aux directeurs de la Revue. 

Modes d’appropriation de la Revue par les lecteurs et les collaborateurs

La principale appropriation de la Revue par les lecteurs consistait en la demande de tirés à part formulée au directeur ou aux employés de son imprimerie. Pour ces lecteurs, le tiré à part répondait à des objectifs variés : enrichir leurs bibliothèques personnelles, créer des recueils sur un sujet donné, dédicacer leurs articles à des amis ou promouvoir leurs publications auprès d’un lectorat plus large que celui du cercle des sociétés savantes. 

Par ailleurs, les collaborateurs de la Revue l’utilisaient comme un forum de discussion. L’espace de la chronique locale clôturant chacune des livraisons accueillait les débats autour de questions d’érudition et servait de lieu d’échanges d’informations utiles à leurs recherches6. Il reflète en cela les discussions entre les collaborateurs et le directeur qui se tenaient au bureau de sa Revue7. Au lieu d’un comité de lecture hiérarchisé, les correspondances éditoriales de Vingtrinier8 révèlent un partage continu des rôles d’auteur et de correcteur entre le directeur et les collaborateurs réguliers de la Revue.

Évolutions de l’illustration et de la typographie

Chaque décennie en moyenne, les deux directeurs renouvellent leurs jeux de caractères et leurs gravures sur bois. Dans notre étude, nous nous sommes attelé à repérer les illustrations et les ornements du texte : lettrines, bandeaux et culs de lampes. 

Les illustrations figurent en majorité des maisons, des rues ou des paysages décrits dans le corps de l’article. Les culs de lampes sont décoratifs, mais servent parfois de signature aux membres du clergé9, les bandeaux correspondaient principalement à une rubrique donnée. Sous Vingtrinier, le nombre de gravures figurant des armoiries et des médailles augmente. Dans l’ensemble, le relevé des illustrations et de la typographie montre que la Revue suivait l’évolution des tendances typographiques, du romantisme gothique10 des années 1830 au prémices de l’Art Nouveau de la fin du XIXe siècle, symbolisé par la typographie Grasset11.

Dans tous les cas, les deux directeurs veilleront à ce que la Revue relaye toujours les publications des sociétés savantes, et des contrats furent même passés avec l’Académie de Lyon en 1850 et la Société littéraire de Lyon en 185612. Par ailleurs, les subventions allouées aux sociétés savantes des départements par le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (Cths) basé à Paris contribuèrent indirectement à la vitalité économique de la Revue, elle-même dépendante des commandes et des abonnements de ces sociétés13. Ceci dénote une forte cohésion entre la Revue et l’activité des sociétés savantes.

La Revue du lyonnais et les sociétés savantes 

Catégories socioprofessionnelles des membres des sociétés savantes

Le milieu masculin des sociétés savantes14 était essentiellement composé de fonctionnaires des domaines culturels, cultuels, de la justice et de la médecine, et minoritairement d’industriels et d’hommes de lettres sans profession établie. Les éléments les plus représentés étaient membres du clergé et aristocrates. Les bibliothécaires, titulaires ou non du diplôme d’État, et les archivistes, souvent chartistes de formation, jouaient un grand rôle dans la facilitation de l’accès aux sources imprimées nécessaires aux travaux de recherche historique.

Influence des innovations techniques sur le milieu érudit

Dans la France du XIXe siècle, deux innovations techniques favorisèrent conjointement la diffusion du savoir et l’intensification de la mobilité des élites locales. D’une part, la mécanisation de l’imprimerie encouragea la coordination des différents travaux d’histoire locale voulue par François Guizot. D’autre part, le déploiement des lignes de chemins de fer tout au long du siècle permirent l’augmentation des interactions entre les chercheurs, qui culminèrent au tournant du XIXe s. Les trains les transportaient sur les lieux de fouilles, aux Congrès de France organisés par Arcisse de Caumont et aux congrès annuels du Cths. 

Les érudits locaux de Lyon ont parfaitement su se saisir de ces évolutions, qui modifièrent en retour leurs pratiques documentaires, le contenu et la forme de leurs articles comme leur manière de se présenter au lecteur. La presse mécanique induisit en effet une modification de la présentation des articles et des comptes-rendus15 publiés dans les revues savantes : elle accompagna la régularisation de leur ordonnancement au sein des livraisons, et introduisit l’uniformisation de la typographie, de la syntaxe comme de la structuration des idées. Ces idées ne concernaient pas exclusivement les sujets de littérature, de poésie, de philosophie, d’histoire et d’archéologie : les questions sociales ancrées dans l’histoire du temps présent étaient également étudiées dans les chroniques locales et les bulletins bibliographiques.

La Revue du lyonnais, une revue de sciences humaines et sociales ? 

Les thèmes chers à Boitel, à savoir la littérature, la poésie et la philosophie, sont progressivement supplantés sous Vingtrinier par l’archéologie et l’histoire locales. Tout au long de sa parution, la rubrique bibliographique permettait néanmoins aux auteurs d’élargir les sujets d’histoire locale à des thèmes plus larges, voire d’aborder d’autres domaines. Dans la continuité de Boitel, Vingtrinier s’intéresse aux publications portant sur la « question sociale » relative à l’endiguement de la paupérisation. Ceci traduit la permanence d’une sensibilité sociale de l’élite locale inquiète des mouvements populaires qui jalonnèrent le siècle. Pour les deux directeurs, cette préoccupation envers le comportement des classes laborieuses se cristallisa lors de la révolte des Canuts en 1834, de la révolution de Février en 1848 puis de la Commune de Lyon en 1870.

Contrairement à Boitel qui fut brièvement emprisonné à Perrache pour son républicanisme et son soutien apporté à la révolte des Canuts en 183416, Vingtrinier s’oppose frontalement aux principes de la Révolution de 1789 et aux mouvements socialistes de son époque. Lors du changement de régime en 1870, il associe les Communards lyonnais aux voraces de 1848. Son combat mené contre l’extrême gauche ne l’empêche pas de défendre la classe laborieuse en vertu de ses valeurs chrétiennes, ce qui le rapproche des convictions de son prédécesseur. À la fin des années 1860, il regrette la déliquescence morale, artistique et culturelle de la société française qu’il attribue aux défaites de Napoléon III face aux Prussiens et à la Commune. Sa crainte et son refus des libres-penseurs et de l’irréligion qu’ils professent est partagée par son milieu, celui des sociétés savantes. Après la chute du Second Empire, Vingtrinier adhérera à la méritocratie défendue par la Troisième République17 et aura l’occasion d’exprimer son rejet du Second Empire jugé népotiste, régime auquel Boitel semblait s’être peu ou prou accommodé, sans effusion d’enthousiasme. 

Perspectives de recherche 

Les méthodes collaboratives des auteurs de la Revue transparaissent dans la correspondance éditoriale de Vingtrinier. Ce faisant, ils joignaient à leurs lettres leurs épreuves pour les soumettre à l’appréciation du directeur. Une comparaison détaillée entre ces innombrables copies et ce qui fut effectivement publié dans la Revue mettrait certainement en lumière les principaux critères éditoriaux du directeur. 

Par ailleurs, il serait intéressant de déterminer le nombre de tirage moyen de la Revue, qui permettrait d’évaluer plus exactement l’importance du lectorat du XIXe s. Parallèlement, une étude

des éventuelles souscriptions des théâtres et cafés lyonnais à destination de la Revue nous dirigerait vers un lectorat différent de celui du milieu académique des sociétés savantes. Enfin, de brefs questionnaires proposés aux lecteurs des Archives municipales de Lyon et l’analyse des données d’usage de la Revue en ligne rendrait peut-être possible une estimation quantitative et qualitative de son lectorat actuel, et l’établissement d’une cartographie des consultations sur Internet.

Par Marcel CUER

  1. Cette revue savante conservée aux Archives municipales de Lyon a été numérisée en 2007 par Numelyo, le service informatique de la Bibliothèque municipale de Lyon. Elle est consultable sur le moteur de recherche de la BML [en ligne] https://collections.bm-lyon.fr/pi/revueDuLyonnais/ (consulté le 21/09/2021). Cette Revue a par ailleurs fait l’objet d’une thèse en histoire de l’art soutenue en 1989 par Noëlle Chiron-Dorey. Noëlle Chiron-Dorey, L’art au XIXe siècle vu à travers un exemple de la presse régionale, la Revue du Lyonnais (1835-1880), Lyon, Institut d’Histoire de l’Art, 1989, 2 tomes. []
  2. Comme le révèlent les registres des procès verbaux des séances de cette société conservés aux Archives Départementales de la métropole de Lyon, sous la cote 33 J. []
  3. Chez Philippe-Baudier, au 29 rue Gasparin, chez Henri Georg, au 65 rue de la République, chez Meton au 35 rue de la République et chez Mera, au 15 rue de la République. Rdl, t. 4, 1867, p. 160F. []
  4. À Paris chez  Comon et Cie, au 15 quai Malaquais, chez Dumoulin et François Savy au 24 rue Hautefeuille, à Saint-Etienne, chez Chevalier, à Villefranche-sur-Saône, chez Léon Pinet, à Bourg-en-Bresse, chez Pierre Barbier, à Vienne, chez Joseph Timon, à Annecy, chez Jules Philippe et à Genève, chez Henri Georg.  Rdl, t. 7, 1869, p. 3. []
  5. Rdl, t. 4, 1867, p. 160F. []
  6. L’auteur Saint-Olive est par exemple renseigné dans ses recherches sur le mandement de Béchevelin par un membre de la Société de topographie historique de Lyon. Ce dernier lui indique, dans un message transmis à Vingtrinier et qu’il publie dans sa chronique, qu’il se trouve aux Archives municipales un document susceptible d’enrichir sa recherche. Rdl, t. 19, 1874, p. 537 ; Saint-Olive, « Le mandement de Béchevelin », Rdl, t. 19, 1874, pp. 501-512. []
  7. Une récente étude d’ensemble menée par Valérie Tesnière fait la part belle à ce lieu de circulation du savoir. Valérie Tesnière, Au bureau de la revue : une histoire de la publication scientifique, XIX-XXe siècle, Paris, EHESS, coll. En temps & lieux, 2021, 412 p. []
  8. Ces correspondances sont conservées aux Archives municipales de Lyon sous la cote 120II. []
  9. Signature de l’abbé J. Roux : « J. Roux » t. 3, 1851, p. 142 ; Rdl, t. 17, 1858,p. 93 « L’abbé Roux ». []
  10. Rdl, tome 4, 1852, p. 66. []
  11. Rdl, t. 25, 1898, p. 22. []
  12. Gérard Fontaine, La culture du voyage à Lyon de 1820 à 1930, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 133. []
  13. En attestent les allocations du ministère de l’Instruction Publique attribuées à la Société littéraire et les abonnements à la Revue du Lyonnais relevés dans les procès-verbaux de ses séances. Ces documents sont consultables dans la sous-série 33 J des Archives départementales de la métropole de Lyon. []
  14. À la fin des années 1990, Jean-Pierre Chaline a entrepris une étude prosopographique de ce milieu. Voir Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition, les sociétés savantes en France, XIXe – XXe siècles, Paris, éditions du C.T.H.S., 1998, 479 p. []
  15. Sur l’élaboration de formes conventionnelles régissant le compte-rendu, voir Jacqueline Pluet-Despatin, « Les revues et la professionnalisation des sciences humaines » dans La Belle époque des revues 1880–1914, Paris, IMEC, 2002, pp. 313-316 ; Müller Bertrand, Critique bibliographique et construction disciplinaire : l’invention d’un savoir-faire, dans Genèses, 14, 1994, France-Allemagne. Transferts, voyages, transactions, sous la direction de Gérard Noiriel, p. 110. []
  16. Momblet, « Biographie de Léonard Boitel », Rdl, t. 1, 1866, p. 26. []
  17. Vingtrinier, Rdl, t. 12, 1871, p. 77 : « La République est le régime le plus parfait. Appuyée sur le suffrage universel, elle ne nomme que les plus vertueux et les plus intelligents, les plus capables et les plus dignes. Plus de cabales, plus d’intrigues, plus d’ambitions. Il n’y a de la place que pour les plus grands et les meilleurs. » []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search