PEINTURE/Léon Pourtau (1868-1898)

Autoportrait par Léon Pourtau – Circa 1890
Wikicommons

Léon Pourtau, artiste bordelais, a réalisé à Lyon la plus grande partie de son œuvre française avant de partir aux Amériques.

Il est né à Bordeaux le 23 novembre 1868, fils unique d’un père cordonnier et d’une mère sans profession.
Son enfance est sans histoire dans cette ville ; son père lui aurait donné le goût des arts et des sciences, mais on ignore s’il avait découvert le double talent de son fils.  A 13 ans, Léon entre comme typographe dans une entreprise bordelaise. A 17 ans au début de 1884, avec l’accord de ses parents, il prend le train pour Paris. Le 18 novembre 1884, il est reçu comme élève dans la classe de clarinette du Conservatoire national de musique et de déclamation de la ville de Paris sous la direction d’Ambroise Thomas sans autre information. Pour des raisons financières, il est obligé d’interrompre ses études. Sa maîtrise de la clarinette est alors suffisante pour qu’il se produise dans des cafés-concerts, puis il va accompagner pendant près d’un an un cirque ambulant. Avec l’accord du jury il réintègre le Conservatoire, bien décidé à poursuivre sa formation pour pouvoir s’adonner à sa passion du dessin. En effet il s’est forgé une réputation dans son milieu dans la décoration des partitions. Une rencontre sera décisive celle du peintre Louis Hayet qui l’introduira dans le milieu néo-impressionniste et dans le milieu anarchiste.

En novembre 1888, il sort du Conservatoire avec un premier prix. Il est immédiatement engagé par les concerts Colonne. Mais sa véritable passion est désormais la peinture en compagnie de Louis Hayet et Lucien Pissarro. Son ami musicien, Armand Vallad a une sœur Marie-Eulalie dont Louis tombe amoureux. Ils se marient à la mairie de du XVe arrondissement de Paris le 23 octobre 1890 et une petite fille, Berthe de santé délicate naît l’année suivante au domicile des parents. Le couple s’installe à la fin de l’année rue Ravignan, dans la maison du Trappeur, baptisée plus tard Bateau-lavoir par Picasso.

Louis peint et joue de la clarinette. Cette dernière est un simple gagne-pain pour lui permettre d’assouvir sa passion pour la peinture. « Dieu que c’est ennuyeux la musique » déclare-t-il. Actuellement nous ne connaissons de sa période parisienne que trois toiles datant de 1890 montrant un artiste en pleine possession de ses moyens.

Lecture sous la lampe par Léon Pourtou (1898) – Wikicommons

La lecture sous la lampe (77×101), le premier tableau de Pourtau en vente publique en 1971 est acheté par Paul McCartney.

Début 1891, Louis est contacté par Alexandre Luigini, chef d’orchestre de l’Opéra de Lyon dirigé par Marius Poncet pour être clarinette solo. Il accepte pour des raisons financières. Grâce à son talent l’Opéra pourra jouer Lohengrin et Tannhäuser. Dès son arrivée à Lyon en septembre 1891, l’Opéra de Lyon joue Lohengrin pour la première fois. La famille avec sa belle-mère séparée de son mari emménage dans un premier temps 8 impasse Dubois à la Croix-Rousse. Il va vite se faire des amis en particulier chez les peintres : sans doute Jacques Martin à cause d’un dessin La Sortie du spectacle qui lui est dédicacé. Surtout 3 peintres : Clovis Terraire (1858-1931), Théodore Lespinasse (1846-1918) et enfin François Dorias (1855-1936), facteur et peintre amateur, un joyeux luron. Nos amis se réunissent soit dans son atelier de Vaise, soit chez sa mère à Rillieux la Pape que Louis peindra plusieurs fois dans son jardin ou au bord de la rivière (Madame Dorias au bord de la rivière ,46 ;8×33, Madame Dorias dans son jardin de Rillieux-la-Pape, 116,2×81,1).

Durant ce séjour lyonnais, Pourtau peint Au Théâtre, peinture expressionniste à la mode néo-impressionniste (14,5×22,1), des spectateurs des loges lyonnaises. Il peint le jardin de son domicile de Sainte-Foy (Le jardin enneigé, 75×52), et sa belle-mère, Madame Vallad (116×81) une de ses œuvres maîtresses dont les enchères sont montées à 400.000 euros. Avec ses amis et sa femme il se rend sur les bords de Saône dans les environs de Lyon : Les Bords de Saône, 45×70, Bords de Saône, 46×35, dans le brouillard lyonnais, Bords de Saône aux pêcheurs (32,8×41,3), il visite le Bugey : Village du Bugey en Savoie, 16,26,5, Montagnes du Bugey en Savoie, 16×26. Terraire, né à Marseille, l’emmène en Provence : Paysage de Provence, 64,5×52, Escaliers en Provence, 64,8×52, il le pousse jusqu’à Saint-Tropez …  A son tour, Léon emmène Terraire au lac du Bourget pour qu’il y peigne ses vaches, lui peint Le Lac du Bourget, 27×63. On peut voir toute une série de ses œuvres lyonnaises sur Internet qui représentent la quasi-totalité de ses œuvres françaises.

Le 3 juillet 1894, il est nommé au jury du Conservatoire par le maire mais il n’en profitera pas. Un impresario américain l’a repéré et lui fait une offre financière qu’il ne peut refuser : 60.000 francs pour 3 ans renouvelables à l’orchestre symphonique de Boston. Pourtau saute sur l’occasion et part aux Etats-Unis, rejoint un peu plus tard par sa femme et sa belle-mère. Sa réussite professionnelle est totale, si bien qu’il s’installe dans la banlieue à Medfield où il pourra peindre les paysages du Massachusetts. Il sera reconnu comme peintre mais ne perdra pas le contact avec la France et Lyon.

Pour les vacances d’été de 1898, les Pourtau et madame Vallad embarquent sur La Bourgogne le 2 juillet, à destination de la France. Le 4 juillet à 5 heures du matin, dans le brouillard, le paquebot éperonne un voilier et coule, emportant avec lui les Pourtau et les dernières œuvres du peintre. Une exposition posthume est organisée à Boston montrant que le marché américain lui était acquis.

Telle est la carrière de Louis Pourtau, peintre lyonnais par adoption, surdoué en musique et en peinture. Dernièrement la galerie Descours exposait une de ses œuvres.

par Vincent BANSSILLON


Bibliographie

  • Gilles Caillaud. Léon Pourtau
  • Le postimpressionnisme en Rhône-Alpes, catalogue du musée Dini, 2015.
  • Guy Dulon et Christopher Duvivier. Louis Hayet. 1991.
  • Le néo-impressionnisme. Catalogue du musée d’Orsay. 2005.
  • Gazette Drouot, décembre 2018. p. 84-85.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search