PERSONNAGE/Justin Godart, maire de la Libération

Tout n’a-t-il pas déjà été dit sur Justin Godart1 ? Cet avocat lyonnais militant du parti radical-socialiste a été adjoint au maire puis maire de Lyon lui-même, député de Lyon puis sénateur du Rhône. Ministre aussi, à plusieurs reprises, et résistant. Il a créé, soutenu, été membre ou même présidé de très nombreuses œuvres sociales et associations, françaises et internationales. Ainsi que de plusieurs sociétés savantes. Grand défenseur de l’identité lyonnaise, il fut également un collectionneur passionné de tout ce qui concerne l’histoire de sa ville.

Justin Godart en 1912, photographie
(AML, 16FI/196)

Mais malgré la courte durée de son mandat à la tête de l’exécutif lyonnais (8,5 mois), on peut peut-être aller plus loin encore… Quelles traces a-t-il laissées dans les archives de sa ville natale ?

Une partie de sa correspondance2

Quelques boîtes d’archives, retrouvées parmi la volumineuse correspondance d’Edouard Herriot, concernent spécifiquement le mandat de maire de Justin Godart3.

Le 3 septembre 1944, le jour-même de la libération de Lyon, Justin Godart est désigné maire provisoire par Yves Farge, commissaire régional de la République, qui le nomme officiellement par arrêté le 6 septembre. Le 10 septembre, c’est Edouard Herriot qui est élu maire par le Conseil municipal. Mais en son absence, le Conseil municipal choisit de confirmer Justin Godart comme maire provisoire.

Il occupe le fauteuil de maire de Lyon jusqu’au retour d’Edouard Herriot en 1945. Les élections municipales, dont Edouard Herriot sort une nouvelle fois vainqueur malgré son absence, ont lieu les 29 avril et 13 mai et le Conseil municipal est installé le 18 mai. Quelques jours plus tard, Justin Godart accueille Edouard Herriot, de retour de déportation, à l’aéroport de Bron, et lui restitue son écharpe de maire4.

Signature autographe de Justin Godart
(AML, 639WP/2)

Ses écrits

Plusieurs dizaines de ses publications sont conservées dans la bibliothèque des Archives de Lyon, à commencer par sa thèse de doctorat de droit L’ouvrier en soie, monographie du tisseur lyonnais, étude historique, économique et sociale5. La plupart d’entre elles s’intéresse à l’histoire lyonnaise.

Ses discours

Les archives lyonnaises conservent quelques traces de ses prises de parole publiques :

  • En 1906, lors de la convention franco-suisse sur les tissus de soie pure6
  • En 1912, lors de l’inauguration du monument à Laurent Mourguet7
  • En 1934, à l’occasion du centenaire de la Martinière8
  • En 1944, devant le Conseil municipal, au début de son mandat de maire9
  • Le 14 septembre 1944, en l’honneur de la venue à Lyon de M. le Général de Gaulle10
  • Le 7 octobre 1944, au Meeting des Immigrés11
  • Le 21 novembre 1944, devant un Ministre12
  • Le 5 décembre 1944, en faveur de la souscription nationale13
  • Le 4 janvier 1945, en mémoire des époux Basch14
  • Le 11 avril 1945, devant l’Ambassadeur de Grande-Bretagne15
  • Le 23 avril 1945, devant le Conseil municipal, pour la clôture des travaux du Conseil provisoire16
  • Le 24 avril 1945, devant l’Ambassadeur de l’URSS17
  • Le 26 avril 1945, au sujet de la libération d’Edouard Herriot18
  • Le 1er mai 1945, à l’occasion de la fête du Premier mai19
  • Le 18 mai 1945, devant le Conseil municipal, quelques jours avant le retour d’Edouard Herriot20
  • En 1953, en éloge à Lucien Tendret, dont un fauteuil de l’Académie des gastronomes porte désormais le nom (24/03/1953)21
Faire-part de décès de Justin Godart (extrait), décembre 1956
(AML, 3C/353)

 

Les articles le concernant dans le Bulletin municipal officiel de la Ville de Lyon22

Pas moins de 28 articles ont été consacrés à Justin Godart entre 1994 et 201023. On les doit quasiment tous à François Bilange, petit-fils de Justin Godart, qui a longtemps cherché à « ressusciter la mémoire perdue de son grand-père »24. Les sujets abordés dépassent largement le cadre strictement lyonnais : c’est l’occasion de découvrir les multiples facettes de cette figure militante de premier plan.

Les hommages et honneurs posthumes lyonnais

  • Au lendemain du décès de Justin Godart, Edouard Herriot envoie à sa famille un télégramme de condoléances :
Copie carbone du télégramme envoyé par Edouard Herriot, 14 décembre 1956
(AML, 639WP/143)

 

  • Dès fin 1957, une plaque commémorative est apposée sur la maison natale de Justin Godart 21 avenue de Saxe25.
  • En 1962, sur proposition de la Chambre des métiers du Rhône relayée par le maire de Lyon Louis Pradel, le Conseil municipal de Lyon décide d’attribuer le nom de Justin-Godart à la montée Rey dans le 4e arrondissement26. En 2018, la montée Justin-Godard a été renommée rue Justin-Godart27.
  • En 1971, le Musée Gadagne organise une exposition sur Justin Godart à l’occasion du centenaire de sa naissance et du cinquantenaire de la fondation du musée historique de Lyon28. Une salle de l’hôtel Renaissance porte le nom de Justin Godart.
  • Juillet 1997 : une plaque commémorative est apposée à la mémoire de Justin Godart sur la façade du 46 quai Saint-Vincent, aux côtés d’une autre plaque à la mémoire de Georges Cohendy, l’un de ses prédécesseurs dans le fauteuil de maire de Lyon29 et néanmoins beau-frère, où ils vécurent l’un et l’autre30.
  • En 2004, le maire de Lyon Gérard Collomb donne au grand salon d’honneur de l’Hôtel de Ville le nom de « Salon Justin Godart »31

Méconnu du grand public, Justin Godart fut pourtant un homme politique majeur de la première moitié du XXe siècle.

par Anne FOREST

 

  1. WIEVIORKA (A.) (dir.), Justin Godart, un homme dans son siècle (1871-1956), CNRS, Paris, 2004 (AML, 1C/8352), BILANGE (F.), Justin Godart ou la plaisante sagesse lyonnaise, ELAH, Lyon, 2006 (AML, 1C/8701)- []
  2. Il avait confié ses archives au Musée d’histoire de Lyon au début des années 1950 : https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/lyon-justin-godart-parlementaire-du-rhone-gone-qui-dit-non-petain-10-juillet-1940-1852268.html []
  3. AML, 639WP/171, 172, 174, 176 et 177 []
  4. https://fresques.ina.fr/rhone-alpes/fiche-media/Rhonal00105/le-retour-du-president-herriot.html []
  5. AML, 1C/652095/SAL []
  6. BMO n° 5338 du 13/08/2000 []
  7. BMO n° 5429 du 12/05/2002 []
  8. AML, 1C/302445 []
  9. AML, 2574W/1, pièce 83 []
  10. AML, 639WP/174 []
  11. []
  12. []
  13. []
  14. []
  15. []
  16. AML, 1C/706897 et 639WP/174 []
  17. AML, 639WP/174 []
  18. []
  19. []
  20. []
  21. AML, 1C/305460 []
  22. Pour découvrir ce qu’est le BMO : https://lyonnais.hypotheses.org/2347 []
  23. AML, 3C/353 []
  24. https://www.cairn.info/revue-cahiers-jaures-2011-3-page-219.htm# []
  25. AML, 3C/353 []
  26. BMO du 14/10/1962, p. 560, et délibération du Conseil municipal du 8 octobre 1962 []
  27. Délibération du Conseil municipal du 8 février 2018 []
  28. AML, 1C/303144 et 1C/303456. Voir aussi le reportage de l’ORTF : https://fresques.ina.fr/rhone-alpes/fiche-media/Rhonal00368/justin-godart.html []
  29. https://www.archives-lyon.fr/pages/georges_cohendy []
  30. AML, 3C/353, article du Progrès du 18 juillet 1997 []
  31. BMO n° 5699 du 16/07/2007 []

Anne FOREST

Archiviste, Archives de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search