EVENEMENT/La manifestation des croix de mars 1885

Le 28 mars 1885, alors que toute la presse évoque l’engagement militaire de la France au Tonkin, une nouvelle va faire la une du Nouvelliste de Lyon pendant plusieurs semaines avec un retentissement dans la presse nationale. C’est le choc crée par l’enlèvement des croix des cimetières de Lyon donnant lieu à une des plus grandes manifestations du peuple lyonnais. 

La Grande Croix des pauvres de Loyasse démolie le 25 mars 1885 (Collection particulière)

Comme on le sait, les cimetières sont des lieux de mémoires touchant à l’affectif de chacun.

Alors que sous l’ancien régime, l’église pouvait interdire l’enterrement dans un cimetière à ceux qu’elle considérait comme n’ayant pas eu une vie catholique, l’article 15 du décret du 23 Prairial de l’an XII impose pour chaque culte un lieu d’inhumation spécifique. C’est ainsi qu’un emplacement protestant était délimité dans le cimetière de Loyasse et un cimetière juifs distinct à Gerland. 

La loi du 14 novembre 1881 va interdire tout regroupement par confession prévoyant une laïcisation des cimetières. Une première délibération du conseil municipal de Lyon ordonne la destruction des croix. Elle n’est pas appliquée. En juillet 1882, la ville de Lyon décide la démolition des murs séparant les parties du cimetière affectés aux différents cultes. 

La loi du 5 avril 1884 soumet le maire à une obligation de neutralité des parties publiques des cimetières, interdisant « d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics…à l’exception des terrains de sépulture dans les cimetières…. »

Des débats passionnés voient alors le jour. Certains voulant laïciser les écoles ne veulent pas laisser « leurs morts aux mains des curés ». Le conseil municipal de Lyon prend une nouvelle délibération le 12 juillet 1882 confirmée par celle du 12 décembre 1883 et décide la destruction des croix, allant au-delà de la loi votée par le parlement qui ne prévoyait en effet nullement l’obligation de démolir les croix de France ou celles spécifiques des cimetières. 

A cette époque, tous les cimetières disposaient en leur centre d’une croix monumentale, que ce soit Loyasse, l’ancien cimetière de la Guillotière ou la Croix Rousse. Ces croix étaient connues sous le nom des Croix des Pauvres, car permettaient aux familles peu fortunées, dont les membres étaient directement en terre, d’y déposer comme dit le Nouvelliste « leurs larmes, leurs prières et leur couronnes funéraires »1

La grande croix de Loyasse datait de 1807, celle de la Guillotière (cimetière des enfants ou la Madeleine) de 1822, et elles sont démolies au lever du jour. Celle de la Croix Rousse est, dit-on,  destinée à être remplacée par un urinoir.

Ce fait historique va être à la base d’une des plus importantes manifestations de l’histoire lyonnaise et se déroule le lendemain, le dimanche des rameaux, de midi, à l’issue de la grand-messe jusqu’à 3 heures de l’après-midi.

Selon le chiffre donné par le commissaire de police2, 12 000 hommes se rassemblent spontanément, en procession de Loyasse à l’Hôtel de Ville tandis que 10 000 autres se pressent dans le cimetière de la Croix Rousse. Le Nouvelliste, évidemment engagée dans la défense religieuse, évoque le nombre de 50 000 lyonnais concernés, les femmes faisant la haie sur le parcours et se mettant à leurs fenêtres. Il décrit, comme à son habitude, avec passion cette foule lyonnaise dans les rues.

Une délégation de lyonnais avec notamment MM de Jerphanion, Debannes, Jacquier, Perrin et Sabran, se rend à l’Hôtel de ville mais n’est reçue que par un fonctionnaire, aucun élu n’étant disponible.

La presse lyonnaise va évidemment s’entredéchirer sur le nombre de manifestant tant un si grand nombre choque les esprits. Lyon Républicain évalue à 5 000, et Le Progrès, jouant sur ceux venant en délégation, seulement 200, déclenchant les sarcasmes de la presse catholique. Le journal des débats, journal parisien, évoque un minimum de 12 000 manifestants, estimant le chiffre de 25 000 exagéré. 

Ce mouvement social inégalé prend tant d’ampleur que le Maire, le docteur Antoine Gailleton accompagné de ses adjoints, est dans l’obligation de recevoir une délégation le mardi 31 mars. 

Pour faire entendre leur mécontentement, les catholiques lyonnais décident d’une nouvelle marche le vendredi 3 avril, destinée aux femmes, de la Place Saint Jean jusqu’à Loyasse. Il s’agit du vendredi Saint, les faits se déroulant durant la semaine de Pâques, semaine d’autant plus sensible pour les consciences catholiques.

Le Nouvelliste annonce, avec ce grand renfort d’émotion qu’il aime exprimer, que le vendredi Saint, 30 000 femmes, catholiques et protestantes, sont dans les rues, s’appuyant sur un décompte qui aurait été effectué par le représentant de l’autorité. Toutes ces manifestations seront pacifiques et on ne comptera aucune dégradation de lieux. Un gardien de la paix dira « Ah, nous voudrions bien n’avoir jamais que des émeutes comme cela à contenir ». Autres temps, autres mœurs…

Les polémiques fleurissent. La presse républicaine et progressiste par le biais de Petit Lyonnais, et de Lyon Républicain, annonce une violation de sépulture durant cette manifestation, immédiatement démentie par la famille intéressée dans les colonnes du Nouvelliste.

Le Maire de Lyon doit s’exprimer. Il rappelle qu’ « une loi récente a enlevé aux cimetières tout caractère confessionnel. Aussi, ai-je ordonné, conformément à la disposition prise en considération par le conseil municipal, la suppression des emblèmes religieux ».3

Prenant conscience d’avoir heurté les sensibilités lyonnaises et notamment des plus pauvres, il prend l’engagement de créer des monuments non  confessionnels destinés à recevoir les souvenirs offerts et laisse entendre, en politique avisé, qu’il aurait blâmé l’ingénieur, que celui-ci aurait fait acte de zèle en appliquant la délibération du conseil municipal sans en avoir reçu l’ordre express…

L’entreprise de transport de matériaux de démolition de M. Sambet se fend d’un communiqué de presse indiquant que s’il avait su que la commande concernait les débris des croix, il n’aurait pas donné son consentement.4

Ces manifestations lyonnaises ont un retentissement national. Le journal des Débats, journal républicain, qualifie la situation « d’acte aussi  impolitique qu’inepte …l’unanimité est entière ; libéraux, protestants, israélites, tout le monde est d’accord pour blâmer l’administration municipale. L’inutile provocation d’un subalterne a exaspéré des deux côtés des passions à moitié endormies… ».5

La Liberté évoque « un odieux attentat à la liberté des cultes »

L’éclair, journal catholique, politique et littéraire évoque la protestation émise par Mgr le cardinal Caverot et mentionne la manifestation des femmes appelée pudiquement « le pèlerinage des Dames » et ajoute que le « grand nombre de magasins fermés donnaient à la ville un aspect de tristesse qui convient bien à ce peuple croyant que quelques énergumènes prétendent rabaisser à leur niveau ».6

Le journal La Croix en fera même un feuilleton intitulé la Croix des Pauvres. Le  journaliste Joseph Véry reprend heure par heure le déroulé des faits « Où pleurera ce père, où priera ce fils, où déposeront ils un souvenir pour leurs morts ? M. Lefort a fait jeter bas la grande croix qui appartenait à tous, mais spécialement à l’ouvrier ».

L’union monarchique du Finistère en fera un compte rendu précis. 

Cette crise du fanatisme va avoir des répercussions dans les semaines suivantes. En quelques jours, 6 églises sont fracturés. Un prêtre se fait assommer en pleine rue de Lyon le 8 avril. 

Le 13 avril, de nuit, sera brisée une grande croix sur la place de l’église de Vaulx en Velin. Pour commémorer ce rassemblement, une brochure intitulée la Croix des pauvres sera publiée le 20 avril 1885.7

Qui se souvient encore aujourd’hui de ces journées d’émeutes ou plutôt de protestation pacifique d’un peuple rassemblé dans les rues ? Il faudra la guerre de 14/18 dont on commémore le centenaire actuellement pour que la France panse ses plaies douloureuses et travaille à la réconciliation de celui qui croyait au ciel et de celui qui n’y croyait pas.

Par Gerbert RAMBAUD



Citer ce billet
gerbertrambaud (2021, 19 novembre). EVENEMENT/La manifestation des croix de mars 1885. Histoires lyonnaises. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r43s

  1. Le Nouvelliste de Lyon page 3, n°87 de la septième année, samedi 28 mars 1885 []
  2. Le Nouvelliste de Lyon page 1, n°89 de la septième année, lundi 30 mars 1885 []
  3. Le Nouvelliste de Lyon page 3, n°97 de la septième année, mardi 7 avril 1885 []
  4. Le Nouvelliste de Lyon page 3, n°90 de la septième année, mardi 31 mars 1885 []
  5. Journal des débats du 6 et 7 avril 1885, page 2 et 3. []
  6. L’éclair, n°284 du samedi 4 avril 1885 []
  7. ‘La Croix des pauvres’, Lyon, Briday, 1885, III – 72 p, in.16. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search