PERSONNAGE/Joseph-Marie de Gérando

Philosophe, économiste, juriste, anthropologue, philanthrope, (Lyon 27 février 1772, Paris 10 novembre 1842)

Joseph-Marie de Gérando (1772-1842) – Bibliothèque de l’Institut de France – Wikicommons

Ceux qui veulent le bien sont les seuls qui savent clairement ce qu’ils veulent  

 

Notre belle ville de Lyon est bien connue pour avoir vu naître nombre de personnages alliant richesse et dévouement envers les pauvres, les indigents.

Joseph-Marie de Gérando est un de ces lyonnais, inclassable tellement il s’impliquera dans des domaines divers. Né dans une riche famille lyonnaise, d’architectes, d’entrepreneurs charpentier à qui l’on doit notamment la charpente de l’hôtel de Ville, sur les plans de Mansart et de Cotte en 1701, mais aussi l’hôpital de la Charité, famille ayant atteint la noblesse par charge, il usera de sa richesse et de ses compétences pour améliorer les conditions humaines et morales de ses concitoyens.

Séminariste, voulant être missionnaire, la Révolution met fin à sa formation. Défenseur de la liberté de conscience, il s’oppose au pouvoir de Robespierre et combat pour la défense de Lyon. 

Blessé, prisonnier, échappant aux massacres de 1793 de manière surprenante voire inexpliquée, il émigre en Suisse comme de nombreux lyonnais, à l’instar de ses cousins Benoît Coste et Camille Jordan puis en Italie. 

Revenant à Lyon en 1796 lors de l’amnistie décrétée par le Directoire, il abandonne l’idée d’entrer dans les ordres. Tout en allant habiter à Paris, il reste attaché à sa ville de Lyon et reste fidèle en amitié avec les autres intellectuels lyonnais comme Juliette Récamier, Ampère, Ballanche, Camille Jordan mais aussi Frédéric Ozanam avec qui il partage le souci de la condition des pauvres.

En 1799, il remporte le concours de l’Institut National pour son mémoire De l’influence des signes sur la formation des idées, jetant les prémices d’une langue universelle. Ce prix consistait en 500 grammes d’or, somme importante pour l’époque.  Cette même année, il se marie avec Annette de Rathsamhausen dont Madame de Staël disait qu’elle était, avec Madame Necker de Saussure, une des deux femmes qui avaient la plume plus agile qu’elle, compliment particulièrement méritant !

Optimiste sur la nature humaine, en raison de son enfance chrétienne, il s’interroge sur les capacités qu’a l’homme pour se perfectionner et perfectionner son environnement. « C’est en s’étudiant qu’on s’améliore ».

Couronné par l’académie de Berlin en 1802 pour un ouvrage portant aussi bien sur Kant que sur les peuples sauvages, il se consacre à ses recherches en sciences humaines, en sciences sociales et sur le perfectionnement moral de l’homme. C’est à ce titre qu’il s’intéresse tout particulièrement à l’enfant sauvage de l’Aveyron, retrouvé à 10 ans en 1800, qui servira de modèle au film de Truffaut. 

Conseiller d’Etat sous l’Empire (Il devient un des pères fondateurs du Droit Public français), il est nommé Baron Ramthzausen par Napoléon, Grand Officier de la Légion d’honneur. Ses travaux sont reconnus tant sous l’Empire que sous la Restauration. 

Infatigable, il est à l’origine de l’école des Chartes, mais également des premières écoles Normales, destinées à la formation des maîtres d’école. Il est l’un des fondateurs de la première caisse d’épargne de Paris, et seconde Denys Cochin dans la création de la première salle d’asile, milite pour l’éducation des filles  et l’introduction du chant pour l’instruction élémentaire…

Académicien des sciences morales et politiques en 1832, pair de France en 1837, sa valeur humaine est reconnue de son vivant.

Deux de ses ouvrages ont un impact important sur ses concitoyens. En 1819, suite à l’ordonnance du Roi Louis XVIII du 2 juillet 1816 traitant de l’amélioration du sort de la classe indigente, l’Académie de Lyon lance un prix sur le thème : «Indiquer les moyens de reconnaître la véritable indigence, et de rendre l’aumône utile à ceux qui la donnent comme à ceux qui la reçoivent ». En effet, la France est ruinée après l’Empire. C’est ainsi qu’il écrit en 1820 Le visiteur du pauvre, ouvrage de réflexion mais également guide pratique, lignée dans laquelle s’inscrira également Frédéric Ozanam, fondateur des œuvres Saint Vincent de Paul.

Il met en exergue cette phrase qui en dit long sur son approche : « La charité la moins digne de ce nom est celle qui ne donne que de l’or » et se méfie des conséquences que peut avoir une charité mal comprise. Cet ouvrage destiné initialement aux responsables de la ville de Lyon est diffusé plus largement. N’oubliant pas ses origines lyonnaises, il rappelle: « à Lyon, la charité est héréditaire dans toutes les familles ». Gérando n’oppose jamais le rôle de l’Etat et l’initiative individuelle en matière sociale mais souhaite « associer charité privée à la charité publique par une alliance toute volontaire ». 

En fait, avec le Baron de Gérando, nous avons un véritable intellectuel au sens actuel du terme. Il analyse, il étudie, et il envisage des solutions concrètes qu’il propose aux hommes politiques de son temps. 

Cela est encore plus visible suite à la publication en 1839 de l’ouvrage  De la bienfaisance publique. Il n’hésite pas à se lever contre le travail des enfants, sans limite, dans la droite ligne des travaux du docteur Villermé, en utilisant l’exemple de l’Angleterre qui avait par la loi en 1833 limité le travail des enfants. Dans son ouvrage, il présente ce que sera quasiment la loi du 21 mars 1841, première loi sociale française, votée sous son influence, ainsi que sous celle de Villermé et de Montalembert, à savoir l’interdiction du travail des enfants de moins de 8 ans, durée journalière limitée à 8 heures pour les enfants de 8 à 11 ans, 12 heures par jours de 12  à 16 ans et interdiction du travail de nuit avant 13 ans.

Ces mesures nous paraissent être de bon sens, mais à l’époque il faudra de nombreux intellectuels pour faire réagir la société par cette loi, la première loi sociale française.

Et c’est un lyonnais qui est un de ces pionniers, mettant tout à l’honneur l’école lyonnaise sociale si riche en personnalités diverses. Difficile à situer en sa qualité d’intellectuel catholique, soucieux d’humanisme, il sort désormais de l’oubli (en juin 2012 un colloque à l’université de Lille l’a remis à l’honneur) en raison des nombreux engagements qu’il a pris pour faire évoluer son époque, à l’écart du combat politique, comprenant bien le vrai pouvoir du débat intellectuel. 

par Gerbert RAMBAUD



Citer ce billet
gerbertrambaud (2021, 22 octobre). PERSONNAGE/Joseph-Marie de Gérando. Histoires lyonnaises. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r43q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search