PERSONNAGE/Camille Jordan, un amoureux de la liberté

Portrait du député français Camille Jordan – Assemblée Nationale – Wikicommons

Il est un de ces lyonnais impliqué dans son pays, sans jamais trouver sa place de par son indépendance et sa liberté d’esprit. Sa famille, issue de la Réforme, se convertit au catholicisme à la suite de la révocation de l’Edit de Nantes. Petit fils d’Henri Jordan, soyeux, et de Jeanne de Gérando, il grandit dans un environnement impliqué dans la soie, la finance et les charges municipales dont l’échevinage. 

Né à Lyon le 13 janvier 1771, il suit des études brillantes au collège de l’Oratoire puis de Saint Irénée. Présent à Vizille, il assiste le 21 juillet 1788, dans le château de son oncle Claude Périer, à l’assemblée réunissant les trois ordres et qui réclamera les Etats généraux, préfigurant la future assemblée nationale et l’admission des roturiers à tous les emplois. 

Dès sa jeunesse, Camille Jordan est pour une évolution du système, à l’instar de Pierre François de Colomb d’Hauteville qui fait abandonner les privilèges seigneuriaux à la noblesse du Forez en 1788.

Mais lorsque la Révolution bascule, il se révolte, se fait le défenseur des maltraités. Il dénonce notamment les violences aux femmes lors de la messe de pâques 1791 à l’église Sainte Claire

J’ai vu …l’innocence insultée par le crime, la faiblesse maltraitée par la force et la pudeur violée par la brutalité…des citoyens paisibles… assaillis par une horde de brigands…nos femmes et nos filles traînées dans les boues de nos rues, publiquement fouettées et horriblement outragées…image qui ne s’effacera jamais de ma mémoire… baignée de pleurs, dépouillée de ses vêtements, le corps renversé, la tête dans la fange. Des hommes de sang l’environnaient…froissaient de leurs mains impures ses membres délicats, ils assouvissaient tour à tour le besoin de la débauche et celui de la férocité, ils abîmaient leur victime de douleur et de honte. L’infortunée… expire à cette heure… j’ai vu tant d’horreurs commises et non réprimées

Cette violence le marque et l’amène à se battre toute sa vie pour la liberté et la justice.  Camille Jordan participe activement à la journée du 29 mai 1793 de l’insurrection lyonnaise. A la chute de la ville, il émigre en Suisse, comme son neveu Benoît Coste futur fondateur de la Congrégation des Messieurs, puis l’Angleterre et découvre son parlementarisme qui deviendra un modèle.

Autorisé à revenir en 1796, à la mort de Robespierre, il est élu député par les lyonnais en 1797 au Conseil des Cinq-Cents et s’y fait remarquer par son éloquence. Par un discours célèbre, le 17 juin, il propose de rétablir les usages des cultes et de rapporter les lois contre les prêtres réfractaires. Il défend la liberté de conscience, la liberté religieuse, tolérance absolue de tous les cultes pour tous les citoyens indistinctement préfigurant la séparation de l’Eglise et de l’Etat. 

Eloigné de la foi catholique sous l’influence de Rousseau, il reste déiste, à l’inverse de son frère Noël, prêtre à Fourvière et curé de St Bonaventure, membre de la Congrégation des Messieurs dès sa fondation, et de son ami Mathieu de Montmorency.

Sa grande éloquence le marque comme un opposant à combattre et devient victime d’un sobriquet destiné à le ridiculiser, Jordan des cloches, que son discours défendant les lyonnais accusés par le Directoire ne fera pas oublier. Il voulait civiliser, humaniser la révolution, trouver la véritable liberté, la véritable égalité et la justice.

Mais en raison de sa notoriété, il dérange Bonaparte qui lors du coup d’Etat du 18 brumaire, l’exclut du Conseil avec 60 députés. Echappant à l’arrestation grâce à l’aide de J.M. de Gérando, il se réfugie en Suisse puis à Weimar où il est accueilli par Goethe et Schiller.

De retour en 1800, après une surveillance à Grenoble, il est autorisé à revenir à Paris. En 1802, quand Bonaparte veut devenir consul à vie, Camille Jordan est un des rares à s’y opposer et écrit une brochure incendiaire. Cela lui vaut l’enthousiasme de Mme de Staël dont il devient proche ainsi qu’avec Mme Récamier, et Châteaubriand. Il y prédit les abus du régime impérial.

Résistant à toutes les  séductions du pouvoir, malgré les tentatives que Napoléon fera pour le gagner à sa cause, il vit en simple citoyen à Lyon tant que dure l’Empire et s’y marie en 1805 avec Julie Magnieunin, lyonnaise, dont il aura 3 enfants.  En 1810, il intervient à l’Académie de Lyon sur l’éloquence, l’influence de la Révolution sur l’art oratoire et les effets de l’éloquence sur la Révolution… 

Mme de Staël l’admire, l’aime, laissant une correspondance entre ces beaux esprits même si Camille Jordan semble résister à ses charmes :

Il y avait tant de pensées et d’éloquence …Je ne sais pourquoi vous négligez la gloire…mon cher Camille…. Je n’ai rien lu qui ait été plus au fond de mon âme … il me restera au fond du cœur de l’admiration pour votre caractère et votre talent. …, je vous aime à présent bien plus que vous ne m’aimez

A la restauration, en 1815, nommé Président du collège électoral de Lyon, il ne se présente pas à la députation. Mme de Staël l’exhorte en 1816 à reprendre la vie politique : « …accepte(z) la place de député…consacre(z) toute votre éloquence …Je vous adjure de renoncer à la vie privée au nom de tous les devoirs, devant Dieu et devant les hommes, l’appelant « à faire pour la liberté ce qu’il fit pour l’injustice »

La belle Mme Récamier lui offre son amitié même si elle ne partage pas toutes ses opinions :

Cher Camille, …je voudrais emporter le souvenir d’une journée de vous…Quelle douce soirée nous avons passée hier….que vous êtes aimable ! 

Jordan est élu député de l’Ain en 1816, et devient président de la Chambre. Modérateur, il cherche à ramener le calme dans les esprits à Lyon suite aux rumeurs de complots jacobino-bonapartistes. En 1818, largement réélu malgré une santé fragile, il devient, malgré son fort attachement à Louis XVIII,  un des chefs de l’opposition constitutionnelle et se rapproche de la gauche. Opposition qui, pour être dynastique et royaliste, n’en est pas moins énergique et vive. Attaché à la liberté individuelle, il s’oppose notamment à la censure, à l’opacité des emprunts, aux fonds secrets de la police, aux illégalités judiciaires et rejoint les doctrinaires avec Royer-Collard.

Attaché au droit divin, et à la souveraineté du peuple, il n’est pas compris et certains l’accusent de confusion et d’éclectisme. Mais pour d’autres, il fait partie avec Royer Collard, Jouffroy, Rémusat de ceux dont la pensée politique préfigure Alexis de Toqueville.

Mort le 19 mai 1821, il est honoré par une petite rue des pentes de la croix rousse ; il est le grand oncle de Camille Jordan, mathématicien et auteur du théorème de Jordan.

Sainte-Beuve dira de lui :

une âme neuve qui se révoltait…éclatait en présence du mal, du mensonge, de l’intrigue, de l’injustice…sans une déviation…sans une tache, … je ne crois pas qu’en aucun temps on puisse voir …une plus belle âme

Un homme intègre, amoureux d’une sage liberté, révolté contre l’injustice, une forte indépendance d’opinion, n’est-ce pas finalement une simple caractéristique lyonnaise ?

Par Gerbert RAMBAUD


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search