PERSONNAGE/Isaac Coste, un des rares évadés des caves de l’Hôtel de Ville

Portrait d’Isaac Coste (Collection particulière)

Né le 6 octobre 1741 à Lyon, fils de Benoit Coste, échevin de Lyon et de Louise Victoire Tissot,  Isaac épouse en 1774 Jeanne Jordan, dont le père Antoine Henri Jordan, banquier, échevin est un des martyrs de la Révolution. Après une carrière d’agent de change, il devient recteur de l’Hôpital. Lors du siège de Lyon, il est juge de paix. N’ayant pas participé activement à la défense de la ville, il y reste suite à la défaite. Arrêté le lundi 4 novembre 1793 par le comité de sûreté générale, il est amené à l’Hôtel de Ville qui sert alors de tribunal et de prison.

Conduit dans la salle Henri IV, il est enfermé 35 jours sans procès. On lui fait miroiter une libération prochaine qui n’arrive jamais. Or, à partir de fin novembre, les exécutions se font entendre sur la place des terreaux, sous les fenêtres de la salle où ils sont enfermés.

Sous le cri de « Vive la république » la guillotine fait son œuvre et tranche les têtes. Devenant inquiet pour son sort, Isaac Coste réfléchit à une évasion. Ils sont alors 400 prisonniers gardés par quelques sentinelles. Il propose à d’autres détenus de se soulever, considérant que si certains d’entre eux peuvent mourir ou être blessés, il vaut mieux tenter l’évasion plutôt qu’attendre le tour funeste qui s’annonce pour tous. Personne ne le suit. Les prisonniers sont persuadés que n’ayant rien fait de répréhensibles, leur innocence va être reconnue et qu’ils vont être libérés. Or, la liste des 40 premiers guillotinés apparait. 

Dans un mémoire rédigé pour sa famille, il raconte les conditions de sa détention et son évasion. Ainsi, pour une égalité parfaite entre les prisonniers, la livraison des repas par les familles devient interdite et ils reçoivent deux livres de pains par jour et de l’eau. Les matelas sont réquisitionnés. On leur remet 10 livres de paille tous les 10 jours pour dormir.

Ils sont désormais 700 prisonniers à l’hôtel de ville. Un prisonnier réussit son évasion en attachant une corde à la fenêtre des commodités et descend par la rue Puits Gaillot, seule évasion connue à l’exception de celle que vont vivre Isaac Coste et ses compagnons.

Une proclamation les nomme hors la loi retranscrite ainsi par Isaac Coste :

« …nous jurons en vrais républicains, de vous surveiller et de faire tomber sous la hache nationale la tête de celui qui ne se tiendra pas à la hauteur des circonstances. Les prisonniers, à l’exception d’un tout petit nombre, sont tous coupables. En conséquence, ils sont hors la loi. Nous nommons une commission de 7 personnes pour faire subir un dernier interrogatoire après lequel ceux jugés innocents seront mis en liberté de suite. Les autres seront conduits de jour en face du lieu où périt le vertueux Chalier, là y termineront par la foudre une vie trop longtemps criminelle ».

La guillotine revient sur la place des terreaux après avoir été place Bellecour. Le 8 décembre n’a pas toujours été un jour de fête à Lyon. En 1793, c’est un jour sombre, la guillotine fonctionne à plein régime.

Le lundi 9 décembre, 5 semaines après son arrestation, Isaac Coste est appelé à comparaitre à 7h30 du soir. Il parait devant 6 montagnards qui se sont déclarés juges, le visage dissimulé sous de fausses moustaches. Lui est alors reproché sa fonction de juge de paix durant le siège de Lyon. Au mépris des droits élémentaires de la défense, on lui reproche d’avoir jugé Chalier. Or, ce n’était absolument pas le rôle des juges de paix, ceux-ci n’ayant pas pris part à l’audience qui avait condamné à mort le montagnard, ami de Robespierre. 

Tentant d’argumenter, il rappelle avoir respecté le décret de la convention sur les juges de paix, il essaie de montrer les justificatifs des patriotes à qui il avait rendu service… sans  aucune écoute de ces juges d’exception. Bien évidemment, il n’a pas d’avocat.

La seule réponse qu’il a, c’est sa conduite « à gauche », soit la mauvaise cave qui fait l’angle de la place des terreaux et la rue Lafond. Commence ce qu’il appelle dans son récit, son agonie de 36 heures, texte pieusement conservé par ses descendants et à ma connaissance inédit. 

Sont enfermés avec lui, des aristocrates, des bourgeois et des ouvriers. 5 jeunes gens dont un nommé Porral y sont amenés. Ils sont alors 74 dans la mauvaise cave, celle qui aboutit systématiquement à l’exécution. La mort est pour le lendemain. Cette période sombre de l’histoire lyonnaise est merveilleusement illustrée par la nouvelle de Stefan Zweig « un mariage à Lyon ». 

Vers 8 h du soir, un nommé Ménard lui propose de rejoindre le groupe des jeunes qui veulent tenter l’évasion. Ayant quelques limes, ils rassemblent 6 couteaux conservés pour le diner. A l’insu des prisonniers, ils attaquent une porte fermée dans le cabinet d’aisance, porte de 3 pouces d’épaisseur. Un trou fait dans le bois, une bougie pour bruler la corde qui bloquait de l’autre côté, la barre de bois qui chute, la porte est ouverte. Au-delà, un corridor étroit fermé. Les limes continuent leur travail, un barreau coupé, puis deux, puis deux grosses pierres à desceller, ils arrivent dans une autre cave. Une porte non fermée, et un corridor. Et encore une porte qu’ils forcent. Puis une à nouveau dans la cour basse de l’hôtel de ville. Un escalier. Aux travers des barreaux, ils voient les gardes installés dans la cour. Ils montent un étage et encore une porte qu’ils ouvrent facilement. Il est 3 heures du matin. Les grilles sont fermées et gardées par plus d’une centaine d’hommes. 

Ils rentrent au cachot et attendent le matin. A 7 h 30, il fait jour et sortent dans la cour, comme si de rien n’était, par petit groupe, espacés de quelques minutes. Isaac Coste passe lentement comme descendant de l’Hôtel de Ville. Traversant la cour basse, il passe par la place de la comédie et s’échappe comme ses 14 compagnons d’infortune. Le dernier doit alerter les autres prisonniers mais, perdant son sang-froid, provoque un mouvement de foule qui stoppe l’évasion.

Isaac Coste, avec des habits de paysans, reste 18 jours dans une cachette à Lyon, évite 4 visites de la police. Il sort le 28 décembre en habit de garde national, avec un sabre et un faux billet d’hôpital comme pour rejoindre un bataillon à Thonon. Le 2 janvier 1794, il arrive à Coppet,  en Suisse, sain et sauf. Sa famille le rejoint ultérieurement, dont son fils Benoit Coste, le fondateur de la fameuse Congrégation des Messieurs. Son tableau publié montre un homme de caractère mais avec une bonhomie certaine.  Il meurt paisiblement le 27 octobre 1802 à Lyon.

Par Gerbert RAMBAUD

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search