PERSONNAGE/Antoine-Frédéric Ozanam

« Je voudrais enserrer le monde entier dans un réseau de charité. »

Frédéric Ozanam – Gravure d’Antoine Maurin dit « Maurin l’aîné » (1793-1860) à partir d’un dessin de Louis Janmot (1814-1892) – Wikicommons

Le nom Ozanam résonne régulièrement au travers des rues de notre pays. Lyon l’honore dans le 1er arrondissement ! Mais qui connait finalement ce lyonnais célébré dans le monde entier ? Même s’il est né à Milan, il y deux cents ans, il est bien lyonnais. Son père, Jean-Antoine-François Ozanam, enrôlé de force dans l’armée républicaine par décret de l’an II, est envoyé comme médecin à Milan. Sa mère, Marie Nantas, est d’une famille de soyeux, et fille de Marthe Richard, vieille famille lyonnaise aux nombreuses ramifications actuelles.

Le souvenir de la Révolution va marquer cette famille bourgeoise et catholique, au nom sans doute d’origine israélite. Le grand père est obligé d’émigrer pour éviter la guillotine lors de la Terreur.

Comme nombre de jeunes gens de la bonne société lyonnaise, il étudie au collège royal de Lyon (actuel Lycée Ampère), avec l’abbé Noirot, professeur de philosophie, et devient bachelier en 1830, à 16 ans. Destiné par son père au droit, il va à Paris, Lyon n’ayant pas de faculté ; il est hébergé par  André-Marie Ampère, notre célèbre physicien. Parallèlement au droit, il étudie à la Sorbonne les lettres et devient docteur en droit en 1836, docteur ès lettres en 1839 avec sa thèse sur Dante puis agrégé en 1840.

Jeune avocat, il obtient son premier poste d’enseignant avec la chaire de droit commercial créée à Lyon en 1839. Les cours sont rue de la charité, dans l’hôtel Villeroy, actuel musée des tissus. Obtenant à la Sorbonne la chaire de littérature étrangère il quitte Lyon en 1841.

Au-delà de l’intellectuel, de l’universitaire, la personne d’Ozanam intéresse autant de nos jours, car il a été particulièrement moderne dans son approche et sa vision de la société.

Dès 1830, il dénonce l’esclavage. A 16 ans, il écrit « elle est triste et déplorable la condition de ces malheureuses victimes de la barbarie européenne ! Elle sera toujours un sujet d’indignation et de larmes pour le vrai philosophe et le vrai chrétien, l’horrible cruauté de ces hommes qui se disent civilisés, et qui au nom d’une religion sainte, apparaissent aux terres étrangères tels que des brigands ravisseurs pour enlever le fils à sa mère, le père à ses enfants. Pleurons la honte de nos frères oppresseurs ! Pleurons les maux de nos frères opprimés… » Déclaration faite 18 ans avant l’abolition de l’esclavage grâce à Schœlcher!

Fortement marqué par la première révolte des canuts, mélange de révolte sociale et revendication professionnelles, il est sensible en sa qualité de chrétien au sort du monde qui l’entoure, à l’instar du Baron de Gérando.

Dans son cours de droit commercial, il développe des notions concernant notre futur droit social. Refusant l’exploitation de l’Homme par l’Homme, notion développée initialement par Saint Simon, il tente de faire émerger l’idée que l’ouvrier doit être traité comme un collaborateur. Il revendique un droit à la retraite, à l’invalidité, à l’instruction des enfants, et cette notion de « salaire naturel », de juste prix du salaire, correspondant aux éléments essentiels: frais d’existence, éducation des enfants et retraite. Pour lui, « le salaire doit être proportionnel au profit : règle de société » Mais il récuse tant « l’intervention dictatoriale du gouvernement » que « la liberté absolue » préfigurant de 30 ans la doctrine sociale de l’Eglise.

Etudiant à Paris, il côtoie Montalembert, Lamennais, Lacordaire, Ballanche et Chateaubriand et surtout il suit les conférences historiques de Bailly qui l’inspireront. Lors de l’une d’elles, le débat porte sur la pauvreté. Il défend sa foi et rappelle les efforts des chrétiens pour bannir l’esclavage, l’Eglise étant pour lui l’amie des pauvres.  Apostrophé par un saint simonien sur l’absence de réalité de son discours, qui lui demande ce que font concrètement les catholiques d’aujourd’hui, il réalise alors qu’il doit se consacrer à l’aide des plus démunis.

C’est ainsi qu’à Paris, il  fonde en avril 1833, à 20 ans,  une petite société fraternelle vouée au soulagement des pauvres par une charité de proximité et par la prière. Elle prend le nom de Conférence de Charité puis de Conférences Saint Vincent de Paul, du nom du célèbre lazariste qui, esclave 2 ans des maures, réussira à s’échapper et s’occupera des pauvres.

La réussite sera fulgurante. En 1835, Lacordaire vient prêcher le carême. En 1837, les conférences rassemblent déjà près de 400 confrères à Paris et en Province, 2000 en 1841 et 10 000 en 1845 !

Cette fondation développe la visite des familles pauvres, la distribution de vivres, de soupe populaire, la visite des jeunes détenus en prison, l’alphabétisation…

L’implantation à Lyon se fait en octobre 1836. Son frère Alphonse, abbé, est membre de la Congrégation des Messieurs, depuis 1822 sous le n° 208. Cette institution secrète fondée par Benoit Coste, organise de multiples œuvres et actions catholiques. Frédéric Ozanam intègre la Congrégation des Messieurs, le 8 décembre 1836 sous le n° 332, non seulement pour en obtenir son appui mais également pour en devenir un membre actif. Les liens resteront toujours forts à Lyon entre cette Congrégation et la Conférence.

Depuis sa création par Ozanam, la Société Saint-Vincent-de-Paul conserve cet objectif d’aider les pauvres afin de soulager leurs souffrances et de promouvoir leur dignité. Elle est désormais présente dans 142 pays et fait intervenir plus de 800 000 bénévoles, une des plus importantes ONG actuelles.

Même si Frédéric Ozanam emmène à Paris la famille qu’il fonde en 1844 avec Amélie Soulacroix, fille du recteur de l’Académie de Lyon, il reste très présent à Lyon. C’est là qu’en 1848, tenté par la politique, il se présente en vain à la députation. Il est un des précurseurs de la pensée Démocrate-Chrétienne.

Malade, il quitte en 1852 l’enseignement et meurt en 1853 à l’âge de 40 ans laissant derrière lui une œuvre prolifique.

Le pape Jean Paul II dira de lui, le 22 août 1997, lors de sa béatification, que l’on pouvait voir en Ozanam « un précurseur de la doctrine sociale de l’Eglise que le pape Léon XIII développera dans l’encyclique Rerum novarum ».

Ozanam avait une dévotion toute particulière envers François d’Assise, devenant affilié à l’ordre franciscain en 1853. Clin d’œil de l’histoire, le Pape François, élu 200 ans après sa naissance, porte le prénom du saint des pauvres qu’il aimait tant.

par Gerbert RAMBAUD



Citer ce billet
gerbertrambaud (2021, 17 septembre). PERSONNAGE/Antoine-Frédéric Ozanam. Histoires lyonnaises. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r43l

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search