PERSONNAGE/La vie romanesque de Didier Petit de Meurville (1793-1873) (3/3)

> Suite de l’article “La vie romanesque de Didier Petit de Meurville (1793-1873) (2/3)

Autoportrait de Didier Petit de Meurville en tenue de vice-consul sur un bateau au large d’Alicante. Vers 1850. Crayon et Aquarelle. 27 x 18,5 cm. Collection personnelle. Photographie Côte Basque Enchères.

Aux difficultés financières s’ajoute une impopularité croissante depuis plusieurs années. La notoriété de Didier Petit est entachée depuis 1831 par les révoltes successives des canuts. Pendant la deuxième révolte de 1834, sa famille et ses amis s’inquiètent de son sort et de celui de la Sablière, proche du centre de la Croix-Rousse devenu le foyer de la sédition. À l’époque de la première insurrection, il faisait un voyage artistique en Italie, passant par Turin et Rome, et séjournait chez son ami d’Azeglio. En février 1848, il devient notamment la première cible des Voraces qui brûlent en un feu de joie la totalité du matériel de sa fabrique, montée Saint-Barthélémy. De nombreux pamphlets sont édités, la presse est virulente sur ses activités qui faisaient concurrence aux fabriques lyonnaises. La dette insolvable, l’importante succession de sa mère décédée en 1839 et les difficultés rencontrées par son commerce réduisent à néant tout espoir de vie à Lyon. Depuis la vente de la Sablière, celui-ci occupe l’appartement de sa mère rue St Joseph. Au cours de l’année 1847, Didier Petit fait ses adieux à la cité lyonnaise, il n’y reviendra jamais plus. Toute la famille déménage temporairement à Pontlieue, accueillie chez les Bérard, sa belle-famille. Son épouse revient brièvement à Lyon pour finaliser l’hypothèque de la Sablière, à la place de son époux, fortement attristé par cet exil forcé et cette vente qu’il a tentée de retarder. C’est dans le dessin, en particulier le portrait qu’il trouve du réconfort. Ainsi, commence-t-il une longue série de portraits de sa famille, au crayon et à l’aquarelle dans un premier temps, avant de s’intéresser à la peinture à l’huile dans un deuxième temps1.

Cette retraite forcée est courte : Lamartine, éphémère ministre des affaires étrangères du gouvernement provisoire, nomme Didier Petit vice-consul de France à Alicante2. En effet, l’épouse de Lamartine fréquentait celle de Didier Petit et le ministre connaissait ses bons et anciens rapports avec la cour espagnole qu’il entretenait depuis le début de la crise carliste. Libéré de ses obligations lyonnaises depuis peu, c’est la nomination idéale pour renforcer les relations franco-espagnoles malmenées depuis l’ère napoléonienne. Il s’installe donc dans ses nouvelles fonctions en 1848. Didier Petit a du mal à s’adapter à ce nouveau pays, loin de Lyon, loin de ses racines et, pour cette raison, demande à plusieurs reprises une mutation au gouvernement. Malgré tout, le nouveau vice-consul semble vite estimé dans une région qui lui est pourtant totalement inconnue. Dès sa prise de fonction, Didier Petit ajoute désormais à son nom la particule « de Meurville » sur tous les documents officiels et ses lettres. Il est impliqué dans son administration et à l’initiative de nombreuses actions. Didier Petit de Meurville crée une ligne de bateaux à vapeur vers la colonie française de l’Algérie pour favoriser une immigration espagnole et le commerce. Il développe le commerce dont celui de la morue, monopolisé jusqu’alors par les Anglais. Il montre enfin une certaine générosité en se mettant à la disposition des cholériques pendant une épidémie qui dévasta Alicante en 1851. Malgré l’estime générale, le mal du pays et la santé chancelante de son épouse l’inclinent à demander une mutation. Les médecins conseillent l’air marin de la côte basque. Sa demande est entendue par le ministre des affaires étrangères, le comte Walewski. Didier Petit reçoit en juin 1857 une nomination de consul de France à Saint-Sébastien, dans le Guipuscoa3, dans le Pays-Basque espagnol. Tout comme à Alicante, ses qualités de diplomate sont reconnues. Il est élevé aux grades de chevalier de la Légion d’Honneur, chevalier de l’ordre de Charles III d’Espagne et reçoit plusieurs autres décorations étrangères. La lumière, les paysages, les villes, les villages basques, les habitants, la flore et la faune de Guipuscoa le fascinent. Tout comme à Alicante, il réalise des peintures de paysages, de la ville et de ses environs tout en parcourant régulièrement le pays qu’il administre. Passionné depuis toujours par la botanique, il dédie trois albums de dessins à la flore locale. Il accueille en grande pompe à Saint-Sébastien Napoléon III et son épouse Eugénie, espagnole d’origine, le 9 Septembre 1865. La famille impériale apprécie le consul pour sa compagnie et son érudition et le rencontre chaque fin d’Été à Biarritz lorsqu’elle y séjourne. Il accueille aussi la cour de Madrid à Guipuscoa et reste en relation constante avec les membres du gouvernement espagnol. La reine Isabelle II le sollicite souvent pour suivre des cours de dessins particuliers. Par deux fois, Didier Petit de Meurville se fit portraiturer durant ses deux consulats : la première fois, à Alicante en 1851 par Manuel de Oyeda y Siles puis une seconde fois en 1864 à Saint-Sébastien par Madrazo y Kuntz, un portrait montrant ainsi toutes les décorations obtenues depuis. Parmi la multitude des portraits de sa famille qu’il avait peints ou dessinés lui-même, on trouve un autoportrait au crayon et à l’aquarelle le montrant sur un bateau au large d’Alicante, en tenue de vice-consul, réalisé vers 1850, mettant en valeur son costume dont il était fier. De même, il peint d’étonnantes natures mortes et des bouquets inspirés des peintres de l’École Lyonnaise4.

 

Bouquet de fleurs des champs. Vers 1858. Gouache sur papier préparée marron signée au dos.
23,5 x 15,5 cm. Didier Petit de Meurville. Collection personnelle.



Didier Petit de Meurville est mis à la retraite, en indisponibilité, probablement pour des raisons de santé, dans le courant de janvier 1872 et tente d’occuper son temps par l’écriture, le dessin et par le tri des archives familiales. Il se penche notamment sur l’Histoire de sa famille et sur sa généalogie. Le 1er mars 1873, le consul quitte Saint-Sébastien pour l’air de Biarritz où il s’installe avec son épouse dans une grande maison au 6 rue Peyroloubilh. Sa santé se dégrade rapidement. Il a juste le temps de recevoir les derniers sacrements avant de mourir d’une apoplexie chez lui, à l’âge de 79 ans, le 27 avril 1873 à 1h du matin. Didier Petit de Meurville était alors connu comme le dernier membre-fondateur de l’œuvre de la Propagation de la Foi. Son épouse lui survécut une quinzaine d’années, demeurant à Ciboure. Elle meurt à Sissonne chez l’une de ses filles le 26 juin 1887. Les enfants suivront chacun les traces de leur père. Deux des fils Petit embrasseront une carrière de diplomate5, Louis Petit de Meurville devint écrivain et journaliste, tandis que Didier Petit de Meurville (fils) devint peintre comme son frère Henri Petit de Meurville (1843-1924), élève de Cabanel, qui fera une carrière de peintre académique, exposant aux Salons de Paris de 1869 et 1870. Les filles feront de prestigieux mariages, citons : Marie Josèphe Louise Victorine Petit de Meurville qui se maria en premières noces à Gabriel Joseph Gay-Lussac (fils du célèbre chimiste) puis à Louis Alfred Doury (sous-préfet de Vitry-le-François).

De la vie romanesque de Didier Petit de Meurville, il nous est resté un patrimoine encore bien vivant :

– Tout d’abord, la propriété de la Sablière à Caluire et Cuire. Son jardin anglais, la maison et les souvenirs ont été conservés et forment un ensemble patrimonial et paysager remarquable, unique, à protéger. Depuis bientôt 200 ans, chaque année, la glycine, plantée par Didier Petit embaume l’air de la propriété. Sa riche Histoire n’a plus de secrets : on arrive aujourd’hui à remonter jusqu’au XIVe siècle.
– Certaines pièces exposées au musée du Louvre ou au musée des Beaux-Arts de Lyon portent discrètement la mention de leur ancien propriétaire : c’est le cas du retable d’émaux peints présent dans l’exposition permanente donné à la ville en 1843.
– Certains musées, dont le musée des Tissus de Lyon, possèdent quelques pièces textiles produites par la maison Didier Petit et un dossier sur sa fabrique. C’est le cas du fameux portrait tissé de Jacquard d’après un tableau de Bonnefond dont il reste encore de rares exemplaires originaux dans les collections nationales ou les collections privées.
– Certains dessins de la flore, de la faune et des habitants de la côte Basque ainsi qu’une partie de ses albums peuvent être admirés au musée Zumalakarregi, dans la région basque espagnole.
– Ses archives, sa correspondance active ou passive (familiale ou privée), ses brouillons, ses dossiers d’études forment aujourd’hui le seul ensemble documentaire permettant d’étudier la vie de Didier Petit dans son intégralité.
– Enfin, n’oublions pas l’Œuvre de la propagation de la foi qui porte aujourd’hui le nom « d’Œuvre Pontificale Missionnaire » dont les archives sont à Lyon.

En novembre 2018, après le décès de l’un de ses descendants, une première vente aux enchères eut lieu, organisée par la maison Côte Basque Enchères à Saint Jean de Luz. Elle comprenait la plupart des archives de Didier Petit. Je pus racheter la plupart des lots. Puis, en septembre 2020, via la même maison de ventes aux enchères, ce sont les œuvres et les portraits familiaux de Didier Petit et de sa famille (dont les trois portraits de Trimolet) qui furent dispersés. Je rachetais là encore la plupart des portraits sans avoir pu sauver de la dispersion les peintures de fleurs et de paysages. Ces acquisitions complètent aujourd’hui les souvenirs de la Sablière où nous détenions déjà l’un des exemplaires du portrait tissé de Jacquard, un portrait photographique de Didier Petit, une lettre de la duchesse de Berry le recommandant à l’empereur de Russie, … Il est émouvant de faire revenir ces souvenirs près de 170 ans après le départ de l’ancien propriétaire de la Sablière, pour restituer à ce lieu son Histoire. Tous les intéressés (les descendants, les historiens, les passionnés …) pourront consulter à la demande ce fonds que je mettrai à leur disposition. La perpétuation de la mémoire d’un homme n’a pas de prix et c’est un soulagement de la savoir, pour une bonne partie, préservée de la dispersion.

par Maxime DEHAN

 


Bibliographie :

Didier Petit de Meurville. Maxime DEHAN. Éditions du Poutan. 2013.
1857-1873. Guipuzcoa-San Sebastian. Didier Petit de Meurville. Fernando ALTUBE. 1994.
Didier Petit de Meurville (1793-1873). Article publié en deux parties sur Baskulture, la Lettre du Pays-Basque. Maxime DEHAN. 2020.
OBJETS/ Histoire du portrait tissé de Jacquard d’après Bonnefond. Maxime DEHAN. Publié en 2019 sur le blog Histoires Lyonnaises.
– Fonds d’archives Didier Petit de Meurville. Collection Maxime DEHAN.


Le fonds d’archives Didier Petit de Meurville comprend :
les correspondances familiales et privées (passives et actives) de Didier Petit, de sa mère, de son frère Louis Petit, de son père Nicolas Petit, de ses grands-parents (Lemau de la Barre et Petit), de ses oncles Petit et de leurs collatéraux, un dossier sur le portrait tissé de Jacquard, un dossier de recherches au sujet des projets de digues sur la Guillotière et sur la plaine des Brotteaux, les correspondances de Monseigneur Dubourg et de Monseigneur Flaget (évêques de la Louisiane et du Kentucky), des lettres de ses enfants, des actes de successions et des testaments, des mémoires familiales, un dossier sur l’indemnisation de Saint-Domingue, …

 

Ce fonds aborde, de manière concrète, les thèmes suivants :
l’Histoire des colonies (en particulier celle de Saint-Domingue) et la vie d’une famille de colons, l’Histoire du légitimisme et de l’affaire des carlistes espagnols, l’Histoire de Lyon (l’Histoire de la soierie lyonnaise, l’Histoire des aménagements urbains, des événements sociaux et politiques …), l’Histoire des missions américaines et des œuvres pontificales missionnaires, l’Histoire de l’art, l’Histoire de la diplomatie française, …
C’est donc toute l’Histoire de France qui est documentée par ces archives, parcourant une large période des années 1770 aux années 1890, à travers le regard d’un légitimiste et de sa famille.

  1. D’après 1857-1873. Guipuzcoa-San Sebastian. Didier Petit de Meurville (publié par Fernando Altube en 1994). []
  2. Une ville portuaire de la Costa Blanca, au Sud-Est de l’Espagne. []
  3. Le Guipuscoa est l’une des trois provinces de la communauté autonome du Pays basque, dans le nord de l’Espagne. Sa capitale est Saint-Sébastien. []
  4. Fernando Altube a recensé en 1994 une grande partie des œuvres de Didier Petit de Meurville en un recueil 1857-1873. Guipuzcoa-San Sebastian. Didier Petit de Meurville. []
  5. François-Xavier Petit de Meurville était vice-consul à Torrevieja (province d’Alicante) et Henri-Georges Petit de Meurville était devenu vice-consul de France à Pampelune, consul général de France au Venezuela puis consul à Tampico (Mexique). La fille d’Henri-Georges épousa Jorge de Satrústegui y Barrie qui devint entre autres maire de Saint-Sébastien en Espagne et dont il existe de nombreux descendants.

    []


Maxime DEHAN

Né le 19 Janvier 1990 à Villeurbanne. Ingénieur en informatique de profession et historien. Membre titulaire de l’Académie de la Dombes Membre associé de l'Académie de Villefranche et du Beaujolais Secrétaire général de l'Académie Littéraire et Historique du Val de Saône Vice-Président délégué de l'Union des Écrivains Rhône-Alpes-Auvergne Membre de la Société d'Histoire de Lyon. Ancien président de l'association Histoire et Patrimoine de Caluire Et Cuire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search