PERSONNAGE/La vie romanesque de Didier Petit de Meurville (1793-1873) (2/3)

> Suite de l’article “La vie romanesque de Didier Petit de Meurville (1793-1873) (1/3) 

 

Didier Petit, historié, dans son habit de chevalier de l’Ordre de l’Éperon d’Or. 1832. Huile sur toile. 23,5 x 20 cm. Anthelme Trimolet. Collection privée. Photographie Côte Basque Enchères

Entretenant une correspondance ininterrompue avec les missionnaires d’Amérique depuis leur installation à Lyon, la veuve Petit et son fils s’activent pour leur fournir les moyens de poursuivre leurs œuvres d’évangélisation sur les vastes plaines encore sauvages des États-Unis. Dans une petite notice, Didier Petit écrivait : «Ma mère leur envoyait des religieuses, des vases sacrés, des ornements. »1. En 1815, L’abbé Dubourg se rend à Rome pour obtenir une audience du pape Pie VII et évoquer les conditions difficiles des missionnaires en Amérique. Il fait étape à Lyon, chez la famille Petit, pour demander davantage de moyens et de régularité dans les aumônes. L’idée d’une association pour récolter des dons via des souscriptions annuelles fait alors son chemin. L’abbé Dubourg recevra plus qu’un appui du pape : à sa grande surprise, ce dernier le fera sacrer évêque de la Louisiane et des Deux-Florides2. L’abbé Inglesi, vicaire-général de la Nouvelle-Orléans, délégué par Mgr Dubourg, fait à son tour étape chez les Petit en 1821 et partagent ensemble l’idée de généraliser leurs actions à toute l’Amérique du Nord. Inglesi obtient une audience du roi Louis XVIII, en plein congrès de Laybach3, et, par son éloquence, sensibilise les dirigeants européens au sort des missions étrangères qui lui versent des sommes considérables destinées aux missions d’Amérique4. Il s’avéra plus tard qu’Inglesi avait détourné une partie des aumônes pour amasser une véritable fortune sous prétexte de collecte pour la création de l’Œuvre pour la Propagation de la Foi.

Lettre autographe signée de Marie-Caroline de Bourbon-Siciles, duchesse de Berry (1798-1870) adressée à l’empereur Nicolas Ier de Russie recommandant Didier Petit « qui se rend à qui se rend à St. Petersbourg pour des affaires industrielles ». De Naples, 3 juin 1839.

Parallèlement, d’autres notables lyonnais s’occupent d’œuvres analogues pour d’autres missions dans le monde : c’était le cas de Pauline Jaricot chargée des missions d’Asie. Cet engouement pour les missions étrangères pousse Mme Petit et son fils Didier à organiser une réunion regroupant tous les notables lyonnais déjà engagés ou simplement intéressés. Le 3 mai 1822, en l’Hôtel de Provence5, cette assemblée formée par une dizaine de notables lyonnais traçait les premières lignes de l’Œuvre pour la Propagation de la foi. Mme Petit, à l’initiative de cette réunion, est représentée par son fils Didier, son organisateur, et Pauline Jaricot par Victor Girodon, commis en soieries, l’homme de confiance de Pauline6. Cette assemblée de Lyonnais décide d’un règlement s’inspirant de celui de l’Œuvre de Pauline Jaricot sans jamais la nommer7. Ainsi, naquit le principe de récolte des dons structurée en dizaines, centaines, milles, … Roberto d’Azeglio8, un ami de Didier Petit, lui souffle la devise de l’association : « Ubique per Orbem » (« à travers le Monde ») illustrant l’objectif de la toute nouvelle association de se préoccuper des missions du monde entier et non plus seulement des missions d’Amérique ou d’Asie. Au cours de cette réunion, il devient le premier secrétaire de l’association9. C’est à ce titre, qu’en juin 1822, Didier Petit se rend à Paris afin de former un conseil supérieur de l’œuvre, prétexte pour obtenir un agrément du pouvoir politique. Il réunit sur la recommandation des Jésuites des personnalités parmi lesquelles le cardinal-prince de Croÿ (grand aumônier), l’abbé Pérault, le prince de Polignac, le marquis de Rivière, le comte de Senst-Pilsach, le duc de Rohan-Chabot, M. de Haller. Pendant près d’une heure, Didier Petit leur explique les tenants et les aboutissants de la nouvelle institution. Le 27 juillet, il est invité chez le prince de Croÿ au palais des Tuileries pour organiser le conseil supérieur de l’œuvre. Honneur suprême : le pape le fait décorer à Rome chevalier de l’ordre de l’Éperon d’Or en 1831. Louis Petit, le frère aîné de Didier, est aux côtés de Mgr Flaget en tant que missionnaire jésuite aux États-Unis. Louis demande souvent à sa mère et à son frère de lui envoyer non seulement des objets utiles à sa mission d’évangélisation mais aussi des graines et des variétés de plantes cultivées dans le jardin de la Sablière. C’est donc toute la famille Petit qui est impliquée dans cette mission.

L’instruction artistique que lui avait prodiguée sa mère dans sa prime jeunesse avait été à la base d’une passion pour l’art qui ne fera que s’accroître avec l’âge. Cette passion poussera Didier Petit à la fièvre de la collection. Son cabinet d’antiquités fait partie des curiosités de Lyon et gagne une certaine renommée. Une seule contrainte pour la visiter : demander l’autorisation au propriétaire. En moins de six ans, Didier Petit acquiert 810 pièces d’une grande variété : des peintures, des ivoires, des livres, divers manuscrits … Toutes entreposées dans un cabinet exiguë, proche de son commerce, vraisemblablement au 34 quai de Retz. Il s’intéresse notamment à l’Histoire et à la technique de l’émail et en devient le spécialiste. Il acquiert le retable d’émaux peints exposé aujourd’hui au musée des Beaux-Arts de Lyon. Fasciné par l’art de la Renaissance, il parcourt toutes les grandes collections européennes, comme en Italie, où il est accueilli chaleureusement chez son ami Roberto d’Azeglio, directeur de la Galerie Royale de Turin10 récemment créée. Il visite de plus les collections du roi de Prusse, de Brunet-Denon, du comte de Pourtalès, de Cailleux, … Son érudition le conduit à prendre la vice-présidence de la Société des Amis des arts de Lyon de 1836 à 1839. On l’appelle régulièrement pour estimer des collections particulières comme celle de Comarmond11. Reconnu pour sa générosité, on n’hésite pas à le solliciter pour quelques services : des abonnements à des revues, des visites de son cabinet d’antiquités, des recommandations diverses, des commandes, des prêts…

L’abbé Louis Petit, missionnaire jésuite, en contemplation devant le crucifix. 1819. Huile sur toile. 23 x 19 cm. Anthelme Trimolet. Collection personnelle. Photographie de l’atelier Aldo Peaucelle

À Lyon, il côtoie les peintres de la toute jeune École Lyonnaise auprès desquels il se forme en amateur, dont Anthelme Trimolet (1798-1866) avec lequel il se lie d’amitié, souvent mentionné dans sa correspondance. Ce dernier réalise trois portraits de la famille Petit, peints avec la minutie d’une miniature. Le premier portrait est réalisé en 1819. Il s’agit du portrait de l’abbé Louis Petit, le frère de Didier, en contemplation devant le crucifix : l’abbé est sur le point de quitter sa famille pour rejoindre les missionnaires d’Amérique. On peut ainsi comprendre le besoin de leur laisser un souvenir de son image figée pour l’éternité par la main d’un maître du portrait minutieux. Ce portrait est l’un des premiers de Trimolet, mentionné par ailleurs dans une notice autobiographique12. Il est exposé une première fois, sous le numéro 1682, au Salon de Paris de 1819 qui se tenait au musée du Louvre mais n’eut pas le même succès que « l’intérieur de l’atelier de mécanique du professeur Eynard » qui lança la carrière du peintre13. On retrouvait tout de même ce tableau à côté de toiles de Pierre-Narcisse Guérin, Ingres, Girodet et tant d’autres. Le portrait est exposé une deuxième fois à l’hôtel de ville de Lyon le 11 janvier 1827 dans une exposition au profit des ouvriers sans travail14. On l’avait placé à côté de toiles de Révoil, Biard, Grobon, Joseph Vernet, Duclaux, Porbus ou des sculptures de Chinard,  … dans l’aile nord qu’on avait surnommée pour l’événement “galerie de Boissieu” en l’honneur du dessinateur de Boissieu majoritairement représenté par ses dessins. Bien plus tard, en 1832, Trimolet réalise le portrait de Didier Petit, historié, dans son costume de chevalier de l’Ordre de l’Éperon d’Or : un titre qu’il venait d’obtenir. Est-ce ce tableau qui fut exposé au Salon de Paris de 1836 ? Enfin, probablement peu de temps après, ou immédiatement après celui de son fils, c’est au tour de Mme veuve Petit d’obtenir son portrait peint de Trimolet mais, cette fois, dans une pose plus conventionnelle. Avec celui-ci, c’est la ferveur religieuse, la perfection de sa Foi qui sont mises en valeur par l’association du buste d’Apollon et du crucifix présents sur le fond du tableau. On reconnaît, par ailleurs, le rideau qui figure sur le portrait de Didier Petit. Les habits de la mère et du fils se font mutuellement écho par leur ressemblance. Chaque sujet est entouré des attributs qui font sa caractéristique ou qui expriment sa personnalité. Ces trois œuvres se répondent par le biais de certaines similitudes, formant « un triptyque » ou, tout du moins, un ensemble intéressant qui mériterait une étude à part entière.
L’École Lyonnaise influencera fortement Didier Petit sur son style et sur le choix des thèmes abordés dans son œuvre. Ce n’est qu’à partir des années 1840 qu’il commence véritablement à dessiner puis à peindre.

La réputation de son commerce, l’œuvre de la propagation de la foi, et ses attaches dans le monde culturel lui permettent de se tisser un réseau important au sein du mouvement légitimiste français. Sa correspondance est dense et fourmille d’anecdotes, aussi précieuses qu’amusantes, d’une grande valeur historique tant elle illustre l’Histoire sociale et politique de cette première moitié du XIXe siècle.

 

La Sablière dans les années 1860. Prise par le peintre Jules Micol (1822-1900) depuis son atelier. Collection personnelle.

Il devient à ce titre le chef des légitimistes lyonnais. Didier Petit reçoit régulièrement à la Sablière. Cette propriété est située sur la limite Caluire – Croix-Rousse et domine majestueusement toute la vallée du Rhône, Lyon et ses ponts, le parc de la Tête d’Or. En 1828, il achète à sa tante, la veuve Hüe-Duquesnay, la moitié de la Sablière15 et commence vers 1830 les premiers aménagements : une magnanerie ou un bâtiment d’exploitation construit sur les restes d’une ancienne serre (déjà mentionnée dans les archives du 18ème siècle), des allées de mûriers,  … Vers la fin des années 1830, Didier Petit transforme la magnanerie en maison bourgeoise par l’ajout d’une orangerie au-devant du bâtiment principal et d’un second étage avec toits à la Mansart. Il agrémente les jardins anglais de trois platanes et de tonnelles avec de la glycine pour les recouvrir de ces fleurs qui sentent si bon en avril et mai. Il donne des instructions strictes à son jardinier tout en laissant libre cours à sa passion pour la botanique et l’art des jardins. Il fait appel à l’architecte paysagiste Margel-Fillieux16 pour dessiner une partie des jardins anglais. En 1823, les héritiers Gayet, ses voisins immédiats, vendent en onze lots leur immense propriété longeant le cours d’Herbouville17. Ce n’est qu’en 1835 que Didier Petit acquiert une portion considérable de ce vaste tènement située sous la terrasse de l’Oratoire afin d’agrandir son domaine et d’obtenir un accès sur le quai tout en y faisant louer des terrains et des appartements à des particuliers, à des commerces ou à des établissements industriels18. Sa mère lui achète deux mois plus tard le cinquième de ces lots qui permettait de lui procurer ainsi des rentes19. Depuis le mariage de Didier Petit, la famille ne cesse de s’agrandir. Les acquisitions et les aménagements successifs leur permettent d’y vivre de manière permanente. Le recensement de 1836 donne le détail du foyer Petit installé à Caluire : Didier Petit, son épouse, leurs quatre garçons, leurs trois filles et Mme veuve Petit, née Lemau de la Barre. Le foyer familial emploie cinq domestiques habitant tous sous le même toit que leurs maîtres20. Ne se rendant plus que rarement à la Sablière, la veuve Petit finit par céder en 1837 à son fils la dernière partie du domaine encore en sa possession depuis 180821.

C’est dans ce cadre idyllique, à la Sablière, que Didier Petit reçoit la cour itinérante de Don Carlos de Bourbon tout au long des années 1840, en pleine crise de succession espagnole : le général Cabrera y réside ainsi plusieurs mois pour s’y reposer et recevoir loin des regards indiscrets (on lui avait recommandé l’air de la Sablière), le futur premier ministre espagnol Juan de Zavala y de la Puente, …  Sans compter : le révérend père Lacordaire, le comte de Virieu, le duc de Montmorency-Laval et son épouse, le ministre Jean de Chantelauze … Autant de personnalités qu’il se plaît parfois à portraiturer lors de chaque visite comme peuvent en témoigner les nombreux portraits au crayon conservés au musée Zumalakarregi (Pays Basque espagnol)22. C’est en lui que Don Carlos porte sa confiance pour faciliter ses déplacements et ceux des ses proches en France, sous le regard méfiant du gouvernement de Louis-Philippe. Didier Petit sollicite en 1844 l’intervention de la chambre des Pairs pour obtenir l’amélioration de leurs conditions d’accueil et de déplacements auprès du gouvernement23. Cette fidélité à la cause carliste lui vaudra le titre de vicomte d’Amparo en 1845 et un échange de parrainage étonnant avec les Bourbons. En effet, Don Carlos lui donne le parrainage de l’un de ses petits-enfants tandis que le comte de Chambord, avec lequel il entretenait une grande amitié, parrainait l’un des enfants de Didier Petit. La duchesse de Laval-Montmorency et la duchesse de Parme devinrent elles aussi les prestigieuses marraines de deux enfants Petit. Cette proximité avec le duc de Montmorency-Laval laisse penser que Didier Petit ait put devenir membre des chevaliers de la Foi24, comme son propre agent de change et ami Benoît Coste25.

Aux années d’opulence succèdent rapidement les années de déclin. Les affaires sont au plus bas pour Didier Petit. L’Histoire finit par se répéter : comme ses deux grand-pères avant lui, celui-ci contracte des dettes considérables. Il avait beaucoup emprunté et, de nature généreuse, prêtait lui-même à ses amis, souvent de manière excessive. Sa collection d’œuvres d’art est dispersée en 1843 et la Sablière est saisie, divisée en six lots puis hypothéquée bien malgré lui en 1847. Il est si attaché à sa maison, qu’il ne la cède qu’au dernier moment, vendant même tous les terrains acquis sous la terrasse de l’Oratoire pour payer une partie des dettes26. De la même façon, il tente de sauver sa collection en demandant à la municipalité lyonnaise puis à l’État de la racheter dans son intégralité. La ville de Lyon la fit estimer 120 000 Francs fin 1841. Didier Petit se défend et tente de convaincre en prétextant qu’elle compléterait la collection du musée des Beaux-Arts. Le maire de Lyon n’accepte que le triptyque d’émaux peints ainsi que deux autres objets. Et encore … il dût en faire don au musée des Beaux-Arts de Lyon. Ce triptyque est encore visible de nos jours dans l’exposition permanente du Musée27. Sa demande auprès du gouvernement n’a pas plus de succès : sa proximité avec les carlistes espagnoles et les Bourbons n’est pas étrangère à ce refus. De plus, l’État avait acquis précédemment la collection Révoil. Suite à ses demandes infructueuses, il rédige un catalogue inventoriant sa collection28 avant qu’elle ne soit dispersée aux enchères, sous le marteau de Maître Benou (le commissaire-priseur), à Paris où la clientèle est plus fortunée. Néanmoins, certaines pièces sont rachetées par le musée du Louvre. Le reste disparaît dans les collections particulières.

Par Maxime DEHAN

  1. Note sur l’établissement et la fondation de l’œuvre de la Propagation de la foi. A Lyon. Le 3 Mai 1822. Texte d’une lettre originale de Didier Petit conservée aux archives des Œuvres Pontificales Missionnaires à Lyon. []
  2. Un évêché qui s’étendait alors du Golfe du Mexique aux régions des Grands-Lacs à la frontière canadienne. []
  3. Congrès de la Sainte-Alliance, l’une des conférences des souverains européens suite au Congrès de Vienne (1815), tenu du 26 janvier au 12 mai 1821, confirmant le principe d’intervention armée en cas d’insurrections révolutionnaires dans l’un des pays membres du Congrès. []
  4. Le Journal des débats politiques et littéraires du 7 mars 1822 rend compte d’un total versé à Inglesi de 150.573 Francs. L’empereur d’Autriche, l’empereur de Russie, le Grand-Duc de Toscane, la souveraine de Lucques, le cardinal Consalvi ainsi que le pape, des ministres et des personnes privées ont participé à cette aumône. Le roi de France avait déjà fait des dons et la duchesse de Berry lui avait offert en 1821 une chasuble de velours blanc et un portrait la représentant. []
  5.   L’Hôtel de Provence et des Ambassadeurs occupait une partie des bâtiments de l’hôpital de la Charité disparu en 1933, sur la place Antonin Poncet actuelle. []
  6. Il était alors interdit pour les femmes de se rassembler en association. []
  7. C’est pour cette raison qu’on minimisa pendant longtemps l’influence déterminante que Pauline Jaricot exerça sur la création de l’Œuvre de la Propagation de la Foi. []
  8. Roberto Tapparelli D’Azeglio (1790-1862), historien, critique d’art, directeur de la galerie royale de Turin, est le frère du premier ministre Massimo d’Azeglio l’un des artisans du Risorgimento. Ses lettres occupent une bonne partie de la correspondance de Didier Petit. []
  9. Jusqu’en 1841, date à laquelle Ozanam succède à Didier Petit à son poste de secrétaire, lorsque celui-ci ne put plus s’y consacrer pour diverses raisons expliquées plus bas … []
  10. Aujourd’hui galleria Sabauda []
  11. Ambroise Comarmond (1786-1857) était conservateur au musée lapidaire de Lyon qui présentait les pièces épigraphiques de la ville. Ce musée avait été créé par François Artaud (archéologue, directeur du musée et de l’école des Beaux-Arts de Lyon) en 1806 et occupait une partie du palais St Pierre actuel. []
  12. Vie artistique d’Anthelme-Claude-Honoré Trimolet écrite par lui-même. Revue du Lyonnais. 1850. []
  13. Le portrait de l’abbé Petit est répertorié dans le catalogue Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivans, exposés au musée royal des arts, le 25 août 1819, imprimé par Ballard, imprimeur du Roi. []
  14. Notice des tableaux, dessins, antiquités et autres objets d’art exposés à l’Hôtel de Ville de Lyon, au profit des ouvriers sans travail, le 11 janvier 1827. Imprimerie de JM Barret, place des Terreaux. 1827. []
  15. Acte passé devant maître Tavernier le 21 avril 1828. ADR 3E 24761. []
  16. Plan. Maison Didier-Petit à Saint-Clair, Lyon, 1816-1831. Bibliothèque Municipale de Lyon. Ms PA 330. []
  17. Il longeait la partie du cours d’Herbouville traversant Caluire et Cuire, aujourd’hui cours Aristide Briand. []
  18. D’après PATRIMOINE/ Histoire de la salle Gayet de Maxime Dehan publié en 2019 sur le blog Histoires Lyonnaises. Le plan de cette vente en lots annexé au cahier des charges est visible aux archives départementales du Rhône (3E 9285). Didier Petit acquiert les lots 8, 9, 10 et 11 par un acte de vente passé devant maître Lecourt le 17 janvier 1835 (ADR 3E 12623). []
  19. Acte de vente passé devant maître Lecourt le 7 mars 1835. ADR 3E 12623. []
  20. Archives départementales du Rhône. 6M20. Agglomération/Population éparse. Pages 81 et 82. []
  21. Acte passé devant maître Casati le 15 septembre 1837. ADR 3E 10698. []
  22. Voir le site XIX century Album. Gipuzkoako Foru Aldundia. Diputación Foral de Gipuzkoa : http://www.albumsiglo19mendea.net/en/autoriamasdeuna.php?pag=8&texto=Petit%20de%20Meurville%2C%20Didier []
  23. Chambre des Pairs de France. Procès-verbal des séances de la Chambre des Pairs. Séance du 1er juillet 1844. Tome quatrième. page 2707. []
  24. Une société secrète, à tendance ultra-royaliste, fondée en 1810 pour défendre le catholicisme et la monarchie légitime. []
  25. D’après PERSONNAGE/Benoît Coste, un personnage de roman (publié par Gerbert Rambaud en 2015 sur le blog Histoires Lyonnaises). []
  26. D’après PATRIMOINE/ Histoire de la salle Gayet de Maxime Dehan publié en 2019 sur le blog Histoires Lyonnaises. []
  27. Voir le lien internet : http://collections.mba-lyon.fr/fr/search-notice/detail/x-60-b-cadre-a2865 []
  28. Catalogue de la collection formée par M. Didier Petit à Lyon. Didier Petit. 1843. []

Maxime DEHAN

Né le 19 Janvier 1990 à Villeurbanne. Ingénieur en informatique de profession et historien. Membre titulaire de l’Académie de la Dombes Membre associé de l'Académie de Villefranche et du Beaujolais Secrétaire général de l'Académie Littéraire et Historique du Val de Saône Vice-Président délégué de l'Union des Écrivains Rhône-Alpes-Auvergne Membre de la Société d'Histoire de Lyon. Ancien président de l'association Histoire et Patrimoine de Caluire Et Cuire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search