PERSONNAGE/La vie romanesque de Didier Petit de Meurville (1793-1873) (1/3)

Entre Saint-Domingue et l’Espagne

S’il y a un personnage de l’Histoire tombé dans l’oubli, il s’agit bien de Didier Petit de Meurville. Pourtant, l’homme a pris une part relativement importante dans l’Histoire de la première moitié du 19ème siècle, en particulier dans l’Histoire régionale. Voici donc une synthèse de sa vie qui permettra d’en apprécier davantage le parcours, écrite avec des éléments biographiques inédits.
Une vie digne d’une épopée romanesque…

Didier Petit de Meurville, consul de France à Saint-Sébastien en Espagne. Copie d’un portrait de Madrazo y Kuntz peint en 1864. Début 20ème. Attribué à son fils Henri Petit de Meurville (1843-1924), peintre, élève de Cabanel. Huile sur panneau. 60 x 51 cm. Collection personnelle. Photographie Côte Basque Enchères.


On ne peut comprendre le contexte de sa naissance sans évoquer les origines familiales.
Son grand-père, Nicolas Petit (1725-1810) exerce successivement les charges d’avocat à Baslieux en Lorraine, avocat au parlement à la Grandville, prévôt de Cons-la-Grandville et enfin avocat au parlement de Nancy. Celui-ci se passionnait pour les sciences et la philosophie : une passion qu’il transmit à son fils aîné Nicolas. Pour une raison inconnue, ce dernier accumule d’importantes dettes. Suffisamment de dettes pour pousser l’aîné de ses fils à partir pour Saint-Domingue. L’île était considérée à l’époque comme un Eldorado par les jeunes gens qui souhaitaient se constituer rapidement une fortune et subvenir ainsi aux besoins de leurs familles restées en métropole. François-Ignace-Nicolas Petit (1751-1794), dit de Meurville, débarque sur l’île, à Port-au-Prince, le 27 janvier 1773 et parvient, en quelques années, grâce à certaines recommandations dont celle du comte de Laverne1
, au poste d’arpenteur général de la partie française de Saint-Domingue, cumulant également une place de grand voyer avec celle d’ingénieur hydraulicien. À la tête d’une bonne fortune, celui-ci crée des plantations de café et de sucre qui lui procurent des revenus conséquents dont une dans la plaine du Cul de Sac, baptisée « la Nouvelle Lorraine » en hommage à ses racines, devenue plus tard la demeure principale. En fonction de ses revenus, Nicolas Petit envoie des lettres de change à son père et parfois des sacs de café et entretient avec lui une correspondance plus ou moins régulière2. Ses deux frères le rejoignent bien plus tard : François-Didier Petit, dit de Villers ou « Lolot », arrivé en 1784, occupe une place de notaire à la Croix des Bouquets, spécialement créée par le frère aîné puis Jean-Baptiste, dit de Grandville, arrivé en 1785 avec son épouse, est placé en tant que commis auprès de son frère Nicolas3. Tandis que le cadet Victor Petit et son grand frère François-Xavier Petit dit de Metz ou « Doudou » restèrent en métropole auprès de leurs parents à Cons-la-Grandville.

Simultanément, Nicolas Lemau de la Barre et son épouse Claire-Louise Dareste de Saconay quittent la région lyonnaise en 1784, en compagnie de leurs deux filles : Benoîte-Victoire-Marine dite Bénédicte (1766-1839) et Charlotte-Françoise dite Caroline (1772-1857). La jeune Bénédicte avait insisté vivement auprès de son père pour l’accompagner, ce dernier finit par céder. Ils sont rejoints en 1790 par leur frère de 19 ans Louis-Jean-Baptiste-Philibert (1771-1794) resté en France pour finir ses études, avec une procuration de son père afin de gérer ses affaires à sa place. En France, Nicolas Lemau exerçait les charges d’écuyer, de receveur des tailles et autres impositions de l’élection de Villefranche sur Saône et il était proche de Monsieur de Flesselles, l’intendant de Lyon. Ces fonctions et les anciennes origines aristocratiques de sa famille favorisèrent certainement son intronisation dans les loges maçonniques : la Parfaite Union (en 1773), Les Deux loges réunies (en 1777) avant d’être « admis aux travaux du Grand Orient comme l’un des dépositaires des Deux loges réunies de l’ordre de Lyon » (en 1778)4. Ayant dilapidé toute sa fortune, ce dernier décidait d’émigrer à Saint-Domingue, pensant retrouver une bonne fortune grâce au poste de procureur à Cap-Français qu’on lui avait proposé. Pour subvenir aux besoins de sa famille sur les derniers mois en France, et pour financer la traversée entre Nantes et Port-Au-Prince, Nicolas Lemau avait vendu le château de la Barre à Limas, hérité de son père. Désirant laisser un dernier témoignage à sa famille, il avait commandé un portrait au peintre Danloux, de passage dans la région, moyennant la somme de 500 livres. Malgré tous ses efforts, l’Histoire contrariera ses ambitions …

Le mariage de sa fille Bénédicte avec Nicolas Petit à Port-au-Prince le 27 novembre 1786 consacre une laborieuse installation sur l’île et l’union des deux familles de colons. C’est un mariage de raison, organisé « sans tambour n’y trompete »5. Le jeune ménage donne naissance en 1789 à un premier enfant prénommé Louis puis à une fille, Lina, en 1791. Nicolas Petit employait sur ses propriétés des esclaves et les traitait relativement bien pour l’époque, conformément au Code Noir6 : Mme Petit, leur prodiguait des soins lorsqu’ils étaient malades, leur donnait des cours de catéchisme et de morale et ils avaient des cases7. Mais, comme la plupart des colons de ce temps, la fortune si durement acquise, vacille au gré des révoltes successives. 1791 marque en effet la première révolte des esclaves de Saint-Domingue initiée entre autres par Toussaint Louverture et met un terme au rêve haïtien. C’est dans ce contexte difficile que naquit à Saint-Michel, paroisse de Fonds-des-Nègres, François-Didier Petit de Meurville le 6 décembre 1793 à 10h du soir8, probablement dans la propriété de Nicolas Lemau de la Barre son grand-père au lieu-dit « le Morne » au Rochelois (aujourd’hui « Calaba »).

Didier Petit ne connut jamais son père. En effet, le malheur frappe la famille le 3 avril 1794 : son père et son jeune oncle maternel sont torturés à mort par des esclaves révoltés sous les ordres de deux commissaires nommés Cyprien et Févry avant le pillage et l’incendie de leurs habitations. La veuve Petit et ses trois enfants en bas âge parviennent à fuir les assassins de Nicolas Petit à leur poursuite, durant une course effrénée de plusieurs semaines à travers l’île, par tous les temps, en compagnie de deux anciens esclaves, Zélie et Pyram, qui leur demeuraient fidèles. Pendant trois ans, malgré l’aide et la protection d’amis, la petite famille installée au port d’Aquin vit de manière précaire : la veuve Petit prépare de la confiture et ses deux jeunes garçons sont chargés de les vendre. Lina, l’unique fille de Mme Petit meurt des suites de leurs pérégrinations dans l’île. Nicolas Lemau et Bénédicte tentent de retrouver les assassins et procèdent aux toutes premières demandes d’indemnisations, lesquelles allaient donner lieu à de multiples tractations avec l’administration française … À tel point, qu’en 1868, tout ne sera pas encore résolu !9

Caroline Lemau de la Barre, eut un parcours aussi chaotique que celui de sa sœur : elle s’était mariée en premières noces en septembre 1791 avec un sieur Hippolyte Negret de Montrepos, vraisemblablement un esclave affranchi ayant pris le nom de l’habitation « Monrepos » (au Nord de Salagnac) sur laquelle il avait servi10, et qui, de plus, s’était inventé le titre de « marquis de Montrepos ». Nicolas Lemau de la Barre, lui-même membre de plusieurs loges, était-il au courant de sa véritable identité11 ? Cet homme au parcours sulfureux fit l’objet d’un mandat d’arrestation signé par Louis XVI en 1780 ordonnant sa détention dans le redoutable hôpital-prison de Bicêtre12. Le couple Lemau-Negret eut une fille qui mourut en bas-âge la veille de la naissance de Didier Petit. Le mari était passé commandant de la garde nationale et s’était opposé à la révolution haïtienne. La cour martiale révolutionnaire le jugea le 24 août 1794 et le fit fusiller le même jour. Emprisonnée par le comité révolutionnaire, sa veuve se remaria avec le sieur Jean-François Hüe-Duquesnay, un riche négociant installé au Petit-Goave qui lui promit la liberté en échange d’un mariage. Ils eurent ensemble deux fils dont l’un mourut à l’âge de 2-3 ans. Ce second époux fut lui aussi assassiné pendant les troubles du Petit-Goave en juin 1799.

Mme veuve Petit, née Lemau de la Barre. Vers 1832. Huile sur toile. 46 x 38 cm. Anthelme Trimolet. Collection personnelle. Photographie de l’atelier de Nathalie de Montravel.

Devant une situation familiale catastrophique et la nécessité d’éduquer ses enfants, le départ devient impératif…

En juillet 1797, la veuve Petit et ses enfants Louis et Didier s’embarquent au port d’Aquin pour Baltimore aux États-Unis, encouragés par Petit de Villers, arrivé dans cette ville en 179513. Dans le même temps, les parents Lemau s’exilent à la Jamaïque le 4 juillet 1800 où ils furent « prisonniers sur paroles » des Anglais avant leur installation à New-York où Nicolas Lemau de la Barre finit ses jours dans le plus grand dénuement, le 9 juillet 1806, quinze jours seulement après son arrivée dans cette ville14. Sa veuve reviendra alors à Lyon et n’y mourra qu’en 1817. À Baltimore, la veuve Petit dirige une association gérant une pension pour jeunes filles avec la collaboration d’une dame française. Pendant l’exil américain, la veuve Petit fait la connaissance de Louis-Guillaume-Valentin Dubourg (1766-1833)15, missionnaire sulpicien et directeur du collège Sainte-Marie, qui deviendra un prélat important en France et fait également la connaissance  de Benoît-Joseph Flaget (1763-1850)16. La veuve Petit, l’abbé Dubourg et l’abbé Flaget tissent des liens d’amitié indéfectibles et entretiendront une correspondance ininterrompue de près de 40 ans. C’est au collège universitaire de Baltimore que l’éducation de Louis Petit est confiée, il commence à y trouver une vocation de prêtre. Tandis que son jeune frère Didier est élevé par sa mère qui aime lui enseigner le dessin, malgré les protestations de son beau-frère de Villers qui insiste pour le former au commerce.

Le contexte d’un retour en France est de nouveau favorable : le Concordat est signé par Bonaparte en 1801 et favorise le retour des congrégations religieuses exilées dont faisaient partie les Sulpiciens. C’est en 1803 que la famille Petit débarque à Anvers, alors en France. Ils séjournent brièvement à Paris et arrivent à Lyon courant juillet. Ils sont hébergés généreusement plusieurs années chez une tante maternelle, Mme de Janzé, dans sa belle demeure de la rue St Dominique (rue Émile Zola actuelle) qui donnait sur la place Bellecour17, puis ils déménagent successivement au n°8 rue des marronniers (vers 1810), au n°6 rue de la charité (1819), au n°10 rue des marronniers (1824) avant que la veuve Petit ne s’installe au n°12 rue St Joseph (rue Auguste Comte actuelle) à la fin des années 1820 puis définitivement au n°4 de cette rue. Didier Petit est envoyé chez les Jésuites, au collège de Roanne où il rejoint son frère Louis. Sa mère s’inquiète souvent pour Didier qui a une santé chancelante, tombant souvent malade, et qui est atteint de surdité à une oreille. La veuve Petit l’envoie en Suisse pour lui faire respirer l’air de la montagne, avec l’intention de le soigner. Le 10 janvier 1807, Marie-Thérèse Bottu de la Barmondière, une cousine au sixième degré, riche héritière du Lyonnais et du Beaujolais, avance 30 000 Francs à Mme de Sainte-Croix comtesse de Hautepierre veuve Bataille de Mandelot, prix d’un domaine à Caluire et Cuire, proche de la Croix-Rousse, appelé la Sablière18. Cette dernière avait suivi toutes leurs mésaventures de Saint-Domingue et, prise de pitié pour ses cousines et ses petits neveux, crut devoir faire la surprise de leur trouver un refuge à la campagne, dans un écrin de verdure majestueux, faisant face à la vallée du Rhône. Les veuves Petit et Duquesnay ne s’y installent conjointement qu’en 1808, après la signature de l’acte définitif19, mais elles n’y vivent que de manière ponctuelle au cours de l’année.

Les années passent et Didier Petit, devenu négociant, ouvre une fabrique spécialisée dans la paramentique au cours des années 1810. Ce commerce se développe au commencement, avec l’idée de fournir les missions américaines en objets liturgiques. La maison Petit est installée 8 rue St Polycarpe, dans le centre-ville de Lyon. Cette fabrique prend sa renommée au moment du sacre de Charles X pour lequel elle participe à la décoration de la cathédrale de Reims. Pour cet événement, il fait tisser et livrer, en moins de trois mois, des ornements en étoffes brochées en or ainsi que des vêtements liturgiques20. La maison Didier Petit confectionne entre autres : un testament de Louis XVI tout en soie, le fameux portrait tissé de Jacquard d’après le tableau de Bonnefond, façon gravure, devenu aujourd’hui l’un des emblèmes de la ville de Lyon, … Parmi les visiteurs illustres : le prince de Metternich en 1825, Louis-Philippe, alors duc d’Orléans,  accompagné de son épouse et de leurs enfants en 1826 et tant d’autres … Il ne néglige point la mode féminine : il fabrique des rubans de soie pour ceintures de femmes ainsi que diverses étoffes pour les robes de ces dames. L’exposition qui se tient à Lyon en 1827 le récompense d’une médaille d’argent. Il ne démérite pas une deuxième médaille en 1834. Il fait travailler des artistes célèbres : Simon Saint-Jean (brièvement son dessinateur sur tissus pendant un an, en 1826), Carquillat, Moulin, … C’est autour de ces années qu’il déménage sa maison de soieries au 29 quai de Retz21. La duchesse de Berry accorde à Didier Petit un brevet de fournisseur du Garde-Meuble22. Le succès est tel qu’il ne se borne pas qu’au territoire français. De ce fait, il reçoit des commandes de l’étranger. La duchesse de Berry envoie notamment une lettre à l’empereur de Russie pour le recommander à sa haute protection, en prévision d’un déplacement professionnel à Saint-Pétersbourg23. Une pluie d’éloges relayées par la presse consacre la maison Didier Petit. L’Institut de France, par la voix de son secrétaire perpétuel Raoul Rochette, félicite Didier Petit pour son œuvre et commande à cette occasion un portrait tissé de Jacquard. Ce dernier ne tarit par d’éloges et lui propose le titre de Membre correspondant de l’Académie Royale des Beaux Arts24. En 1840, le mathématicien Charles Babbage,  admirateur de Jacquard, commande à son tour son portrait tissé. Il faut dire que l’invention du métier à tisser lui inspirait déjà sa première machine analytique, l’ancêtre de l’ordinateur. C’est probablement par son réseau professionnel qu’il rencontre au début des années 1820 la famille de son épouse. Marie-Victoire-Françoise Bérard (1804-1887) était la fille d’un négociant enrichi dans la soie, érudit, membre de plusieurs sociétés royales spécialisées dans l’agriculture. Le mariage civil a lieu chez les Berard au Mans le 17 novembre 1823 et cette union engendre la naissance de 11 enfants.

Par Maxime DEHAN

  1. François Marie Gabriel Tranchant, comte de Laverne, est un riche propriétaire, domicilié en 1773 à la Croix-des-Bouquets (Saint-Domingue). []
  2. Les lettres sont souvent reçues avec du retard à cause de la guerre d’indépendance américaine. Saint-Domingue constituait une base militaire importante pour les Français et les Américains unis contre les Anglais. []
  3. Ces particules étaient volontairement utilisés par les frères Petit pour se distinguer les uns des autres. Nicolas Petit tenait à garder une certaine distance avec ses frères, au cas où ces derniers fassent tort à une renommée durement acquise depuis dix ans. En effet, ses frères ne se révélaient pas toujours adroits ce qui occasionna quelques disputes … []
  4. Fichier FM Bossu []
  5. Lettre commune du 5 décembre 1786 écrite par Bénédicte Lemau de la Barre et son mari à Nicolas Petit (le père habitant en Lorraine). Dans la réponse du beau-père, écrite sur la même lettre au brouillon, celui-ci ne comprend pas qu’on puisse se marier pour les affaires seulement et non par amour alors que c’était la norme à l’époque. []
  6. Promulgué par Louis XIV en 1685, légiférant la pratique de l’esclavage dans les Antilles françaises à l’origine puis étendu à toutes les colonies. []
  7. D’après le Récit de ce qui est arrivé à la famille à Saint-Domingue pendant la Révolution, rédigé par Didier Petit vers 1870 puis complété par ses enfants, à partir des correspondances familiales et de la transmission orale. []
  8. D’après le registre des naissances conservé aux archives nationales d’outre-mer. Fond-des-Nègres (Haïti). https://en.geneanet.org/archives/registres/view/423224/1 []
  9. D’après l’important dossier constitué par la famille Petit sur les demandes d’indemnisations de leurs propriétés perdues de Saint-Domingue, faisant partie du fonds Didier Petit. []
  10. Paysans, Systèmes et Crise. Travaux sur l’agraire haïtien. Tome 1. Ouvrage collectif. 1993. []
  11. Les mémoires familiales tendent à montrer que les familles Lemau de la Barre et Petit l’ignoraient. []
  12. Fichier FM Bossu. []
  13. Ce dernier se fixa en 1803 à Savannah pour y créer l’une des premières plantations de coton de Géorgie et fonda la société Williamson and Devillers. Il eut pour clients les plus gros propriétaires terriens des États-Unis parmi lesquels l’un de ses amis, le riche homme d’affaires Pierce Butler. []
  14. L’inventaire après décès signé par sa veuve et ses filles à Lyon le 15 juillet 1807 montre à quel point il ne lui restait plus rien, étant complètement ruiné []
  15. Il devient le troisième évêque de la Louisiane et des Deux-Florides (1815-1825), vicaire apostolique au Mississippi (1825-1826), évêque de Montauban (1826-1833) et brièvement archevêque de Besançon (1833). []
  16. Il devient le premier évêque de Bardstown puis de Louisville (suite au transfert de l’évêché à Louisville) dans le Kentucky de 1810 à sa mort. []
  17. C’est dans la maison Janzé qu’on avait ouvert en 1786 « le Salon des Arts », considéré comme le tout premier Salon de Lyon. Les lettres reçues par la veuve Petit portent l’adresse de la maison Chirat. []
  18. Information communiquée par Paul Feuga qui avait consacré une partie de ses recherches à Mme Bottu de la Barmondière. Il s’agit d’un acte sous seing privé. []
  19. Elles se répartissent par égale part le domaine. Acte passé devant maître Caillat (fils) le 13 juillet 1808. ADR 3E 9201. []
  20. En 2017, Notre-Dame de Paris avait exposé plusieurs de ces étoffes. Le détail de ces œuvres est donné dans le Journal du commerce de la ville de Lyon et du département du Rhône du 29 mai 1825. []
  21. Aujourd’hui quai Jean Moulin []
  22. La demande émane de Didier Petit (Archives Nationales, archives de la Maison du Roi : administration du Mobilier de la Couronne (1815-1830), O/3/1906 – VII). La nouvelle est confirmée par une lettre de Victor Petit, son oncle. []
  23. Lettre autographe de la duchesse de Berry à l’empereur Nicolas Ier de Russie. De Naples, le 3 juin 1839. []
  24. Lettre autographe de Raoul Rochette, secrétaire perpétuel de l’Académie Royale des Beaux-Arts, à Didier Petit. Du 23 décembre 1839. []

Maxime DEHAN

Né le 19 Janvier 1990 à Villeurbanne. Ingénieur en informatique de profession et historien. Membre titulaire de l’Académie de la Dombes Membre associé de l'Académie de Villefranche et du Beaujolais Secrétaire général de l'Académie Littéraire et Historique du Val de Saône Vice-Président délégué de l'Union des Écrivains Rhône-Alpes-Auvergne Membre de la Société d'Histoire de Lyon. Ancien président de l'association Histoire et Patrimoine de Caluire Et Cuire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search